Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #non a la chasse et la peche

36 LOUPS ONT ETE TUES, L'HECATOMBE DOIT CESSER!

7 Décembre 2015, 18:35pm

Publié par VGBIO

communiqué de l'ASPAS le 7/12 :

 

36 loups morts, ça suffit !


Le maximum de 36 loups susceptibles d’être abattus cette saison est déjà atteint, et leurs populations sont désormais en baisse.

L’ASPAS demande l’arrêt immédiat des opérations de tirs, qui sont toujours en cours.

L’ASPAS rappelle également, vidéos à l’appui, que beaucoup de troupeaux ne sont pas gardés, et que trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu.

Nous ne laisserons pas éradiquer une espèce protégée dans notre pays.

Les loups de France disparaissent peu à peu, mais les tirs se multiplient. Ils sont désormais autorisés à plusieurs milliers de chasseurs encouragés à tuer sans véritable formation, sans contrôle ni justification. En additionnant les morts non élucidées, le braconnage et les 28 tirs officiels, 36 loups sont déjà morts à notre connaissance. Les 35 associations réunies dans le collectif CAP Loup, dont l’ASPAS est cofondatrice, ont adressé ce jour un courrier à la ministre de l’Écologie demandant l’arrêt des tirs…

 

Or, nous rappelons que le chiffre de 36, déjà largement abusif, et décidé sans concertation avec le monde scientifique, est un plafond maximum et non un quota à atteindre absolument. C’est désormais chose faite. Et ce plafond maximum risque d’être encore revu à la hausse, avec l’ajout de 15 loups supplémentaires en projet.

Pour protéger les troupeaux, il ne faut pas tuer les loups à l’aveugle, il faut… protéger les troupeaux. La défense des brebis avec des clôtures et des chiens de protection est une condition légale obligatoire avant de s’en prendre à des loups qui persisteraient dans des attaques. Sur le terrain, malgré les millions d’euros de subventions accordées à leur métier, trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu, et l’État ferme les yeux.

Nous demandons au monde politique l’arrêt du laxisme d’un côté, et l’arrêt de la violence anti-nature de l’autre. Nous demandons à l’État d’arrêter d’encourager la chasse aux loups plutôt que la cohabitation.

Voir les nouveaux épisodes "Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent"

Voir tous les épisodes

36 LOUPS ONT ETE TUES, L'HECATOMBE DOIT CESSER!

Voir les commentaires

LES TUEURS DE GLOBICEPHALES TOUJOURS A L'OEUVRE A TAIJI

5 Décembre 2015, 13:50pm

Publié par VGBIO

cela fait des mois qu'ils tuent de manière insupportable des centaines de globicéphales à Taiji, Japon.

le massacre continue, comme tous les ans! et le plus souvent, les animaux massacrés ne sont même pas mangés! leur chair est en effet très mauvaise pour la santé.

il nous faut, avec sea shepherd, dénoncer encore et encore............là, ils noient un pauvre globicéphale blessé..............des barbares! comme tous ceux qui maltraitent et tuent les animaux pour que des gens les mangent, ou pour le plaisir!

Voir les commentaires

AMENDE DE 670.000 € POUR DES BALEINIERS JAPONAIS

20 Novembre 2015, 01:33am

Publié par VGBIO

Des baleiniers japonais viennent d’être condamnés à une amende sévère pour avoir tué des baleines de Minke dans un sanctuaire australien. Si seulement cela pouvait dissuader les japonais de perpétuer cette « pèche » interdite par le droit international.

La justice australienne a donc condamné une entreprise japonaise, pour avoir pénétré dans un sanctuaire de l’océan Austral afin d’y tuer des centaines de baleines de Minke. La justice australienne lui réclame un million de dollars australiens, soit 670 000 euros, en guise de condamnation.

Belle condamnation!

AMENDE DE 670.000 € POUR DES BALEINIERS JAPONAIS

Voir les commentaires

CHASSEURS= NUISIBLES!

13 Novembre 2015, 20:41pm

Publié par VGBIO

quelle honte ces massacres de renards, et en plus, ils mettent en scène leurs crimes ces massacreurs!

révoltant!

les renards, en plus d'être beaux, sont utiles, car ils mangent les micro-mammifères!

les seuls nuisibles sont les chasseurs!

CHASSEURS= NUISIBLES!

Voir les commentaires

Les brebis offertes aux prédateurs, les loups offerts aux chasseurs

13 Novembre 2015, 20:37pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse ASPAS, le 13 novembre 2015

 

L’ASPAS le prouve avec une série de vidéos : trop d’éleveurs ne gardent pas leurs troupeaux dans les zones à loups. Résultat : les brebis se font attaquer. En représailles, 24 loups ont été tués depuis juillet 2015, dont 5 ces deux dernières semaines !* Les préfets continuent de multiplier les arrêtés autorisant l’abattage de cette espèce protégée. Autre résultat : les populations de loups sont désormais en régression.

