Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Expérimentation animale en France : un état des lieux

16 Juillet 2015, 15:54pm

Publié par VGBIO

c'est ONE VOICE qui a réalisé cet état des lieux, disponible ici en .pdf:

http://www.one-voice.fr/sante-sans-torture/experimentation-animale-en-france-un-etat-des-lieux/

Juillet 2015. One Voice vous propose de découvrir son nouveau rapport dressant un état des lieux de l’expérimentation animale en France.

Un rapport exhaustif
One Voice a voulu synthétiser dans un document unique et accessible l’ensemble des aspects de l’expérimentation animale telle qu’elle est pratiquée en France.
Un point sur la législation permet en premier lieu de comprendre le contexte réglementaire et notamment la directive 2010/63/UE, la directive REACH et la législation cosmétique. Sont ensuite explicitées les expériences menées sur les animaux, depuis les primates, les chiens et les chats jusqu’au près de un million et demi de souris sacrifiées en 2010 par la recherche française… Enfin, One Voice présente la réalité du remplacement du modèle animal qui, malgré l’incitation de l’Europe, demeure une voie négligée par la France.

La recherche française à la traîne
Les Français ne veulent plus de l’expérimentation animale et les incitations européennes se font plus insistantes. Des pays comme l’Italie mettent concrètement en place des mesures qui vont vers l’abandon du modèle animal tandis que d’autres, dont la France, se refusent visiblement à investir dans des méthodes alternatives pourtant plus fiables et moins coûteuses ! La puissance économique des lobbies de l’industrie chimique et pharmaceutique n’y sont sans doute pas pour rien…

La voie du progrès
Pour que la recherche française prenne la direction de l’éthique et du progrès, diffusez le rapport !

Expérimentation animale en France : un état des lieux

Commenter cet article

Chantal (Belgique) 17/07/2015 00:32

On ne vaut pas mieux en Belgique. Notre pauvre pétition, l'Europe a carrément refusé d'en parler avec des "on verra plus tard". Bien sûr que c'est à cause des lobbies scientifiques! Ce n'est pas 1.000.000 de signatures qu'il aurait fallu mais 1.000.000 d'€ et même plus!!!