Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

La protection de l’ours bafouée par le gouvernement français

29 Juin 2011, 18:15pm

Publié par VGBIO

Communiqué d'EUROPE ECOLOGIE LES VERTS MIDI PYRENEES

La protection de l’ours bafouée par le gouvernement français

Toulouse, le 29/06/11

     Malgré ses engagements antérieurs, le gouvernement français par l’intermédiaire de la ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a décidé le 1er juin de renoncer au lâcher d’une ourse dans les Pyrénées, alors que celui-ci était prévu depuis un an pour le printemps 2011. Or l’ours est une espèce en danger : sur une population de 20 individus, il ne reste que deux mâles adultes en Béarn – rappelons que les dernières ourses de la zone ont été tuées, Cannelle par un chasseur, Franska dans un accident de la route. Cette décision n’est justifiée par aucune raison pertinente de la part du ministère de l’écologie (quelle sécheresse en Béarn?).

Dans une communication du 3 mai 2011 exposant sa nouvelle stratégie pour enrayer la perte de la biodiversité, la Commission Européenne prône « la pleine application des Directives «Oiseaux» et «Habitats » », directives dont la France est signataire, et qui fait de l’ours brun une espèce prioritaire d’intérêt communautaire nécessitant une protection stricte. C’est une marque d’engagement fort en matière de protection des espèces en difficulté au niveau européen, qui serait bafoué par une telle volte-face de la part du gouvernement français.  
 
La décision du gouvernement français d’ignorer les règles européennes en vigueur en ne réintroduisant par d’ours dans les Pyrénées nous indigne, c’est pourquoi nous venons d’adresser une question écrite à la Commission Européenne, afin de lui demander de clarifier sa position : à la fois en réaffirmant qu’elle considère toujours l’ours brun comme une espèce d’importance européenne menacée d’extinction dans les Pyrénées, ainsi qu’en faisant l’évaluation des moyens utilisés par la France pour assurer la viabilité de l’ours. Nous devrions recevoir une réponse de la part de la Commission Européenne d'ici trois semaines. 

 
Catherine Grèze, Députée européenne Les Verts/ALE du Sud Ouest

François Arcangeli, Conseiller régional EELV Midi-Pyrénées

Commenter cet article

terrienne végétalienne 30/06/2011 12:22



Tant qu'il y aura de tels individus à ces places là, on n'avancera pas . Ils préfèrent l'artificiel , l'illusoire , le fric , leur sacro-saint fric  à tout ce qui est naturel .


Alors , les autres espèces sont le cadet de leur souci, leur principal souci étant les voix  électorales , et oui , la place est bonne, et tous les privilèges qui ne veulent surtout pas
perdre, et tout leur tra-la-la. Alors, les ours, les abeilles, ils s'en tapent, ces messieurs , dames, les décideurs fantôches.