Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

PARC NATIONAL DES CALANQUES= PARC DE PROTECTION ...........DE LA CHASSE

21 Avril 2012, 10:25am

Publié par VGBIO

ENCORE UNE BELLE ARNAQUE!!!!!!!!!!!!! ET UN (DERNIER?) CADEAU DE SARKOZY AUX CHASSEURS!

communiqué de l'ASPAS

 

Parc National des Calanques :

 

             espace de chasse protégé

 

Avec la création du Parc National des Calanques, on assiste à la création d’un nouveau genre d’aires protégées : les Parcs Nationaux de protection… de la chasse !

Si l’ASPAS devrait se réjouir de voir aboutir ce projet de protection d’un site exceptionnel aux portes de la seconde ville de France, nous ne pouvons que constater que non seulement ce Parc National n’est pas à la hauteur des attentes en matière de protection de la nature, localement, mais qu’il crée également un grave précédent au sein des aires protégées françaises en y autorisant la chasse, et surtout les pires de ses pratiques.

Dans le Parc National des Calanques seront autorisées tout à la fois, la chasse aux gluaux, un mode de chasse interdit par la législation Européenne, et la pratique des lâchers de gibiers de tirs, véritable honte de la chasse française.

La chasse aux gluaux consiste à enduire des branches de glu, sur lesquelles les oiseaux, attirés par le chant de leurs congénères « appelants », viennent s’engluer. Contraire à ses engagements européens, cette pratique est pourtant autorisée par la France dans les départements de PACA. Elle fait l’objet d’un recours de l’ASPAS auprès de la Commission Européenne en raison de la cruauté de cette chasse particulièrement barbare, mais aussi à cause de sa non sélectivité. En effet, de très nombreuses espèces protégées, mésanges, rouges-gorges, accenteurs, sont victimes par dizaines de milliers de cette pratique scandaleuse. Chaque année, les pouvoirs publics autorisent la capture de plusieurs centaines de milliers de grives par ce procédé.

Cette pratique sera désormais autorisée dans les mêmes conditions au sein d’un Parc National !

Les lâchers de gibiers de tirs, ces faisans ou perdrix sachant à peine voler, lâchés la veille des parties de chasse, pourront être pratiqués en zone centrale du Parc National. Cet espace est pourtant censé protéger la faune sauvage, mais également sensibiliser le public à sa protection.

Dans ce parc, toutes les activités nature seront réglementées et connaîtront des restrictions d’usage, à l’exception de la chasse, qui verra ses pratiques, y comprises illégales, confortées sur l’intégralité du périmètre du Parc. Les promeneurs n’auront pas le droit de cueillir une pâquerette mais les chasseurs pourront tuer la faune sauvage pour se divertir !

L’ASPAS condamne donc avec force, ce bradage de la protection de la nature, cette dégradation inadmissible des Parcs Nationaux, au profit des méthodes de chasse les plus scandaleuses. Ce nouveau cadeau aux chasseurs arrive, comme par hasard, à quelques jours du premier tour des élections présidentielles.


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

MASSAGE POUR CHAT TRES STRESSE

20 Avril 2012, 16:48pm

Publié par VGBIO

et le vôtre, il aimerait sûrement!...............quand on n'est pas là pour le carresser! 

Voir les commentaires

TILOU JOUE A CHAT PERCHE

19 Avril 2012, 18:07pm

Publié par VGBIO

sans commentaire!

P1090483.JPG

P1090492.JPG

Voir les commentaires

Le ministère de l’écologie veut former des chasseurs et des éleveurs à la destruction du loup

15 Avril 2012, 17:08pm

Publié par VGBIO

DE PIRE EN PIRE!

Communiqué de presse

Animal Cross, ASPAS, FERUS, LPO, SFEPM

Dans un courrier adressé le 10/02/2012 à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) par la Direction de l’Environnement et de la Biodiversité (DEB, rattachée au Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement), concernant « la mise en place d’un réseau technique relatif aux opérations d’intervention sur les loups », la DEB demande à l’ONCFS : « d’identifier l’ensemble des acteurs susceptibles d’être impliqués dans ces opérations », et « d’assurer la formation de ces acteurs ». Ces acteurs sont à identifier selon la DEB parmi « lieutenants de louveterie, chasseurs, éleveurs, bergers… ».

Pour rappel, les « opérations d’interventions sur les loups » comprennent les « tirs de défense » et les « tirs de prélèvement », opérations qui consistent à tuer des loups.

