Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

MARU LE CHAT FAIT LA SIESTE et autres pitreries

31 Décembre 2011, 00:33am

Publié par VGBIO

toujours aussi original ce Maru! j'espère qu'il n'est pas près de Fukushima!

celle-ci m'a fait mourir de rire!

Voir les commentaires

LANGOUSTE VEGETALIENNE DEMAIN SOIR AU MENU

30 Décembre 2011, 19:18pm

Publié par VGBIO

je ne sais plus où je l'ai trouvée.....super idée!

homard végétalien

Voir les commentaires

NORMES 2012 POUR LES POULES EN BATTERIE: L'HORREUR CONTINUE!

29 Décembre 2011, 15:35pm

Publié par VGBIO

communiqué de L214

Au 1er janvier 2012, l'ensemble des élevages européens de poules pondeuses devront respecter de nouvelles normes fixées par la directive sur la protection des poules pondeuses adoptée en 1999.

L214 dévoile une vidéo d'enquête tournée dans 8 élevages français en 2011. Sur ces images, il est difficile de voir la différence entre les élevages déjà aux normes "2012" et ceux qui ne les appliquent pas encore. Les conditions de vie des animaux restent misérables : poules entassées dans des cages, sans accès à l'extérieur, déplumées, crêtes tombantes, becs épointés et cadavres bloquant des oeufs.

Manifestement, il ne faut pas compter sur cette nouvelle réglementation pour sortir des cages les 80% de poules qui y sont actuellement maintenues en France. Concernant les oeufs « coquille », il est simple au niveau individuel de boycotter les oeufs de batterie grâce à l' étiquetage et au code apposé sur chaque oeuf :
- code 3 : élevage en cages
- code 2 : élevage au sol sans accès à l'extérieur
- code 1 : élevage plein air (au sol avec accès à l'extérieur)
- code 0 : élevage biologique (au sol avec accès à l'extérieur).

Il est encore mieux de se passer d'oeufs en optant pour le végétalisme.

Par ailleurs, en suivant l'exemple de nos voisins européens, L214 appelle les supermarchés à bannir de leurs rayons les oeufs issus de poules élevées en cage. L214 focalise actuellement ses actions sur la chaîne Monoprix.

Voir les commentaires

DES PIEGES A OURS TROUVES DANS LES PYRENEES ARIEGOISES

29 Décembre 2011, 14:43pm

Publié par VGBIO

QUELLE HONTE!!!!!!!!

LES ANTI OURS ONT OSE, ce sont vraiment des pourris! et le mot est faible!

article trouvé dans la dépêche:

"Plusieurs dizaines de « pièges à ours » ont été disposés au fond de la vallée de l'Orle, dans le Biros, en Couserans : du miel, du verre pilé, un produit toxique, et de la térébenthine. La gendarmerie a ouvert une enquête.

C'est un éleveur qui les a découverts, et a prévenu la gendarmerie. A la mi-décembre, plusieurs dizaines de « pièges à ours » ont été découverts, au fond de la vallée de l'Orle, à proximité du parking dit de « La Pucelle ». Des pots, des gobelets, des barquettes : tous ces récipients contenaient du miel mélangé à du verre pilé ou à un produit supposé toxique, aujourd'hui en cours d'analyse. Tout autour avait été répandu de la térébenthine, dont on sait que l'odeur attire les ours. Ni slogan, ni revendication : la mise en place de ce dispositif n'a pas été signée. Cependant, son but n'a rien de mystérieux. Il s'agissait bien de « pièges à ours », qui n'ont pas fonctionné : aucune trace de passage du plantigrade n'a été décelée. Mais les choses auraient pu mal tourner : les ours ont l'hibernation légère, surtout lorsque le temps est doux, ce qui était le cas voici une quinzaine de jours.

En Couserans, quinze des vingt ours pyrénéens recensés se sont regroupés, depuis bientôt deux ans, concentrant du même coup l'essentiel des prédations enregistrées en Ariège. Au cours de l'année, 146 dossiers d'indemnisations ont été déposés, concernant 210 ovins, 12 bovins et 5 équins."

rappelons les chiffres, car cela devient très fatigant, c'est comme pour le loup:

On estime qu’il y a environ 575 000 brebis dans les Pyrénées. Les pertes annuelles y sont estimées entre 10 et 20 000 brebis. Les causes sont nombreuses : accidents (chute, foudre), maladies, manque de soins, prédations (chiens errants, ours)…

Sur ces 15 000 brebis en moyenne qui meurent tous les ans dans les Pyrénées, 200 à 400 sont victimes de l’ours, soit 1 à 3% seulement des pertes annuelles.

