Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #proteger les especes menacees

DANS LES HAUTES ALPES, ILS EMPOISONNENT LES LOUPS

15 Mai 2014, 12:46pm

Publié par VGBIO

LIRE CE COMMUNIQUE DE FERUS:

 

Le 2 décembre 2013, un jeune loup était découvert mort suite à une collision sur la commune d’Arvieux, dans le Queyras (Hautes-Alpes). La DREAL Rhône-Alpes a communiqué hier une note selon laquelle ce loup avait préalablement été empoisonné au Chloralose :

« Les analyse toxicologiques qui viennent de nous être communiquées mettent en évidence un empoisonnement au chloralose dont le seuil de concentration, et en l’absence de proie retrouvée dans l’estomac, est incompatible avec une contamination relais. La teneur retrouvée est de nature à expliquer une baisse de vigilance de l’individu. »

Conformément au Plan National Loup, ce loup est décompté du plafond de loups pouvant être abattus pour la période 2013-2014. A ce jour, dix loups ont été décomptés : 3 braconnés et 7 « prélevés » par l’Etat.

L’empoisonnement de loups semble être devenu une vilaine habitude dans les Hautes-Alpes, on parle d’ailleurs de secret de polichinelle et même le président de la fédération départementale de la chasse s’en indigne (voir cet article)…

Ferus va envoyer un courrier au préfet pour l’alerter de la situation dans les Hautes-Alpes concernant les suspicions de braconnage.

Les services de l’État viennent d’annoncer que le loup trouvé mort par collision routière le 2 décembre dernier à Arvieux (Hautes-Alpes) avait été préalablement empoisonné. Depuis 2013, il s’agit du 3ème cas avéré d’empoisonnement de loup en France. Dans la même période, un cas de braconnage par tir a été constaté, et trois autres cadavres de loup ont été trouvés, dont deux sur la route. L’absorption de poison, lorsqu’elle ne tue pas immédiatement l’animal, peut entraîner une perte de vigilance, ce qui explique ces accidents.

Les associations de CAP Loup portent plainte contre X

Le loup est une espèce protégée, sa destruction illégale est passible de 15000 € d’amende et d’un an d’emprisonnement. Les associations de CAP Loup porteront systématiquement plainte pour toute destruction illégale. Le braconnage par empoisonnement est un acte de délinquance très grave qui porte atteinte à une espèce protégée mais aussi à l’ensemble de la faune sauvage et domestique.

 L’État doit lutter contre le braconnage

Les cas avérés de braconnage ne représentent évidemment que la partie visible de cette délinquance, car la probabilité de retrouver un cadavre de loup est très faible. La lutte contre le braconnage nécessite une réelle volonté et des moyens. Plutôt que de continuer dans sa politique de tirs officiels, l’État devrait mettre en place une vraie politique de lutte contre le braconnage. Il est temps que les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage soient missionnés pour ça, plutôt que pour tuer eux-mêmes des loups dans le cadre des tirs officiels !

 L’État, premier délinquant contre le loup ?

Par sa politique des tirs, l’État donne le mauvais exemple et laisse croire que la destruction de loups serait une solution pour régler les difficultés de cohabitation pouvant exister entre le loup et les activités pastorales. Les arrêtés préfectoraux autorisant des tirs sont régulièrement jugés illégaux suite à l’action des associations. Et quand bien même ils ne le sont pas car ils s’appuient sur des textes de loi de plus en plus défavorables à la protection du loup, ils relèvent d’une politique irresponsable.

Nous demandons à l’État français de donner l’exemple en matière de protection du loup, en mettant fin à sa politique de tirs, en engageant une vraie politique de lutte contre le braconnage, et en mettant tout en œuvre pour favoriser une cohabitation pérenne et apaisée entre les activités pastorales et le loup.

 
DANS LES HAUTES ALPES, ILS EMPOISONNENT LES LOUPS

Voir les commentaires

LE MAIRE DE NICE MENT SUR LE RETOUR DES LOUPS….

