Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

LA PLUS PETITE GRENOUILLE DU MONDE MESURE 7,7 MM

13 Mars 2012, 18:41pm

Publié par VGBIO

Le plus petit vertébré connu est une grenouille récemment découverte. Sa taille est proche de celle d'une mouche ! 

D'une taille moyenne de 7,7 millimètres, la grenouille Paedophryne amauensis, est un petit cran en-dessous du précédent détenteur du record, Paedocypris progenetica, un poisson d'Asie du Sud-est dont la femelle mesure environ 7,9 millimètres.

Les récentes campagnes de terrain en Papouasie du sud (Nouvelle Guinée), ont permis de découvrir cette grenouille et une autre espèce de grenouille minuscule, la Paedophryne swiftorum, d'environ 8,6 millimètres.

voici la jolie petite!

paedophryne_amauensis.jpg

 

Voir les commentaires

ENFIN UNE CONDAMNATION EXEMPLAIRE POUR UN BOURREAU D'ANIMAL EN FRANCE

13 Mars 2012, 18:32pm

Publié par VGBIO

 Le TGI d’Arras a condamné le propriétaire d'un jack russel lâchement torturé  et dépecé vivant à 2 ans de prison ferme, soit la peine maximale prévue dans le cadre d’actes de cruauté commis sur animaux . La justice a également ordonné l’interdiction de détenir un animal à titre définitif. Une peine exemplaire, saluée par la Fondation 30 Millions d’Amis, qui agit depuis de nombreuses années pour que la maltraitance animale soit considérée et réprimée par les tribunaux.

que ça serve de leçon à tous les tortionnaires potentiels! ils doivent payer cher pour leurs gestes cruels!

Voir les commentaires

FELINS ET MIROIRS........

10 Mars 2012, 13:05pm

Publié par VGBIO

une vidéo de big cat rescue. Drôle!

pour les petits félins, ils ont mis une caméra au centre du miroir.....

Voir les commentaires

YVES ROCHER, L'OCCITANE ET MARY KAY TESTENT LEURS PRODUITS SUR LES ANIMAUX

10 Mars 2012, 01:21am

Publié par VGBIO

ATTENTION, BOYCOTTEZ CES 3 MARQUES!

ARTICLE DE GAIA:

Jusqu'il y a peu, Yves Rocher,L'Occitane et Mary Kay étaient repris sur la liste des marques de produits cosmétiques ayant signé le label Humane Cosmetics Standard. Ces trois marques avaient ainsi confirmé que ni leurs produits finis, ni les ingrédients utilisés ne sont testés sur des animaux, et qu'elles avaient été soumises à un audit externe.

Malheureusement, nous avons dû enlever ces trois marques de notre liste HCS. La raison de cette décision est leur présence sur le marché chinois. Il est possible dans pratiquement tous les pays de commercialiser des produits cosmétiques non testés sur animaux... mais pas en Chine, où la loi impose une expérimentation animale avant la mise sur le marché de nombreux produits.

Une entreprise désirant s'implanter sur le marché chinois peut difficilement éviter de tester ses produits sur des animaux (même si les tests sont effectués par un intermédiaire). L'Occitane et Mary Kay ont reconnu cette situation.

Pour cette raison, une condition a été explicitement ajoutée aux critères du label HCS : les entreprises ne peuvent exporter de produits cosmétiques sur le marché chinois, à moins qu'elles soient en mesure de prouver qu'elles sont exemptées des tests sur animaux.

GAIA et les autres organisations membres de la Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale (ECEAE) entendent convaincre les autorités chinoises de revoir leur position.

Les entreprises toujours présentes sur la liste continuent de répondre aux critères stricts du Humane Cosmetics Standard, et sont régulièrement soumises à des contrôles indépendants portant sur le bon respect des critères. Les marques du label HCS offrent au consommateur la meilleure garantie qu'aucun test sur animaux n'a été effectué, a aucun stade du processus de production.

Par ailleurs, GAIA se concerte régulièrement avec d'autres marques de produits cosmétiques, et nous espérons pouvoir ajouter dans un avenir proche de nouvelles marques à notre liste HCS.

No Cruel Cosmetics

Depuis 2009, il est interdit de vendre au sein de l'UE des produits cosmétiques testés sur animaux... à l'exception de trois domaines de tests. Mais ceux-ci devraient également faire l'objet d'une interdiction dès mars 2013. Cependant, un rapport récent de la Commission européenne propose de reporter l'interdiction totale de 10 ans.

