Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

LA DOULEUR CHEZ LES ANIMAUX D'ÉLEVAGE

3 Mai 2010, 15:17pm

Publié par VGBIO

TIRÉ DU SITE DE L214

"Douleurs animales : les identifier, les comprendre,
les limiter chez les animaux d’élevage"

A la demande des ministres en charge de l'Agriculture et de la Recherche, l'INRA a mené une expertise scientifique collective sur la douleur des animaux d’élevage, destinée à éclairer le débat sur les relations animal - société.
Cette expertise présente un état de lieux - partiel de notre point de vue - des connaissances scientifiques sur la notion de douleur et sur son existence chez les différents animaux d’élevage, ainsi que sur les mécanismes physiologiques qui en sont à l’origine. Le rapport propose également des pistes pour évaluer et limiter les douleurs. Ce travail a mobilisé des experts en sciences de la vie et sciences humaines et sociales, qui ont recensé et analysé près de 1400 articles de la littérature scientifique internationale.

Cette expertise est un pas important dans la prise en compte de la douleur des animaux dans les élevages, pendant les transports ou à l'abattoir, mais on retrouve malheureusement des biais constatés dans le livre d'Antoine Comiti, l'INRA au secours du foie gras : un certain nombre d'études pourtant pertinentes ont été écartées, des solutions simples ne sont pas mentionnées...

à lire ici, pour ceux qui sont intéressés

http://www.inra.fr/presse/expertise_douleurs_animales_chez_animaux_...

Voir les commentaires

RAPPORT DE ONE VOICE SUR LA CORRIDA

3 Mai 2010, 15:07pm

Publié par VGBIO

ENQUÊTE SUR LA CORRIDA : ARNAQUES ET FAUX SEMBLANTS OU LA DUPERIE MISE EN SCÈNE

Ce rapport de One Voice met en lumière la face cachée de la corrida. Il révèle la réalité de ce spectacle, la vraie nature des taureaux comme celle des matadors ainsi que les tricheries et les autres manipulations du public en vigueur dans le milieu taurin.
Le taureau est un être paisible
Les taureaux ne sont pas des animaux agressifs. Au contraire, en tant que proie à l’état sauvage, ils sont des adeptes de la fuite plutôt que de l’affrontement. Alors pour qu’ils soient « utilisables » dans des corridas, non seulement on les sépare très tôt de leur mère mais on les sélectionne sur des critères parfois très subjectifs… et surtout, inopérants !

Les spectacles de corrida sont une mise en scène
Les taureaux préfèrent fuir ? Qu’à cela ne tienne ! Enfermés dans l’arène, on les force à charger… Les toréadors connaissent si bien leur comportement qu’ils parviennent à créer une illusion parfaite de combat sans même se mettre en danger.

Les tricheries sont monnaie courante
Les toréadors ne sont pas courageux. Ils se protègent donc en trichant : en rasant les cornes de l’animal, en l’aveuglant, en lui faisant perdre son équilibre… ou même en lui administrant un anesthésiant ! Toutes ces pratiques, pourtant connues dans le milieu, sont fréquentes mais pas médiatisées. Il était temps de les révéler.

La réalité est bien loin de la théorie
Au vu et au su de tous, au sein même de l’arène, la corrida s’éloigne de sa théorie, en dépit des attentes des aficionados. Du maniement de la pique à l’estocade, c’est à une véritable boucherie que le public assiste. Quant au taureau, il meurt plus souvent noyé dans son propre sang que d’un coup de lame, quand il n’est pas sorti encore vivant de l’arène… Quand à l’entraînement des futurs matadors, qui le souhaite peut assister à ces spectacles aussi sordides que traumatisants, d’enfants assassinant des veaux apeurés…

Un spectacle d’illusionnistes
Jeux de capes, musique, habit de lumière, une multitude de fanfreluches sont là pour déguiser la mort en expression artistique. Assorties d’une série de représentations symboliques, elles font oublier à tous, toréador compris, qu’un taureau saigne et agonise. La corrida un spectacle cruel ? Indubitablement oui, au point que même ses amateurs en nient la vraie nature…

One Voice demande l’interdiction de la corrida.

LIRE LE RAPPORT (en bas de page à gauche)
http://www.one-voice.fr/fr/page/rapports

ou télécharger le ici:
Rapport_Corrida_09_VF.pdf

Voir les commentaires

BOURREAUX D’ANIMAUX, BOURREAUX D’HUMAINS : PARTENAIRES DANS LE CRIME

3 Mai 2010, 15:05pm

Publié par VGBIO

Bourreaux d’Animaux, Bourreaux d’Humains : Partenaires dans le crime

(Traduction de la fiche pédagogique "Animal abuse and Human abuse : Partners in crime" réalisée par l’association PETA)

Les actes violents envers des animaux ont depuis longtemps été reconnus comme les indicateurs d’une psychopathie dangereuse qui ne se borne pas qu’aux seuls animaux. "Quelqu’un qui s’est habitué à considérer la vie de n’importe quelle créature vivante comme sans valeur, finit par penser qu’une vie humaine ne vaut rien" écrivit l’humaniste Dr Albert Schweitzer.