Il apparaît donc que l’Etat français décide d’organiser la mise en place d’un réseau de personnes spécialisées dans la destruction de loups, personnes issues notamment du monde agricole et du monde de la chasse. Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO et la SFEPM s’élèvent contre cette décision qu’ils considèrent comme étant irresponsable.

Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO et la SFEPM estiment que la mise en place d’un tel réseau de personnes spécialisées dans la destruction du loup, et constitué notamment de chasseurs, d’éleveurs et de bergers, aurait un effet néfaste sur la conservation de cette espèce, et que cette décision entre en contradiction avec les missions de « sauvegarde de la biodiversité » qui sont celles de l’ONCFS. 

De plus cette décision, révélée par la mise à notre connaissance d’un courrier interne entre services de l’Etat, intervient sans aucune transparence, sans information publique ni concertation préalable du Groupe National Loup (qui regroupe pourtant les acteurs concernés dont les services de l’Etat et les associations de protections de la nature). Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO et la SFEPM souhaitent que l’ensemble de nos concitoyens puisse être informés des décisions que prend l’Etat en matière de protection de la biodiversité et de la manière dont ces décisions sont prises.

Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO et la SFEPM dénoncent ce qu’ils considèrent être un coup bas de plus porté à la conservation du loup, conservation pour laquelle la France est pourtant officiellement engagéeinternationalement par la signature de la Convention de Berne et de la Directive Européenne « Habitats ».

Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO et la SFEPM demandent à la Direction de l’Environnement et de la Biodiversité de mettre fin sans délai à ce projet de réseau de tireurs de loups, et se réservent le droit d’étudier la possibilité de saisir les autorités européennes devant ce qu’ils considèrent être l’accumulation d’atteintes graves portées à la conservation de l’espèce depuis plusieurs années (multiplication des autorisations de tirs, brigades…), en infraction aux lois et directives européennes.

5logosLPO


Voir les commentaires

FRANCOIS HOLLANDE AIME LES CHASSEURS.........

8 Avril 2012, 12:14pm

Publié par VGBIO

........ET MOI JE NE LES AIME PAS CES VIANDARDS! d'ailleurs, avec ses petits camarades socialistes, il a voté en faveur de toutes les lois sur la chasse à l'assemblée!

conclusion?....je ne voterai pas pour lui!

lire ici sa brillante rencontre avec leurs représentants...ils n'ont aucun souci à se faire ces tueurs! Hollande défendra leur futur!

http://www.chasseurdefrance.com/Actualites/Presidentielle-2012-Les-chasseurs-rencontrent-Francois-Hollande.html

Voir les commentaires

LES FRANCAIS MANGENT BEAUCOUP TROP DE VIANDE!

8 Avril 2012, 11:29am

Publié par VGBIO

c'est mauvais pour les animaux, la santé et la planète!

petit rappel tiré de:

http://www.viande.info/comparaison-internationale

schemas-lundi-vege.png

Éléments de comparaison internationale

Les informations reproduites dans cette section sont tirées des bilans alimentaires de la FAO[1]. Ils concernent l’année 2005 (année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles).
Ils permettent de faire une comparaison internationale de la disponibilité des produits végétaux et produits animaux dans l’alimentation humaine.

1) Il existe une forte inégalité dans les disponibilités alimentaires (toutes denrées confondues) entre les régions du monde. Ainsi, la disponibilité alimentaire en calories pour un habitant de l’Union européenne dépasse de 25% la moyenne mondiale et de 44% celle d’un habitant de l’Afrique.

2) La part des produits d’origine animale dans les disponibilités alimentaires est très supérieure à la moyenne mondiale dans les pays développés.

3) La France se situe parmi les pays où la disponibilité de produits d’origine animale dans l’alimentation est la plus forte, à la fois en niveau absolu et en part relative, y compris par rapport à des pays de niveau de développement comparable.


