Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #proteger les especes menacees

OURS, LOUPS ET VAUTOURS SONT DES BOUCS EMISSAIRES

14 Octobre 2014, 22:19pm

Publié par VGBIO

Les dégâts au bétail restant faibles, les opposants à l’ours cherchent de nouveaux bouc-émissaires

Le bilan rendu public ce jour par la DREAL Midi-Pyrénées est clair : les dégâts d’ours restent très faibles dans les Pyrénées, alors que le nombre d’ours continue d’augmenter (trop) lentement.

Ainsi, le bilan de l’été 2014 (135 bêtes & 1 ruche) est-il sensiblement équivalent à celui de 2013 (116 bêtes & 2 ruches) et les dégâts d’ours représentent toujours nettement moins de 1% de la mortalité totale du bétail, estimée à plus de 25 000 brebis chaque été dans les Pyrénées.

Longtemps annoncée, l’apocalypse du retour de l’ours n’est donc pas encore pour cette année, ce que le porte-parole des opposants reconnait désormais « Les dégâts ne sont pas le problème… ».
Mais comme le seul moyen d’être écoutés est de se plaindre, deux nouvelles espèces viennent d’être élues « bouc-émissaires de l’élevage pyrénéen » : le loup et le vautour.

Et par les temps qui courent, ça marche !
En témoigne l’empressement de Madame le Préfet de l’Ariège d’autoriser l’effarouchement des vautours, alors que personne n’a jamais vu depuis deux mille ans un vautour attaquer une bête en bonne santé…
Quant au retour du loup dans les Pyrénées, chaque année annoncé, personne n’en a vu le bout de la queue, si ce n’est quelques individus erratiques très discrets.

Les solutions existent et si les dégâts des prédateurs restent aussi limités dans les Pyrénées, c’est bien parce que de plus en plus d’éleveurs ignorent les positions extrémistes des lobbies jusqu’au-boutistes et adoptent les techniques de protection des troupeaux proposées et financées par l’État.

Malgré cela, tant que le gouvernement considérera le pouvoir de nuisance des lobbies avant l’intérêt général, les ours, les loups, les vautours et la biodiversité en général auront toujours du souci à se faire !

OURS, LOUPS ET VAUTOURS SONT DES BOUCS EMISSAIRES

Voir les commentaires

ENCORE UNE JEUNE LOUVE ABATTUE...........

7 Octobre 2014, 21:20pm

Publié par VGBIO

................dans les Alpes de Haute Provence cette fois!

abattue par un éleveur détenteur d’un permis de chasse dans le cadre d’un "tir de défense autorisé par la préfecture".

C'est le 5ème loup tué dans le cadre « légal » cette année. Six autres loups sont morts en 2014 : 3 ont été braconnés (poison ou tir illégal) et 3 ont péri dans des collisions avec des voitures.

11 loups tués donc, quelle honte! le loup n'est clairement plus une espèce protégée en France!

......et le tueur a même pris des photos, fier de lui ce nase!

ENCORE UNE JEUNE LOUVE ABATTUE...........
ENCORE UNE JEUNE LOUVE ABATTUE...........
ENCORE UNE JEUNE LOUVE ABATTUE...........

Voir les commentaires

LA CHASSE AU LOUP EST OUVERTE DANS LE 06 ET LE 04

16 Septembre 2014, 21:00pm

Publié par VGBIO

une honte! ils vont en flinguer un maximum, alors que c'est une espèce protégée, c'est délirant de voir cette politique anti-loup qui se déchaîne en France

article de FERUS:

Avec l’ouverture de la saison de chasse, les grandes manoeuvres commencent…

Hautes-Alpes :

Le 12 septembre, le préfet Pierre Besnard a signé 2 arrêtés de tir de prélèvement :

- L’un autorise un « tir de prélèvement classique » (sans recours aux battues au grand gibier) dans le Queyras et concerne 1 individu (ndlr : commune où un louveteau a été percuté par une voiture, soigné en centre de soins et où le préfet a d’ores et déjà annoncé que si elle survivait -c’est une femelle-, elle ne serait de toute façon jamais relâchée en milieu naturel) ;

- L’autre, « nouvelle formule/procédure expérimentale » (avec recours aux battues au grand gibier, chasse à l’approche et à l’affût), concerne 2 individus sur la commune de Dévoluy.

