Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Ce que la science nous dit des sentiments des animaux de ferme

4 Juillet 2015, 22:56pm

Publié par VGBIO

un intéressant article sur le blog de L214, à lire ici:

http://blog.l214.com/2015/06/25/sentiments-animaux-jonathan-balcombe

extraits:

"À mesure que le tabou scientifique est levé sur l'intérêt d’étudier les pensées et les émotions des animaux, des perspectives passionnantes s’ouvrent sur leur monde intérieur."

"Devant des portraits qui leur étaient présentés, les préférences des poulets se sont révélées incroyablement proches (98%) des préférences qu'avaient exprimées des humains. On ne sait pas bien ce que ça nous apprend sur le sens esthétique des poulets, mais l'idée que des poulets préfèrent certains humains est poignante, vu le traitement misérable que nous réservons ordinairement à ces animaux"

"À juste titre, les cochons sont reconnus comme des animaux intelligents et pleins de ressources. Dans les élevages où la nourriture est distribuée automatiquement en quantité adaptée à chaque animal, certains cochons ramassent les émetteurs qui se détachent parfois du cou de leurs congénères, et s'en servent pour se faire servir une seconde ration à leur place."

"À mesure que la science des émotions et des mondes intérieurs des animaux progresse, la nécessité de mettre un terme à la maltraitance que ces animaux endurent entre nos mains apparait de plus en plus justifiée. Dans ce but, mes collègues et moi-même sommes impatients de lancer prochainement Animal Sentience, la première revue universitaire consacrée à l'étude morale des émotions chez les animaux. Parce que la science nourrit la réflexion éthique, tous les articles de cette nouvelle revue seront consacrés aux moyens de provoquer des changements en faveur des animaux dans les pratiques et dans les politiques publiques."

l'article en anglais est ici:

http://www.philiplymbery.com/2015/03/farm-animal-feelings-get-scientific/

Ce que la science nous dit des sentiments des animaux de ferme

Voir les commentaires

LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE DECIDE QUE 36 LOUPS SERONT ABATTUS EN 2015-2016

4 Juillet 2015, 22:50pm

Publié par VGBIO

voilà, c'est fait! les arrêtés sont tombés! Royal, qui hait la faune sauvage, a décidé de l'abattage de 36 loups cette année! ( c'était 24 l'an dernier! donc, une énorme augmentation!!!!!!!!)

éleveurs vous en aviez rêvé? Royal l'a fait! même la droite n'avait jamais osé aller jusque là, préconisant une dizaine d'abattage par an! Les loups peuvent désormais être abattus même si le bétail n’a pas été attaqué, même s’il n’est pas protégé, et jusqu’à six mois après qu’il est rentré. Les tirs sont possibles jusque dans le cœur des parcs nationaux. Les éleveurs continuent à être subventionnés et indemnisés sans contrepartie ni incitation à protéger leur troupeau.

Comme la démocratie, en Europe, à part le gouvernement grec, les oligarques ne connaissent pas, surtout les nôtres, elle s'est totalement foutu de la consultation publique concernant les conditions et le nombre de loups à tuer pour 2015-2016, qui a recueilli plus de 6000 commentaires, dont 95% étaient défavorables à ces arrêtés!

C'est si grave que plusieurs associations ont déposé une plainte contre la France auprès de l'UE, car, rappelons le à cette "socialiste" écervelée et copine des lobbies agricoles, LE LOUP EST UNE ESPECE PROTEGEE!

Remarquez, elle s'en fout, car elle a déjà instauré l'an dernier la chasse au loups pour les chasseurs qui sont en battue! c'est à dire que si des chasseurs qui chassent le sanglier tombent sur des loups, ils sont autorisés à les tuer, alors qu'ils sont protégés par la convention de Berne!

C'est grave car ça met en péril la pérennité de la population française de loups!

En effet, selon les comptages de l'ONCFS, il y avait 301 loups estimés en 2014, mais seulement 282 loups en 2015.

