Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #non a la chasse et la peche

EN ITALIE, UNE BRIGADE CONTRE LE BRACONNAGE DES LOUPS

12 Juin 2016, 19:05pm

Publié par VGBIO

non, vous ne rêvez pas! c'est exactement l'inverse de la France! on a les éleveurs les plus anti loups qui soient, ici, ils ne pensent qu'à tuer et éradiquer les loups de notre pays, et comme le gouvernement est à leur solde, la ministre dite de l'environnement recrute des emplois jeunes pour flinguer les loups!!!

En Italie, les éleveurs, bien plus intelligents, ont appris à vivre avec depuis des années, alors, qu'il y a 5 fois plus de loups là-bas, soit environ 1500. Et dans ce pays, c'est une brigade anti braconnage de loups qui a été mise en place! bravo aux italiens!

Ferus nous explique tout:

"On se souvient qu’en France, une brigade loup de dix emplois jeunes a été recrutée par le ministère de l’Environnement depuis 2015 pour notamment mieux tuer des loups, conformément à une politique d’abattage contreproductive dont les quotas ont été arbitrairement fixés par avance pour principalement satisfaire des intérêts électoraux.

En Italie, où l’acceptation du sauvage est beaucoup plus profondément ancrée dans la culture et dans les cœurs, c’est à un phénomène exactement inverse qu’on assiste : dans le cadre du projet européen « Life Wolfalps » (pour la conservation du loup et la coexistence entre le prédateur et les activités économiques traditionnelles), un escadron de 10 détectives (5 hommes aguerris et 5 chiens spécialement entraînés) a été constitué il y a environ deux ans dans le but de traquer les braconniers du loup. La force de leur équipe est basée sur l’amitié ancestrale entre l’homme et le chien (2 bergers malinois, 2 labradors et un grison). L’équipe intervient dans la partie nord-ouest des Alpes italiennes mais une autre brigade existe déjà en Vénétie pour couvrir les Alpes orientales. En cas de déclenchement d’une suspicion de braconnage, l’équipe est aussitôt prête à partir sur la « scène du crime » dans divers coins du Piémont. La patrouille arpente ainsi le territoire à la recherche d’appâts empoisonnés ou de restes d’animaux morts, elle recueille des indices et prend des photographies. Les forestiers et gardiens de parcs nationaux qui la composent formulent ensuite des hypothèses qui sont transmises à la justice."

http://www.ferus.fr/actualite/italie-une-brigade-contre-le-braconnage-des-loups

rappelons que les jeunes agriculteurs de Haute Savoie ont fait interdire la mascotte du tour d' Italie, le giro, un petit loup, lors des 2 étapes qui ont eu lieu en France.......désolant! ils ont dû bien rire les italiens, de tant de bêtise!

regardez la vidéo hilarante de Guillaume Meurice sur france inter, qui a interviewé des jeunes agriculteurs de Haute Savoie, à ce propos et en a fait une chronique hilarante! et voici la petite mascotte interdite en France, des fois qu'elle aurait plu à leurs gamins...................!

EN ITALIE, UNE BRIGADE CONTRE LE BRACONNAGE DES LOUPS
EN ITALIE, UNE BRIGADE CONTRE LE BRACONNAGE DES LOUPS

Voir les commentaires

VICTOIRE POUR LES REQUINS A LA REUNION

13 Mai 2016, 17:05pm

Publié par VGBIO

communiqué de presse ASPAS, le 13/5

 

Pêche aux requins à La Réunion :
les associations arrêtent le massacre

 

Dans le cadre du programme Cap Requins 2, l’État autorisait la pêche d’un nombre illimité de requins tigres et bouledogues dans l’une des zones les plus protégées de la Réserve naturelle marine de la Réunion, jusqu’au 31 décembre 2016. Saisi par les associations ASPAS, Longitude 181, One Voice et Sea Shepherd (1), le Tribunal administratif de Saint-Denis a suspendu cet arrêté et mis fin à cette pêche !

