Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #non aux elevages industriels

ET VOICI DE VRAIES BELLES VACHES AVEC DES CORNES!!!!

8 Novembre 2010, 20:26pm

Publié par VGBIO

.........car oui, les bovins ont des cornes!!!!!

 

P1030641P1030644P1030648

Voir les commentaires

CHERCHEZ L'ERREUR!

8 Novembre 2010, 20:06pm

Publié par VGBIO

voici comment sont traitées les pauvres vaches: écornées! bientôt, les enfants ne sauront plus que les vaches ont des cornes!!!!!

P1030846P1080142P1030811

Voir les commentaires

Un point sur la filière ovine - octobre 2010

31 Octobre 2010, 18:51pm

Publié par VGBIO

très intéressant cet article, qui montre bien que contrairement à ce qu'essaient de faire croire les éleveurs, le déclin ne vient pas du loup!!!!!

TIRE DE L'EXCELLENT SITE:

http://www.buvettedesalpages.be/2010/10/un-point-sur-la-filiere-ovi...

Un point sur la filière ovine - octobre 2010

Préambule

Chaque année, le Service de la Statistique et de la Prospective (SSP) effectue une enquête cheptel destinée à déterminer les évolutions d’effectif concernant les différentes filières d’élevage.

Cette étude représente l’ossature de la publication annuelle de l’Institut de l’Elevage intitulée 
«Les chiffres clés, productions ovines lait et viande» (Les chiffres clés de la filière ovine 2010), dont la dernière mouture, portant sur l’année 2009, a été mise en ligne ces dernières semaines. Cette publication existe également pour d’autres filières d’élevage.

Structures de production

Fin 2009, le nombre de brebis mères allaitantes était de 4.146.000 animaux, soit une baisse d’un peu plus de 4 % par rapport à 2008. Soit également une baisse d’environ 27 % depuis 2000.
Le nombre de brebis mères laitières était fin 2009 de 1.623.000 animaux. Ce chiffre est relativement stable depuis 2000, et en hausse significative depuis 1990 (+ 20 %).

Animaux

Filiere_ovine_oct2010_1
Exploitations

52.353 exploitations détenaient des brebis allaitantes début 2010, soit une baisse de 3,5 % par rapport à l’année dernière et de 66 % par rapport à 1989. Elle approche les 40 % sur les 10 dernières années.

Cette concentration dans la détention du cheptel s’observe également pour la sous-filière laitière : 4.858 exploitations début 2010. Soit une baisse de 34 % depuis 1989. Le phénomène est cependant (presque deux fois) moins marqué pour cette production.

Filiere_ovine_oct2010_2
Evolution du nombre d’exploitations - source : SSP (enquête cheptel)

La régression du nombre d’exploitations détenant des ovins ne s’explique pas seulement par le déclin du cheptel, mais aussi par la régression du nombre d’exploitations détenant des petites quantités d’ovins.
Fin 2004, la Fédération Nationale Ovine estimait que 34.000 des 76.755 exploitations détenant des ovins en possédaient moins de 10 (citée dans le très anti-prédateurs rapport des sénateurs Bailly et Fortassin).
Ce nombre est tombé à 22.545 exploitations en 2009, assez stable cependant par rapport à 2008.
Selon l’Institut de l’Elevage, 82 % de l’activité ovins-viande est assurée par 16.000 exploitations en 2009.

64 % des brebis allaitantes sont détenues dans des troupeaux de plus de 200 têtes. Cette proportion atteint 84 % pour les brebis laitières.

Le bimestriel Bimagri, édité par le Ministère de l’Agriculture, précisait dans son N°1533 de juillet-août 2008 que 30 % des troupeaux ovins (toutes tendances) comportaient plus de 400 brebis. Cette même revue précise que la taille moyenne du troupeau des exploitations véritablement spécialisées ovines oscille autour de 350 brebis.