Les éleveurs et chasseurs ne se gênent pas pour les braconner, les empoisonner!.en plus des tirs "légaux"!

Communiqué de CAP-Loup 2 juillet 2015

La ministre de l’écologie vient de publier deux arrêtés fixant les conditions de tirs et le nombre de loups pouvant être tués pour la période 2015-2016. Ces mesures entérinent une politique de destruction dictée par les lobbies agricoles et cynégétiques, au mépris de la demande des citoyens et des obligations de notre pays. Les associations de CAP Loup demandent le retrait de ces arrêtés et portent plainte contre la France.

la suite ici:

http://www.one-voice.fr/presse/36-loups-a-tuer-la-france-en-infraction-et-contre-lavis-des-francais/

 

LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE DECIDE QUE 36 LOUPS SERONT ABATTUS EN 2015-2016

Voir les commentaires

BENETTON ABANDONNE ENFIN L'ANGORA!

28 Juin 2015, 18:11pm

Publié par VGBIO

Après l'action de milliers de personnes en France et dans d'autres pays, à l"appel de PETA, pour demander à Benetton de renoncer à l'angora, le groupe a pris la décision de ne plus utiliser d'angora dans ses collections.

Ceci après des campagnes de e-mails à la multinationale, sur les réseaux sociaux , et une manifestation haute en couleurs devant le magasin emblématique de Benetton à Londres.

Ces actions ont porté leurs fruits. Jeudi soir, Benetton a envoyé un communiqué de presse annonçant sa décision de renoncer à cette laine produite de façon cruelle.

C'est une excellente nouvelle pour les animaux. Benetton était l'une des dernières grandes enseignes à s'accrocher à l'angora. Désormais, presque tous les grands distributeurs de prêts à porter ont instauré une interdiction, et donc le commerce chinois de l'angora est en train de s'effondrer. De 2013 à 2014, les exportations d'angora ont chuté de 76%. Cela signifie que le travail de PETA et de nos affiliées internationales a entraîné une forte diminution du nombre de lapins qui souffrent pour l'angora !

BENETTON ABANDONNE ENFIN L'ANGORA!

Voir les commentaires

Tirs en hausse, loups en baisse : les Français pas d’accord

25 Juin 2015, 19:29pm

Publié par VGBIO

Communiqué des associations de CAP-Loup, 23 juin 2015

 

Plus de 5 700 personnes ont répondu à la consultation publique sur le projet d’arrêtés ministériels autorisant l’abattage de 36 loups. Cette mobilisation est exceptionnelle pour une consultation, et très majoritairement opposée au projet. Alors que la population de loups est en baisse dans notre pays, le gouvernement doit tenir compte de la volonté des Français et arrêter de céder à la pression des lobbies agricoles et cynégétiques.

Le projet rejeté par les citoyens à l’issue de la consultation publique concerne deux arrêtés : l’un fixant le nombre de loups pouvant être tués pour la période 2015-2016, l’autre encadrant les conditions de tirs. Si l’État adoptait ces textes, il montrerait que cette consultation est une mascarade, tout comme le « Groupe national loup » auquel les associations de protection de la nature refusent de participer car il ne fait qu’enregistrer des décisions validées en amont pour contenter le monde de la chasse et les syndicats agricoles.

Pour la première fois depuis le retour naturel de l’espèce en France, la population de loups est en baisse d’après le suivi officiel (ONCFS) : 282 loups estimés en 2015, contre 301 en 2014. La même étude précise que l’abattage de 36 loups voulu par l’État en 2015-2016 entraînerait 38 % de probabilité d’une nouvelle baisse de la population. Alors que l’espèce est classée « vulnérable » sur la Liste rouge des espèces menacées en France (MNHN, UICN), l’État prend le risque de mettre en péril une espèce strictement protégée en Europe.