Le juge a considéré que les consultations nécessaires à l’adoption de cet arrêté n’avaient pas été correctement réalisées, ce qui fragilise le fondement scientifique de ces pêches (cf ordonnance). En effet, le préfet n’avait soumis sa décision à aucun conseil scientifique digne de ce nom, de sorte qu’aucun protocole n’encadrait méthodiquement cette pêche.

Une décision antiscientifique

À travers les médias, les scientifiques de la Réserve ont eu l’occasion d’exprimer leur opposition à cette pêche au milieu d’un espace naturel riche toujours en reconstruction et donc particulièrement fragile. De toute évidence, une telle pêche dans un espace protégé va à l’encontre des intérêts écologiques de la réserve qui a pour mission officielle la préservation optimale de toutes les espèces, tant les interrelations sont fortes entre faune piscicole et coraux constructeurs.

Le Comité des pêches est la structure chargée de mener le programme Cap Requins 2. Or ces spécialistes des techniques de pêche, qui ne sont pas des scientifiques, conçoivent le programme, le mettent en œuvre, et le contrôlent. Les conclusions qu’ils tirent de leurs propres analyses ne présentent aucune impartialité ni crédibilité scientifique. C’est pourtant sur la base de ces conclusions que le préfet avait autorisé la capture de requins au cœur d’un espace marin protégé, lui-même précieux pour l’économie et le tourisme.

Une pêche non sélective et des méthodes opaques

Rappelons que de nombreuses espèces de requins, espèces clés dans l’écosystème et les chaînes alimentaires des océans, sont considérées comme menacées par l’UICN (2). Les capturer sans plus d’étude quant à leur population, leurs mouvements et leurs comportements engendre nécessairement des conséquences néfastes pour l’ensemble de l’équilibre de l’océan, et plus particulièrement pour l’espace côtier réunionnais déjà bien fragilisé.

Les méthodes de pêches utilisées sont des palangres verticales (drum line) où sont accrochés des appâts qui n’attirent pas uniquement les espèces ciblées. Deux tiers des prises réalisées dans le cadre du programme seraient des prises accessoires. Difficile de savoir ce qu’il en est fait, étant donné qu’aucun observateur assermenté et indépendant n’est accepté sur les bateaux de pêche (les propres rapports du Conseil Technique du Comité des pêches avouent certaines difficultés à recueillir les informations). De nombreux animaux en font les frais, comme ce Grand requin blanc, espèce protégée, tué en octobre dernier, faute d’une véritable formation des acteurs du programme et de la présence de personnes compétentes indépendantes à bord.

Une pêche dangereuse, mais lucrative

Selon une logique totalement absurde, le préfet souhaite donc sécuriser les zones d’activités nautiques en attirant des requins près de ces zones ! Cette pêche présente le risque d’attirer des animaux dans un espace qu’ils n’auraient autrement peut-être pas occupé.

Loin de décroître, ce système où argent public et patrimoine naturel sont sacrifiés sur l’autel de l’obscurantisme vient d’être institutionnalisé au sein de l’ACRAR (3), une nouvelle association qui, sur la base des anciennes méthodes, permet aux principaux maîtres d’œuvre de ce système absurde de se tailler une belle part du lion. Ceci explique sans doute cela…

(1) Soutenues par Tendua, Sauvegarde des requins, Vagues, Requin Integration et Fondation Brigitte Bardot.
(2) Union internationale pour la conservation de la nature
(3) Association pour le Centre de ressources et d'appui sur le risque requin

VICTOIRE POUR LES REQUINS A LA REUNION

Voir les commentaires

Massacre de requins à la Réunion : l’ASPAS et Sea Shepherd portent plainte !

1 Avril 2016, 14:30pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse ASPAS 

Massacre de requins à la Réunion :
l’ASPAS et Sea Shepherd portent plainte !


Une plainte a été déposée par l’ASPAS et Sea Shepherd suite à la pêche et l’abattage d’un grand requin blanc à la Réunion dans le cadre du programme CAP REQUINS 2. Ce programme scandaleux, qui utilise des fonds publics, ne protège en rien la population et détruit la biodiversité.