Les mesures de protection existent et sont efficaces lorsqu’elles sont correctement employées. Le regroupement nocturne dans des enclos de protection, l’utilisation de chiens patous et une présence humaine autour du troupeau dissuadent les attaques de l’ours.

 

et comme par hasard, les pièges à ours ont été découverts le jour où le tribunal administratif de Toulouse annulait partiellement l'arrêté de chasse en vigueur dans l'Ariège, estimant qu'il ne protégeait pas suffisamment l'ours, provoquant une nouvelle fois la colère des opposants à l'ours!

Voir les commentaires

SUPERBACTERIES DANS L' INTESTIN DES VEGETARIENS

28 Décembre 2011, 13:14pm

Publié par VGBIO

un article de la dépêche:

Le contenu de nos intestins peut-il un jour aider à remplacer le pétrole ? Celui des végétariens fait en tout cas avancer la recherche.

Des scientifiques toulousains ont mis au jour des superbactéries qui, à terme, pourraient bien révolutionner la chimie verte. Présentes dans les organes digestifs et excréments d'un cobaye qui ne mange pas de viande, celles-ci sont capables de dégrader des fibres alimentaires de façon rapide et puissante. « En reproduisant le cocktail d'enzymes, nous pourrions les utiliser pour dégrader des déchets verts qui serviraient de substituts aux produits dérivés du pétrole et en voie d'épuisement », explique Renaud Nalin, directeur général de la société de chimie verte Libragen. En somme, ils contribueraient à fabriquer détergents, cosmétiques, médicaments, additifs alimentaires, matériaux, et même des carburants.

Les chercheurs toulousains de Libragen ont collaboré dans cette étude avec le Laboratoire d'ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISBP), une unité mixte de l'Insa de Toulouse, de l'Inra et du CNRS.

Les chercheurs ont fait la singulière découverte lors d'un programme de recherche, lancé il y a quatre ans, et visant à étudier les capacités digestives des individus selon leur régime alimentaire.

Il ne s'agit pas d'exploiter au long cours, et directement, les excréments de végétariens. Il n'est pas non plus question d'expliquer comment ces bactéries y ont atterri. « Nous avons récupéré dans les excréments de l'individu végétarien des milliards de micro-organismes. Mais, comme il est aujourd'hui impossible de cultiver en laboratoire toutes ces espèces, nous avons utilisé leurs gènes pour transformer la bactérie modèle Escherichia coli », explique Gabrielle Véronèse du LISBP. Impossible pour le moment de donner le nom de l'enzyme magique. « Ce serait comme révéler un secret industriel », avoue Renaud Nalin.

 

Voir les commentaires

CHERCHEZ LE CHAT........

27 Décembre 2011, 19:45pm

Publié par VGBIO

CARAMEL

Voir les commentaires

Ours : Le Tribunal Administratif de Toulouse donne raison aux associations de protection de la nature

27 Décembre 2011, 16:15pm

Publié par VGBIO

article de FERUS

Par un jugement en date du 16 Décembre 2011, le Tribunal Administratif de Toulouse a annulé  partiellement l’arrêté préfectoral d’ouverture et de clôture de la chasse du 23 Mai 2011 du Département de l’Ariège car il ne prescrivait pas de mesures suffisantes de protection de l’ours par rapport à la chasse en battue.

Nous rappelons que ces quinze dernières années, sur une très petite population, trois ours au moins ont été tués ou blessés (dont deux femelles accompagnées d’oursons) lors d’une chasse en battue et ce sur trois départements pyrénéens (Pyrénées-Atlantiques, Haute-Garonne et Ariège).

...Aujourd’hui donc, après cette décision de justice, il conviendrait :

  • D’interdire les battues durant 48h dans les secteurs où un ours vient d’être détecté.
  • D’interdire tout acte de chasse dans les zones d’hivernage connues.
  • De créer des réserves temporaires de chasse sur les secteurs les plus fréquentés par l’ours en période de chasse.

Ces mesures de bon sens qui concourent à laisser à chacun son espace réservé ne peuvent qu’être très positives pour la sécurité des ours mais aussi des chasseurs qui ont prétendu par le passé et à plusieurs reprises d’avoir dû tirer sur l’ours en état de légitime défense.

Voir les commentaires

UN 12ème LOUP EST MORT ...........

27 Décembre 2011, 16:08pm

Publié par VGBIO

article de FERUS, le point sur les morts de loups:

Il y a quelques jours, le cadavre d’un loup, partiellement consommé, a été retrouvé dans la vallée de la Clarée à Val-des-Prés (Hautes-Alpes).