En plus d’être un immense gâchis, la politique des tirs engagée par l’État est un échec en termes de cohabitation avec l’élevage. En 2014, l’abattage légal de 18 loups et la perte officielle de 8 autres tués accidentellement, braconnés ou retirés à la nature ont pu faire baisser la population de loups mais pas la prédation sur le bétail : elle continuera tant que les troupeaux ne seront pas mieux protégés. Et elle continuera tant que les éleveurs ne seront pas mieux aidés techniquement pour évoluer vers des pratiques adaptées, et tant qu’ils ne seront pas incités à le faire en contrepartie des subventions qu’ils perçoivent.

Les Français sont opposés à la destruction des loups (sondage IFOP 2013). L’État doit revoir sa copie et ne pas adopter un projet qui confirmerait de façon éclatante sa soumission aux lobbies, son mépris de la biodiversité et de la volonté des citoyens.

Les associations de CAP Loup

CAP-Loup www.cap-loup.fr

Tirs en hausse, loups en baisse : les Français pas d’accord

Voir les commentaires

L’État détruira-t-il 36 loups au mépris de la volonté des Français ?

22 Juin 2015, 16:49pm

Publié par VGBIO

 

Communiqué de presse de CAP-Loup (Collectif des associations pour la protection du loup en France, dont FERUS est l’une des associations fondatrices), 18 juin 2015

Deux projets d’arrêtés sont soumis à consultation publique jusqu’au 21 juin. Le premier concerne les conditions dans lesquelles les tirs de loups peuvent être autorisés par les préfets, le second concerne le nombre maximum de loups (36 !) pouvant être tués pour la période 2015-2016. Consultez les projets ici et envoyez votre réponse ici !

Au lieu d’inciter les éleveurs à s’adapter au retour du loup, l’État encourage de plus en plus largement sa destruction. Entre autres mesures envisagées, les « tirs de défense » (tuer un loup près d’un troupeau) seraient autorisés non seulement pour un troupeau non protégé, mais aussi pour les autres troupeaux de la commune, même s’ils n’ont pas été attaqués. La prédation sur le bétail pourrait être imputée au loup sans constat de terrain par un agent de l’État. Les « tirs de prélèvement » (tuer un loup loin des troupeaux) seraient encore confiés aux chasseurs, pour une durée augmentée à six mois et même si le bétail n’est pas dehors. Les tirs officiels ne seraient plus interrompus en cas de braconnage de loup dans la zone. Enfin, aussi incroyable que cela puisse paraître, les destructions de loups seraient autorisées dans les réserves naturelles et dans le cœur des parcs nationaux.

Malgré le rejet massif de ce projet par les citoyens, malgré les 67 000 signatures de notre pétition en faveur de la cohabitation loup/pastoralisme, malgré l’opposition des associations de CAP Loup qui regroupent 120 000 adhérents, malgré la plainte contre la France que nous déposerons auprès de la Commission européenne, malgré l’opposition des Français à la destruction des loups (sondage IFOP 2013), l’État adoptera-t-il ces nouvelles mesures destinées à satisfaire les lobbies agricoles et cynégétiques ?

Les associations de CAP Loup

=>> Voir aussi la réaction de FERUS « Dites non au tir de 36 loups et à la chasse en battue »

* Plus de 3500 en date du 20 juin 2015.

L’État détruira-t-il 36 loups au mépris de la volonté des Français ?

Voir les commentaires

L'ONU PRECONISE UNE ALIMENTATION SANS PRODUITS ANIMAUX

12 Juin 2015, 23:29pm

Publié par VGBIO

Trouvé un intéressant article dans le journal anglais "the guardian":

http://www.theguardian.com/environment/2010/jun/02/un-report-meat-free-diet

..............pour sortir le monde des crises pétrolières, pour supprimer la faim et diminuer la production de gaz à effet de serre l'ONU préconise d'adopter un régime sans produits animaux.

oui, vous avez bien lu, c'est le conseil qu'ils donnent pour sauver la planète et ses habitants qui souffrent de la faim!

on n'est plus les seuls à le dire, et on ne pourra plus nous traiter d'illuminés...........

pour ceux qui lisent l'anglais:

A global shift towards a vegan diet is vital to save the world from hunger, fuel poverty and the worst impacts of climate change, a UN report said today.

