Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

NUS ET EN CAGE POUR DENONCER LES SOUFFRANCES ANIMALES

16 Décembre 2013, 18:35pm

Publié par VGBIO

ça s'est passé en Allemagne, à Munich, action d'un artiste pour dénoncer les souffrances animales dans les élevages

NUS ET EN CAGE POUR DENONCER LES SOUFFRANCES ANIMALES

Voir les commentaires

UN BUFFLE SAUVE SON CONGENERE DES DENTS D'UNE LIONNE

16 Décembre 2013, 18:18pm

Publié par VGBIO

incroyable moment! un buffle a été attaqué par des lionnes. Il est à terre et on pense qu'hélas, la lionne qui le mord au cou va le tuer. …………quand arrive à fond un gros buffle qui la soulève de ses cormes, et la fait voler en l'air plusieurs fois! elle ne demande pas son reste et se sauve…………….le buffle est sauvé!

Voir les commentaires

ESPECE PROTEGEE OU NON, LES CHASSEURS TIRENT SUR TOUS LES ANIMAUX……..

13 Décembre 2013, 20:10pm

Publié par VGBIO

Un gypaète barbu, le plus grand rapace nécrophage des Pyrénées, a été retrouvé blessé le 24 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques

Malgré les soins qui lui ont été prodigués par le centre départemental de la sauvegarde de la faune sauvage du 64, l'animal a succombé à ses blessures. La radiographie montre qu'il est mort d'un coup de fusil……………..

Un jeune Aigle de Bonelli a été retrouvé mort à Saint-Rémy-de-Provence, dans le Parc naturel régional des Alpilles (13). De fortes suspicions de tirs sont avancées. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est en charge de l’enquête judiciaire.

sans commentaires!

les chasseurs, on le sait se foutent royalement qu'une espèce soit protégée ou non, ils flinguent tout ce qui bouge!

LAMENTABLE!

Voir les commentaires

RECETTES POUR REPAS DE FETE VEGAN DE MELLE PIGUT

11 Décembre 2013, 20:13pm

Publié par VGBIO

CHOUETTE! nos fidèles ami(e)s réfléchissent pour nous!

c'est tout prêt, y'a plus qu'à faire les courses et se mettre au fourneaux!

aujourd'hui, c'est chez Melle Pigut qu'on pioche:

http://pigut.com/2013/12/11/menu-vg-repas-de-fetes-vegan-2013/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+PIGUT+%28Petites+Idées+pour+Grandes+UTopies%29

RECETTES POUR REPAS DE FETE VEGAN DE MELLE PIGUT

Voir les commentaires

LES DIRIGEANTS DE LA FEDERATION DE CHASSE DE HAUTE SAONE MIS EN EXAMEN

11 Décembre 2013, 19:19pm

Publié par VGBIO

…………..4 dirigeants de la fédération de chasse de Haute Saône faisaient abattre des chats forestiers et des espèces protégées de rapaces!

Ils sont mis en examen pour destruction d'espèces protégées en bande organisée

Les faits ont été dénoncés par des stagiaires de la fédération haut-saônoise qui avaient été obligés "d'exterminer toutes les espèces nuisibles" au gibier de chasse, dont des animaux protégés. D'après leurs déclarations, la fédération leur a fourni un fusil, des pièges et du poison pour tuer les bêtes et ils touchaient une prime de 100 à 150 euros pour trente queues d'animaux protégés.

La perquisition des services de l'ONCFS a permis de découvrir des cadavres et des queues d'animaux protégés, ainsi que des pièges et du poison.

Deux plaintes ont été déposées par des associations de protection de la nature.

lire les articles sur le site du centre Athéna………………...

http://s495839208.onlinehome.fr/retour-vers-le-moyen-age/

 

et comme le dit le blog, ce sont ces gens là qui viennent bourrer le crâne des enfants à l'école!

LES DIRIGEANTS DE LA FEDERATION DE CHASSE DE HAUTE SAONE MIS EN EXAMEN

Voir les commentaires

STOP AUX TIRS DE LOUPS!

9 Décembre 2013, 19:37pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse de l'ASPAS, le 9 décembre 2013
 

L'État abat nos loups,
l'ASPAS demande une trêve pour Noël

 

Le loup est un personnage fort de nos rêves, de notre culture, de nos contes de Noël. Dimanche, un jeune mâle a été tué lors d’une battue au grand gibier, dans la vallée de la Gordolasque (Alpes-Maritimes), suite à une autorisation accordée par les pouvoirs publics. Le soi-disant ministère de l’Écologie et les préfets mettent délibérément en péril cette espèce protégée vulnérable, en ordonnant un véritable abattage massif.