Les causes de la mort sont encore inconnues.

L’autopsie qui doit avoir lieu nous en dira peut être plus.

S’il s’avère que le loup est mort suite à un tir ou un empoisonnement, FERUS portera plainte comme à chaque fois qu’un braconnage est avéré ou fortement soupçonné.

C’est le douzième cas de mortalité de loup connu cette année : 

Jusqu’à 2011, jamais plus de 6 cas de mortalité n’avaient été enregistrés en une année.

Voir les commentaires

LES PRODUITS ANIMAUX EN TETE DES EMISSIONS DE CO2, CONTRIBUENT A DETRUIRE LA PLANETE

27 Décembre 2011, 13:04pm

Publié par VGBIO

un nouveau rapport réaffirme que les produits animaux contribuent, par la quantité de CO2 qu'ils engendrent, à désorganiser le climat et donc, à la destruction de notre planète.

Vous qui me lisez, réfléchissez bien à votre alimentation et tirez en les conclusions qui s'imposent!

 http://www.ewg.org/meateatersguide/at-a-glance-brochure/

 

LE TOP 5:

1- AGNEAU

2- BOEUF

3- FROMAGE

4- PORC

5- POISSON

C'est désormais un fait avéré et reconnu de tous (surtout par la FAO) : la viande est un aliment très émetteur de CO2, qui participe à la déforestation et contribue à la pollution et à l'assèchement des sols, à travers les systèmes d'élevage intensifs.


L'élevage est de toutes les activités humaines celle qui utilise le plus de terres agricoles. Les pâturages occuperaient ainsi 26 % de la surface émergée de la terre tandis que la production fourragère (maïs et soja principalement) requiert environ un tiers des terres arables. 

Consommation mondiale de viande en pleine croissance

De 1971 à 2010, la production mondiale de viande a triplé. À ce rythme, la production devrait encore doubler d'ici 2050 pour atteindre plus de 544 milliards de kilos par an, nécessitant davantage d'eau, de terres, de carburants, de pesticides, d'antibiotiques et causant d'importants dégâts à la planète et la santé mondiale.

Le pays qui détient le record de consommation de viande par habitant est les Etats-Unis, avec 94 kg de viande par personne et par an. C'est presque 60 % de plus que pour un Européen qui consomme 61 kg par habitant et 4 fois plus que dans la plupart des pays en voie de développement. 

Pour accroître la prise de conscience sur les méfaits de ce "virus alimentaire", l'ONG américaine EWG a donc calculé le bilan carbone de la consommation de viande et d'autres aliments de notre quotidien. 

Contrairement à la plupart des études qui se concentrent uniquement sur ​​les émissions lors de la production, cette évaluation calcule l'empreinte carbone (émissions de GES) de chaque produit alimentaire pendant la phase d'élevage mais aussi après la mise à mort de l'animal. Par exemple, l'analyse inclut les émissions liées à la viande produite qui n'est finalement pas consommée, soit parce qu'elle est laissée sur le bord de l'assiette, soit parce que la date de péremption a été dépassée ou parce qu'elle a perdu en graisses  pendant la cuisson. "Environ 20 % de la viande produite finit à la poubelle" rappelle l'ONG dans son étude.

brochure6a.png

Voir les commentaires

EXPERIMENTATION ANIMALE: ELEVAGE DE LA HONTE EN ITALIE

27 Décembre 2011, 12:55pm

Publié par VGBIO

PRENEZ LE TEMPS DE LIRE CE TEXTE POIGNANT........Comme elle est courageuse cette italienne! ce n'est pas nos ministres vendus aux lobbies pharmaceutiques et chimiques qui auraient ce courage!

AJOUTONS que de tels élevages existent aussi en France!

 

Michela Vittoria Brambilla, ex ministre du tourisme, a été la seule, avec les carabiniers des Nas à être entrée dans l'élevage de beagles "Green Hills" à Montichiari.

Voici le récit de la visite de Madame Brambilla, qui a mené ces derniers mois un combat personnel et politique contre la présence dans (son) pays d'élevages d'animaux destinés à l'expérimentation. 

18 décembre 2011 

Le regard éteint, la queue entre les jambes. Ils n'ont pas de nom mais seulement un numéro accroché aux barreaux. C'est la première image qui me frappe quand j'entre dans le hangar-nursery de la Cie Green Hill de Montichiari (Brescia), le dernier élevage en Italie de beagles destinés à la vivisection existant dans notre pays. Il y a 2500 créatures vendues par la multinationale Marshall, propriétaire de la structure, aux laboratoires de la moitié de l'Europe où leur courte vie se terminera dans d'atroces souffrances. 