"Les meurtriers... ont très souvent commencé en torturant et tuant des animaux alors qu’ils étaient encore des gosses" selon Robert K. Ressler, qui a développé des profils de tueurs en série pour le FBI. Des études qui ont depuis convaincu des sociologues, législateurs et tribunaux, que les actes de cruauté envers des animaux méritent notre attention. Ils sont le signal d’une pathologie violente qui peut inclure des victimes humaines.

Un long parcours de violence

Maltraiter un animal n’est pas le simple résultat d’un désordre mineur de la personnalité, mais le symptôme d’une perturbation mentale profonde. Les recherches en psychologie et en criminologie montrent que les gens qui commettent des actes de cruauté envers les animaux ne s’arrêtent pas là. Beaucoup d’entre eux reportent cette violence sur leurs semblables.

Le FBI a constaté qu’un des traits de caractère, qui apparaît régulièrement dans les bases de données de leur ordinateur sur les violeurs et les meurtriers en séries, est qu’ils ont eu un passé de violences envers des animaux. Le manuel sur le traitement des désordres psychiatriques inscrit la cruauté envers les animaux comme un critère diagnostique de trouble du comportement. [1]

Des études ont démontré que les criminels violents et agressifs ont plus souvent maltraité des animaux quand ils étaient enfants que des criminels considérés non agressifs. [2] Une enquête, sur des patients psychiatriques qui avaient torturé à plusieurs reprises des chiens et des chats, montra que tous avaient aussi un taux élevé d’agressions envers les gens, dont notamment un patient qui avait assassiné un garçon. [3]

Pour les chercheurs, une fascination de la cruauté envers des animaux est un signal d’alarme du comportement psychotique des violeurs et des tueurs en séries. [4] Selon Robert Ressler, le fondateur de l’unité des sciences comportementales du FBI, "Il y a des gosses qui n’ont jamais appris que c’est mal d’arracher les yeux d’un chiot." [5]

Tueurs notoires

L’histoire est remplie d’exemples tristement célèbres : Patrick Sherrill, qui tua 14 collègues de travail dans un bureau de poste, avait dans son passé volé des animaux de compagnie de son voisinage, pour que son propre chien s’exerce à les attaquer et les mutiler. [6] Earl Kenneth Shriner qui viola, poignarda et mutila un garçon de 7 ans, était notoirement connu dans son quartier comme l’homme qui mettait des pétards dans le rectum des chiens et pendait des chats. [7] Brenda Spencer, qui fit feu dans une école de San Diego, tuant deux enfants et blessant neuf d’autres, avait déjà torturé à plusieurs reprises des chats et des chiens en mettant notamment le feu à leurs queues. [8] Albert DeSalvo, "l’étrangleur de Boston", qui tua 13 femmes, piégeait pendant son enfance, des chiens et des chats dans des cageots et les tuait en lançant des flèches à travers les trous. [9] Carroll Edouard Cole, condamné aux meurtres de 35 personnes, déclara que son premier acte de violence fut d’étrangler un chiot quand il était encore enfant. [10]

En 1987, trois lycéens du Missouri furent inculpés pour avoir battu à mort l’un de leur camarade de classe. Plusieurs années auparavant, ils avaient commencé à pratiquer des actes de mutilations répétées sur des animaux. L’un avait par ailleurs avoué qu’il avait tué tellement de chats qu’il avait fini par ne plus les compter. [11] Deux frères qui ont tué leurs parents, avait précédemment raconté à leurs camarades de classe qu’ils avaient décapité un chat. [12] Le tueur en série Jeffrey Dahmer empalait des têtes de chiens, des grenouilles et des chats. [13]

Plus récemment, les deux lycéens assassins : Kip Kinkel 15 ans de Springfield et Luke Woodham 16 ans de Pearl avaient torturé des animaux avant de faire feu dans leurs écoles. [14] Eric Harris et Dylan Klebold, les étudiants du Lycée de Colombine, qui ont tué 12 camarades de classe avant de retourner leurs armes contre eux, s’étaient vantés auprès de leurs amis, d’avoir mutilé des animaux. [15]

