Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #non aux elevages industriels

COMMENT ILS TUENT UN PORCELET MALADE EN ESPAGNE.....

2 Juin 2010, 19:02pm

Publié par VGBIO

Moi, je ne sais pas comment les gens peuvent encore manger de la viande!

jour après jour, dans tous les pays du monde, ce sont des tortures abominables sur les animaux d'élevage qui sont révélées, alors, devenez végé!!!!!

 

investigation d'Igualdad animal en Espagne, pendant 2 ans, dans un élevage de porcs, des vidéos toutes plus choquantes les unes que les autres......

http://www.granjasdecerdos.org/ejecucion

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

MALTRAITANCE INSOUTENABLE ET INSUPPORTABLE DE BOVINS AUX USA

1 Juin 2010, 23:26pm

Publié par VGBIO

.......mais c'est partout pareil, je sais vraiment pourquoi je suis végétalienne, quand je vois que des tortionnaires, des psychopathes pires que les nazis, traitent les animaux de ferme avec si peu de respect. On leur souhaite tout le mal possible, et pire encore. Ils ont quitté le monde des humains pour devenir les ombres tortionnaires d'un enfer qu'ils font vivre à ces êtres vivants sensibles, bien plus digne d'intérêt et de respect qu'eux, que je maudis!

pauvres petits êtres sans défense face à ces bourreaux!!!!!!

ARRETEZ DE MANGER DE LA VIANDE, ILS ARRETERONT DE LES ELEVER ET DE LES FAIRE SOUFFRIR, C'est MAINTENANT QU'IL FAUT ARRETER!!!!!!

L'association américaine qui a tourné ces scènes en caméra cachée et mené une enquête d'un mois dans cette ferme de l'Ohio, Mercy for Animals (MFA) a porté plainte contre ces bourreaux, tout particulièrement l'un d'eux, qui a été arrêté et reconnu coupable de 12 infractions, il est en train d'être jugé et ne risque, hélas que 3 ans de prison. C'est pourquoi les associations de protection animale demande que les peines pour les maltraitances des animaux soient renforcées en Ohio, et dans tous les USA.

http://www.mercyforanimals.org/ohdairy/

 

 

 

Voir les commentaires

CHOISIR LES BONS OEUFS......

29 Mai 2010, 15:11pm

Publié par VGBIO

Marquage des oeufs et étiquetage

Les règles de marquage et d'étiquetage pour la vente des oeufs sont harmonisées au sein de l'Union européenne. Conformément à la directive 2002/4/CE, sur chaque oeuf figure obligatoirement le code producteur : ce code donne des informations sur la provenance des oeufs. De même sur l'emballage figure la mention du mode d'élevage.

marquage de l'oeuf

Code 3 : oeufs de poules pondeuses élevées en cage

Sur cet exemple, le code est 3FRWFB02 : le 3 signifie que la poule qui a pondu cet oeuf est élevée en cage, FR indique que cet élevage est en France, le reste du code permet d'identifier le producteur et le bâtiment de ponte.

Sur les boites d'oeufs de poules élevées en cage, la qualité des oeufs est mise en avant pour cacher le mode d'élevage qui n'est pas très vendeur... C'est ainsi qu'on peut y lire "oeufs frais", "oeuf datés du jour de ponte"... et en tout petit dans un coin "oeufs de poules élevées en cage".

Le changement des normes concernant les cages est une opportunité à saisir pour demander leur abandon. C'est maintenant qu'il faut agir !

Code 2 : oeufs de poules pondeuses élevées au sol

Les oeufs dont le code producteur commence par le chiffre 2 sont issus de poules élevées dans des volières. Elles sont en libre parcours mais n'ont pas accès à l'extérieur. Elles sont plusieurs milliers à être parquées dans le même bâtiment.