Leurs journées, toutes identiques, sont scandées uniquement par le cycle de 12 heures de lumière au néon alternées avec 12 heures d'obscurité, passées à l'intérieur d'un petit box qui, pour ces petites chiennes, est tout leur univers. 

L'air est lourd, irrespirable, mais les lucarnes doivent rester fermées "pour ne pas contaminer les cobayes" m'explique-t-on. Les chiens de Green Hill n'auront jamais la possibilité de sortir de ces cages, de voir la lumière du soleil, de respirer à pleins poumons. Ils ne sauront jamais ce que signifie "courir dans l'herbe". Utilisées comme des machines pour produire autant d'infortunés comme elles, les "reproductrices" s'occupent avec une tendresse désespérée de leurs petits, certaines que, cette fois encore, viendra quelqu'un qui les emportera. 

Je proteste, j'exprime aux responsables de cette structure toute ma désolation pour cette vie qui n'est pas vie. On me répond : " de toute façon ces chiennes durent trois ans". C'est-à-dire? C'est-à-dire qu'après trois ans, elles finissent elles-aussi torturées dans un laboratoire et sont remplacées par des reproductrices plus jeunes. Pour tous les autres chiens de Green Hill, le voyage vers la mort arrive entre leurs 6 et 12 mois. 

Le hangar est étroit et long, un couloir central sépare deux longues rangées de box. Tous aussi petits. Par terre, pas même un couchage. Juste quelques copeaux de bois pas assez abondants pour couvrir le sol. Au fond de chacun d'entre eux, je vois une espèce de plateau et, sous une lampe qui émet de la chaleur, tant de tendres chiots endormis. Chaque maman en a entre trois et sept. Tous rigoureusement de la même taille, nés il y a environ un mois. Parce que toute chose est artificielle à Green Hill et contrôlé par les responsables, même le temps de la reproduction. 

Albert Einstein, se référant à la vivisection, a écrit qu' "aucun but n'est assez élevé pour justifier des méthodes aussi indignes". Depuis, est passé presque un siècle, l'expérimentation animale a montré qu'elle s'était fourvoyée et qu'elle pouvait tout aussi bien être remplacée par des méthodes alternatives parfaitement fiables. Pourquoi, alors, ce continuel massacre? 

Pendant que je marche entre les box, je ne peux m'empêcher d'allonger la main vers les cages. Les petites chiennes s'approchent timidement derrière les barreaux elles me font une petite lèche. Puis, malheureusement, je fais un geste que je ne pourrai jamais oublier : j'entre dans une cage, je soulève délicatement un chiot et je le regarde de près. Lui continue à dormir sans ouvrir ses petits yeux. Un petit morceau de copeau avait fini dans sa bouche, je la lui ouvre tout doucement pour le lui enlever. Cette petite bouche sans dents, ce parfum de lait et sa douceur crient vengeance à l'intérieur de cette usine de mort. Le responsable, presque surpris par mon désarroi, me dit : "Voyez-vous, cet élevage n'a rien de différent d'un élevage de poulets en batterie". Justement, là est la question. 

Pour entrer dans ces hangars, on doit mettre une combinaison et des couvre-chaussures qui arrivent aux tibias. Les travailleurs portent des coiffes pour protéger leurs tympans du bruit assourdissant qui domine dans le milieu ambiant. Les chiens ne peuvent pas le faire. Je demande qu'on me montre un autre hangar, de "cobayes" adultes. On me conduit dans une structure un peu plus loin, un vrai et total instrument de mort. Les condamnés, presque tous de la même taille, ont presque un an. Ils cherchent à me voler une caresse, ils suivent ma main dans une recherche d'affection désespérée. 

Quelques jours auparavant, en ma qualité de ministre, j'ai présenté une dénonciation auprès du Procureur de la République et des NAS avec la requête de vérifier des mauvais traitements, y compris à caractère psychologique, sur ces chiens et d'adopter les dispositions convenables, y compris leur mise sous séquestre. Je ne puis évaluer si Green Hill est en règle avec nos lois, mais une chose est sûre : cette entreprise n'est pas en règle avec nos consciences. 

Cette usine de mort représente une honte par le seul fait qu'elle existe. Marshall doit quitter Montichiari et Green Hill doit fermer pour toujours. Parce qu'elle est en opposition avec notre progrès culturel, avec les sentiments de millions et de millions d'Italiens qui aiment les animaux et veulent voir respecter leurs droits. Avec l'image que nous voulons donner au monde de notre civilisation.


Voir les commentaires

1 2 3 > >>