L'interdiction de tests sur animaux pour produits cosmétiques est donc menacée. Soutenez la campagne No Cruel Cosmetics de GAIA et de la Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale (ECEAE), et signez ici notre pétition. Vous pouvez également la télécharger et faire signer votre famille et vos amis. 

Voir les commentaires

François Hollande promet beaucoup aux chasseurs, rien aux animaux chassés...

7 Mars 2012, 18:38pm

Publié par VGBIO

cette position est digne de l'UMP..........lamentable, il faut dire que les députés socialistes ont voté dernièrement les lois  donnant encore plus de droits aux chasseurs, comme un seul homme! très lié au lobby de la chasse et de l'élevage!

tiré de:

http://www.politique-animaux.fr/chasse/

François Hollande promet beaucoup aux chasseurs. Il ne voit que des côtés positifs dans l'acte de chasse, n'évoque jamais la question des animaux chassés et souhaite que les organisations de la chasse et de la pêche soient présentes dans toutes les instances de concertation et de décision autour de cette gestion de la biodiversité.

"François Hollande, qui connait bien les enjeux environnementaux, a confirmé que depuis toujours, la chasse était une activité démocratique et populaire qui garantissait un vrai brassage social. Il a insisté sur le fait que les chasseurs connaissent les atouts de nos espaces ruraux et qu’ils contribuent à la gestion des ressources naturelles, pour faire de la ruralité un espace de qualité. A l’expérience de la Corrèze, il reconnait que les chasseurs favorisent au quotidien la préservation de la biodiversité, en maintenant des espaces ouverts et diversifiés.

[François Hollande] a pris l’engagement de veiller à la représentation équitable des organisations de la chasse et de la pêche dans toutes les instances de concertation et de décision autour de cette gestion de la biodiversité. Pour lui, la prochaine majorité gouvernementale devra intégrer la chasse et la pêche à sa politique publique de défense de la ruralité comme espace de qualité, de proximité et de croissance.

Pour conclure, François Hollande a proposé aux responsables de la Fédération Nationale des Chasseurs d’ouvrir trois chantiers prioritaires s’il était élu en mai prochain. Après les simplifications législatives, il engagera le chantier qui conduira à une véritable simplification réglementaire qui n’a jamais été faite dans le secteur de la chasse. Il fera aussi le nécessaire pour que l’expertise nature des chasseurs et des pêcheurs soit enfin reconnue et mieux valorisée par l’Etat et par les collectivités territoriales.

François Hollande rencontre la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) (communiqué officiel sur le site du PS)

Voir les commentaires

LIMITATION DU TEMPS DE TRANSPORT DES ANIMAUX

5 Mars 2012, 20:09pm

Publié par VGBIO

action très urgente de L214:

http://www.l214.com/transport/ecrire-parlement-europeen-limitation-transport-animaux#interpeller

Les députés européens ont jusqu'au 15 mars 2012 pour signer la déclaration 49/2011 pour la limitation des temps de transport des animaux. Il faut le plus rapidement possible faire savoir à nos élus que nous serons attentifs à leur décision de soutenir ou d'ignorer cette demande.

Au Parlement européen, une déclaration écrite (49/2011) déposée le 30 novembre dernier demande la limitation du transport d'animaux vivants destinés à l'abattoir à 8 heures maximum. Cette déclaration nécessite le soutien de 378 députés pour devenir la position officielle du Parlement européen.

Les députés ont jusqu'au 15 mars pour signer la déclaration.

Actuellement, 304 députés soutiennent cette initiative. Il reste 10 jours pour recueillir les 74 signatures manquantes.

Seuls 17 des 74 eurodéputés français ont signé ! (pour la Belgique, je ne sais pas, mais faites aussi cette action envers vos députés européens!)

Il faut le plus rapidement possible faire savoir à nos élus que le sort des animaux compte et que nous serons attentifs à leur décision de soutenir ou d'ignorer la proposition 49/2011. Trop souvent les animaux souffrent de conditions de transport désastreuses et endurent des voyages de plusieurs jours sans être déchargés, nourris ou abreuvés.