À ce jour, près de 400 tirs de loups ont été ordonnés en France : une quarantaine de tirs dits « de prélèvement », et plus de 350 dits « de défense », sur une population estimée seulement à 250 individus ! 7 animaux ont été officiellement abattus, d’autres probablement blessés, sans compter les tirs « d’effarouchement » et le braconnage qui chaque année fait disparaître en douce plusieurs dizaines de loups.

Il s’agit du cinquième loup tué en quelques mois dans les Alpes-Maritimes, la population lupine locale est clairement menacée. Ce nouvel abattage ne réglera pas les problèmes des éleveurs et de la filière ovine, mais il prive les Français de l’un de leurs animaux les plus mythiques.

   

Après l’émoi suscité par les nombreux abattages de loups en France, l’ASPAS a reçu des milliers de message de soutien et d’encouragement dans son action pour protéger cette espèce sauvage et faire respecter le droit. Elle a d’ailleurs déjà déposé une plainte contre l’État français devant la Commission Européenne.

Aussi pour faire entendre les voix des citoyens très majoritairement favorables* à la présence de ce grand prédateur, l’ASPAS demande au Ministère de l’Écologie de renoncer à cette tuerie organisée.

L'ASPAS tient à rappeler que le loup est non seulement une espèce protégée mais également un élément très important pour les équilibres biologiques. En aucun cas l'ASPAS n'acceptera l'éradication du loup. Elle attaquera en justice ces mesures inadmissibles auprès des Tribunaux afin de faire respecter la loi et la nature.

À travers un courrier adressé au ministre de l'Écologie, l'ASPAS en appelle désormais à la responsabilité de nos dirigeants, qui devraient être les garants des lois et des engagements internationaux.
 

*Source : Sondage IFOP, commandé par l’ASPAS et One Voice, du 24 au 27 septembre 2013, sur un panel de 1000 personnes représentatives de la population française.

STOP AUX TIRS DE LOUPS!

Voir les commentaires

LOUPS: LA VIOLENCE DES ELEVEURS S'ACCENTUE

4 Décembre 2013, 10:41am

Publié par VGBIO

Communiqué de presse de l'ASPAS, le 3 décembre 2013

Loup : les préfets sèment la violence,
les écologistes sont menac
és

Ne supportant plus les loups et leurs protecteurs, des éleveurs multiplient les exactions. Mais sous la pression des syndicats agricoles, des préfets encouragent ces violences par des arrêtés illégaux de chasse au loup. Bien qu’ils ne défendent que la loi, les écologistes craignent un accident proche. Ils ne manqueront pas de se retourner contre les responsables s’il arrive…

Le 8 novembre à Gap, des éleveurs de la FDSEA (Fédérations départementales des syndicats d’exploitants agricoles) des Hautes Alpes et des JA (Jeunes agriculteurs) jetaient des tripes de brebis ensanglantées sur la vitrine de la Société alpine de protection de la nature, terrorisant les bénévoles enfermés dans leur local. Pire encore : le 27 novembre, une émission de France Bleu Auvergne révélait qu’une note écrite du Président de la FNO (Fédération nationale ovine) datée du 13 poussait officiellement ses adhérents à de telles exactions !

Ce sentiment d’impunité, et la violence qui l’accompagne, est encouragé par les décisions des pouvoirs publics. En effet, le loup est une espèce protégée, mais les préfets prennent des arrêtés qu’ils savent pertinemment illégaux de tirs au loup, de façon à faire s'affronter les défenseurs de la biodiversité au monde de l’élevage.

Les protecteurs de la nature ne font pourtant que demander le respect de la loi et de la volonté des citoyens. Qu’ils soient urbains ou ruraux, 76 % des Français sont pour la présence du loup dans notre pays, et 80 % contre son éradication.

Les défenseurs du loup ne sont ni inconscients des difficultés de l’élevage, ni des « Parisiens angéliques ». Beaucoup ont eux-mêmes des animaux, et l’ASPAS compte parmi ses adhérents des bergers et des éleveurs acceptant la cohabitation avec les prédateurs. Mais ces derniers n’ont aujourd’hui guère le droit à la parole. Rappelons que chaque année, 400 000 à 500 000 brebis de réforme sont envoyées à l’équarrissage, 100 000 moutons et chèvres sont victimes de chiens divagants, donc tous mis hors du circuit commercial. Les dégâts imputés au loup sont infimes face aux réalités de terrain. Mais le prédateur cristallise les haines au-delà de toute logique, et ses défenseurs sont menacés.

L’ASPAS envoie ce jour une lettre au Président de la FNO, avec copie aux ministères concernés, et demande d’urgence le retour à la démocratie et au respect des autres avant qu’il n’arrive un accident. L’ASPAS promet des réactions fermes, devant la justice, s’il arrive quoi que ce soit (abandon et transport illégal de cadavres d’animaux, violation de domicile, dégradation et détérioration de biens d’autrui, incitation à commettre ces infractions).