28 Avril 2014, 18:12pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse de l'ASPAS du 28 avril 2014 :

LOUP : Estrosi nous raconte des fables

Devant l’assemblée générale des chasseurs des Alpes-Maritimes, tous acquis à sa cause, Christian Estrosi ment grossièrement sur le retour des loups en France. Il nous prend pour des enfants, mais lui-même mériterait une petite fessée de la part de l’État…

Bien chauffé devant des chasseurs acquis d’avance, notre courageux motodidacte l’affirme : « En 1992 le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc de Mercantour ». Une action qui serait illégale puisque comme pour toute espèce protégée, une autorisation du Ministère de l’écologie est requise. Cette accusation est donc très grave puisqu’elle remet en cause l’honnêteté d’un établissement public ainsi que celle des agents qui y travaillent. De l’aveu même de la sous-préfète Sylvie Cendre, présente lors de cette assemblée à Tourrette-Levens, « M. Estrosi n’apporte aucune preuve[1] » de ses affirmations. Et pour cause !

Cette affabulation du député maire de Nice n’est pas récente. Déjà en 2003 il avait convaincu l’Assemblée Nationale de lui confier la présidence d’une « commission d’enquête sur les conditions de la présence du loup en France et l’exercice du pastoralisme dans les zones de montagne ». Ladite commission n’a bien évidemment pas pu démontrer l’allégation d’une réintroduction. De toute évidence, le loup, qui avait colonisé une bonne partie de l’Italie, a simplement traversé la frontière entre l’Italie (Piémont) et la France (Mercantour).

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Les personnages politiques les plus démagos le savent, et médiatisent impunément leurs mensonges grossiers, qui satisfont les anti-loups sans jamais apporter de solution intelligente à l’indispensable cohabitation entre l’homme et la nature. Les associatifs aimeraient entendre une réaction claire et forte des responsables du parc du Mercantour et de sa tutelle, le Ministère de l’écologie.

[1] Propos rapportés dans un article de Nice Matin du 27 avril.

 

LE MAIRE DE NICE MENT SUR LE RETOUR DES LOUPS….

Voir les commentaires

LES SENATEURS ECOLOGISTES VOTENT CONTRE LE LOUP

16 Avril 2014, 18:42pm

Publié par VGBIO

EXTRAIT D'UN ARTICLE D'Yves Paccalet dénonçant ce vote honteux!

décidément, les élus verts n'aiment pas les loups, car cela fait suite à des déclarations de Bové demandant l'éradication des loups!

alors les amis, bientôt les élections européennes, souvenez vous de ne surtout pas voter écolo non plus (il ne reste pas grand chose de potable chez les politiques!)

publié sur la buvette des alpages:

http://www.buvettedesalpages.be/2014/04/amendement-loup-et-la-biodiversite-camarades.html

"Le jeudi 10 avril dernier, le sénateur UDI de Haute-Savoie Jean-Paul Amoudry (Union Centriste) fait voter, au détour d’un projet de loi sur l’agriculture, un amendement qui établit "la nécessité de définir des zones de pâturage préservées ou indemnes de prédateurs tels que le loup", afin "de réserver les territoires montagneux".

Une déclaration de guerre au loup

Un amendement de cette teneur constitue ni plus ni moins qu’une déclaration de guerre au loup, espèce protégée par la Convention de Berne, que la France a signée et qui l’engage devant le monde entier. C’est une agression contre la biodiversité, dans une période où le gouvernement prépare sa grande loi d’orientation sur cette question essentielle à l’existence même de l’humanité.

Qu’auraient dû faire les sénateurs écologistes, s’ils avaient un tant soit peu l’âme naturaliste, la passion de la vie sauvage et le respect de la confiance que leur accorde leur électorat ? Ils auraient dû réagir, pousser les hauts cris et voter bruyamment contre ce texte stupide et "lupicide". Hélas ! L’amendement a été adopté à l’unanimité par le Sénat. Les élus écolos ont donc voté pour, par ignorance ou par bêtise.