Écrivons de toute urgence aux eurodéputés français qui n'ont pas encore signé.

voici les 57 mails, copiez les :

jean-luc.melenchon@europarl.europa.eu,

marine.lepen@europarl.europa.eu,

eva.joly@europarl.europa.eu,

jean-luc.bennahmias@europarl.europa.eu,

marielle.desarnez@europarl.europa.eu,

sylvie.goulard@europarl.europa.eu,

nathalie.griesbeck@europarl.europa.eu,

robert.rochefort@europarl.europa.eu,

jean-pierre.audy@europarl.europa.eu,

joseph.daul@europarl.europa.eu,

alain.lamassoure@europarl.europa.eu,

franck.proust@europarl.europa.eu,

philippe.boulland@europarl.europa.eu,

agnes.lebrun@europarl.europa.eu,

dominique.riquet@europarl.europa.eu,

alain.cadec@europarl.europa.eu,

jean-paul.gauzes@europarl.europa.eu,

constance.legrip@europarl.europa.eu,

tokia.saifi@europarl.europa.eu,

arnaud.danjean@europarl.europa.eu,

francoise.grossetete@europarl.europa.eu,

veronique.mathieu@europarl.europa.eu,

marie-therese.sanchez-schmid@europarl.europa.eu,

michel.dantin@europarl.europa.eu,

brice.hortefeux@europarl.europa.eu,

elisabeth.morinchartier@europarl.europa.eu,

christine.deveyrac@europarl.europa.eu,

rachida.dati@europarl.europa.eu,

philippe.juvin@europarl.europa.eu,

maurice.ponga@europarl.europa.eu,

dominique.vlasto@europarl.europa.eu,

damien.abad@europarl.europa.eu,

sophie.auconie@europarl.europa.eu,

jean-marie.cavada@europarl.europa.eu,

marielle.gallo@europarl.europa.eu,

malika.benarab-attou@europarl.europa.eu,

jean.roatta@europarl.europa.eu,

pascal.canfin@europarl.europa.eu,

michele.rivasi@europarl.europa.eu,

kader.arif@europarl.europa.eu,

pervenche.beres@europarl.europa.eu,

francoise.castex@europarl.europa.eu,

harlem.desir@europarl.europa.eu,

estelle.grelier@europarl.europa.eu,

sylvie.guillaume@europarl.europa.eu,

liem.hoangngoc@europarl.europa.eu, 

stephane.lefoll@europarl.europa.eu,

gilles.pargneaux@europarl.europa.eu,

vincent.peillon@europarl.europa.eu,

patrice.tirolien@europarl.europa.eu,

catherine.trautmann@europarl.europa.eu,

bernadette.vergnaud@europarl.europa.eu,

henri.weber@europarl.europa.eu,

patrick.lehyaric@europarl.europa.eu,

marie-christine.vergiat@europarl.europa.eu,

philippe.devilliers@europarl.europa.eu,

bruno.gollnisch@europarl.europa.eu,

jean-marie.lepen@europarl.europa.eu,

mettez en copie à:

contact@l214.com

TEXTE DU MESSAGE:

Madame, Monsieur

La déclaration écrite 49/2011 vise à limiter les transports d'animaux en vue de leur abattage à 8 heures maximum.

La date de clôture de cette déclaration est fixée au 15 mars prochain. Je vous demande de soutenir cette initiative en lui apportant votre signature.

Trop souvent les animaux souffrent de conditions de transport désastreuses.

La réglementation actuelle autorise le transport des animaux durant plusieurs jours, d'un bout à l'autre de l'Europe, voire au-delà du continent. Souvent, les exigences minimales sont ignorées par les transporteurs : animaux non nourris ni abreuvés ou non déchargés lors de longs trajets.

Les vidéos d'enquête exposées par les associations protection animale prouvent que les longs transports ne peuvent avoir lieu sans causer d'importants préjudices aux animaux. Une limitation ferme à 8 heures de transport maximum soulagerait les souffrances de millions d'animaux pour lesquels le transport est un moment particulièrement angoissant et délicat.

Plus d'un million de citoyens européens ont déjà signé la pétition « 8 Hours » en faveur de la limitation des temps de transport des animaux (www.8hours.eu).

Dans l'espoir de compter sur votre écoute et votre attachement à la protection des animaux, je vous encourage à rejoindre la liste des signataires de la déclaration écrite 49/2011.

Soyez assuré, Madame, Monsieur, de l'intérêt que je porterai à votre action.

Meilleures salutations,

SIGNATURE

 

Voir les commentaires

USA: L'IOWA CRIMINALISE LES INVESTIGATIONS CACHÉES DANS LES ÉLEVAGES INDUSTRIELS

5 Mars 2012, 19:50pm

Publié par VGBIO

LAMENTABLE! la démocratie disparait partout!

c'est le 1er état américain à passer une loi honteuse punissant d'UN an de prison et 1500$ d'amende les responsables d'investigations en caméra cachée dénonçant les maltraitances des animaux dans les élevages industriels!