Age des éleveurs

Filiere_ovine_oct2010_3

A l’instar de la population française, la tendance au vieillissement des éleveurs est sensible : 63 % d’entre eux ont plus de 50 ans (56 % en 2002), dont 33 % plus de 60. Les plus de 50 ans détiennent 43 % du cheptel (36 % en 2002). Les moins de 35 ans ne représentent plus que 6 % des éleveurs, et détiennent 10 % du cheptel. Ils représentaient encore 10 % des éleveurs et 17 % du cheptel en 2002.

Répartition Géographique

L’essentiel du cheptel ovin se situe au sud d’une ligne «La Rochelle-Lyon».

Filiere_ovine_oct2010_4

Entre 1990 et 2009, les baisses les plus modérées (car il n’y a pas de hausse) sont observées dans les régions suivantes :

  • PACA - 8 %,
  • Lorraine - 17 %,
  • Languedoc-Roussillon -21 %,
  • Midi-Pyrénées - 23 %,
  • Rhône-Alpes -21 % et
  • Aquitaine - 27 % ;


Dans le même temps, la baisse au plan national a été de 32 %.

Plusieurs fiefs «historiques» de la production ovine ont vu leurs effectifs s’effondrer au cours des deux dernières décennies. C’est le cas des régions :

  • Poitou-Charente (- 52 %, sans doute la conséquence du lâcher clandestin de loups italiens dans le marais poitevin…) et
  • Limousin (- 50 %, probable résultat de la prolifération des sanguinaires vautours fauves dans les faubourgs de Limoges…).
  • Quant aux ours slovènes, ils ont fait des ravages en Bourgogne (- 52 %) et dans la région Centre (- 56 %).

On frémit à l’idée de penser que la région Midi-Pyrénées aurait pu être impactée par le plantigrade, si des lâchers d’ours avaient été effectués dans cette zone dans les années 1990/2000…

Au delà de la boutade, les régions qui connaissent le plus fort déclin ne sont pas concernées, à ce jour, par la problématique «grands prédateurs». C’est au contraire parmi les régions où vivent ceux-ci que les effectifs ovins résistent le mieux. Signe que déclin ou reprise de l’élevage ovin dépendent de bien d’autres paramètres que l’absence ou la présence de quelques loups, lynx ou vautours fauves.

Il serait sans doute excessif d’affirmer que c’est essentiellement grâce à ces excellents indicateurs de productivité d’écosystème que les effectifs ovins y résistent mieux qu’ailleurs. Mais force est de constater, par exemple, qu’il n’y a probablement jamais eu autant de moutons sur les pentes pyrénéennes qu’au cours de la dernière décennie. Constat comparable, en plus marqué, pour les bovins et caprins.

A l’échelle du massif, cette activité pastorale est certes importante en terme d’effectif ovin, surtout à l’ouest de la chaîne. Mais elle connaît une déshumanisation galopante (sauf dans les zones où bergers et patous reviennent dans les pas de l’ours), qui n’a globalement pas empêché la fermeture des milieux et le retour de la lande, puis de la forêt (« l’ensauvagement », comme disent certains naturophobes). A l’exclusion notable des quelques zones surpâturées qui, elles, ne risquent pas de se refermer de sitôt…

Consommation

L’approvisionnement en viande ovine en 2009 a majoritairement été assuré (58 %) par de la viande importée.

Filiere_ovine_oct2010_5
Contrairement à une idée reçue, la Nouvelle Zélande n’est pas le principal fournisseur de la France.
Il est néanmoins exact que les importations en provenance de Nouvelle Zélande ont tendance à progresser, alors que celles en provenance d’Irlande diminuent, et celles en provenance du Royaume-Uni, plutôt en hausse, fluctuent en fonction des épidémies de fièvre aphteuse, comme en 2001 et 2007.

C’est donc en 2009 le Royaume-Uni, avec + de 45 % des importations, qui arrive encore en tête, devant la Nouvelle Zélande, avec 23 %, qui devance l’Irlande (17 %) pour la troisième année consécutive.