Le sénateur Amoudry peut fanfaronner : "Le dossier loup, proclame-t-il, efface désormais certaines barrières idéologiques… tout comme il s’affranchit des limites géographiques."

La suite logique de cette décision sénatoriale, si elle débouchait sur une loi complète, serait qu’on tenterait, dans la foulée, d’"assouplir" la Convention de Berne ; qu’on ferait passer le loup du statut d’"espèce strictement protégée" à celui d’"espèce simplement protégée", autrement dit propre à être "régulée" ou "prélevée" (tel est le vocabulaire des tueurs) ; autrement dit : bonne à être fusillée à volonté, sans autre forme de permission ni de procès.

La belle connerie des sénateurs écologistes

Qu’un tel amendement ait été voté par la plupart des sénateurs actuels ne m’étonne pas. Qu’il l’ait été par les sénateurs écologistes est, au choix, une belle connerie ou une authentique saloperie, ou les deux à la fois.

J’espère que, lorsque ce texte viendra en discussion à l’Assemblée nationale, nos députés ne seront pas aussi absents, naïfs ou indignes de leur étiquette…………"

LES SENATEURS ECOLOGISTES VOTENT CONTRE LE LOUP

Voir les commentaires

LES LOUPS SONT UTILES POUR L'ENVIRONNEMENT

21 Mars 2014, 10:50am

Publié par VGBIO

cette magnifique vidéo le démontre bien, on est loin des geignards éleveurs français! ça fait du bien!

la vidéo démontre comment le retour des loups dans le parc de Yellowstone a permis à la végétation, aux autres espèces et à l'environnement, de se restaurer.

Magnifique leçon!

lire aussi ici:

http://jecoutemaconscience.one-voice.fr/la-planete-protegee-par-les-carnivores/

LES LOUPS SONT UTILES POUR L'ENVIRONNEMENT

Voir les commentaires

ENCORE UN LOUP ABATTU PAR UN CHASSEUR!

7 Février 2014, 20:37pm

Publié par VGBIO

ET CA CONTINUE, LES CHASSEURS FLINGUENT A TOUT VA! ESPECE PROTEGEE OU NON!

communiqué de FERUS

 

Vendredi 31 janvier, le cadavre d’un loup a été découvert par un chasseur sur la commune de Coole, dans la Marne. Ce loup, un mâle adulte, a été victime d’un tir par arme à feu. L’ONCFS va mener l’enquête sur les circonstances de ce décès qui fait craindre un acte de braconnage.

FERUS a donc porté plainte pour destruction d’espèce protégée auprès du Tribunal de Grande Instance de Châlons-en-Champagne et exigé le retrait de ce loup du prochain plafond.

Il s’agit déjà du quatrième cas de mortalité depuis le début de l’année 2014 et du premier cas en Champagne-Ardenne et dans le grand quart nord-est depuis 1994 (loup tué dans les Vosges).

Extrait de notre plainte adressée au procureur :

« Nous avons appris par un communiqué de la préfecture de la Marne, repris par la presse, que le cadavre d’un loup abattu par arme à feu a été découvert vendredi dernier par un chasseur sur le domaine de la commune de Coole (Marne).

Selon le communiqué, le cadavre de l’animal, un loup mâle adulte dont la mort par balle remonte à plusieurs jours, a été pris en charge par les équipes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) qui vont procéder à des analyses complémentaires pour en déterminer l’origine, selon les précisions de la préfecture. Une enquête des agents de l’ONCFS est en cours pour identifier l’auteur du coup de feu.