"Il y a un point commun à toutes les fusillades de ces récentes années," déclara le docteur Harold S. Koplewicz, directeur du Centre d’Études sur l’Enfance à l’université de New York. "Vous avez un enfant qui a des symptômes d’agression envers ses pairs, un intérêt pour les armes à feu, la cruauté envers les animaux, l’isolement social, ce qui fait beaucoup de signes d’avertissement que l’école a ignorés." [16]

Malheureusement, beaucoup de ces criminels déjà violents dès l’enfance continuèrent leurs actes de cruauté sans qu’aucun soin ou mesures ne soient pris - jusqu’à ce que leur violence soit finalement dirigée vers des humains. Selon l’anthropologue Marguerite Mead : "Une des choses les plus dangereuses qui puisse arriver à un enfant, est de tuer ou torturer un animal et de s’en sortir sans aucune punition." [17]

Cruautés envers les animaux et violences conjugales

Parce que la violence conjugale est dirigée vers le plus faible ou l’impuissant, les mauvais traitements sur enfant et les mauvais traitements sur animal vont souvent de pair. Des parents, qui négligent le besoin d’un animal ou le maltraitent, peuvent aussi maltraiter ou négliger leurs propres enfants. Tandis que certains adultes ont conscience qu’ils ne doivent pas maltraiter leur enfant devant témoins, ils n’éprouvent pour leurs animaux familiers aucun scrupule à les maltraiter en public.

Dans 88 % des 57 familles du New Jersey, suivies pour mauvais traitements à enfant, l’animal du foyer subissait aussi des maltraitances. [18] Sur 23 familles Britanniques avec un passé de maltraitance animale, 83 % furent identifiées par des experts comme ayant leurs enfants en danger de maltraitance ou de négligence. [19] Dans une étude sur des femmes battues, 57 % d’entre elles qui ont des animaux familiers ont avoué que leurs compagnons avaient fait du mal ou tué leurs animaux. Une sur quatre déclara qu’elle restait avec son bourreau parce qu’elle avait trop peur de partir en laissant l’animal du foyer derrière elle. [20]

Tandis que la violence envers l’animal est un signe important de mauvais traitements à enfant, le parent n’est pas toujours celui qui fait du mal à l’animal. Les enfants qui maltraitent les animaux peuvent répéter une leçon apprise à la maison. Comme leurs parents, ils réagissent par la violence à une colère ou une frustration. Leur violence est dirigée au seul individu dans la famille plus vulnérable qu’eux : l’animal. Selon un expert : "les Enfants qui vivent dans un foyer violent se caractérisent par le fait (...) d’avoir fréquemment participé à des scènes où c’est le plus fort qui s’octroie le droit hiérarchique de frapper le plus faible," ordre hiérarchique dans lequel ils peuvent mutiler ou tuer un animal. En effet, la violence domestique est la toile de fond la plus commune à l’enfant maltraitant des animaux. [21]

Arrêter le cercle de maltraitance

Selon Cornell de l’Université de Médecine Vétérinaire : "il y a un consensus de conviction parmi des psychologues (...) que la cruauté envers les animaux est un des meilleurs exemples de la continuité des troubles psychologiques de l’enfance à l’âge adulte". [22]

Les écoles, les parents, la communauté et les tribunaux qui considèrent que la maltraitance envers l’animal est un crime "mineur", ignorent que c’est en fait une bombe à retardement. Au lieu de cela, la communauté doit fortement condamner les individus responsables de cruauté envers les animaux, contrôler si les familles ont (eu) d’autres signes de violence et exiger un suivi intensif des coupables. La communauté doit reconnaître que la maltraitance envers N’IMPORTE QUEL être vivant est inacceptable et met en danger tout en chacun.

En 1993, la Californie fut le premier État à passer une loi autorisant les "animal control" agents a rapporter également les mauvais traitements sur enfant. Une législation similaire fut ensuite adoptée dans d’autres États comme le Connecticut, l’Ohio et Washington. "La maltraitance sur animaux familiers est le signal d’avertissement d’une maltraitance faite aussi aux membres bipèdes de la famille," déclara Steve Effman, représentant du projet de loi, "nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer cette connexion plus longtemps." [23]

De plus, on doit apprendre aux enfants à soigner et respecter les animaux dans leur droit propre. Après une étude approfondie sur les liens entre la maltraitance envers l’animal et la maltraitance envers l’humain, deux experts ont conclu : "l’évolution à des relations plus douces et bienveillantes dans la société humaine pourrait être augmentée par notre promotion d’une éthique plus positive et élevée entre les enfants et les animaux." [24]

Ce que vous pouvez faire :

Recommandez vivement à vos systèmes scolaires et juridiques locaux de prendre en compte sérieusement la cruauté envers les animaux. Les lois doivent envoyer un message fort : la violence contre n’importe quelle créature sensible - humaine et autre qu’humaine - est inacceptable.