Cet état est un de ceux qui a le plus d'élevages industriels de porcs et de poules pondeuses. Et ces dernières années, de nombreuses investigations en caméra cachée de militants s'étant fait embaucher dans des élevages de l'Iowa avaient mis en lumière des pratiques honteuses et des torutures et maltraitances extrêmes des animaux!

Pour répondre à cela, ces politiciens qui sont aux ordres des lobbies agricoles, comme en France ont passé cette loi inique!

et bien sûr, d'autres états vont suivre! cet exemple lamentable!

TORTUREZ EN PAIX ÉLEVEURS, LA LOI VOUS PROTÈGE!

Voir les commentaires

Le loup, bouc émissaire de la filière ovine : ça suffit !!

5 Mars 2012, 14:12pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUE  ASPAS / FERUS / Animal Cross

 Lors du salon de l’agriculture 2012, certains candidats à l’élection présidentielle se sont vus interpellés par le président de l’association « Eleveurs et Montagnes », qui leur demandait de choisir « entre le loup et l’agneau », affirmant que sans le loup, la filière ovine se porterait bien ; et enfin brandissant la menace de la disparition prochaine du pastoralisme et de l’élevage.

Cette présentation caricaturale appelle quelques rectifications :

L’Etat s’est engagé depuis 20 ans à tenter de concilier le statut d’espèce strictement protégée du loup avec le pastoralisme. A cet engagement national se sont ajoutées les initiatives d’associations, telles celle de FERUS et de ses programmes PastoraLoup, qui consistent à apporter l’assistance de bénévoles aux bergers. 

Ainsi, il ne s’agit pas de choisir entre le loup et l’agneau : il s’agit de permettre la cohabitation des élevages domestiques avec le loup. A cet égard, les mesures de protection des troupeaux préconisées par les spécialistes ont fait leurs preuves auprès des professionnels de bonne volonté, conduisant à une réduction sensible du nombre de victimes par attaque, ainsi qu’à une diminution importante des dégâts causés par les chiens divagants. Hélas, tous les éleveurs ne jouent pas le jeu d’une protection efficace de leur troupeau.

Au plan économique, chacun sait que sans les subventions de la PAC, l’élevage ovin aurait disparu de France; à ces subventions s’ajoutent des dédommagements octroyés généreusement, c’est-à-dire même si, lors d’une attaque, la responsabilité du loup n’est pas établie. Dans ces conditions, n’est-il pas simplement normal qu’en contrepartie de ces aides, les éleveurs se conforment aux engagements de protection, et renouent avec de bonnes pratiques de gardiennage, trop souvent « oubliées » ?

 

En outre, les quelque 7 millions d’Euros (pour 2011) du programme de protection du loup ne constituent pas seulement une charge: ils ont contribué à grandement améliorer la condition des bergers.

Ce sont ces dysfonctionnements que le retour du loup a mis en évidence, et qui finalement provoquent le courroux des syndicats du monde de l’élevage.

Nous demandons à ce que le Plan National Loup soit poursuivi dans l’esprit de ce qu’il fut entre 2008 et 2012, c’est à dire :

  • qu’une chance soit donnée à la cohabitation en respectant totalement la gradation Effarouchement/Défense/Prélèvement *; les tirs de défense, et surtout de prélèvement ne doivent intervenir qu’en dernier recours.

  • et que le Ministère de l’Ecologie cesse de prêter le flan aux assauts répétés des groupements d’éleveurs et de chasseurs, en dégradant progressivement le niveau de protection du loup, notamment comme ce fut le cas avec les arrêtés ministériels de Mai et Décembre 2011.

Le retour du loup, est un élément essentiel d’une nature préservée et correspond en cela à la demande sociale des français. Nous refusons que sans cesse, on oppose ce retour d’un super prédateur, garant des équilibres faune/flore, notamment en milieu forestier, aux exigences d’une activité agricole en pleine crise sur l’ensemble du pays, et pas seulement dans les quelques départements où le loup est de retour.

A quoi bon une agriculture de montagne, si elle devait supprimer la faune sauvage ?

Très nombreux sont les citoyens qui sont sensibles au respect de la vie et de la biodiversité. C’est pourquoi votre réponse, ou son absence, sera publiée à travers l’ensemble de nos réseaux de communication et d’information.