42 % de la viande consommée en France en 2008 était d’origine hexagonale [94.000 tonnes équivalent carcasse (tec) sur 226.000]. Cette proportion est à peu près stable depuis quelques années. Il en est de même des échanges d’animaux vivants.

La consommation annuelle par français continue sa régression tendancielle (3,5 kg/an/personne, - 4 % par rapport à 2008). Cette consommation était de 5,4 kg en 1990. C’est à dire une baisse d’un bon tiers en moins de 20 ans. Le début des années « 90 » demeure la période pendant laquelle la consommation de viande ovine par habitant a été la plus élevée, toutes origines confondues.

Filiere_ovine_oct2010_6

La baisse de consommation de viande ovine s’inscrit dans un contexte global de réduction de la part de la viande dans l’alimentation. Cette diminution est cependant plus marquée pour l’agneau que pour n’importe qu’elle autre viande. A l’exception de la viande chevaline, en chute libre depuis 40 ans : 1,8 kg/habitant/an en 1970, contre 0,3 kg en 2009. Soit une baisse de plus de 85 %!

La consommation de viande ovine ne s’est jamais remise de l’épidémie de fièvre aphteuse de 2001 en Grande Bretagne. Car même si la baisse de consommation s’est amorcée vers 1995, la chute enregistrée en 2001, suite à l’effondrement des importations britanniques, n’a jamais été compensée après.

Pour la viande spécifiquement d’origine française, le bilan est encore plus sombre. En effet, en 1990, viande indigène et étrangère se partageaient le marché à parité. Cela représentait donc 2,7 kg de viande d’origine française/personne/an. Cette consommation est tombée en 2009 à 1,5 kg (42 % de 3,5 kg). Soit donc une baisse de près de 45 % en même pas 20 ans.

La consommation de viande ovine ne fait jamais, finalement, que revenir au niveau qui était le sien dans les années 60. A cette époque on mangeait à peine 3 kg d’agneau par personne et par an.
Petite différence, mais de taille : à l’époque, 80 % de la consommation était d’origine française…

L’examen détaillé des classes de consommateurs ne permet (toujours) pas d’être très optimiste pour l’avenir de la filière. Seuls 34 % des moins de 35 ans ont acheté de la viande ovine en 2009, représentant 6 % des volumes (chiffres stables). A titre de comparaison, le taux de pénétration atteint 75 % chez les plus de 65 ans, soit 38 % des volumes.

Les efforts de « reconquête ovine » principalement auprès du jeune public, telle la discrète campagne « Agneau presto » depuis 2008, n’ont pas à ce jour produit d’effet sur la consommation. Il faut dire que ce type de campagne n’est le plus souvent efficace que lorsqu’il s’agit d’accompagner une tendance avérée, ou en devenir, chez le consommateur.

C’est le cas, par exemple, du prétendu bonus écologique, appliqué aux automobiles sur la base de leurs émissions théoriques de CO2. Il a logiquement favorisé les ventes de petits modèles diesels (pas spécialement écolos, là c’est un autre débat…). Mais ce type de véhicules avait déjà les faveurs des clients avant l’instauration du dit bonus. Inciter l’eau de la rivière à remonter la pente est un exercice éminemment plus difficile…

Perspectives

La publication « Tendances lait et viande N°206 - octobre 2010 (pages 17-18) », permet déjà de se faire une idée de l’orientation pour 2010. Tout du moins pour ce qui concerne la production nationale.
Car l’année dernière, à la même époque, on évaluait les importations en hausse de 4 %, pour enregistrer au final une baisse de 2 % sur l’ensemble de l’année.

Après une certaine embellie sur le premier semestre, les abattages marquent le pas, ce qui se traduit par une production indigène à peu près stable sur 8 mois (+ 1 %). Sur la même période, la consommation de viande ovine s’effrite de 5 %.