Code 1 : oeufs de poules pondeuses élevées en plein air

Les poules pondeuses sont élevées en volière avec un accès à l'extérieur. Ce mode d'élevage n'est pas sans problème puisque là aussi, elles sont quelques milliers à être parquées ensemble.

Code 0 : oeufs de poules pondeuses élevées en mode biologique

Les normes sont plus restrictives que pour le code de plein air et les poules sont alimentées avec la nourriture biologique (90% minimum). Les densités sont moins élevées qu'en plein air.

Attention oeufs cachés !

Les oeufs utilisés dans la fabrication de produits alimentaires proviennent le plus souvent de poules élevées en cage (sauf mention contraire sur l'emballage).

Attention aux oeufs en vrac sur les marchés ou dans les supermarchés

Il arrive souvent que les oeufs vendus en vrac soient issus de poules élevées en batterie (code 3), n'oubliez pas de vérifier le code sur l'oeuf.

La PMAF donne de plus amples précisions sur son sitewww.oeufs.org.

http://www.l214.com/marquage-etiquetage-oeuf

Voir les commentaires

UNE MAGNIFIQUE PRISE DE CONSCIENCE.....

24 Mai 2010, 18:05pm

Publié par VGBIO

je relaye cette info relatant la prise de conscience d'un agriculteur sur le tratement des moutons! je lui tire mon chapeau, son comportement force le respect

http://domainedesdouages.over-blog.com/article-49006928.html

Mercredi 21 avril 2010

 

Naissance de l'association domaine des Douages...!

 

Voici environ treize ans que je vis au milieu des moutons. Tout a commencé par une reconversion dans le monde agricole. J’adorais les animaux, et l’idée d’être à la campagne parmi eux me plaisait énormément.

 

Il a fallu ensuite décider de l’élevage que je voulais réaliser. Je me sentais plus attirée par le mouton. Les ovins inscrits ne partiraient pas à la boucherie mais feraient de la reproduction. De plus, comme de nombreuses personnes, j’étais certaines que je n’aurais pas trop de mal à me séparer de ces animaux au moment  de la vente.

 

Peu à peu j’appris à connaître ces animaux, à comprendre à quel point ils n’étaient pas une marchandise mais des être vivants… comme nous.

 

Au moment de l’agnelage, si elles en ont la possibilité, les brebis laissent à la future mère, un espace vide autour d’elle. Les agneaux eux-mêmes respectent ce lieu. La mère peut alors faire son petit en toute quiétude. Sitôt né, la brebis pousse un bêlement très particulier que tout éleveur connait bien afin de se faire reconnaître de son agneau au milieu du troupeau. Peu à peu, certaines mères viennent voir le petit dernier à tour de rôle.

 

Il ne faudrait pas s’imaginer l’agnelage est aussi simple que cela : il y a des brebis maternelles, d’autres non. Certaines ont leur premier agneau et ne savent comment s’y prendre. Il y a les jalouses, les envieuses, celles qui abandonnent  leur progéniture… exactement comme dans notre monde d’humains.

 

C’est parfois assez comique d’observer la manière dont les mères élèvent leurs agneaux. Il y a les « mamans poules « qui étouffent littéralement leurs petits d’attentions, les « décontractées », celles qui se font mener par le bout de leur nez par leurs agneaux !

 

Après environ trois semaines un système de crèche se met en place. Quelques brebis veillent chacune sur une dizaine d’agneaux, pendant que leurs mères respectives vont brouter l’herbe verte plus loin. J’ai remarqué qu’une espèce de roulement se faisait à tour de rôle permettant  aux mamans de se reposer un peu.

 

Je pourrais vous raconter des heures d’anecdotes sur mes moutons. Cet animal, comme tous les animaux du reste, n’est pas juste de la viande sur pattes. Il mérite un peu plus d’estime de notre part.

 

Doit-on admettre que la vie des animaux de ferme n’a pas d’importance et que l’inéducable aboutissement de l’existence de ces êtres vivants n’est que la souffrance des transports sans fin et celle des abattoirs sordides ?