 

Les associations ASPAS / FERUS / Animal Cross

logo-aspas1logo ferus.frlogo-animalcross


* soit des tirs non létaux comme préalable aux tirs de défense accordés sur décision préfectorale; des tirs de prélèvement, sur décision préfectorale, lorsque la pression de prédation est réellement importante, et après s’être assuré au sein du groupe départemental loup restreint, invitant aussi les associations, que les clauses dérogatoires (art.16 de la directive 92/43/CEE) sont respectées.

Voir les commentaires

LAIT ET PRODUITS LAITIERS = CRUAUTE INUTILE

5 Mars 2012, 13:26pm

Publié par VGBIO

TIRE DE ONE VOICE:

http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/la-verite-sur-le-lait/

Le lait semble être un aliment bien innocent. Pourtant, c’est un véritable lobby industriel qui nous pousse à en consommer toujours plus, pour le plus grand malheur des vaches et de leurs veaux et au détriment de notre santé.

 

Le lait historique
Ca n’est qu’avec l’avènement de l’élevage et de la domestication que les humains ont pu profiter de la production de lait des autres mammifères. Produit par les femelles, le lait permet de nourrir leur progéniture jusqu’au sevrage, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’elle soit capable de trouver elle-même sa nourriture et de la digérer. Composé d’eau, de glucides, de lipides, de protides et de sels minéraux, c’est un aliment complet dont la composition varie en fonction de l’espèce à laquelle il est destiné, et aussi au cours de sa production. C’est le lait des vaches qui a vraisemblablement été le premier à être consommé, et c’est toujours lui qui l’est principalement aujourd’hui.

Le sort des veaux
Pour qu’elles produisent suffisamment de lait, les vaches « laitières » doivent mettre bas d’un veau tous les ans, dès l’âge de deux ans. Elles sont en général inséminées artificiellement  trois mois après avoir vêlé. Les veaux leur sont retirés quelques jours après la naissance. C’est un stress énorme autant pour la mère que pour son petit car leurs liens sont extrêmement ténus. Les veaux ne pourront pas se développer correctement loin de leur mère, ni du point physique, ni point de vue comportemental. Leur avenir industriel est de toute façon tout tracé : future vache laitière ou élevé en batterie pour sa viande, la courte existence du veau ne sera que souffrances, stress et privations. Les veaux vendus pour l’abattage ont un prix pouvant avoisiner les 10 €, et sont donc difficilement l’objet d’attentions… La France est le premier producteur de viande de veau en Europe, avec 232,1 milliers de tec (tonnes équivalent carcasse) en 2008. Environ 20% des veaux nés en France sont des « veaux de boucherie ».

Les vaches laitières en France
En 2008, d’après la FAO, ce sont 3 880 000 vaches qui ont produit 24 516 320 tonnes de lait en France. Cela correspond à plus de 6 300 kg par animal ! Pour parvenir à une telle production, rien de naturel. Depuis 50 ans, les vaches souvent de race Holstein, mais aussi normandes ou montbéliardes, ont été sélectionnées pour une production laitière toujours plus importante. Des 4 litres par jour nécessaires à l’élevage d’un veau, certaines vaches sont ainsi passées à près de 30 litres ! A l’origine de cette hyperproduction dont les ingénieurs de l’INRA sont si fiers, un facteur de croissance qui fait aussi que les vaches sont bien plus grosses qu’il y a 50 ans. La sélection génétique in vivo dans toute sa splendeur…

La santé des vaches en péril
Les vaches ainsi sélectionnées sont trop lourdes pour leur squelette, ce qui entraîne boiteries et autres troubles fonctionnels. En outre, leur pis débordant de lait plus qu’il n’en peut contenir, est trop lourd et trop volumineux, ce qui provoque un écartement des membres postérieurs et des lésions au niveau des pieds. Les mastites et les problèmes de vêlage sont également courants…

Les conditions d’élevage
Mais le calvaire des vaches laitières ne s’arrête pas à vêler et produire toujours plus de lait. Leur quotidien est particulièrement  difficile. Les vaches en pâturage et en coures paillées sont peu nombreuses. Leur élevage se fait plus souvent en stabulation à logettes (les animaux sont séparés les uns des autres par des parois) ou pire, en stabulations entravée : les vaches n’ont alors aucune possibilité de se mouvoir… Elles accumulent les problèmes de santé et souffrent de mammites à répétition. Rien n’est fait pour leur bien-être, seule leur production est importante.