Prenez conscience des signes de négligence ou de maltraitance sur des enfants et des animaux. Prenez au sérieux les enfants s’ils rapportent que des animaux sont négligés ou maltraités. Certains enfants ne parleront pas de leur propre souffrance, mais parleront de celle d’un animal.

Ne fermez pas les yeux sur des actes même mineurs de cruauté sur animaux commis par des enfants. Parlez à l’enfant et aux parents de celui-ci. Si nécessaire, contactez un assistant social.

Sources


[1] Daniel Goleman, "Child’s Love of Cruelty May Hint at the Future Killer," The New York Times, 7 Aug. 1991.

[2] "Animal Abuse Forecast of Violence," New Orleans Times-Picayune, 1 Jan. 1987.

[3] Alan R. Felthous, "Aggression Against Cats, Dogs, and People," Child Psychiatry and Human Development, 10 (1980), 169-177.

[4] Goleman.

[5] Robert Ressler, quoted in "Animal Cruelty May Be a Warning," Washington Times, 23 June 1998.

[6] International Association of Chiefs of Police, The Training Key, No. 392, 1989.

[7] The Animals’ Voice, Fall 1990.

[8] The Humane Society News, Summer 1986.

[9] International Association of Chiefs of Police.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Lorraine Adams, "Too Close for Comfort," The Washington Post, 4 Apr. 1995.

[13] Goleman.

[14] Deborah Sharp, "Animal Abuse Will Often Cross Species Lines," USA Today, 28 Apr. 2000.

[15] Mitchell Zuckoff, "Loners Drew Little Notice," Boston Globe, 22 Apr. 1999.

[16] Ethan Bronner, "Experts Urge Swift Action to Fight Depression and Aggression," The New York Times, p. A21.

[17] Margaret Mead, Ph.D, "Cultural Factors in the Cause and Prevention of Pathological Homicide," Bulletin in the Menninger Clinic, No. 28 (1964), pp. 11-22.

[18] Elizabeth DeViney, Jeffrey Dickert, and Randall Lockwood, "The Care of Pets Within Child-Abusing Families," International Journal for the Study of Animal Problems, 4 (1983) 321-329.

[19] "Child Abuse and Cruelty to Animals," Washington Humane Society.

[20] Sharp.

[21] Cornell University College of Veterinary Medicine, Animal Health Newsletter, Nov. 1994.

[22] Ibid.

[23] Sharp.

[24] Stephen R. Kellert, Ph.D., and Alan R. Felthous, M.D., "Childhood Cruelty Toward Animals Among Criminals and Noncriminals," Archives of General Psychiatry, Nov. 1983.

TIRÉ DU SITE VEGANIMAL.INFO

Voir les commentaires

DES HÉROS DE TOUS LES JOURS POUR LES ANIMAUX!

3 Mai 2010, 15:03pm

Publié par VGBIO

DE BEAUX EXEMPLES DE DÉFENSEURS DES ANIMAUX

ils sont loin d'ici, mais leur amour des animaux et leur courage valent la peine d'en parler!.....et invitent à la réflexion sur ses actions au quotidiens pour aider les animaux.....


extraits de la newsletter de PETA:

Gaone (”How-oh-nee”) a 15 ans et vient d'un petit village du Kalahari au Botswana. Elle vit dans une ville appelée Maun, ou elle fait des études pour devenir vétérinaire. Il y a peu, elle a été atrocement horrifiée de voir un groupe de jeunes gens athlétiques jouer au foot avec un chat vivant (!!!!!!), l'utilisant comme balle! elle est intervenue, et a sauvé le chat, faisant courageusement face à ces grands idiots qui essayaient de l'intimider et leur a expliqué combien leur geste était odieux, elle a pris et soigné le chat, qui s'est remis de ses blessures. Elle s'occupe aussi de plusieurs chiens....


Moses est un jeune héro de tous les jours qui vit à Soweto, en Afrique du sud. Il est orphelin et vit dans une petite hutte près du tas d'ordure, où il trouve sa source de subsistance. Et il y prend soin des chiens! il s'occupe de 8 chiens!! utilisant les soins d'une clinique vétérinaire gratuite pour qu'ils restent en bonne santé! c'est l'avocat des chiens dans le secteur! et ses amis et voisins ont maintenant suivi son exemple, en prenant mieux soin de leurs chiens aussi....


Voir les commentaires

UN NOUVEAU MAGAZINE BIMESTRIEL VA NAÎTRE EN KIOSQUE DANS TOUTE LA FRANCE : REGARD ANIMAL.