La (relative) bonne nouvelle vient du fait que les ventes en boucherie traditionnelle résistent mieux (-1 %) que celles en GMS (-7 %), qui sont majoritairement réalisées avec de la viande d’importation (d’ailleurs en baisse de 11 % sur les sept premiers mois par rapport à 2009).

On constate une nouvelle fois la complexité de l’équation à résoudre pour la production française : lorsque les importations baissent, la consommation baisse également, car cette viande importée se positionne sur un créneau prix qui devient vacant et n’est pas occupé par la viande locale. Ce n’est que lorsque les importations reprennent que la consommation cesse de fléchir, mais rarement au bénéfice des éleveurs hexagonaux. La production indigène ne tire de fait profit d’aucune forme de conjoncture.

Dans ce contexte commercial qui demeure difficile, il n’est pas non plus inutile de rappeler la très forte dépendance aux subventions de la sous-filière ovins-viande. Dépendance avec peu d'équivalent en France.

Le Réseau d’Information Comptable Agricole (RICA) n’individualise pas les données nationales entre caprins, ovins-lait et ovins-viande, qui dominent cependant la catégorie « ovins et autres herbivores ». C’est cependant le cas pour les ovins en région Midi-Pyrénées, le plus gros troupeau de France (24 %, des brebis).

Voir le lien : Résultats du RICA 2008 pour Midi-Pyrénées(page 4). 

Les plus récents résultats (2008) pour les 1.527 exploitations ovines viande représentées sont éloquents :

Résultat courant avant impôts : 10.000 € par exploitation
Total des subventions versées : 42.500 € par exploitation

Filiere_ovine_oct2010_7
L’accroissement significatif des aides ces dernières années n’a pas permis le redressement du résultat courant. L’année 2009 s’annonçait du même ordre, peut être pire. Qu’en sera t-il en 2010 ?

Le « bilan de santé » de la PAC, qui entrait en vigueur en cette année 2010, prévoyait une augmentation moyenne des subventions pour les exploitations spécialisées en ovins viandes de l’ordre de 13 000 €/an.
Il serait cependant bien optimiste d’imaginer que le résultat courant puisse augmenter dans les mêmes proportions.

Ce qu’on appelle pudiquement dans le milieu le «phénomène de transfert», c’est à dire le déplacement des subventions destinées à un bénéficiaire vers certains intermédiaires, est une réalité bien établie, qui rend encore plus compliquée toute politique de rééquilibrage des revenus.

Une autre alternative, qui consisterait à favoriser les aides découplées de la production, pourrait avoir des effets particulièrement démobilisateurs, compte tenu de la faible valeur ajoutée comptable, en moyenne proche de zéro sur les dernières années.

L’année dernière je rappelais la conclusion du dossier de l’élevage N°371 d’octobre 2007, qui se terminait ainsi : «Il semble que la seule alternative laissée aux filières européennes de viande ovine soit aujourd’hui importer encore plus ou consommer encore moins».

En fait, en examinant l’évolution du cheptel mondial sur les dernières années, en baisse à peu près partout, sauf en Inde, il semble bien qu’une des deux alternatives prenne le pas sur l’autre.

Marc LAFFONT

Voir les commentaires

CRUAUTÉ DANS LES ÉLEVAGES PORCINS EN EUROPE

12 Juillet 2010, 13:38pm

Publié par VGBIO

 

UNE ENQUÊTE DE L'ASSOCIATION "COMPASSION IN WORLD FARMING", l'équivalent de la PMAF, pendant un an et demi, dans les élevages porcins en Europe a montré les pratiques cruelles

 

 

 

et ça , vous savez à quoi ça sert?

pliers.jpg

réponse: à couper les petites dents pointus des porcelets!!!!!

RÉAGISSEZ ICI, EN ENVOYANT CETTE E CARD:

 

http://action.ciwf.org.uk/ea-campaign/clientcampaign.do?ea.client.id=119&ea.campaign.id=6909&ea.param.extras=TrackingURL:WEA0710a

 

 

JE SAIS VRAIMENT POURQUOI JE NE MANGE PAS DE PRODUITS ANIMAUX!!!!!!