Alpes-Maritimes :

Pas moins de 6 autorisations de tirs de prélèvement ont été prises par le préfet Gérard Gavory, toutes ayant recours à l’arrêté ministériel du 5 août dernier, donc aux battues au grand gibier (voir –> ICI). Contrairement aux 2 arrêtés des Hautes-Alpes, aucune limitation dans le nombre de loups pouvant être abattus.

Pour rappel, ASPAS, Ferus, FNE, LPO et One Voice ont déposé le 3 septembre un recours auprès du Conseil d’État afin de contester l’arrêté du 5 août qui permet d’abattre des loups lors de battues au grand gibier (voir –> ICI). Tous les arrêtés des Alpes-maritimes et un des 2 arrêtés des Hautes-Alpes sont donc concernés par la décision que prendra le Conseil d’Etat.

LA CHASSE AU LOUP EST OUVERTE DANS LE 06 ET LE 04

Voir les commentaires

ILS ONT ABATTU UN LOUVETEAU DANS LES ALPES MARITIMES

5 Septembre 2014, 22:29pm

Publié par VGBIO

ça donne envie de crier, quelle bande de barbares! pauvre petite, repose en paix, la folie des Inhumains a eu raison de ta petite vie. Nous, on pense à toi................

COMMUNIQUE DE FERUS

"La préfecture des Alpes-Maritimes a annoncé qu’une jeune louve de 12 kg avait été abattue dans la soirée du 29 août sur la commune de Guillaumes. Le tir a été réalisé dans le cadre d’un arrêté de prélèvement valable sur la moyenne vallée du Var (Beuil, Pierlas, Guillaumes, Ilonse et Puget-Rostang).

Il s’agissait d’une femelle née cette année, probablement âgée d’environ 3-4 mois vu son poids, autrement dit un louveteau qui ne chassait pas encore… Quel effet sur la prédation des troupeaux?"

ILS ONT ABATTU UN LOUVETEAU DANS LES ALPES MARITIMES

Voir les commentaires

SEGOLENE ROYAL AUTORISE LA CHASSE AU LOUP

23 Août 2014, 22:15pm

Publié par VGBIO

UNE HONTE!

les chasseurs, lors de battues au gibier pourront désormais tuer les loups dans les départements définis par cet arrêté!

ce sont les éleveurs et les chasseurs qui sont contents!......on n'est vraiment pas en démocratie, car une consultation avait été ouverte et 74% des avis allaient dans le sens de foutre la paix aux loups! mais l'avis des citoyens, ces gens-là, en haut, ils s'en contrefoutent!

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029359313&dateTexte=&categorieLien=id

LE GOUVERNEMENT EST A LA SOLDE DES LOBBIES DE L'ELEVAGE ET DE LA CHASSE! mais s'il s'imagine que ça va lui rapporter quoi que ce soit, il se trompe!

la réaction de l'association FERUS:

"Segolène Royal et Stéphane le Foll ont signé le 5 août dernier l’arrêté autorisant de fait la chasse au loup dans notre pays. Cet arrêté a été publié au JO du 14 août (voir –> ICI).

Sous la pression des lobbies du monde de l’élevage et des fédérations de chasseurs, cet arrêté, repoussé par le Conseil National de Protection de la Nature et au cours de la consultation publique par 74 % des opinions exprimées, a été promulgué, faisant ainsi de notre pays un modèle négatif en matière de biodiversité et de protection des espèces sauvages.

Honte sur ces ministres qui choisissent le fusil pour régler un problème qui peut l’être efficacement par une protection correcte des troupeaux ! La France donne ainsi le signal le plus négatif possible et met le loup au rang des « nuisibles » pouvant être éliminés alors qu’il est strictement protégé.