Officiellement, tuer un loup est une mesure exceptionnelle destinée à protéger des troupeaux « pour lesquels des moyens de protection auraient été inefficaces ». Dans les faits, les mesures de protection minimales ne sont souvent même pas mises en place ! Pourtant, la décision d'abattre un loup est ordonnée. L’ASPAS ne cesse d’en faire le constat et le prouve une nouvelle fois, avec la 3ème opus de la série Quand le berger n’est pas là, les brebis trinquent.

Ces nouvelles images ont été tournées à Puy Saint-Eusèbe dans les Hautes-Alpes, pour toujours le même constat : une clôture ridicule, pas de chien de protection, pas de berger. Rien.

Autorisée à des milliers de chasseurs, cette chasse aux loups se fait avec des armes dignes de la guerre. Elle est néfaste à notre biodiversité, illégale et inefficace. Pour preuve, nombreux sont les préfets qui ordonnent de nouveaux tirs, seulement quelques jours après avoir abattu un loup sur le même secteur. Pour la première fois depuis leur retour en 1992, les loups sont en régression en France. C’est bien leur éradication qui est programmée.

Aujourd’hui, la Ministre de l'Écologie et les préfets mettent en péril une espèce protégée avec cet abattage massif ! L'ASPAS continuera de prouver l’illégalité des tirs de loups, et d’attaquer en justice ces mesures inadmissibles auprès des Tribunaux afin de faire respecter la loi et la nature.

L'ASPAS en appelle à la responsabilité de la Ministre de l'Écologie et du Président de la République qui devraient être les garants des lois, et des engagements pour la protection de la biodiversité à quelques jours de la COP21.

*Une soixantaine de loups a été légalement abattue depuis 2004.

Voir l'épisode 1 dans les Hautes-Alpes
Voir l'épisode 2 dans la Drôme

Voir les commentaires

Au lieu de protéger les troupeaux, les éleveurs cassent de l’écolo !

10 Novembre 2015, 20:34pm

Publié par VGBIO

je relaye cet article de l'ASPAS:

 

Hier, pendant qu’Allain Bougrain Dubourg se faisait tabasser à coups de pelle par un braconnier en slip, d’autres exactions avaient lieu à Balsièges en Lozère. Des défenseurs de la nature étaient agressés par des éleveurs de moutons parce qu’ils osent aimer les loups. Pendant ce temps sur le terrain, des brebis sont offertes à tous les voleurs et à tous les prédateurs : non, les éleveurs sont loin de tous faire correctement leur travail. Des vidéos sur le terrain le prouvent, et font le buzz dans les réseaux sociaux.

Sur le terrain, on constate nettement moins d’énergie à garder les brebis qu’à se défouler sur des militants pacifiques, comme c’est le cas dans la zone bien nommée Glandage, en Drôme. Des bénévoles de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) ont filmé de nombreux pâturages, délimités par des barrières ridicules qu’un teckel peut franchir sans peine. Et là, point de berger, point de chien de protection, rien. Situation exceptionnelle ? Pas du tout ! D’autres vidéos prises dans d’autres zones à loup circulent déjà, et l’ASPAS promet d’en diffuser de nouvelles.

 

Ces brebis non gardées, au milieu des loups, ne peuvent qu’attirer les prédateurs et en être victimes. Les préfets prennent alors des décisions injustes, à la limite de la légalité : ils ordonnent de tuer des loups ! L’ASPAS vient de prouver qu’il s’agit d’une véritable chasse au loup, espèce protégée, et non une protection des troupeaux comme l’exige la loi. L’ASPAS demande des comptes au ministère de l’Environnement.

Après le scandale des prises d’otage de responsables de Parcs et autres manifestations brutales, il est temps que la ministre et ses préfets arrêtent de céder à la violence. L’ASPAS demande que les bergers ne protégeant pas leurs troupeaux ne soient plus subventionnés ni indemnisés en cas d’attaque. Il s’agit de l’argent de nos impôts !

Voir le communiqué de presse et l’épisode 1 dans les Hautes-Alpes

 

Voir les commentaires

On recrute sur le Bargy : bouquetins recherchent témoins

10 Novembre 2015, 20:32pm

Publié par VGBIO

Je relaye cet appel de l'ASPAS:

Les bouquetins du Bargy sont la cible du préfet de la Haute-Savoie depuis 2013, quand un foyer de brucellose a été identifié dans la harde présente sur ce massif. Cet automne, le préfet entend faire abattre plus de 200 bouquetins, dont 2/3 au moins sont sains. Les associations de protection de la nature se mobilisent pour empêcher cet abattage. Nicolas Hulot a saisi la Ministre de l’Écologie d’une demande de médiation environnementale, mais nous ne savons pas encore si cette démarche va aboutir. En revanche, nous savons pertinemment, pour l’avoir vécu à plusieurs reprises, que ce préfet entend mener à terme le travail d’abattage qu’il a entamé il y a deux ans.