J’ai donc l’honneur, conformément à l’objet de notre association, de vous saisir d’une plainte dirigée à l’encontre de l’auteur non identifié de cette atteinte manifeste à la conservation d’une espèce animale non domestique, en l’occurrence une espèce protégée : le loup, en conformité avec l’article L.411.1 du code de l’environnement qui précise que : « …lorsque les nécessités de la conservation du patrimoine biologique justifient la conservation d’espèces animales non domestiques, sont interdits : la destruction de ces espèces…. » et cela également au titre de l’article L.411.2 du même code de l’environnement qui précise que : « le Conseil d’Etat fixe la liste de ces espèces non domestiques protégées, le loup en faisant partie » et cela également au regard de l’article L.415.3 du même code de l’environnement qui indique que : « Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 Euros d’amende : Le fait, en violation des interdictions prévues par les dispositions des articles L411-1 et par les règlements pris en application de l’article L411-2 de porter atteinte à la conservation d’espèces animales non domestiques… ».

Nous estimons que les faits ci-dessus constituent ces infractions. »

 

ENCORE UN LOUP ABATTU PAR UN CHASSEUR!

Voir les commentaires

Effarouchement de l’Ours dans les Pyrénées : la justice donne raison aux associations

31 Janvier 2014, 18:15pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUE DE FERUS

En 2012 et 2013, le préfet des Hautes-Pyrénées a signé deux arrêtés illégaux autorisant un effarouchement d’ours dans le département que rien ne justifiait. En donnant raison aux associations* qui avaient déposé un recours en annulation à l’encontre de ces arrêtés, le tribunal administratif de Pau renvoie par ailleurs la préfecture et l’État à leurs responsabilités vis-à-vis à la fois de la protection de la biodiversité et de celle d’un pastoralisme durable dans les Pyrénées.

Les recours juridiques s’imposaient aux associations

Effectivement, elles avaient estimé que ces arrêtés, inutiles, inefficaces et contre-productifs, étaient entachés d’illégalités manifestes. Elles avaient d’ailleurs fait part de leur analyse au préfet dès 2012 qui malgré cette alerte, a récidivé en 2013 en autorisant ces tirs d’effarouchement.

Par un jugement du 28 janvier 2014, le tribunal administratif de Pau en annule ces arrêtés du préfet des Hautes-Pyrénées, au motif qu’on ne peut perturber intentionnellement une espèce protégée sans justifier de l’existence de réels problèmes sur le terrain.

Cannelito n’est pas un ours à problème

Rappelons que pour effaroucher l’ours Cannellito, Monsieur le préfet devait notamment démontrer que celui-ci avait causé un important dommage à l’élevage et qu’aucune autre solution n’avait pu être mise en place. Aucune des deux conditions n’étaient pourtant remplies. Au final, l’application stricte du protocole d’intervention pour les ours à problèmes, accepté et validé par tous, y compris par les associations de protection de la nature, aurait permis au préfet d’éviter une telle sanction. En effet, le comportement de cet ours dans les Hautes-Pyrénées ne correspond pas aux critères d’un ours à problème : ses prédations sont tout simplement les conséquences de l’absence de mesures de protection des troupeaux. Les effarouchements n’étaient donc pas justifiés.

Avec l’annulation de ces arrêtés, la préfecture des Hautes-Pyrénées va devoir travailler rapidement et efficacement à la recherche de vraies solutions permettant de concilier la restauration d’une population d’ours et le développement d’un pastoralisme durable ; cela commence par la protection des troupeaux. Cela devra se poursuivre par le renforcement de ce noyau occidental de la population ursine constitué seulement de deux ours mâles (Néré et Cannellito) depuis la mort de l’ourse Cannelle en 2004.

* Ferus, France Nature Environnement et les associations pyrénéennes, FNE Midi-Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées, le FIEP et SEPANSO Pyrénées-Atlantiques

Effarouchement de l’Ours dans les Pyrénées : la justice donne raison aux associations

Voir les commentaires

ET LES LOUPS CONTINUENT D'ETRE DECIMES……..