Par cette promulgation, Ségolène Royal et Stéphane Le Foll resteront ainsi dans l’histoire les fossoyeurs d’une biodiversité qu’ils méprisent pour donner des gages à une infime partie des citoyens qui refusent de s’adapter au mépris de la majorité qu’ils ignorent.

Nous savons de source sûre que les sociétés de chasse, notamment dans le Mercantour, attendent avec impatience les dates d’ouverture pour aller en « découdre » avec les loups sous prétexte de battues au grand gibier, sûres de leur impunité et de l’appui des préfets.

Ferus, avec ses partenaires associatifs du collectif CAP Loup, a décidé d’exercer un recours auprès du Conseil d’Etat contre cet arrêté que nous considérons comme illégal.

Que tous les adhérents, militants et sympathisants se préparent à des moments difficiles et fassent part de leur colère aux ministères concernés."

Voir les commentaires

EFFAROUCHEMENT DES LOUPS DU PARC NATIONAL DES ECRINS, suite...........

16 Juillet 2014, 15:35pm

Publié par VGBIO

LES ELEVEURS VIVENT BIEN SUR LE DOS DU CONTRIBUABLE!

 

suite aux mails envoyés au directeur du parc des Ecrins dénonçant l'organisation de battues aux loups, voici la réponse scandaleuse du parc, où l'on découvre que: 

-le pastoralisme est une des missions du parc national!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et la survie des loups? pas un mot sur le sujet, pas une de leurs missions san doute!!!!!!!!!!

-bien sûr, les éleveurs se servent à gogo du domaine public gratuitement (ils ne nous font pas partager leurs bénéfices par contre!) et ça leur offre 3 mois de bouf gratis pour leurs moutons!

-on paye pour des héliportages de cabanes de berger!!!!!!!!! avec nos impôts, bien sûr! car les troupeaux n'étaient pas bien protégés (tiens! tiens!)

-De plus, ils avouent eux-mêmes que la configuration des lieux ne se prête pas à l'élevage (barres rocheuses, grands dénivellés, etc..........) et que les passages de troupeaux dégradent les pelouses fragiles!

bref, au lieu de s'en sortir, ils s'enfoncent!

LAMENTABLE! mais comme d'hab sous ce gouvernement totalement aux ordres du lobby des éleveurs, (avec en tête sa ministre de l'écologie,) c'est eux qui auront raison, et l'avis des citoyens, cette caste d'oligarques s'en fout!

REVOLTANT!

 

lisez les perles que contient leur réponse ci-dessous:

 

Madame, Monsieur,

Vous nous avez fait part de votre très grande émotion à la suite de l'opération d'effarouchement qui a eu lieu le 10 juillet 2014 dans le cœur du Parc national des Ecrins.

Nous souhaitons en premier lieu vous préciser les fondements et missions du parc national en matière de pastoralisme.

La feuille de route de l'établissement est fixée par la charte du parc national, adoptée par décret en Conseil d'Etat, après avis favorable du CNPN (Conseil national de protection de la nature).

La charte comprend une « carte des vocations », qui définit les vocations dominantes du territoire du parc national. La zone dans laquelle a eu lieu l'effarouchement est classée en « montagne pastorale ». Cela signifie que, en ces lieux, l'activité pastorale est bien constitutive de la vocation du parc national. Selon la charte, dans ces espaces, « la reconnaissance de la place du pastoralisme dans le maintien des grands paysages et des espaces ouverts à forte fréquentation touristique est une priorité, et représente l'une des conditions de pérennité de la vocation pastorale de certains secteurs de moyenne altitude ».