Tant que le beau temps persiste en montagne, et sauf contrordre de la ministre, le préfet peut à tout moment envoyer les lieutenants de louveterie et inspecteurs de l’environnement sur le Bargy pour y mener les opérations d’abattage.

C’est pourquoi nous avons besoin de témoins, sur place, qui se relayent jusqu’aux premières grosses chutes de neige, afin d’observer et de surveiller le massif, et de nous alerter si quelque chose s’y passe. Prenez bien avec vous appareil-photo et téléphone portable, et sortez en duo, c’est plus prudent.

Nous vous rappelons que tout citoyen est en droit de vérifier ce qu’il se passe sur le terrain, en restant bien entendu dans la légalité, de manière 100% pacifique, y compris si des gendarmes lui demandent de les suivre sans opposer de résistance. Nous ne sommes pas là pour susciter des confrontations, mais pour observer et témoigner.

Merci pour ce que vous pourrez faire.

Contact : legis@aspas-nature.org

On recrute sur le Bargy : bouquetins recherchent témoins

Voir les commentaires

Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent !

6 Novembre 2015, 19:25pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse ASPAS , le 06 novembre 2015

 

 

L'ASPAS a filmé des moutons il y a quelques jours en zone de tirs de loups. Le résultat est sans appel : beaucoup trop d’éleveurs ne font pas leur boulot. Des brebis offertes en pâture aux loups, c’est le meilleur moyen de favoriser la prédation… et d’ordonner l’abattage des loups ! Et là, ce sont les loups qui trinquent aussi…

La vidéo a été prise fin octobre 2015, sur les communes de Veynes, Saint-Julien-en-Beauchêne et Dévoluy (Hautes-Alpes).

Dans ce secteur où des loups s’en prennent parfois au bétail, deux loups ont été légalement abattus en août et septembre, ce qui n’a pas empêché la prédation de continuer et le préfet d’ordonner le tir d’un autre loup.

L’État considère que les éleveurs ont « mis en place des moyens de protection », et que les tirs de loups sont ordonnés « en l’absence d’autre solution satisfaisante ». Vraiment ?

La vidéo montre la facilité avec laquelle n’importe quel prédateur peut atteindre ces brebis placées derrières des clôtures dérisoires. Ces filets électrifiés, utilisés par la plupart des éleveurs, sont hauts de 80 cm à 1 m, quand ça n’est pas beaucoup moins s’ils sont mal installés. Ils sont pratiques pour contenir les ovins, mais n’importe quel canidé peut sauter par dessus ! Nos observateurs ont pu très facilement atteindre le cœur des troupeaux sans être inquiétés par le moindre chien de protection, car il n’y en avait pas.

Ni berger, ni protection efficace : ces moutons sont littéralement livrés à la prédation, dans un secteur où des loups sont présents depuis plus de dix ans !

Les éleveurs aiment-ils leurs brebis et leurs agneaux (par ailleurs destinés à l’abattoir), pour les offrir ainsi aux prédateurs ? Il ne s’agit pas d’accuser tel ou tel éleveur, mais de dénoncer un système insensé qui conduit à des tirs de loups alors que rien n’est fait pour protéger le bétail. Subventions sans contrepartie, indemnisations systématiques en cas de prédation… L’ASPAS demande que les éleveurs qui ne protègent pas leurs troupeaux ne soient plus indemnisés. Les Français, qui subventionnent les éleveurs par leurs impôts, sont très majoritairement favorables à la protection des loups. Il est insupportable que les loups soient sacrifiés pour pallier les carences d’un élevage qui refuse d’évoluer.

 

Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent !

Voir les commentaires

LE MASSACRE DE LOUPS CONTINUE ALORS QUE LES TROUPEAUX NE SONT PLUS EN ESTIVE!

31 Octobre 2015, 18:53pm

Publié par VGBIO

Ils utilisent tous les moyens, même des illégaux, en chassant la nuit avec des phares de voiture..........pour ce loup tué au Monêtier, près du parc national des Écrins, tir autorisé sur un territoire où il n’y a pas eu de problème pendant l’estive et à un moment où les troupeaux ne sont plus dans les alpages.

 

 

Communiqué FERUS, 29 octobre 2015.

Et de 16 ! La France, redoutablement efficace pour éradiquer les loups

A un mois de la COP 21 qui se tiendra à Paris, la France s’illustre de la plus honteuse des manières par son obstination à détruire les loups, une espèce pourtant protégée sur notre territoire.