Les associations Tendua, Longitude 181, One Voice, Sauvegarde des requins, Vagues et Fondation Brigitte Bardot dénoncent également cette pêche destructrice, organisée sans aucune validation scientifique.

En effet, le 15 octobre 2015, un grand requin blanc a été pêché dans le cadre du programme CAP REQUINS 2, dont les opérations menées sous la direction du CRPMEM (Comité régional des pêches) visent à capturer les requins bouledogue et tigre, espèces impliquées dans les récentes attaques à la Réunion. Mais les techniques utilisées causent de nombreuses prises accessoires qui ne sont pas connues précisément (aucun observateur indépendant n’étant accepté à bord des bateaux de pêche). L’une de ces victimes collatérales n’a pas pu passer inaperçue : un grand requin blanc, attiré par l’un des nombreux appâts placés dans la baie de Saint Paul, a été pêché et, sur la seule appréciation du CRPMEM, a été tué.

Rappelons que l’UICN classe le grand requin blanc parmi les espèces « vulnérables », c’est-à-dire menacées d’extinction. Ce statut a conduit l’Union européenne à interdire la pêche du grand requin blanc (Règlement (UE) 2015/104 du Conseil du 19 janvier 2015).

Cette espèce migratrice est également inscrite aux annexes I et II de la Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage du 23 juin 1979, et à l’annexe II de la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction du 3 mars 1973. De nombreuses conventions internationales propres à certaines zones géographiques prévoient sa protection dans le monde (Méditerranée, Antarctique,…).

 

Cette pêche est d’autant plus révoltante qu’elle est intervenue dans le cadre d’un programme de pêche que nos associations n’ont de cesse de dénoncer : rien ne démontre que la pêche des requins bouledogue et tigre est une solution pour éviter les accidents à la Réunion ; attirant artificiellement les requins près des côtes réunionnaises, ce programme peut même s’avérer contre-productif ; il est mené sans avis ni protocole scientifique, et en toute opacité.

En 10 mois, ce sont au moins 67 requins qui ont été tués, sur fonds publics. En plus de n’apporter aucune sécurité, cette pêche est un pillage de nos mers, financé par les contribuables, et qui viole la loi.

Pour aller plus loin :

ASPAS : Pour la connaissance et la protection des requins
Sea Shepherd
Tendua
Longitude 181
One Voice
Fondation Bardot

Massacre de requins à la Réunion : l’ASPAS et Sea Shepherd portent plainte !

Voir les commentaires

SYNDICATS AGRICOLES - SEGOLENE ROYAL: MEME COMBAT ANTI LOUPS

6 Février 2016, 15:58pm

Publié par VGBIO

Vous savez que déjà l’arrêté ministériel du 30/06/15 fixe à 36 le nombre de loups pouvant être abattus entre juillet 2015 et juin 2016. Pourtant, au moins 41 loups sont déjà morts : 34 abattus, dont 33 « légalement », et 7 morts encore non élucidées, auxquelles s’ajoute le braconnage qui passe inaperçu. D’après le suivi officiel, la population de loups en France a baissé entre 2014 et 2015, et continuera à baisser au rythme des abattages actuellement réalisés.

 

Cette politique place notre pays en infraction avec ses engagements européens.

Or, Royal vient d'annoncer que comme le plafond des 36 allait être atteint, elle pense à autoriser encore 10 abattages supplémentaires!

ce sont principalement les chasseurs qui tuent les loups maintenant, depuis que ce droit leur a été accordé par Royal, et ce loin des troupeaux!

le bilan mortel est ici:

http://www.cap-loup.fr/actualites_cap-loup/41-loups-morts-sur-un-plafond-de-36-stop-aux-tirs/

 

lisez cet excellent article qui montre bien la position commune de tous les syndicats agricoles, et de S. Royal:

http://www.buvettedesalpages.be/2016/02/les-syndicats-moutonniers-contre-le-bien-commun.html

Je vous offre une belle photo de loup de Vincent Munier, excellent photographe animalier, allez sur son blog, ses photos sont sublimes!

http://vincentmunier.com/indexflash.html

SYNDICATS AGRICOLES - SEGOLENE ROYAL: MEME COMBAT ANTI LOUPS

Voir les commentaires

UN PLONGEUR RETIRE UN HAMECON DE LA GUEULE D'UN REQUIN

29 Janvier 2016, 19:13pm

Publié par VGBIO

impressionnant!

merci à ce plongeur qui a eu le courage d'aider ce requin!