LOUPS: LA VIOLENCE DES ELEVEURS S'ACCENTUE

Voir les commentaires

SI VOUS DONNEZ AU TELETHON, VOUS FINANCEZ L'EXPERIMENTATION ANIMALE

3 Décembre 2013, 12:25pm

Publié par VGBIO

TÉLÉTHON= EXPÉRIMENTATION ANIMALE= CRUAUTÉ

Où va votre argent ?

A des labos qui prétendent faire avancer la recherche en torturant longuement des chiens, des chats et des singes spécialement importés, alors qu’on sait que les résultats sur un animal ne veulent rien dire pour l’humain, alors qu’on peut aujourd’hui expérimenter sur des cellules-souches, à moindres frais et sans torture.


l'expérimentation animale est cruelle et inutile, car les résultats des tests sur les animaux ne peuvent être extrapolés à l'homme. Derrière les bons sentiments et la générosité, il y a une insoutenable cruauté et des souffrances inadmissibles et inutiles pour des milliers d'animaux, torturés encore et encore, laissés sans soins et sans contact.

Si vous voulez donner de l'argent, faites un don à une des 2

organisations de scientifiques qui font des recherches

sans pratiquer l'expérimentation animale

http://www.proanima.fr/

http://www.antidote-europe.org/

la cruauté à l'état pur, voilà ce que subissent des êtres vivants sensibles au nom d'une pseudo science!

Extrait d’une interview de Jacques TESTART, Directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)

 

Le téléthon célèbre chaque année les progrès de la génétique, ses possibles performances curatives. Qu’en pensez-vous ?

" C’est scandaleux. Le Téléthon rapporte chaque année autant que le budget de fonctionnement de l’Inserm tout entier. Les gens croient qu’ils donnent de l’argent pour soigner. Or la thérapie génique n’est pas efficace."

L'argent sert à financer des publications scientifiques, voire la prise de brevets par quelques entreprises… ET également DES ELEVAGES D'ANIMAUX POUR LES LABOS!

 

 

SI VOUS DONNEZ AU TELETHON, VOUS FINANCEZ L'EXPERIMENTATION ANIMALE
SI VOUS DONNEZ AU TELETHON, VOUS FINANCEZ L'EXPERIMENTATION ANIMALE
SI VOUS DONNEZ AU TELETHON, VOUS FINANCEZ L'EXPERIMENTATION ANIMALE

Voir les commentaires

Les préfets chassent le loup, les associations font respecter la loi

30 Novembre 2013, 12:19pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse, le 29 novembre 2013

Les préfets chassent le loup,
les associations font respecter la loi

Des préfets dans l’illégalité la plus complète, le fait est devenu monnaie courante. De nombreux arrêtés relatifs à l’abattage de loups sont jugés illégaux encore et encore. Le plus accablant, les représentants de l’État ont pleinement conscience de l’illégalité de leurs décisions, mais préfèrent laisser croire aux éleveurs que ce sont les associations de protection de la nature qui s’acharnent contre eux. La politique anti-loup du gouvernement prend des allures de mascarade, juridiquement illégale et scientifiquement infondée, mais politiquement démagogique.

À la demande de l’ASPAS et d’associations partenaires, ce ne sont pas moins de 15 arrêtés autorisant la destruction de loups, délivrés par les préfets de la Drôme, des Alpes de Haute-Provence, des Alpes-Maritimes et des Hautes-Alpes qui ont été suspendus depuis le mois d’octobre !

Les motifs de suspension ne manquent pas : illégalité des tirs par les chasseurs lors de leurs battues, illégalité du prélèvement de plusieurs loups, absence de récurrence des dommages, absence de tir de défense préalable, absence des mesures de protection…

Il n’est pas admissible que des préfets, représentants de l’État, déjouent ainsi la législation sous la pression des lobbys agricoles ou d’autres tentatives d’intimidation, et laissent aux associations le mauvais rôle pour faire respceter la loi.

Dernier contentieux en date, suite à une attaque de loup très médiatisée, survenue sur un troupeau non protégé, 200 éleveurs et agriculteurs ont manifesté violemment dans les rues de Gap, le 8 novembre dernier, pour réclamer l’éradication du prédateur. Le préfet des Hautes-Alpes, plutôt que d’aider en urgence cet éleveur à mieux protéger son troupeau, décide de prendre un arrêté de tir, négligeant, en toute connaissance de cause, les étapes préalables à cette mesure dérogatoire qui ne doit être prise qu’en dernier recours. L’arrêté sera suspendu le 25 novembre 2013 grâce à l’intervention de l’ASPAS, Ferus et la LPO PACA.

Entre les battues aux loups, les plus de 300 tirs de défense autorisés cette saison, et les dizaines de tirs de défense renforcés*, en France, le loup ne bénéficie plus sur le terrain du statut d’espèce protégée pourtant exigé par la réglementation européenne. Canis lupus devient purement et simplement une espèce « gibier », si ce n’est pire.