Depuis le début du mois d’octobre, pas moins de 10 loups ont déjà été tués. Dont un louveteau, 2 animaux blessés et non retrouvés, probablement décédés suite à une longue agonie, et un autre tiré, puis « achevé » le lendemain (sic). Au total, seize loups ont été abattus depuis la publication des arrêtés de juillet 2015. Du jamais vu depuis le retour du loup en France il y a un peu plus de 20 ans et alors que la population estimée est en baisse…

Et tout ça dans quel but? Protéger les troupeaux nous dit-on? Ils ne sont même plus en estives. Et quand bien même, abattre un loup est une opération qui peut apparaître totalement contre-productive, avec pour résultat la fragilisation de la meute et donc l’augmentation des attaques sur les troupeaux domestiques.

Ne serait-ce pas plutôt une manœuvre politicienne consistant à aller draguer l’électeur jusque dans les rangs des chasseurs et des syndicats d’éleveurs en vue des prochaines élections? Quelle manque de clairvoyance et surtout quelle incompétence : même les agents de l’ONCFS sont écœurés de devoir appliquer ces décisions qui ne résolvent rien, bien au contraire, et qui font fi des données techniques élémentaires. Ces mêmes agents reconnaissent également combien certaines battues peuvent s’avérer hors de contrôle du fait du trop grand nombre de chasseurs présents et de la difficulté à communiquer de par l’étendue du territoire ciblé (source). Avec les dérives que l’on a déjà constatées…

On est au 21ème siècle, tous les pays reconnaissent l’urgence d’endiguer l’extinction massive de la biodiversité, et la seule solution que l’Etat français a trouvé pour faire coexister troupeaux domestiques et prédateurs, c’est de tuer ces derniers alors que bien d’autres solutions existent. Quelle honte !

LE MASSACRE DE LOUPS CONTINUE ALORS QUE LES TROUPEAUX NE SONT PLUS EN ESTIVE!

Voir les commentaires

Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie !

22 Octobre 2015, 18:10pm

Publié par VGBIO

C'est un acharnement fou et désordonné contre la vie sauvage auquel nous assistons actuellement en France!

A l'approche des élections régionales, le P"S" s'affole et râtisse tous azimuths: lobbies divers, dont ceux des chasseurs et éleveurs.
Après un lamentable article dans le "chasseur français", où il loue les chasseurs, et assure qu'il va favoriser les tirs de loups, Hollande donne l'exemple aux juges, qui le suivent!

allez, tuez, tuez tuez, chasseurs.........jusqu'à faire de la France un payx désert de biodiversité!

 

Ci-dessous un communiqué des associations qui avait fait le référé............rejeté, par une justice sensible à la politique des oligarques!

 

Ce mercredi 21 octobre 2015, le Tribunal Administratif de Grenoble a rejeté nos référés contre le tir de 6 loups en Savoie : le Préfet peut, s’il le souhaite, poursuivre l’abattage de 4 loups après les 2 déjà tués le week-end dernier. Nous ne laisserons pas ces abattages injustifiés se poursuivre sans réagir.

Le juge des référés du Tribunal Administratif de Grenoble a donc rejeté la requête engagée en urgence par nos associations contre l’arrêté du Préfet de la Savoie du 10 septembre 2015. Rappelons que cet arrêté fait suite à une action violente d’éleveurs ayant séquestré le Président, le Directeur et un agent du Parc National de la Vanoise. Ce texte autorise le prélèvement de six loups dans les zones de Belledonne, Thabor et Maurienne pour une durée de six mois. Deux loups ont déjà été abattus ce week-end en Maurienne.

Le nombre de destructions autorisées n'est en effet pas proportionné aux dégâts observés qui plus est, sont en régression par rapport à l’année dernière. Nos associations avaient demandé la suspension en urgence de cette décision qu’elles jugent infondée, car :

  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que les dégâts observés sont en régression sur certaines zones par rapport à l’année dernière, est disproportionné.
  • Ordonner l’abattage de six loups pendant l’hiver, alors qu’aucun troupeau n’est présent en estive, est injustifiable et illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que leur population est déjà en régression à la sortie de l’hiver 2015 met en péril leur implantation locale, et est illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que les troupeaux continuent d’être insuffisamment protégés, est inefficace et illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups en réponse à la séquestration d’agents d’un Parc National, est inacceptable et illégal.

Le loup est une espèce protégée. La France ne peut déroger à cette protection qu’à la triple condition de l’existence de dommages importants à l’élevage, de l'absence d'autre solution satisfaisante, du maintien, dans un état de conservation favorable, des populations de l’espèce dans son aire de répartition naturelle.

Nos associations ne baissent pas les bras et vont se pourvoir en cassation devant le Conseil d'État.

Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>