3 Mai 2010, 15:01pm

Publié par VGBIO

UN NOUVEAU MAGAZINE BIMESTRIEL VA NAÎTRE EN KIOSQUE DANS TOUTE LA FRANCE : REGARD ANIMAL.

Regard Animal

Face à l'immense cause qu'est la condition animale, un média entièrement consacré à ce domaine s'impose. Un média qui puisse être lu par tous, végétariens et non végétariens, militants et non militants. Un média qui aborde les thèmes de la sensibilité et l'intelligence animale, un média qui analyse le regard que l'homme porte sur le Vivant et les changements qui s'imposent face aux conséquences gigantesques de nos comportements actuels envers les animaux et la planète.
Ce magazine doit pouvoir être distribué partout, à tous.
Tous nos articles sont écrits par des bénévoles uniquement, dont de bonnes volontés issues des milieux professionnels (journalistes, avocats, vétérinaires, etc.).
Nous parlerons de tous les faits habituellement tenus cachés et des conséquences gigantesques des rapports entre humains et animaux sur la santé humaine, sur son bien-être, sur l'environnement.
Nous verrons comment notre rapport à l'animal affecte nos réseaux d'eau, notre terre, notre air, provoque la stérilité des oiseaux, tue la vie aquatique, a des conséquences énormes sur la faim dans le monde ou sur son état de violence.
Nous parlerons d'avenir et des changements qui s'opèrent. Nous porterons toutes les idées qui créent l'harmonie et qui remplacent les vieilles énergies.
N'ayez crainte d'aller découvrir les pages de Regard Animal. Ce ne sont pas la description de l'horreur des sévices faits aux animaux que vous y trouverez, mais avant tout des solutions, de belles initiatives, des réflexions.
Nous voulons vous offrir des textes emplis de nos énergies, de nos espoirs, de notre capacité à croire en des pensées nouvelles qui se concrétisent petit à petit, avec vous.
Nous voulons, par ce média, soutenir l'effort des associations qui sensibilisent chaque jour le public à la condition animale. Nous voulons vous donner la parole, et nous placer au cœur des débats de société pour faire entendre notre voix pour les animaux.
Aidez-nous à aider les animaux, en parlant de Regard Animal autour de vous. Toute bonne volonté est la bienvenue dans cette belle aventure.
Les abonnés VegMag recevront en cadeau le premier numéro de Regard Animal.
Sortie prévue : juin 2010.

Contact@regardanimal.fr

www.regardanimal.fr

 

Couverture Regard Animal

Voir les commentaires

CAUDALIE ADOPTE L’ÉTHIQUE ONE VOICE

3 Mai 2010, 14:57pm

Publié par VGBIO

tiré du site de one voice:
Le label One Voice est heureux de compter une nouvelle affiliée : Caudalie. La jeune marque, créatrice de formules « qui respectent la peau des femmes et l’environnement », a choisi de respecter, aussi, la vie des animaux en adoptant l’éthique animale défendue par le label One Voice.

 

 

 

Créée il y a à peine 15 ans, Caudalie, créatrice de cosmétiques issus du « recyclage des pépins de raisin, des rafles et sarments de vigne », n’en finit pas de révolutionner l’industrie de la cosmétologie. Après avoir mis à la portée des femmes l’extraordinaire pouvoir anti-oxydant des polyphénols de raisin et banni dès 2005 les parabens de ses produits en leur préférant des conservateurs bio, la jeune marque qui « rêve d’un monde plus vert » vient de franchir un nouveau pas en intégrant la liste des labellisés One Voice.

Un choix exigeant
Celle qui défend une « cosmétique qui rime avec éthique » a choisi de respecter les règles définies par le 
label One Voice pour la création de ses formules. Un choix exigeant qui garantit aux consommatrices de la marque que la vie d’aucun animal n’a été mise en danger lors de la formulation et la fabrication de l’ensemble des produits mis sur le marché par Caudalie.

« Ultra efficaces » et respectueux du vivant
En adoptant l’éthique animale du label One Voice, Caudalie, l’une des rares marques à déposer ses propres brevets, démontre ce que l’association défend depuis toujours :
l’expérimentation animale n’est pas nécessaire à la mise au point des produits de beauté ni une garantie de leur qualité. Aujourd’hui, les avancées scientifiques et technologiques permettent de proposer des cosmétiques à la fois « ultra efficaces » et respectueux du vivant. Les méthodes alternativesoffrent en effet des garanties similaires, voire meilleures, pour la beauté et la santé humaine. De quoi sauver des millions d’animaux de l’enfer des laboratoires et des centres d’élevage.