Là s'applique l'objectif 6 de la charte, à savoir le « renforcement de la gestion des ressources agro-pastorales et forestières ». Il est précisé que « la bonne gestion pastorale (pour éviter l'érosion, la perte de valeur pastorale...) est au centre des préoccupations de l'établissement public, des communes et des partenaires techniques et institutionnels ». Le texte définit des mesures portant notamment sur la divagation des troupeaux, la maîtrise des risques sanitaires, la réduction des surfaces de pelouses dégradées par le pastoralisme, les cabanes d'alpage... L'une des mesures est « l'aide à la prévention des dommages dus aux grand prédateurs ». En résumé, selon la charte, le pastoralisme participe à l'équilibre des milieux de ces alpages depuis des générations. La mission de préservation dont est responsable le parc national porte donc aussi sur certaines formes de pastoralisme.

Par ailleurs l'alpage est une composante essentielle de l'agriculture de montagne. Il offre aux petites exploitations une ressource en herbe qui permet de nourrir les troupeaux pendant 3 mois. Cette ressource ne pourrait pas être compensée sur ces exploitations par d'autres surfaces, les terrains utilisés pour les stocks fourragers permettant à peine de fournir suffisamment de fourrage pour les 6 mois d'hiver. Ainsi, ces petites exploitations seraient menacées si elles n'utilisaient plus les alpages et dans une vallée comme le Valgaudemar avec très peu d'activité, leur disparition serait très dommageable sur le plan humain, culturel et historique. Le Parc se doit aussi de prendre ce critère en compte. Cette activité a globalement des effets positifs sur la biodiversité et les paysages : maintien de milieux ouverts et d'une mosaïque de milieux, maintien de la fauche des prairies naturelles, entretien des canaux d'irrigation avec toutes les espèces ou cortèges d'espèces liés à ces habitats, pas d'utilisation de pesticides.

S'agissant de l'opération d'effarouchement, il convient d'en rappeler les circonstances.

Depuis le 1er juillet 2014, des attaques répétées, presque quotidiennes, ont été observées sur les alpages des Pales et de La Lavine, dans le cœur du Parc national des Ecrins.
Les dégâts ont été considérables : au total, près de 150 brebis sont soit mortes, soit disparues.

Les éleveurs touchés sont de la Vallée du Valgaudemar ou de la Vallée voisine du Champsaur. Les alpages concernés sont gardés. Ils font l'objet de mesures agro-environnementales, visant une gestion pastorale de qualité et la préservation d'espèces menacées comme le Tétras lyre. La configuration des lieux liée à sa géologie (massif cristallin avec des dénivelés importants, des passages étroits, une succession de petits vallons, des barres rocheuses omniprésentes et un éloignement des zones habitées), a plusieurs conséquences :
- d'une part, les dégâts liés aux dérangements des animaux du troupeau sont amplifiés par l'acuité des risques de décrochage;
- d'autre part il est très difficile de surveiller l'ensemble du troupeau, celui-ci pouvant être difficilement regroupé dans un périmètre restreint. L'une des attaques a d'ailleurs eu lieu alors que deux personnes étaient à proximité. Les déplacements fréquents de l'ensemble du troupeau y sont délicats voire impossibles au risque de dégrader les pelouses fragiles.

Les constats de dégâts ont conduit à la conclusion qu'un ou plusieurs loups étaient installés sur le terrain, avec une forte probabilité qu'ils s'y maintiennent, compte-tenu de la présence de nombreux troupeaux alentours.

Conformément aux missions rappelées ci-dessus, il est apparu nécessaire de renforcer rapidement la protection des troupeaux.

Une première mesure d'urgence a été prise le 5 juillet : deux cabanes héliportables ont été installées sur un alpage attaqué, et sur un alpage potentiellement menacé, afin de renforcer les possibilités de présence du berger au plus près du troupeau (les cabanes existantes étant pour certaines trop éloignées). Cette mesure est prévue par la charte (« Mise à disposition de cabanes héliportables afin de répondre aux besoins urgents et ponctuels de surveillance des troupeaux »).

La deuxième mesure a été de tenter d'éloigner le ou les prédateurs d’une zone d'alpages qui ne représente qu’une infirme partie du parc national.. En conformité avec la mission « d'aide à la prévention des dommages dus aux grands prédateurs »,l'action du parc national n'avait pas d'autre objectif que cet éloignement. La direction estime que l'opération du 10 juillet ne pouvait être qu'exceptionnelle.