 

C'est la raison pour laquelle j'ai arrêté la reproduction il y a maintenant cinq ans.

 

J’ai donc décidé de sauver mes moutons en ne les exploitant pas mais en les laissant vivre en paix. Et j’ai créé l’association Domaine des Douages parce qu’il m’était difficile de subvenir seule aux besoins de ma grande famille. Notre grande famille, je veux dire ! Car mes moutons, ce sont aussi les vôtres si vous voulez les sauver !

 

 

"Belle " c'est son nom ! Car beaucoup de moutons

ont un grand faible pour elle !  C'est qu'elle est belle !

 

mouton-aveugle-MiNi.jpg

 

 

 

Article de Dominique Mauer - domaine des Douages


        Parrainage : un mouton pour la vie !

 

 

Je parraine un mouton !

je sauve une vie !

 

Pour 30 euros l'année

ou 2,90 euros par prélèvement automatique

 

Chèque à libeller à :

Domaine des Douages

 

et à envoyer à :

Domaine Des Douages

Madame Dominique Mauer

58240 Chantenay St Imbert

 

et je fais partie de la belle et grande famille !

 

 

 Mouton1c.jpg

 

 

 

Mouton2c

 

 

 

Mouton3b

EVIDEMMENT VOUS POUVEZ PARRAINER PLUSIEURS FILLEULS !

 

 

 

Voir les commentaires

Elevages de lapins : d'autres images et toujours le même constat

13 Mai 2010, 11:59am

Publié par VGBIO

Association L214
LE CONSTAT EST RENFORCE: les LAPINS SONT TRAITES DE MANIERE HORRIBLE DANS LES ELEVAGES!!!!!

ARRETEZ DE MANGER LE LAPIN ET AUTRES ANIMAUX, LES SOUFFRANCES S'ARRETERONT POUR LES ANIMAUX!!!!!!

lapin en cage



Bidon d'antibiotiques
Elevages de lapins : d'autres images
et toujours le même constat


Dans notre dernière lettre d'informations, nous vous faisions part d'une nouvelle enquête menée dans plusieurs élevages intensifs de lapins en France. En réaction, les professionnels de la filière nous ont reproché de montrer des images non représentatives des pratiques de la filière cunicole. Nous avons alors dévoilé d'autres images qui viennent pourtant renforcer le triste constat : des élevages 100% cage qui condamnent les animaux à une souffrance certaine, leur vie durant ; des cadavres de lapereaux en décomposition. Nos images montrent aussi la dépendance de ces élevages à l’usage massif d'antibiotiques et d'hormones.
La Fondation Brigitte Bardot et L214 ont écrit à Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, pour lui demander d'intervenir rapidement pour mettre fin à l'élevage intensif des lapins utilisés pour la viande.


Voir les commentaires

LES DIVERSES CATÉGORIES D'INFRACTIONS envers les animaux d'élevage

3 Mai 2010, 15:37pm

Publié par VGBIO

Délit ou contravention ?

Le code pénal réprime les brutalités dont peuvent être victimes les animaux. De tels actes peuvent être qualifiés de délits ou de contraventions selon que les faits sont qualifiés de :

sévices graves ou d’actes de cruautés (C.P., art. 521-1) ;
de mauvais traitements (C.P., art. R.654-1) ;
du fait d’une maladresse, d’une négligence, etc. (C.P., art. R.653-1) ;
d’une mise à mort volontaire et sans nécessité d’un animal (C.P., art. R.655-1).
C’est le procureur de la République qui qualifie les faits : acte de cruauté ou mauvais traitement. Si c’est un acte de cruauté, l’affaire sera jugée par le tribunal correctionnel, qui est compétent pour juger les délits. S’il s’agit d’un mauvais traitement, l’affaire sera jugée par le tribunal de Police, qui est compétent pour juger les contraventions.