Voir les commentaires

ELEVAGE DE PORCS EN ESPAGNE : UNE ENQUÊTE AUX RÉSULTATS ÉDIFIANTS

6 Juillet 2010, 21:14pm

Publié par VGBIO

http://www.one-voice.fr/fr/article/elevage-de-porcs-en-espagne-une-enquete-aux-resultats-edifiants

L’association espagnole « Igualdad Animal » vient de rendre publiques les résultats de deux ans d’enquête au sein de la quatrième industrie mondiale porcine qui fournit 50% du marché français. One Voice relaie son action et demande aux consommateurs d’écouter leur conscience et de ne plus manger de viande de porc.

 L’enquête

Près de 60 activistes de l’association se sont introduits dans 172 élevages du pays afin de photographier et filmer les conditions d’élevage des porcs. La majorité des élevages ont été choisis au hasard sauf ceux qui ont bénéficié de prix gouvernementaux pour leur exemplarité.

L’objectif

Au terme de ces deux années, ce sont plus de 2600 photos et un film de cinquante minutes qui relatent la vie des cochons de la naissance à la mort. Le bilan est le même pour tous les élevages : maltraitances, cruautés et non-respect pour ces êtres sentients. Ce travail est, pour l’association, le lancement d’une campagne sans précédent pour informer et sensibiliser les consommateurs.

Conditions de détention
L’enquête révèle l’horreur sous toutes ses formes. Comme dans tous les élevages intensifs, les animaux sont détenus dans des stalles exiguës, où ils peuvent à peine se coucher et encore moins se retourner. Rangés comme de simples objets, ils n’ont pas d’autre distraction que de mordre les barreaux ou de se cogner la tête d’un côté à l’autre du box de manière incessante ; comportements stéréotypés révélateurs d’un profond niveau de stress.

Insalubrité des installations

Les porcs sont maintenus sur un sol fait de grilles en métal ou en plastique sur lequel ils se coincent les pattes, piétinent et se couchent dans leurs excréments. Les femelles mettent bas dans les mêmes conditions. Les jeunes meurent pour la plupart écrasés sous leur mère qui ne peut se déplacer ou agonisent dans les excréments. 

La maltraitance du personnel
Le personnel de ces industries n’a aucune considération pour les animaux et pour le fait qu’ils souffrent. Toutes les manipulations sont permises : coups de pieds ou doigts dans les yeux pour diriger l’animal et le faire obéir…La queue des porcelets est coupée à vif ; seule solution utilisée par les élevages pour éviter que les porcs ne se la mangent entre eux.

L’horreur absolue
Qu’ils soient adultes ou nouveau-nés, les animaux faibles, blessés ou malades n’ont aucune valeur économique et sont alors laissés à l’agonie dans des souffrances atroces au beau milieu des animaux vivants, ou bien ils sont entassés encore vivants dans les conteneurs de cadavres. 

Ces images chocs rappellent hélas les conditions d’élevage des cochons en France. One Voice soutient cette campagne et rappelle au public qu’il a le pouvoir de faire disparaître ce type de pratique en changeant de mode de consommation et ainsi en ne finançant plus l’exploitation de ces animaux.
 

Voir les commentaires

AIDEZ L214

5 Juillet 2010, 12:56pm

Publié par VGBIO

Cher(e) ami(e),

Brigitte Gothière dans le reportage Pièce à conviction



Lapereau mort dans le reportage Pièce à conviction

Au moment même où vous lisez cette lettre, rien qu'en France, 40 millions de poules et 9 millions de lapins sont enfermés dans des cages alignées en batterieUn million de truies ne peuvent quasiment pas bouger, bloquées dans des stalles. Et vous savez que ce ne sont là que quelques exemples.