Pas de retraite paisible
Comme seule l’hyper-productivité est intéressante, et qu’elle est limitée dans le temps, les vaches « laitières » sont en général « recyclées » après 3 ans… et abattue pour leur « viande de bœuf », bien qu’elle soit de moindre qualité. Du steak haché à l’alimentation animale, l’industrie du lait est étroitement liée à l’industrie de la viande. Les intérêts économiques y obligent…

Le lait dangereux pour la santé ?
Le lait ne fait pourtant pas l’unanimité des scientifiques. Les recommandations de 3 à 4 laitages quotidiens pourraient même être criminelles à en croire certains… Outre les différentes intolérances au lactose et autres diabètes précoces identifiés chez les jeunes enfants consommateurs de lait industriel (mais l’allaitement maternel n’est pas toujours aussi simple qu’il y parait) le lait consommé en grande quantité serait source de problèmes de santé. Dans tous les cas, les arguments incitant à sa consommation sous des prétextes sanitaires seraient hautement fallacieux. 75% des humains ne digèrent pas le lait. En trop grande quantité, il abaisse notre niveau de vitamine D. Quant au calcium, l’eau, les légumes, les amandes en contiennent suffisamment… Si à cela on ajoute les dérives dans la qualité du lait liées à la sélection génétique et à l’IGF-1 semblable au facteur de croissance humain et qui aime induire la multiplication irraisonnée des cellules, on comprend que le lait pourrait rapidement devenir cancérigène… si ce n’est déjà le cas*. Le lait : à consommer avec modération et bio de préférence, pour des raisons autant éthiques que sanitaires !

(*) Larsson, S. (2004) : Milk and lactose intakes and ovarian cancer risk in the Swedish Mammography Cohort. American Journal of Clinical Nutrition, Vol. 80, No. 5, 1353-1357

“La vache laitière est l’exemple suprême de la mère surmenée. De tous nos animaux d’élevage, c’est celui qui travaille le plus dur et il est possible de calculer cela scientifiquement. C’est l’équivalent d’un coureur qui courrait six à huit heures par jour, ce qu’on pourrait appeler une course folle. »
John Webster, professeur à l’École vétérinaire de l’Université de Bristol

vache laitière en salle de traite

 

Voir les commentaires

ALTERNATIVE AUX TESTS SUR LES SOURIS

5 Mars 2012, 13:03pm

Publié par VGBIO

communique de one voice

Une méthode aussi efficace que spécifique
Le laboratoire Allergan a mis au point une méthode substitutive au test LD50 pour vérifier la stabilité de la toxine botulique de type A, utilisée dans ses produits – le BOTOX® (à usage médical) et VISTABEL® (à usage cosmétique). Cette méthode devrait permettre de réduire d’au moins 95% en 3 ans le nombre de tests sur les animaux, au fur et à mesure des agréments nationaux obtenus. Déjà mise en œuvre aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse, elle vient d’obtenir l’accord de l’agence de régulation européenne.

Une victoire pour tous les défenseurs des animaux
Le test LD50  pour « Dose Létale tuant 50 % des animaux » – est un test particulièrement cruel et largement utilisé en toxicologie. Il consiste à injecter à des animaux la substance à tester pour déterminer la dose qui en tue précisément la moitié. Dans le cas de la toxine botulique, ces tests sont réalisés sur des souris. Elles périssent dans de terribles souffrances et par dizaines de milliers chaque année, car chaque lot de toxine doit être testé. Depuis plusieurs années, One Voice aux côtés de Doctors Against Animal Experiments puis au sein de  l’ECEAE* mène campagne pour faire évoluer ce sacrifice en masse vers des méthodes combinant éthique et efficacité. Avec sa nouvelle méthode, qui obtient les agréments des différents pays, c’est désormais chose faite pour Allergan. Le laboratoire apporte ici une preuve supplémentaire que, désormais, les grandes avancées scientifiques se feront sans victimes…

Une victoire pour la science
Au-delà de l’aspect éthique fondamental, la méthode qui a été développée permet de tester la toxine directement sur des cellules humaines. C’est, en outre, une méthode particulière à la souche de protéine utilisée par Allergan. Si cela implique que le test ne puisse pas être directement repris par les autres laboratoires qui devront l’adapter, cela prouve aussi sa haute spécificité ! Gageons que le LD50, qui n’a aucune de ces caractéristiques, sera bientôt considéré comme une méthode moyenâgeuse par l’ensemble de la communauté scientifique.

Agir
Pour que les autres laboratoires impliqués s’engage sur la même voie qu’Allergan, signez et diffusez autour de vous la pétition en ligne !

 

Voir les commentaires