1- ACTES DE CRUAUTÉ

Comment définit-on un acte de cruauté ? (C.P., art. 521-1)

A été jugé constitutif du délit d'abandon(art. 521-1 du Code Pénal) :
Le 18 avril 1991, la Cour d'Appel de Bordeaux a déclaré coupable du délit d'abandon le prévenu qui, durant au moins deux mois, s'était désintéressé de ses trois chevaux, en les confiant à des personnes qui n'avaient pas les compétences pour assurer leur entretien. Un certificat vétérinaire faisait état "d'un état de maigreur très avancé" et de "cachexie".
Il n'existe pas de définition précise de l'acte de cruauté. Toutefois, l'analyse de la jurisprudence permet de préciser que l'acte de cruauté nécessite un acte volontaire et conscient, en vue de faire souffrir sans nécessité un animal ou en vue de provoquer sa mort. Cette qualification est généralement retenue lorsque l'auteur de l'acte a manifesté un instinct pervers et une cruauté proche de la barbarie et du sadisme. L'acte de cruauté se caractérise par l'intention de satisfaire le plaisir que procure la vue de la souffrance ou de la mort.

Concernant le délit d'abandon (C.P., art. 521.1), il est de plus en plus fréquent que les tribunaux retiennent la qualification de délit d'abandon lorsque le propriétaire d'animaux d'élevage se désintéresse durablement de ses animaux et ne leur apportent plus les soins nécessaires (absence de nourriture, d'eau et de soins, etc.). Toutefois, la Cour de Cassation considère que pour que ce délit soit constitué, l'intention de la personne de se séparer de l'animal doit être définitive.

MAUVAIS TRAITEMENTS:

Comment définit-on le mauvais traitement ? (C.P., art.R.654-1)

Condamnation du Tribunal de Police :
La corne déformée de cette vache pénétrait largement dans l’orbite. La SPA a déposé plainte pour "Blessures involontaires causées à un animal domestique" et "Négligences envers son troupeau". Le Tribunal de Police a condamné l'éleveur à 150 € d'amende, 75 € au titre de dommages et intérêts pour la SPA et 50 € au titre du remboursement des frais. (Photo : SPA Délégation des Pyrénées Orientales)
Il n’existe pas non plus de définition précise du mauvais traitement. On peut toutefois parler d’actes de violence envers les animaux qui peuvent résulter d’une abstention de soins appropriés. Par exemple, le fait de ne pas parer les pieds d’un cheval ou de le laisser à l’abandon sans lui apporter de nourriture peut être qualifié de mauvais traitement.


Par exemple, la qualification de « mauvais traitements » est généralement retenue lorsque des équidés n’ont pas leurs sabots parés.
La frontière entre mauvais traitements et actes de cruauté est mince. Il arrive que la jurisprudence retienne la qualification de mauvais traitements pour une affaire et que, pour une autre affaire très similaire, elle retienne la qualification d’actes de cruauté. L’appréciation des juges est souveraine. Ils disposent du libre arbitre pour retenir la qualification qui leur paraît la plus appropriée.

NÉGLIGENCE OU MALADRESSE

Occasionner la mort ou la blessure d’un animal du fait d’une négligence, d’une maladresse, etc. (C.P., art. R. 653-1)

Cet article permet la poursuite des atteintes involontaires à un animal, causant des blessures ou la mort, commises par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements. Il est comparable aux dispositions relatives aux atteintes involontaires à la vie ou à l’intégrité corporelle humaine.