L’éthique source de dynamisme
Après l’adhésion du leader de la cosmétique à prix accessible Yves Rocher, l’arrivée de Caudalie dans la 
liste des marques certifiées prouve que l’éthique est plus que jamais source de dynamisme et de développement pour les firmes créatrices de beauté. En novembre 2009, lors de sa mise à jour, la liste comptait pas moins de six nouvelles gammes de produits : Bionatural, Gamarde, Phyt’s Men et Phyt’s Organic Make-up des laboratoires Phyts, Calmofitol du laboratoire Superdiet, Patyka Family d’une nouvelle firme Aelslife, Perla d’Oro de la marque éponyme.

Démocratisation d’une cosmétique responsable
Le label One Voice est quant à lui un formidable accélérateur de la démocratisation d’une cosmétique responsable et citoyenne. Avec l’adhésion de petites et grandes marques aux valeurs défendues par le label One Voice, ce sont des millions d’hommes et de femmes à travers le monde qui ont aujourd’hui la possibilité d’acheter des produits de beauté respectueux d’une certaine « éthique animale et planétaire ».

Voir les commentaires

UN PITBULL SAUVE SES MAÎTRESSES DE LA MORT AUX PHILIPPINES ET MEURT EN HÉROS.

3 Mai 2010, 14:55pm

Publié par VGBIO

A Cagayab de Oro, une ville au nord des Philippines, il est connu comme le loup blanc, sauf que Chief n'est pas un loup, c'est un pitbull, bien élevé et affectueux, fidèle et très apprécié.

A 4 ans, en pleine force de l'âge, c'est un pitbull bien bâti, au poil ras, à la robe beige doré, doté d'une puissance impressionnante.
Chief est le plus paisible des chiens, il est le chouchou de la famille Fronteras et voue à son maître un amour inconditionnel.
Les deux enfants de la famille, âgés de 10 et 8 ans, passent des heures à jouer avec lui, bref ce pitbull est le plus gentil des chiens, mais voilà, le 12 février dernier...

Il est environ 14 heures quand madame range la cuisine et que sa mère fait une petite sieste devant son feuilleton préféré, lorsque soudain, Chief qui dormait dans un coin, se lève d'un bond et s'approche de la vieille dame en grognant...

Réveillée en sursaut, cette dernière ne comprend pas, d'autant que Chief s'est mis à aboyer comme un furieux...

Surprise, la fille arrive dans le salon et allume la lumière, les deux femmes poussent alors un cri strident, glissant sans bruit vers le canapé où se repose la vieille dame, un serpent s'approche!

C'est un cobra dont la morsure est mortelle!

Bien que sourd, le serpent a perçu le danger dans les vibrations produites par les aboiements du pitbull, et tandis que le chien tient en respect le serpent, la fille tire sa mère vers une autre pièce de la maison.

Après un moment, convaincues que le serpent a pris la fuite, les deux femmes retournent dans le salon, non sans une inquiétude, à peine ont elles fait quelques pas dans la pièce, que le serpent surgit de sous le canapé...

Les deux femmes n'osent plus bouger et la fille crie "au secours" de toutes ses forces, et c'est le pitbull qui a répondu présent encore une fois, il se jète sur le serpent et le saisit juste au dessous de la tête, le secoue, le frappe au sol dans tous les sens, Chief ne lâche sa proie que lorsqu'il sent entre ses dents le corps perdre toute consistance.

Chief vient de sauver ses maîtresses!
Les deux femmes se jettent sur lui pour le caresser, l'embrasser...

Une demi heure plus tard, le pitbull arrive près de ses maîtresses en chancelant, il s'écroule à leurs pieds, il a du mal à respirer, les deux femmes foncent chez le véto, et lui expliquent ce qui est arrivé avec le serpent.
Le véto a tout compris, le serpent a réussi à mordre Chief à la mâchoire, il n'y a plus rien à faire pour lui.

Voir les commentaires

BORLOO ET CHATEL ENVOIENT LES CHASSEURS DANS LES ÉCOLES !

3 Mai 2010, 14:52pm

Publié par VGBIO

Prosélytisme du lobby chasse envers les enfants 

Borloo et Chatel envoient les chasseurs
dans les écoles !

Un partenariat signé le 4 mars entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. L’ASPAS et de nombreux enseignants réclament l’arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles. C’est ça, le Grenelle de l’Environnement ?

Chaque jour, les élèves du collège d’Agnetz, dans l’Oise, voient ces affiches mensongères situées à quelques centaines de mètres de leur établissement. Non, la chasse n’est un atout ni pour l’écologie ni pour l’éducation. En fait, il s’agit pour les chasseurs de faire la promotion d’une prétendument nécessaire « gestion de la nature » (entendez : la chasse, bien sûr) pour racoler de nouvelles recrues. Pourtant, le prosélytisme est illégal.