Sur le plan réglementaire, dans le cœur du parc national des Ecrins, les opérations d'effarouchement de prédateurs sont en effet possibles, dans les conditions fixées par l'arrêté ministériel du 15 mai 2013 (article 10 III) et par le décret 2009-448 du 21 avril 2009 (article 3 IV). Ces textes ont été respectés. En particulier, aucune arme n'a été introduite dans le cœur, et les dispositifs d'effarouchement sonores utilisés sont conformes à la réglementation applicable.

De nouvelles mesures d'urgence sont en préparation et seront mises en oeuvre dans les tout prochains jours, notamment l'installation de nouvelles cabanes d'alpages.


Conformément à la mission qui lui a été assignée, le Parc national des Ecrins poursuivra ses actions de préservation du cœur du parc national et d'appui à la bonne gestion des alpages.

Il est à l'écoute de toutes celles et tous ceux qui souhaitent apporter leur contribution de façon constructive hors de tout esprit polémique.

EFFAROUCHEMENT DES LOUPS DU PARC NATIONAL DES ECRINS, suite...........

Voir les commentaires

IL FAUT RETIRER LES TROUPEAUX DES PARCS NATIONAUX!

15 Juillet 2014, 19:35pm

Publié par VGBIO

 

Communiqué de pressede l'ASPAS, le 15 juillet 2014

Suite aux battues aux loups illégales :
L'ASPAS demande le retrait des troupeaux des Parcs nationaux


Les éleveurs n’entendent plus cohabiter avec la nature sauvage, y compris dans les espaces protégés. Si la cohabitation n’y est pas possible, ce ne sont pas les loups qu’il faut éloigner, mais bien les troupeaux ! Les Français, qui subventionnent à la fois l’élevage et les Parcs, demandent majoritairement des loups.

Nous avons peu de loups
L’Italie accueille 1500 loups, l’Espagne 2500, la France seulement 300. Mais c’est en France que leur présence passe pour insupportable, au point que des personnages politiques (1) mentent effrontément ou se fourvoient dans des opérations illégales (2). Pour occulter les véritables problèmes économiques de l’élevage ovin, les syndicats agricoles focalisent leurs troupes sur la haine de l’animal sauvage, y compris au cœur des Parcs nationaux.

Nous avons peu de nature
La France compte moins de 1 % de nature réellement protégée, notamment grâce à des Réserves naturelles et des Parcs nationaux. Dans ces espaces, financés par les contribuables, destinés à préserver la biodiversité les pouvoirs publics ont chassé la faune au profit des troupeaux de moutons alors que le surpâturage dégrade et appauvrit inexorablement les sols (3). N’y a-t-il plus la moindre place pour les milieux et les animaux sauvages ?

Nous avons peu de démocratie
Nos terroirs et notre patrimoine naturel n’appartiennent pas aux seuls éleveurs, qui se comportent comme des propriétaires irascibles, méprisants des autres Français. Or, la majorité d’entre nous veulent le maintien des loups dans nos territoires (Voir les résultats du sondage IFOP ASPAS - ONE VOICE). Pas pour y faire de l’agriculture ou de l’élevage comme sur le reste du territoire national, mais bien pour y conserver une faune riche, dont le loup est devenu l’espèce emblématique.

Et nous voulons des loups !
Le loup est un atout pour les milieux naturels et pour la forêt française. Nous comptons sur les responsables politiques et sur les médias pour traiter le dossier du loup avec plus de sang-froid et moins de clientélisme. Tous les Français ne sont pas éleveurs, et tous les éleveurs ne sont pas anti-loups.

IL FAUT RETIRER LES TROUPEAUX DES PARCS NATIONAUX!

Voir les commentaires

Ségolène Royal chasse une espèce protégée dans un espace protégé!

10 Juillet 2014, 18:42pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse de l'ASPAS, le 10 juillet 2014

Ségolène Royal chasse une espèce
protégée dans un espace protégé.
Où va la protection de la nature ?