Ici, les dommages involontaires envers l’animal peuvent être causés par l’homme, par une chose qu’il a sous sa garde ou par d’autres animaux. Par exemple, le propriétaire du chien qui cause des blessures à des volailles ou leur mort peut être tenu, par cet article, comme pénalement responsable. La cause étant le fait d’une inattention ou d’une négligence de sa part (défaut de surveillance ou divagation).

ort volontaire
Donner volontairement la mort à un animal (C.P., art. R. 655-1)

A été jugé coupable de donner volontairement la mort à un animal (R655-1) :
« Déclare à bon droit le prévenu responsable de destruction d’animaux domestiques sans nécessité, contravention prévue part l’art. R40-9° C. pén., la Cour d’appel qui relève que le prévenu a volontairement provoqué la mort de nombreux bovins en introduisant des morceaux de fils métalliques dans leurs aliments et que le préjudice subi par les propriétaires de ces animaux a pour fondement ladite contravention ». (Cass. Crim. 14 mai 1990 (rejet, Metz 9 juin 1989) Gazette du Palais- 1990 (2e sem.)
Cet article permet la poursuite des atteintes volontaires à la vie d’un animal. Il s’agit d’un acte donnant la mort à un animal sans nécessité. Le caractère de nécessité est laissé à l’appréciation des tribunaux.

ort volontaire
Donner volontairement la mort à un animal (C.P., art. R. 655-1)

A été jugé coupable de donner volontairement la mort à un animal (R655-1) :
« Déclare à bon droit le prévenu responsable de destruction d’animaux domestiques sans nécessité, contravention prévue part l’art. R40-9° C. pén., la Cour d’appel qui relève que le prévenu a volontairement provoqué la mort de nombreux bovins en introduisant des morceaux de fils métalliques dans leurs aliments et que le préjudice subi par les propriétaires de ces animaux a pour fondement ladite contravention ». (Cass. Crim. 14 mai 1990 (rejet, Metz 9 juin 1989) Gazette du Palais- 1990 (2e sem.)
Cet article permet la poursuite des atteintes volontaires à la vie d’un animal. Il s’agit d’un acte donnant la mort à un animal sans nécessité. Le caractère de nécessité est laissé à l’appréciation des tribunaux.

MORT VOLONTAIRE

Donner volontairement la mort à un animal (C.P., art. R. 655-1)

A été jugé coupable de donner volontairement la mort à un animal (R655-1) :
« Déclare à bon droit le prévenu responsable de destruction d’animaux domestiques sans nécessité, contravention prévue part l’art. R40-9° C. pén., la Cour d’appel qui relève que le prévenu a volontairement provoqué la mort de nombreux bovins en introduisant des morceaux de fils métalliques dans leurs aliments et que le préjudice subi par les propriétaires de ces animaux a pour fondement ladite contravention ». (Cass. Crim. 14 mai 1990 (rejet, Metz 9 juin 1989) Gazette du Palais- 1990 (2e sem.)
Cet article permet la poursuite des atteintes volontaires à la vie d’un animal. Il s’agit d’un acte donnant la mort à un animal sans nécessité. Le caractère de nécessité est laissé à l’appréciation des tribunaux.

Voir les commentaires

LA DOULEUR CHEZ LES ANIMAUX D'ÉLEVAGE

3 Mai 2010, 15:17pm

Publié par VGBIO

TIRÉ DU SITE DE L214

"Douleurs animales : les identifier, les comprendre,
les limiter chez les animaux d’élevage"

A la demande des ministres en charge de l'Agriculture et de la Recherche, l'INRA a mené une expertise scientifique collective sur la douleur des animaux d’élevage, destinée à éclairer le débat sur les relations animal - société.
Cette expertise présente un état de lieux - partiel de notre point de vue - des connaissances scientifiques sur la notion de douleur et sur son existence chez les différents animaux d’élevage, ainsi que sur les mécanismes physiologiques qui en sont à l’origine. Le rapport propose également des pistes pour évaluer et limiter les douleurs. Ce travail a mobilisé des experts en sciences de la vie et sciences humaines et sociales, qui ont recensé et analysé près de 1400 articles de la littérature scientifique internationale.