La propagande du lobby des chasseurs dans les écoles s’est officialisée il y a vingt ans avec les états Généraux de la chasse en 1990, puis en 1993 avec le colloque « Animations en milieu scolaire »*. Depuis cette époque l’ASPAS, soutenue par de nombreux enseignants, n’a eu de cesse de freiner ces grandes ambitions, et au fil des années ces opérations s’étaient essoufflées. Mais le 13 et le 14 octobre, deux articles de journaux ont remis le feu aux poudres. Dans l’un, une animatrice embauchée par une fédération des chasseurs a cherché à convaincre qu’il est « utile de tirer sur les animaux ; l’autre décrit un cours de SVT particulier : « montrer la chasse et en donner le goût à des enfants ». Une cinquantaine d’associations, dont l’ASPAS, co-signe alors une lettre ouverte adressée au ministre de l’éducation Nationale Luc Chatel : « Stop aux interventions des chasseurs en milieu scolaire ! ». On connaît la suite. 

Les chasseurs n’ont aucune légitimité pédagogique. Leur passion de la chasse et leur concurrence avec les prédateurs naturels leur donne une vision déformée de la faune, qu’ils partagent entre « nuisibles » et « gibier ». Les chasseurs ne sont pas des biologistes et n’ont pas de compétence pour décrire un écosystème dans sa globalité. Leur opposition aux mesures de protection de la biodiversité, leur opposition aux ours et aux loups, leur absence dans les combats pour la défense des animaux sauvages, leurs contentieux quasi quotidiens contre les protecteurs ne rend pas leur discours « écologique » crédible. 
Les chasseurs à l’école ?
Oui, mais en tant qu’élèves !
Contact presse : Marc Giraud
Vice-Président de l’ASPAS
tél. 06 07 74 99 05

* Pour l’historique de la propagande des chasseurs en milieu scolaire, voir l’article « Les enfants pour cible » dans le magazine Goupil n°100, disponible sur demande par courrier ou par mail auprès de Céline Segura, tél. 04 75 25 10 00 ou par mail accueil@aspas-nature.org


Association pour la Protection des Animaux Sauvages - www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement - Bruxelles
B.P. 505 - 26401 CREST Cedex - France Tel. 04 75 25 10 00 - Fax. 04 75 76 77 58 -
 info@aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante

PROTESTEZ ICI:

mail MEN: info-desco@education.gouv.fr

MEEDD: 
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-implantations-du-minis...
puis cliquer vers le milieu de la page sur "accéder au formulaire de contact", car on ne peut pas leur écrire par mail...

Voir les commentaires

LA PLACE DES ANIMAUX SAUVAGES N'EST PAS AU CIRQUE!

3 Mai 2010, 14:49pm

Publié par VGBIO

Des lions, tigres, éléphants et jaguars saisis à la demande d'associations dans les cirques: la guerre est déclarée entre les gens du voyage, qui se disent menacés dans leur activité, et les défenseurs des animaux. 

Aujourd'hui, la France compte 80 cirques traditionnels avec animaux et 200 cirques d'avant-garde subventionnés, généralement sans animaux. Ils attirent chaque année quelque 15 millions de spectateurs. 

Défense des animaux
Gilbert Edelstein, président du syndicat national du cirque, s'insurge "de la traque menée contre eux par les associations de défense des animaux", une situation qu'il n'hésite pas à qualifier "d'affaire Outreau du cirque traditionnel". "Dans la famille, nous avons un agrément du ministère de l'environnement pour chaque espèce", revendique le responsable du cirque Pinder, le plus grand établissement français avec sa centaine d'animaux. 

Selon lui, sur dix coups de fils de clients, neuf demandent s'il y a des numéros avec les animaux. Pour Raoul Gibault, directeur du cirque Médrano, "les anti-animaux sont une minorité agissante dont il faut toutefois se méfier, car ils représentent un puissant lobbying". 

"Ils passent leur temps à trouver une faille dans le système pour nous dénigrer", dit-il. "Notre profession est hyper contrôlée. J'ai déjà eu la visite de l'inspection vétérinaire cinq fois dans le mois", s'insurge-il. "Les animaux vivent du matin au soir avec leurs éducateurs et, que l'animal soit sauvage ou domestique, s'il n'est pas bien dans sa tête, il est potentiellement dangereux", poursuit-il. 

Détention inacceptable

Le cirque Médrano possède une soixantaine d'animaux, dont quatre éléphants depuis 40 ans, 15 tigres, des chevaux et des chameaux. De son côté, la fondation Bardot est farouchement opposée à la détention d'animaux dans les cirques. 