Jamais dans l'histoire les animaux n'auront été si nombreux à souffrir dans les élevages, transports et abattoirs. Pourtant, grâce aux images diffusées dans les médias, un débat public et des remises en cause des pratiques standard d'élevage sont en train d'émerger. Ce début de semaine, en prime time sur France 3, le reportage dePièces à conviction a levé un bout de voile sur la réalité du terrain. Des images de L214 ont été diffusées pour rendre compte de l'élevage intensif français. Nous avons été interviewés et avons promu l'idée d'un moratoire sur l'élevage intensif et d'une journée végétarienne par semaine dans la restauration collective.

En Europe, grâce au travail militant, de nombreuses grandes surfaces bannissent les œufs de cages de leur rayon. Aux Pays-Bas, la castration à vif des porcelets va bientôt être reléguée au musée des horreurs.
En France, ensemble, nous avons obtenu une première victoire avec Novotel qui a renoncé aux œufs de batterie et l'idée d'un repas végétarien hebdomadaire progresse, notamment en Île-de-France.

Image L214 de cochons en stalles

Cet été, nous allons poursuivre notre travail et discuter avec la grande distribution sur les avancées réalisables en France.Nous avons besoin de vous !

 

C'est parce que L214 est une association totalement indépendante financièrement qu'elle peut aller enquêter et prendre position pour la protection des animaux exploités sans considération par l'industrie agroalimentaire.

Merci d'avance pour votre soutien !

Brigitte Gothière, chargée de campagne Élevage

Nous aider : Faites un don à L214

Voir les commentaires

LA TRISTE REALITE DES ELEVAGES DE PORCS

6 Juin 2010, 17:31pm

Publié par VGBIO

tiré du canard enchaîné du 2/6/2010

Cochon qui s’en dédit

Les industriels de la charcuterie ne s’en vantent pas, mais dans les rillettes ou le pâté, il n’y a pas que du cochon charcutier, il y a aussi de la truie de réforme. Qu’ès acó ? Une stakhanoviste de la mise bas.

Pour donner naissance à 27 porcelets par an, contre 16 dans les années 70, l’animal a été allongé par les généticiens de l’Inra pour aligner 14 tétines au lieu de dix. La grosse bête se morfond trois ans dans un box riquiqui, où elle n’a rien d’autre à faire que lécher les barreaux de sa cage et se charger en métaux lourds. Ajoutez-y des piquouzes en série pour faciliter les mises bas.

D’abord des injections d’œstrogènes afin de déclencher les naissances pile-poil au jour et à l’heure voulus ; Puis, le jour J, une piqûre d’ocytocine pour accélérer les contractions et l’éjection du lait, et, toujours pour augmenter la cadence, une dose de spasmolytique et de vasoconstricteur. Plus tard, afin que ses tétines ne s’infectent pas, la truie aura droit à sa dose d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires.

Histoire d’améliorer le quotidien des truies, l’Europe a décidé que, le 31 janvier 2012 dernier carat, elles auraient le droit de vivre avec des copines et dans plus d’espace : « les truies ont volontiers des interactions sociales avec d’autres porcs, à condition de disposer de leur liberté de mouvement », dixit ladite directive sur le bien-être des truies, qui date déjà de 2001…

Mais certains éleveurs font leur tête de lard. La Coordination rurale (CR), l’un des trois syndicats agricoles, réclame à l’Europe trois ans de rab’ pour mettre aux normes les porcheries. Motif : un cochon heureux protégé par Bruxelles coûte plus cher à produire qu’un cochon malheureux.

Comptez 1,30 centime d’euro de plus par kilo de carcasse ! On espère que Bruxelles ne se laissera pas marcher sur le groin !

Le Canard Enchaîné N° 4675 du 2 juin 2010

Voir les commentaires

ENQUETE DE L 214 SUR LES ELEVAGES DE LAPINS EN FRANCE

2 Juin 2010, 19:08pm

Publié par VGBIO

horrible, comme ces êtres vivants sensibles peuvent souffrir pour le petit plaisir éphémère de certains.....