L'ONU PRECONISE UNE ALIMENTATION SANS PRODUITS ANIMAUX

Voir les commentaires

MALTRAITANCE ET ILLEGALITES A LA "FERME DES 1000 VACHES"

12 Juin 2015, 00:23am

Publié par VGBIO

à lire sur le site de reporterre:

un salarié renvoyé de cet établissement d'horreur témoigne des maltraitances que subissent les vaches, et dénonce l'illégalité grave: alors que le nombre de vaches est limité à 485, il y en a en fait 723, donc, on approche des 1000 doucement, alors que la loi interdisait de dépasser 500.............

http://www.reporterre.net/Aux-Mille-vaches-Ils-m-ont-traite-comme-un-chien-et-ils-maltraitent-les-vaches

la préfecture enquête.....................lire ici:

http://www.reporterre.net/La-ferme-usine-de-Drucat-compte-plus-de-vaches-qu-autorise-La-Prefecture

MALTRAITANCE ET ILLEGALITES A LA "FERME DES 1000 VACHES"

Voir les commentaires

ATTAQUE PAR DES LOUPS? UNE HISTOIRE INVENTEE DE TOUTE PIECE!

12 Juin 2015, 00:09am

Publié par VGBIO

le délire anti loup continue!

le fils d'un éleveur a prétendu avoir été attaqué par une "meute de loups" il y a quelques jours, à Seyne les Alpes, info fausse, bien sûr, mais très précipitamment reprise par une presse anti loup, à savoir le canard "la provence"

"FERUS dénonce le comportement du quotidien « La Provence » dans ses éditions « Alpes » du 4 juin (Le loup attaque aussi des vaches), du 5 juin (Le loup change de méthode), du 7 juin (Le loup s’en prend à l’homme) et du 8 juin (Protection des troupeaux, le patou, un loup pour l’homme?). En faisant la une du 7 juin avec une photo d’un loup qui montre ses crocs, sous le titre racoleur et mensonger « Le loup s’en prend à l’homme » et en reprenant les élucubrations et les déclarations incohérentes d’un jeune homme que s’est dit « encerclé et attaqué par des loups », « La Provence » n’a pas fait dans la demi-mesure et a montré un acharnement médiatique indigne du quotidien d’information objectif qu’il prétend être. Jusqu’où est capable d’aller ce quotidien pour « vendre » ses éditions ?"

"Rappelons qu’aucune attaque de loup sur l’Homme n’est connue depuis des décennies et la fin de la rage en Europe, y compris en Italie d’où est originaire la population de loups française, où les loups sont cinq fois plus nombreux qu’en France et strictement protégés. Dans le même temps, sont connues de nombreuses attaques de vaches ayant par exemple causé la mort d’un randonneur en mai dernier dans les Hautes-Alpes, et de chiens causant chaque année des morts et des milliers de morsures conduisant les victimes aux urgences."

lire tout l'article de FERUS ici:

http://www.ferus.fr/actualite/l-adolescent-attaque-par-une-meute-de-loup-a-seyne-les-alpes-une-manipulation-mediatique-et-une-simple-histoire

et on apprend que:

"L’ASPAS, FERUS et ONE VOICE, trois associations de CAP Loup, viennent de déposer un recours en référé pour demander la suspension d’urgence de l’arrêté préfectoral des Alpes-de-Haute-Provence du 9 juin 2015 ordonnant le « tir de prélèvement » d’un nombre indéfini de loups sur la commune de Seyne. Cet arrêté est la réponse apportée par l’État à l’histoire de l’adolescent disant avoir été attaqué par des loups il y a quelques jours (voir–> ICI). Les conditions légales d’autorisation de tir ne semblent pas réunies dans cet arrêté, c’est pourquoi nos associations saisissent le tribunal administratif de Marseille."

ATTAQUE PAR DES LOUPS? UNE HISTOIRE INVENTEE DE TOUTE PIECE!