UN PLONGEUR RETIRE UN HAMECON DE LA GUEULE D'UN REQUIN

Voir les commentaires

ENCORE UN RANDONNEUR TUE PAR UN CHASSEUR...........

8 Décembre 2015, 11:55am

Publié par VGBIO

Communiqué de presseASPAS , le 08 décembre 2015

Encore un randonneur tué par un chasseur,
les pouvoirs publics restent inertes

Ce week-end, un randonneur a été mortellement touché à la tête par le tir d’un chasseur qui participait à une battue au sanglier. Ce randonneur se nommait Gaël, il avait 43 ans et il a été abattu devant sa femme sur un sentier de montagne en Haute-Savoie. Un nouveau drame qui vient s’ajouter à une liste d’accidents, impliquant des non-chasseurs, déjà bien trop longue depuis l’ouverture de la saison de chasse. L’ASPAS attend une réaction forte du Gouvernement.

Personne ne pourra rendre Gaël à ses deux enfants et à sa famille. Tout comme Samuel, 20 ans, qui randonnait le 10 octobre dernier en Isère et dont la vie a été fauchée par le tir accidentel d’un chasseur. Combien de vies gâchées à cause du laxisme des pouvoirs publics ? Et jusqu’à quand ?

En France, la chasse est un loisir qui cause chaque année chez ses pratiquants et chez les non-chasseurs, plus d’une dizaine de morts et plus d’une centaine de blessés. Cette activité dangereuse se pratique dans des espaces ouverts à tous avec des armes à feu puissantes pouvant tuer à 3 kilomètres. Si les pouvoirs publics mettent actuellement tout en oeuvre pour la sécurité des Français, suite aux attentats du 13 novembre, force est d’admettre que cette politique volontaire est contradictoire avec l’apathie dès qu’il s’agit d’armes de chasse, et cela au détriment de la sécurité publique.

C’est ainsi que beaucoup d’entre nous préfèrent limiter, voire cesser, leurs activités face au dictat des chasseurs qui représentent moins de 2 % de la population et qui s’approprient les espaces naturels tous les jours, 6 mois de l’année pour la seule période d’ouverture générale de la chasse. Car avec 11 blessés non-chasseurs, comptabilisés par l’ASPAS depuis le début de la saison, s’adonner à une activité en pleine nature relève presque d’un acte de bravoure en période de chasse !

Dimanche 20 septembre 2015 un joggeur en Ardèche et une promeneuse en Ille-et-Vilaine étaient blessés par plomb ; dimanche 4 octobre une promeneuse et sa fille de 12 ans étaient blessées dans le Rhône, et le dimanche 11 octobre, des vététistes étaient pris pour cible...

Comme plus de la moitié des accidents arrivent le dimanche, l’ASPAS réclame cette simple mesure de bon sens : une trêve nationale de la chasse le dimanche ! Plus de 300 000 personnes ont déjà signé sa pétition. Nos concitoyens doivent pouvoir profiter des bienfaits des balades en pleine nature, sans avoir à craindre une balle perdue ou une erreur de tir.

Soutenue par des centaines de milliers d'usagers de la nature, l’ASPAS alerte les gouvernements successifs de la situation. Elle attend désormais une prise de position ainsi qu’une décision claire et immédiate !

ENCORE UN RANDONNEUR TUE PAR UN CHASSEUR...........

Voir les commentaires

36 LOUPS ONT ETE TUES, L'HECATOMBE DOIT CESSER!

7 Décembre 2015, 18:35pm

Publié par VGBIO

communiqué de l'ASPAS le 7/12 :

 

36 loups morts, ça suffit !