25 Janvier 2014, 00:15am

Publié par VGBIO

triste pays que la France, semaine après semaine, les loups sont victimes, soit de tirs, soit d'actes de braconnage ou d'empoisonnement, soit de collision avec des voitures!

début janvier, un cadavre retrouvé dans les Alpes Maritimes, cause de la mort inconnue pour le moment, et la semaine dernière, un loup tué par une voiture en Savoie…………..

quelle tristesse!

ET LES LOUPS CONTINUENT D'ETRE DECIMES……..

Voir les commentaires

CANNELLITO: UN HOMMAGE EN RAP

15 Janvier 2014, 20:44pm

Publié par VGBIO

bel hommage au fils de Cannelle, abattue par un chasseur, ce rap a été fait par un groupe de rap de Tarbes. BRAVO A EUX!

Voir les commentaires

JOSE BOVE PLUS ANTI-LOUP QUE JAMAIS

11 Janvier 2014, 01:15am

Publié par VGBIO

voici un article reproduit du dauphiné libéré:

http://http://www.ledauphine.com/societe/2014/01/03/jose-bove-il-faut-eliminer-le-loup

moi, je sais qui il faudrait éliminer du paysage politique français, ……………ne votez surtout pas pour cet individu!

 

"José Bové persiste et signe. Dans un entretien avec nos confères suisses du Nouvelliste , il assurait cette semaine qu’« il y a trop de loups dans nos montagnes ».

Joint hier au téléphone, il a confirmé et même amplifié ses propos. « Oui, je le dis : le loup n’est pas une espèce en voie de disparition. La preuve, l’extension de son territoire est constante. On en a même repéré à moins de 200 km de Paris. » De quoi faire frémir dans les chaumières…

Mais au-delà de la symbolique, c’est surtout en montagne qu’il faut, selon l’élu européen, s’inquiéter. « La cohabitation entre le loup et l’élevage n’est pas possible », martèle-t-il.

Et lorsqu’on lui fait observer que beaucoup de ses amis écologistes sont pro-loup, il balaye l’argument. « Bien sûr, les associations environnementalistes défendent l’animal. C’est leur droit. Mais elles n’ont pas de vision du monde rural. La question qu’il faut se poser, c’est celle de la place des éleveurs en montagne. Doivent-ils continuer d’être présents pour entretenir le territoire ? Je pense que oui. »

….José Bové entend donc réclamer une augmentation des autorisations d’abattage en France.

Et surtout, une révision urgente de la directive européenne Habitat, qui, avec la Convention de Berne, protège la bête : « Je lance un appel solennel aux ministres de l’Écologie et de l’Agriculture, Philippe Martin et Stéphane Le Foll, pour qu’ils entament au plus vite des discussions en ce sens avec la Commission européenne. »

par Julien ESTRANGIN le 04/01/2014

 

JOSE BOVE PLUS ANTI-LOUP QUE JAMAIS

Voir les commentaires

ESPECE PROTEGEE OU NON, LES CHASSEURS TIRENT SUR TOUS LES ANIMAUX……..

13 Décembre 2013, 20:10pm

Publié par VGBIO

Un gypaète barbu, le plus grand rapace nécrophage des Pyrénées, a été retrouvé blessé le 24 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques

Malgré les soins qui lui ont été prodigués par le centre départemental de la sauvegarde de la faune sauvage du 64, l'animal a succombé à ses blessures. La radiographie montre qu'il est mort d'un coup de fusil……………..

Un jeune Aigle de Bonelli a été retrouvé mort à Saint-Rémy-de-Provence, dans le Parc naturel régional des Alpilles (13). De fortes suspicions de tirs sont avancées. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est en charge de l’enquête judiciaire.

sans commentaires!

les chasseurs, on le sait se foutent royalement qu'une espèce soit protégée ou non, ils flinguent tout ce qui bouge!

LAMENTABLE!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>