Alors que le ministère de l’Écologie devrait œuvrer à la connaissance et la protection des espèces menacées, il continue de céder à la politique clientéliste, privilégiant l’intérêt particulier de certains éleveurs à l’intérêt général de protection du patrimoine naturel.

L’ASPAS dénonce la démission totale du ministère de l’Écologie, et apportera ces nouveaux éléments à la Commission Européenne qui instruit déjà sa plainte pour non respect de la réglementation européenne.

* 10 chasseurs sur un même troupeau !

Les préfets chassent le loup, les associations font respecter la loi

Voir les commentaires

STOP AU CRUEL DETERRAGE DES BLAIREAUX

26 Novembre 2013, 13:44pm

Publié par VGBIO

JE RELAYE CE COMMUNIQUE DE ONE VOICE ET LA PETITION DE L'ASPAS

AGISSONS POUR QUE CETTE PRATIQUE HORRIBLE CESSE!

Dans de très nombreux pays d' Europe, dans les pays civilisés et où le lobby de la chasse ne règne pas au gouvernement, LE BLAIREAU EST UNE ESPECE PROTEGEE!

http://www.one-voice.fr/loisirs-et-compagnie-sans-violence/stop-au-massacre-des-blaireaux/

Chaque année en France, des milliers de blaireaux sont exterminés dans des pratiques barbares au nom de la chasse loisir. One Voice s’associe à l’ASPAS dans le cadre de sa campagne contre le déterrage des blaireaux. Agissons ensemble pour mettre fin à ces traditions barbares !

Le blaireau en France
S’il ne fait pas partie de la sombre liste des animaux nuisibles, le blaireau est en France considéré comme un gibier. Contrairement à la plupart des pays européens comme l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Espagne ou la Grèce, où il est protégé, il peut donc être chassé de la mi-septembre à la fin février. Mais cet animal nocturne, amateur de lombrics et d’insectes, peut aussi être « déterré » selon dérogation jusqu’au mois de mai.

Le déterrage
Le déterrage est une chasse aussi appelée vènerie sous terre, qui consiste à lancer des chiens sur la piste des blaireaux et de les traquer jusque dans leur terrier avant de les y extraire brutalement à l’aide de pinces mutilantes et de les abattre. Cette pratique nécessite une longue traque, et surtout de retourner la végétation pour creuser de larges et profondes cavités afin de mettre à l’air le refuge de l’animal acculé pendant des heures face aux chiens.

Une pratique cruelle
Si l’on entend souvent les chasseurs justifier leurs actes pour « déplacer les blaireaux » vers des zones où ils ne causeront plus de dégâts, force est de constater qu’un animal mutilé par la capture et ayant subi un stress intense durant des heures aura peu de chances de survivre une fois relâché.
Dans la majorité des cas, ils sont abattus au fusil, au couteau ou honteusement achevés à coup de pelle. Mais il arrive aussi qu’ils soient abandonnés aux chiens qui les éviscèreront dans des souffrances innommables.

Un animal persécuté
Le blaireau a de tout temps souffert d’une mauvaise réputation. En témoignent les nombreuses expressions péjoratives qui lui sont associées dans le langage familier de la langue française.
Sa présence près des champs de maïs ou dans nos forêts n’est jamais bien vue et on l’accuse de nombreuses dégradations bien souvent exagérées. Celles-ci resteront pourtant bien discrètes en comparaison des chantiers de destruction laissés par les chasseurs après un déterrage !

Un vecteur de maladies ?
Autre cause de cet acharnement, le blaireau est au même titre que le sanglier ou le cerf, porteur d’une bactérie susceptible de transmettre la tuberculose bovine aux animaux d’élevage.
Le principe de précaution est alors l’argument phare pour les chasseurs qui, autorisés par les préfets, pourront l’exterminer même durant la période où les mères s’occupent des jeunes. À ce jour pourtant, le pourcentage d’individus porteurs reste infime…

Agir
Sans études scientifiques sérieuses pour justifier l’arrêt de ces massacres, le déterrage de blaireau restera le meilleur moyen de pratiquer la chasse même en dehors des périodes d’ouverture et d’en faire un véritable loisir !
Vous pouvez agir en signant et en diffusant la pétition en ligne sur le site de l’ASPAS, ou écrire à vos élus et au ministre de Ministre de l’Écologie (Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie – 246 boulevard Saint-Germain – 75700 PARIS).
Vous pouvez aussi télécharger la lettre type pour demander au Premier Ministre, l’abolition du déterrage et la protection du blaireau.

STOP AU CRUEL DETERRAGE DES BLAIREAUX
STOP AU CRUEL DETERRAGE DES BLAIREAUX

Voir les commentaires