Le maximum de 36 loups susceptibles d’être abattus cette saison est déjà atteint, et leurs populations sont désormais en baisse.

L’ASPAS demande l’arrêt immédiat des opérations de tirs, qui sont toujours en cours.

L’ASPAS rappelle également, vidéos à l’appui, que beaucoup de troupeaux ne sont pas gardés, et que trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu.

Nous ne laisserons pas éradiquer une espèce protégée dans notre pays.

Les loups de France disparaissent peu à peu, mais les tirs se multiplient. Ils sont désormais autorisés à plusieurs milliers de chasseurs encouragés à tuer sans véritable formation, sans contrôle ni justification. En additionnant les morts non élucidées, le braconnage et les 28 tirs officiels, 36 loups sont déjà morts à notre connaissance. Les 35 associations réunies dans le collectif CAP Loup, dont l’ASPAS est cofondatrice, ont adressé ce jour un courrier à la ministre de l’Écologie demandant l’arrêt des tirs…

 

Or, nous rappelons que le chiffre de 36, déjà largement abusif, et décidé sans concertation avec le monde scientifique, est un plafond maximum et non un quota à atteindre absolument. C’est désormais chose faite. Et ce plafond maximum risque d’être encore revu à la hausse, avec l’ajout de 15 loups supplémentaires en projet.

Pour protéger les troupeaux, il ne faut pas tuer les loups à l’aveugle, il faut… protéger les troupeaux. La défense des brebis avec des clôtures et des chiens de protection est une condition légale obligatoire avant de s’en prendre à des loups qui persisteraient dans des attaques. Sur le terrain, malgré les millions d’euros de subventions accordées à leur métier, trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu, et l’État ferme les yeux.

Nous demandons au monde politique l’arrêt du laxisme d’un côté, et l’arrêt de la violence anti-nature de l’autre. Nous demandons à l’État d’arrêter d’encourager la chasse aux loups plutôt que la cohabitation.

Voir les nouveaux épisodes "Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent"

Voir tous les épisodes

36 LOUPS ONT ETE TUES, L'HECATOMBE DOIT CESSER!

Voir les commentaires

LES TUEURS DE GLOBICEPHALES TOUJOURS A L'OEUVRE A TAIJI

5 Décembre 2015, 13:50pm

Publié par VGBIO

cela fait des mois qu'ils tuent de manière insupportable des centaines de globicéphales à Taiji, Japon.

le massacre continue, comme tous les ans! et le plus souvent, les animaux massacrés ne sont même pas mangés! leur chair est en effet très mauvaise pour la santé.

il nous faut, avec sea shepherd, dénoncer encore et encore............là, ils noient un pauvre globicéphale blessé..............des barbares! comme tous ceux qui maltraitent et tuent les animaux pour que des gens les mangent, ou pour le plaisir!

Voir les commentaires

AMENDE DE 670.000 € POUR DES BALEINIERS JAPONAIS

20 Novembre 2015, 01:33am

Publié par VGBIO

Des baleiniers japonais viennent d’être condamnés à une amende sévère pour avoir tué des baleines de Minke dans un sanctuaire australien. Si seulement cela pouvait dissuader les japonais de perpétuer cette « pèche » interdite par le droit international.

La justice australienne a donc condamné une entreprise japonaise, pour avoir pénétré dans un sanctuaire de l’océan Austral afin d’y tuer des centaines de baleines de Minke. La justice australienne lui réclame un million de dollars australiens, soit 670 000 euros, en guise de condamnation.

Belle condamnation!

AMENDE DE 670.000 € POUR DES BALEINIERS JAPONAIS

Voir les commentaires

CHASSEURS= NUISIBLES!

13 Novembre 2015, 20:41pm

Publié par VGBIO

quelle honte ces massacres de renards, et en plus, ils mettent en scène leurs crimes ces massacreurs!

révoltant!

les renards, en plus d'être beaux, sont utiles, car ils mangent les micro-mammifères!

les seuls nuisibles sont les chasseurs!

CHASSEURS= NUISIBLES!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>