"Les animaux sauvages, comme les tigres, n'ont rien à faire 90% de leur temps dans des cages. Ce sont des conditions de détentions inacceptables au XXIe siècle", commente Constance Cluset, de la fondation. "Forcer un tigre à traverser un cercle de feu est contre nature, car en liberté il fuit", dit-elle, ajoutant : "Lorsqu'on aime les animaux sauvages, on doit respecter leur comportement". 

Pas de nouveaux animaux
Selon elle, les associations de défense des animaux ne veulent pas assassiner les gens du cirque même si leurs méthodes sont parfois discutables. Mais, elles souhaitent, à terme, notamment avec l'aide des pouvoirs publics, que les populations animales ne soient plus renouvelées. 

"Le ministère de l'agriculture pourrait par exemple subventionner les cirques qui souhaitent se reconvertir et créer des structures d'accueil pour les animaux", suggère-t-elle. Egalement opposé à la présence des animaux dans les cirques, Bruno Lassalle, vétérinaire, affirme "qu'un animal de cirque ne peut pas exprimer la gamme de ses comportements normaux en captivité". 

"Tous les félins, à l'exception des lions, sont des animaux solitaires et, dans les cirques, on en fait des animaux grégaires", dit-il. "Ces animaux développent des troubles du comportement, tel l'éléphant qui balance sa trompe ou sa tête inlassablement (...) Ils souffrent de psychoses et s'attachent à leur tortionnaire. C'est le syndrome de Stockholm", analyse le vétérinaire. De nombreux cirques, dont le très réputé cirque canadien du Soleil, proposent des alternatives sans animaux, mettant en valeur les numéros sportifs et artistiques. (afp)


Voir les commentaires

LA SOUFFRANCE DES VACHES AVANT L'ABATTAGE

3 Mai 2010, 14:38pm

Publié par VGBIO

C'est triste, mais bien réel! il ne faut plus les manger!


Matricule 31 512 08 2709
C'est le "nom" que vous m'aviez donné..

 


Qu'avais-je de si différent de vous pour mériter ce sort ?
Qu'avais-je de si différent de vous pour mériter cette vie ?
Moi aussi j'aimais ma mère, autant que vous vous aimez la votre
Moi aussi j'aimais la vie, autant que vous vous aimez la votre
Moi aussi j'aimais la liberté, autant que vous, vous apportez d'importance à la votre.
Moi aussi j'aurais voulu connaître le bonheur, autant que vous recherchez désespérément le votre.

Du jour de ma naissance, contrairement à la votre
Mon avenir était tout tracé.
Par ce que vous en aviez décidé ainsi.
Par ce que mon corps consommable, entre autres,
avait pour moi effacée
l'idée que que je puisse vivre aussi. 

Je sais bien qu'il faut manger pour vivre.
Et que "le lion mange bien la gazelle"
Mais lui n'a pas mis au point cette ignominie
d'engraisser sa proie, de la choyer pendant des mois
pour mieux mettre fin à sa vie
une fois son âge atteint, son poids requis
sans parler que lui n'a pas d'autres choix

Sur ces images, je suis dans ce couloir de la mort.
Tout est pensé : sans retour, sans échappatoire, sans issue.
Mon frère, devant moi, va disparaître derrière cette porte.
Je sais trop bien ce qui lui arrive, je sens sa terreur.
j'entends son souffle, sa crainte et ses cris
Comme j'aimerais passer pour le rejoindre, le rassurer de ma présence
Mais la porte est fermée... me séparant de lui à jamais.

Mes entrailles me font mal, et je me suis laissée aller...
Pardonnez-moi, j'ai tellement peur
N'y à t'il personne pour me libérer
de ses minutes de terreur qui me paraissent des heures...

...Mon tour est venu

Passée la porte, je ne sais plus..
Car cet abattoir est "aux normes"

Il parait qu'il est des lieux où on vous découpe vivants....
Il parait qu'il est des lieux où on vous égorge dans la rue...
Pardon, vous ne saviez pas, vous ne pouviez rien faire....

Mon corps a aujourd'hui disparu...
Disparu dans vos assiettes et vos estomacs affamés sans scrupules.
Sentiez-vous ma douleur dans votre bouche, qui mastiquait sans remords?
Demain, vous le croiserez peut-être dans la rue 
A vos pieds ou sur vos corps, ô combien ridicules
Qui osent se couvrir de ce qui vous fait si peur : la mort !

Moi qui ne suis aujourd'hui que passé
Vie abstraite, insignifiante et sans importance,
Qui ne survit qu'au travers de ces quelques images
Je voudrais juste qu'aujourd'hui vous pensiez :
Votre nourriture justifie -t'elle tant de souffrances?
Il n'appartient qu'a vous demain, de tourner la page.

Auteur: NEO


Voir les commentaires

<< < 100 110 111 112 113 114 > >>