1. Les chiffres proviennent du site FAOSTAT (CDU-BA – Bilans alimentaires)
Pour une information sur la méthodologie utilisée pour établir les bilans alimentaires, voir FAO, Les bilans alimentaires – Manuel.

et tiré du site d'insolente veggie, un petit clin d'oeil!
menus-vegetariens1a-copie-1.jpg

Voir les commentaires

LE BETAIL DE LA ZONE CONTAMINEE DE FUKUSHIMA NE SERA PAS EUTHANASIE

6 Avril 2012, 19:28pm

Publié par VGBIO

UNE VICTOIRE DE NOS PETITIONS: le gouvernement japonais est revenu en arrière et a décidé que le bétail qui reste encore autour de la centrale, dans la zone contaminée serait capturé et transporté à l'extérieur! seuls les animaux dont les propriétaires ne veulent plus seront euthanasiés...

le japonais qui allait nourrir ses vaches illégalement tous les jours et a débuté cette belle action doit être content: des signatures du monde entier l'ont soutenu et on a gagné!

encore une preuve que les pétitions, ça peut marcher!

Voir les commentaires

L'ETAT FRANCAIS VEUT ERADIQUER LES LOUPS!

6 Avril 2012, 19:14pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse Animal Cross / ASPAS / FERUS / LPO PACA / SFEPM
5logos

Autorisations de tirs :
l’Etat persiste contre la conservation du loup

Un arrêté du 16 mars 2012 assouplit encore les conditions de mise en œuvre des « tirs de défense » (destinés à tuer un loup). Cet arrêté autorise la réalisation de tirs pour des troupeaux situés « à proximité d’un troupeau ayant subi une attaque ». De plus, l’Etat évoque à nouveau dans cet arrêté la notion de « troupeau reconnu comme ne pouvant être protégé », permettant dans certaines zones le tir de loups en cas d’attaque sur des troupeaux laissés sans protection.

Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO PACA et la SFEPM s’insurgent contre le choix de l’Etat d’autoriser des « tirs de défense » pour des troupeaux n’ayant pas subi d’attaque, mais étant seulement voisins d’un troupeau attaqué, même si celui-ci n’est pas protégé. De plus, Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO PACA et la SFEPM demandent à l’Etat de préciser ce qu’il entend par « troupeau reconnu comme ne pouvant être protégé », et considèrent que l’application de cette notion peut constituer une atteinte grave à la conservation du loup en France. 

L’arrêté du 16 mars 2012 « relatif à la territorialisation des tirs de défense et modifiant l’arrêté du 9 mai 2011 fixant les conditions et limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant le loup (Canis lupus) » prévoit en effet la procédure suivante : dans des zones appelées « unités d’action » et délimitées par le préfet, les « tirs de défense » peuvent intervenir si « des mesures de protection sont mises en place » ou si « le troupeau est reconnu comme ne pouvant être protégé », et enfin si, malgré la mise en place d’effarouchement, « une attaque a été constatée sur ce troupeau, ou sur un troupeau situé à proximité depuis le 1er mai de l’année n – 1».

L’Etat français semble donc autoriser la destruction de loups si des attaques sont constatées non seulement sur des troupeaux non parqués, non gardés, sans surveillance ni chiens patous, mais aussi si des attaques sont constatées sur un autre troupeau situé à proximité. Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO PACA et la SFEPM dénoncent l’aberration et la gravité de telles mesures, à la fois inefficaces sur le plan pastoral et dangereuses pour la conservation du loup.

Inefficaces sur le plan pastoral, parce que les troupeaux non protégés continueront à subir des attaques. Dangereuses pour la conservation du loup, parce que ces troupeaux domestiques non protégés, donc potentiellement attractifs pour un prédateur naturel, peuvent constituer de véritables « aspirateurs à loups », les exposant ainsi à la destruction autorisée.

Le loup gris (Canis lupus) est un prédateur naturel qui se nourrit très majoritairement en France d’ongulés sauvages (chevreuils, chamois, cerfs). La conservation du loup, comme celle de n’importe quelle espèce vulnérable dont les effectifs restent très faibles, ne peut être remise en cause au motif du refus obstiné de modifier certaines pratiques de gestion pastorale inadaptées.

Le loup reste officiellement inscrit sur la liste des espèces protégées en France. Mais force est de constater qu’année après année, il devient de plus en plus facile d’avoir le droit de tuer un loup. Animal Cross, l’ASPAS, FERUS, la LPO PACA et la SFEPM déplorent que l’Etat français défasse peu à peu et de façon inquiétante le statut de protection du loup, sans cohérence aucune avec les enjeux écologiques et pastoraux.


Voir les commentaires

REVES D'UN JEUNE ALBATROS AGONISANT

4 Avril 2012, 16:46pm

Publié par VGBIO

triste, il meurt à cause de nous, après avoir ingurgité des saletés laissées par les "INhumains", voir la 2è vidéo, c'est le contenu de l'estomac de l'albatros mort.......