Voir les commentaires

LA CORRIDA N'EST PLUS INSCRITE AU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL

7 Juin 2015, 18:37pm

Publié par VGBIO

belle victoire!

fini pour cette barbare tuerie d'un pauvre bovin, ce n'est donc, effectivement pas notre culture!

La cour administrative d’appel de Paris a considéré dans un arrêt du 1er juin que la «décision d’inscription de la corrida à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France doit être considérée comme ayant été abrogée» par le ministère de la Culture.

BELLE VICTOIRE pour les 2 associations plaignantes, droit des animaux et le CRAC.

photo de Jean Marc Montegnies

photo de Jean Marc Montegnies

Voir les commentaires

LA FRANCE RELANCE LE MASSACRE DES REQUINS A LA REUNION

7 Juin 2015, 16:50pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse du 7 juin 2015

Journée mondiale de l’océan :
La France relance le massacre des requins à la Réunion

 

 

Au lieu de protéger l’océan et les richesses de la réserve nationale marine de l’île de la Réunion, l’État dépense des millions d’euros d’argent public pour éliminer les requins des eaux réunionnaises. Face à la désinformation entretenue par les responsables et le Comité Régionale des Pêches Maritimes qui mènent des opérations opaques, inefficaces et dangereuses pour la population, les associations ASPAS et Longitude 181 souhaitent rétablir quelques vérités.

Depuis 2011, environ 3 millions d’euros ont déjà été distribués à quelques acteurs locaux pour «sécuriser» les eaux réunionnaises. Des caricatures de programmes scientifiques, dont on ne peut obtenir les protocoles, ont été lourdement subventionnées. Le plus scandaleux et grotesque d’entre ces programmes est Cap Requin et l’invention par le Comité Régional des Pêches des « drumlines effaroucheurs de requins ». Il s’agit de gros hameçons avec des appâts supposés faire peur aux requins, mais qui ont renforcé le risque en attirant les requins du large vers les zones balnéaires. Malgré les promesses faites concernant le « zéro risque pour les prises accessoires », des espèces non ciblées, parfois menacées, sont tuées, sans aucun accès aux informations sur ces prises. La mise en danger est donc accentuée à la fois pour les humains et pour la biodiversité, le tout financé par l’argent public.

Par ailleurs, bien que ce programme de pêche des requins ait été mis en place depuis janvier 2014, il y a toujours des accidents dont deux mortels en 2015! Cela prouve bien l’inefficacité et la dangerosité de ce programme !
Et aussi que les accidents ne sont pas du fait des associations de protection de l’environnement qui contestent le bien-fondé de l’élimination des requins, ainsi que la mise en cause de la Réserve Marine, et qui pourtant ne cessent d’être accusées d’être responsables des accidents, insultées, et menacées.

Prédateurs nécessaires à la vie marine, les requins se raréfient. Leur pêche est pourtant lourdement subventionnée à La Réunion, alors que leur consommation y est interdite à cause du risque d’empoisonnement mortel par les carchatoxines et ciguatera.

Les accidents de requins qui sont de plus en plus médiatisés, masquent les vrais dangers que l’on évoque à peine: rejets de déchets en mer, urbanisation, inefficacité des stations d’épuration qui attirent les requins-bouledogues près des côtes... Plus grave, le non-respect des règles de sécurité et de bon sens par certains usagers de la mer remettent en cause les mesures de précautions prises par les autorités.

Pour diminuer le risque requin, les vraies solutions seraient :

  • D’une part de ré-établir l’équilibre écologique et de renforcer la Réserve Marine à cette fin,
  • d’autre part d’apprendre et accepter les règles de l’écosystème marin, comme on apprend les règles de la route et de la ville sous peine d’y être tué très rapidement !


Apprendre et respecter, le seul moyen de trouver une harmonie entre activité balnéaire et vie sauvage marine.


Les associations du collectif signataires : ASPAS, Longitude181, Vagues, Tendua, Requin intégration, Sea Shepherd et Sauvegarde de requins.

LA FRANCE RELANCE LE MASSACRE DES REQUINS A LA REUNION

Voir les commentaires