Cette expertise est un pas important dans la prise en compte de la douleur des animaux dans les élevages, pendant les transports ou à l'abattoir, mais on retrouve malheureusement des biais constatés dans le livre d'Antoine Comiti, l'INRA au secours du foie gras : un certain nombre d'études pourtant pertinentes ont été écartées, des solutions simples ne sont pas mentionnées...

à lire ici, pour ceux qui sont intéressés

http://www.inra.fr/presse/expertise_douleurs_animales_chez_animaux_...

Voir les commentaires

La viande, un concentré de souffrance

2 Mai 2010, 14:47pm

Publié par VGBIO


Truie en stalleDans nos assiettes, des animaux

Par an, en moyenne, un Français mange 92,5 kg de viande[1] et 35,5 kg de produits marins[2]. Les victimes directes de cette gargantuesque consommation sont les animaux mangés. Ce sont en effet eux qui sont élevés, transportés, abattus ou pêchés pour être transformés en viande. En France, cela concerne 1,1 milliards d’animaux[3] et 2 250 000 tonnes de poissons, coquillages et crustacés[4].


Poules pondeuses code 3L’élevage intensif généralisé

 

Il est impossible de produire une telle quantité de viande sans entasser les animaux, les adapter de force par des mutilations à des conditions de vie qui limitent drastiquement leurs comportements. Étendre les ailes, se dresser, fouiner, ronger, explorer, élever ses petits, se déplacer, prendre l’air... la liste des comportements entravés est longue dans la plupart des élevages. Les sélections génétiques se sont faites au détriment des animaux et poussent les organismes au maximum[5].
En France, plus de 80% des animaux sont élevés en bâtiments fermés, parqués en cage ou sur des caillebotis sans accès à l’extérieur. Les poissons d’élevage sont maintenus à des densités inouïes.

82% des 700 millions de poulets de chair sont élevés sans accès à l’extérieur[6]
81% des 47 millions de poules pondeuses sont élevées en batterie de cages[
7]
99% des 40 millions de lapins sont élevés en batterie de cages[
8]
90% des 25 millions de cochons sont élevés sur caillebotis en bâtiments[
9]

Agir pour les animaux

Poulets de chair en batterieOn reconnaît désormais que les animaux vertébrés, les céphalopodes et divers crustacés éprouvent des sensations et émotions et possèdent des capacités cognitives.
Il est illusoire d’espérer améliorer le sort d’un si grand nombre d’animaux, nécessairement confinés dans des espaces restreints, et « traités » par un nombre réduit de travailleurs. Diminuer significativement sa consommation de produits animaux est indispensable, tout en se détournant des produits issus de l’élevage intensif.
Le moyen le plus efficace de limiter la souffrance et la mort infligée aux animaux reste évidemment de cesser d’en consommer.


1. GraphAgri France, Alimentation : prix, revenus, dépenses et consommation des ménages, 2009, p. 79.
2.FranceAgrimer, Les chiffres clés de la filière pêche et aquaculture en France, édition 2009 et Ofimer,Produits aquatiques, consommation.
3. Agreste, Conjoncture agricole, Animaux de boucherie et Aviculture.
4. Cf. note 2.
5. « Une poule sauvage pond à peu près 60 oeufs par an alors que les hybrides dans les années quatre-vingt-dix peuvent en produire plus de 300 » in Article 2 de la Recommandation concernant les poules domestiques (gallus gallus) adoptée par le Comité permanent le 28 novembre 1995.
— Les truies produisent 27 petits par an contre 16 en 1970 : Ifip, GTTT Évolution des résultats moyens nationaux de 1970 à 2008.
— Les poulets standard sont abattus à 42 jours contre 80 pour les poulets labellisés : Beaumont, Le Bihan-Duval, Juin, Magdelaine, (ITAVI, INRA), Productivité et qualité du poulet de chair, 2004.
6. ITAVI, Volailles de chair, Production, France
7. ITAVI, Oeufs de consommation, Production, France
8. Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française - Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006.
9. INAPORC, Leporc.com

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8