 

 

Pétition pour l'interdiction de l'élevage des lapins en batterie

Pétition mise en ligne le 8 juillet 2008, mais toujours valable et d'actualité, hélas!

Chaque année, plus de 400 millions de lapins sont élevés pour leur viande au sein de l'Union européenne, ce qui représente la moitié de la production mondiale. Rien qu'en France, on en tue 60 millions par an.

Lapins élevés en cageLa plupart d'entre eux sont élevés dans des cages disposées en batterie. Pendant toute leur vie, ils sont enfermés dans ces cages exiguës au sol grillagé, source d'inconfort et de blessures aux pattes. Il leur est impossible de se dresser, bondir, fouiner, ronger, se cacher... En phase d'engraissement, le moindre déplacement dérange les autres lapins, la promiscuité favorise les comportements d'agression.

Les lapines, inséminées artificiellement, sont soumises à un rythme de reproduction maximal. Elles mettent bas tous les 42 jours environ. Elles souffrent de lésions aux pattes et de déformations du squelette. Un tiers d'entre elles meurent chaque année.

Dès leur naissance, les petits sont triés : les plus faibles et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d'une caisse où ils agoniseront parmi les morts-nés. Ces mises à mort douloureuses ne font l'objet d'aucun contrôle et d'aucune sanction.

L'éleveur a moins de 5 minutes à consacrer par vie de lapin. Le taux de mortalité dans ces élevages est supérieur à 25 % malgré une utilisation massive de médicaments et d'antibiotiques.

Il n'existe aucune législation française ni européenne pour protéger spécifiquement les lapins dans les élevages.

C'est pourquoi, nous, soussignés, demandons à la Commission européenne d'élaborer une proposition de directive afin d'interdire les élevages de lapins en cages.

Signer la pétition pour l'interdiction de l'élevage des lapins en batterie 

 

http://www.L214.com/lapins/petition

Voir les commentaires

COMMENT ILS TUENT UN PORCELET MALADE EN ESPAGNE.....

2 Juin 2010, 19:02pm

Publié par VGBIO

Moi, je ne sais pas comment les gens peuvent encore manger de la viande!

jour après jour, dans tous les pays du monde, ce sont des tortures abominables sur les animaux d'élevage qui sont révélées, alors, devenez végé!!!!!

 

investigation d'Igualdad animal en Espagne, pendant 2 ans, dans un élevage de porcs, des vidéos toutes plus choquantes les unes que les autres......

http://www.granjasdecerdos.org/ejecucion

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

MALTRAITANCE INSOUTENABLE ET INSUPPORTABLE DE BOVINS AUX USA

1 Juin 2010, 23:26pm

Publié par VGBIO

.......mais c'est partout pareil, je sais vraiment pourquoi je suis végétalienne, quand je vois que des tortionnaires, des psychopathes pires que les nazis, traitent les animaux de ferme avec si peu de respect. On leur souhaite tout le mal possible, et pire encore. Ils ont quitté le monde des humains pour devenir les ombres tortionnaires d'un enfer qu'ils font vivre à ces êtres vivants sensibles, bien plus digne d'intérêt et de respect qu'eux, que je maudis!

pauvres petits êtres sans défense face à ces bourreaux!!!!!!

ARRETEZ DE MANGER DE LA VIANDE, ILS ARRETERONT DE LES ELEVER ET DE LES FAIRE SOUFFRIR, C'est MAINTENANT QU'IL FAUT ARRETER!!!!!!

L'association américaine qui a tourné ces scènes en caméra cachée et mené une enquête d'un mois dans cette ferme de l'Ohio, Mercy for Animals (MFA) a porté plainte contre ces bourreaux, tout particulièrement l'un d'eux, qui a été arrêté et reconnu coupable de 12 infractions, il est en train d'être jugé et ne risque, hélas que 3 ans de prison. C'est pourquoi les associations de protection animale demande que les peines pour les maltraitances des animaux soient renforcées en Ohio, et dans tous les USA.

http://www.mercyforanimals.org/ohdairy/

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>