Ce sera un film, en cours de réalisation, site ici, c'est un beau projet......

le futur film, dénonçant le scandale des ordures en platique qui tuent ces albatros dans une île reculée du Pacifique ............l'"INhumain" est néfaste et égoïste...........

Voir les commentaires

LE MYTHE DU LAIT

30 Mars 2012, 22:15pm

Publié par VGBIO

un très intéressant article suisse, dont je vous mets des extraits, mais allez le lire en entier, il est passionnant!

tiré de:

http://www.vegetarismus.ch/info/fb03.htm#[6]

"De nombreux mythes entourent le lait: «Sans lait, on manque de calcium», «Chaque enfant a besoin de lait (de vache)», «Le lait est sain» etc. Mais en examinant la question de plus près, on constate que cela ne correspond pas à la réalité. Il s'agit en fait de solides préjugés qui sont le résultat de la publicité massive que l'industrie du lait propage dans le public depuis plusieurs décennies. Lorsqu'on sait que 3'900'000'000 kg (=3,9 millions de tonnes 1998) de lait sont produits chaque année en Suisse, on comprend mieux les efforts du lobby laitier pour promouvoir leur produits. Peu importe si le lait est sain ou non, il doit être consommé (et subventionné!). 

Ce texte ne présente pas de découvertes nouvelles, mais offre un aperçu des faits connus depuis de nombreuses années, qui sont soigneusement cachés par la publicité.

La loi de la nature

Dans la nature, aucun animal, excepté l'être humain, ne consomme le lait d'une autre espèce. De plus, l'homme est le seul être vivant qui continue de boire du lait une fois passé à l'âge adulte. Et il considère qu'un tel comportement alimentaire, pourtant contre nature, est essentiel pour sa survie! 
Le lait de chaque mammifère n'est pas seulement parfaitement adapté aux besoins particuliers des petits de sa propre espèce, mais il convient uniquement aux premiers mois de leur vie. Cela signifie que dans les six premiers mois, et ceci jusqu'au neuvième mois, le nourrisson trouve dans le lait maternel tout ce dont il a besoin. Cette nourriture ne peut pas être remplacée par le lait d'une espèce différente ou par un produit de l'industrie alimentaire. 
Pour l'organisme humain, le lait animal est une matière étrangère contre laquelle il réagit, ce qui provoque parfois des allergies et des maladies. Les allergies ne sont souvent pas mises en relation avec la consommation de lait et sont déclarées comme incurables. "

et plus loin, après avoir décrit les méfaits du lait:

"Le lait[4] et les produits laitiers sont à l'origine de problèmes de santé très sérieux. Ils constituent la principale cause d'allergies alimentaires.[5] Malgré cela, l'industrie laitière continue de faire croire que le lait est une nourriture indispensable pour l'être humain. Si tel était le cas, toutes les personnes qui se nourrissent uniquement d'aliments végétaux (végétaliens) devraient être malades. Etonnament, elles sont souvent en meilleure santé que celles qui consomment des produits animaux.[6] Le Professeur Dr. Claus Leitzmann, spécialiste des sciences de la nutrition à l'Université Justus-Liebig à Giessen, a déclaré à ce sujet: 

«Des études sur la nutrition, menées dans de nombreux pays, mais également par nous, ont montré que les végétaliens sont généralement en meilleure santé que les autres. Leurs valeurs concernant le poids, la pression artérielle, le taux de graisse dans le sang et le niveau de cholestérol, de même que leur état de santé général, sont plus proches des normes idéales. 
En plus des aspects positifs de la nourriture végétalienne, il faut souligner que cette manière de se nourrir est beaucoup plus favorable pour l'environnement qui est considérablement endommagé par la pollution due aux excréments d'animaux détenus dans les élevages de masse et au méthane qui est émis par les bovins. Si davantage de personnes adoptaient une alimentation végétalienne, les pays soi-disant développés n'auraient plus besoin d'importer des céréales pour nourrir le bétail. Cela permettrait de diminuer les élevages d'animaux, les fabriques d'animaux, les transports cruels et d'éviter des expériences sur animaux. Si tous les êtres humains devenaient végétaliens, l'état de santé de la population s'améliorerait ainsi que l'environnement et ce serait bénéfique pour l'ensemble de la société. Cela vaut vraiment la peine d'utiliser ce potentiel.»

 

Voir les commentaires