Alors que Mme Royal reconnaissait le 28 juin dernier que « pour la première fois les dommages n'ont pas augmenté entre 2012 et 2013 » ses services et préfectures organisent « la chasse au loup » y compris au cœur même du Parc National des Écrins, zone censée préserver le patrimoine naturel des Français.

Le Préfet des Hautes-Alpes vient d’autoriser des battues d’effarouchement en zone cœur du Parc National des Écrins ! Alors que ces espaces sont en théorie les mieux protégés par l’arsenal législatif français (interdiction de perturbation sonore entre autres), des chasseurs, lieutenants de louveterie, agents ONCFS et de parcs nationaux sont depuis tôt ce matin en train d’effaroucher l’ensemble de la faune sauvage du parc des Écrins pour tenter d’en faire sortir des loups, attendus en limite extérieure au parc par des chasseurs pour être abattus !

Cela représente une très grave entorse à la réglementation sur les parcs nationaux, à une période où la plupart des jeunes animaux sauvages sont totalement dépendants de leurs parents. Ces effarouchements à l’aide de pétards et autres moyens sonores vont gravement perturber le milieu, avec de graves conséquences pour une grande partie de la faune sauvage.

L’ASPAS dépose donc un recours aujourd’hui même contre ces arrêtés tout aussi illégaux que dangereux.

Par ailleurs, le même préfet des Hautes-Alpes a annoncé mettre en place une mesure "expérimentale" consistant à ne plus faire de constat et d’expertise lors « d’attaque » sur des troupeaux concernant moins de 5 animaux. Les éleveurs seraient donc remboursés sans constat, et les dégâts directement imputés au loup ! Quelle que soit la cause de la mort …

L’ASPAS demande à Mme la Ministre et aux préfets de ne plus céder au populisme anti-loup qui ne résoudra en rien les problèmes de la crise de la filière ovine. Ceux-ci sont dus à des accords commerciaux internationaux et non à la présence de 300 loups. Nos voisins espagnols cohabitent avec plus de 2500 loups, les italiens avec 1500. Pourtant là-bas, il n’y a pas de battues au loup, ni dans les espaces protégés, ni ailleurs. La filière ovine n’y est pas non plus en crise.

L’ASPAS exhorte la ministre de l’Écologie à passer, enfin, des discours aux actes concernant la protection de la biodiversité, dont le loup est un bel ambassadeur, pour le respect du patrimoine national et des générations futures.

Ségolène Royal chasse une espèce protégée dans un espace protégé!

Voir les commentaires

DANSE D'UNE FEMME ET DE REQUINS TIGRES

14 Juin 2014, 19:02pm

Publié par VGBIO

MAGNIFIQUE CLIP, pour défendre les requins! en réponse au massacre organisé par le gouvernement australien en ce moment. percutant!

signez la pétition contre ce massacre:

http://www.change.org/en-AU/petitions/the-hon-greg-hunt-mp-save-our-sharks-reject-the-western-australian-government-s-proposal-to-continue-the-shark-cull-for-the-next-three-years

DANSE D'UNE FEMME ET DE REQUINS TIGRES

Voir les commentaires

Une plongeuse de Sea Shepherd agressée à Hawai

19 Mai 2014, 23:21pm

Publié par VGBIO

plus d'infos ici:

http://www.seashepherd.fr/news-and-media/news-20140519-fr-02.html

Une plongeuse de Sea Shepherd agressée en plein reportage sur les trafics de faune marine pour le commerce de l’aquariophilie

La plongeuse de l’Opération Reef Defense (protection des récifs) a été attaquée à 15 mètres de profondeur au large de la côte de Kona, à Hawaii.

Elle a frôlé la mort suite à une attaque surprise d’un collecteur de poissons de récif au large de la côte de Kona, Hawaii. Elle était en plein reportage sur le trafic de faune marine pour le commerce de l’aquariophilie dans le cadre du programme de Sea Shepherd "Operation Reef Defense".

Une plongeuse de Sea Shepherd agressée à Hawai

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>