Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #proteger les especes menacees

MEURTRE DE LA LOUVE ALPHA DE LA MEUTE: ses petits vont mourir de faim!

3 Juillet 2013, 12:29pm

Publié par VGBIO

MEURTRE DE LA LOUVE ALPHA DE LA MEUTE: ses petits vont mourir de faim!

RAS LE BOL DE CE GOUVERNEMENT QUI ERADIQUE LES LOUPS!

5 louveteaux sont en train de mourir de faim suite au meurtre de leur mère le 18/6 dans les Alpes Maritimes

Lettre ouverte au Préfet des Alpes-Maritimes
suite au "tir de prélèvement" d'une louve à
Duranus

Nous avons appris de source sûre que la louve prélevée le 18/06/13 sur la commune de Duranus (06) par les agents de l'ONCFS suite à l’arrêté préfectoral du 31/03/13 était la louve « alpha » de la meute présente (femelle dominante), que cette louve était allaitante, et qu’elle allaitait vraisemblablement cinq louveteaux.

A cette époque de l’année, les louveteaux orphelins ne sont âgés que de quelques semaines et ne peuvent pas survivre. Le « prélèvement » de cette louve dans le cadre de ce tir se traduit donc par l’élimination de plusieurs loups.

De plus, il semble que la meute concernée n’était composée que du couple alpha, c'est-à-dire un mâle dominant et une femelle dominante avec les louveteaux. Si cette information était confirmée, ce « tir de prélèvement » pourrait donc se traduire par la disparition de la meute.
Nous vous remercions de bien vouloir nous communiquer expressément les circonstances exactes de ce prélèvement.

Nous vous rappelons que le Plan National Loup prévoit que « tout au long de la mise en oeuvre du plan, les services de l’État veillent à véhiculer une information réactive, la plus juste et la plus transparente possible sur la population de loup et sur l’ensemble du dispositif mis en place ».
Si la louve prélevée était allaitante, nous considérons que les louveteaux condamnés doivent être décomptés du plafond des prélèvements établi par le Plan National Loup.

Enfin, si le prélèvement de cette louve allaitante a relevé d’une volonté délibérée, nous considérons que ceci entre en contradiction avec le Plan National Loup qui prévoit que « les interventions sur la population de loups ne devront pas remettre en cause […] le maintien d’un réseau fonctionnel de ZPP » (« zones de présence permanente » : les meutes).

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à l'expression de nos respects les plus profonds.

Les signataires :
ASPAS – Association pour la Protection des Animaux Sauvages
FERUS – Association pour la conservation du loup, de l’ours et du lynx en France
FNE – France Nature Environnement
GEML – Groupe d’étude des Mammifères de Lorraine
LPO PACA – Ligue pour la Protection des Oiseaux Provence-Alpes-Côte d’Azur

http://www.aspas-nature.org/7373/loup-lettre-ouverte-au-prefet-des-alpes-maritimes/

Voir les commentaires

PYRENEES: DES ELEVEURS DE LUZ MENACENT DE TUER DES OURS

28 Juin 2013, 20:47pm

Publié par VGBIO

LISEZ LES MENACES HONTEUSES DE CES ENERVES DE LA GACHETTE QUI SE METTENT EUX MEMES HORS LA LOI:

"l’ours, en l’absence d’humains sur les estives occupés à sauver des biens (suite aux inondations), en profite pour croquer en libre-service les troupeaux qui sont laissés en liberté. Depuis une semaine, pratiquement tous les jours, des prédations se produisent sans que nous ne puissions défendre les troupeaux

Vendredi soir nous avons lancé un ultimatum de 48h au Préfet : vous retirez les ours ou nous les tuons. Il n’y aura pas d’alternative face à la fatigue physique et morale à laquelle nous sommes soumis.

L’ultimatum est venu à échéance samedi soir. Nous passerons discrètement à l’action dès lundi. L’Etat n’a JAMAIS respecté ses engagements et ses obligations légales. Ces ours ne devraient pas être en France. En conséquence nous exercerons notre droit légitime et légal qui consiste à protéger nos troupeaux. Ce samedi soir nous avons adressé une lettre au Préfet des Hautes-Pyrénées qui exclut toute discussion et négociation. Nous exigeons des résultats immédiats."

http://www.lasemainedespyrenees.fr/article/23/06/2013/drame-du-pays-toy--un-ultimatum-lance-au-prefet-par-les-eleveurs/5511

Animal cross réagit par un "coup de gueule"

«Vous retirez les ours où nous les tuons». Voilà l’ultimatum de 48 heures lancé vendredi soir au préfet des Hautes-Pyrénées par les éleveurs de la vallée de Luz. En réponse, Henri D’Abzac, préfet des Hautes-Pyrénées, qui s’est rendu dimanche en pays Toy, a accepté de lancer une procédure d’effarouchement de l’animal qui a débuté hier.

Les éleveurs d'animaux qui utilisent nos montagnes pour leur activité économique se permettent bien des choses à leur encontre. Ces espaces de liberté et de beauté naturelle ne doivent pas être à leur botte, et encore moins les animaux sauvages, pour qui les montagnes demeurent et doivent demeurer leur seul habitat naturel. A force de trop prendre à la nature, celle-ci reprend toujours ses droits un jour ou l'autre.

(...........)

Sans se rendre compte, beaucoup d'entres eux s'enferment dans un comportement sectaire, un comportement assimilable à des "dealers de banlieue" : ils refusent les lois, les règles de vie en communauté, se créent leurs propres lois, en prônant le "oeil pour oeil, dent pour dent"...
Surtout , ils pensent être les seuls à avoir des problèmes économiques, et sont persuadés de n'avoir d'autres choix que de rendre leur propre justice pour vivre...

....Messieurs les éleveurs , vous êtes des citoyens comme tout le monde......

J'ajoute que LA MONTAGNE EST UN DOMAINE PUBLIC, ET NON PRIVE ET RESERVE AUX ELEVEURS, qui l'utilisent gratuitement. Les ours étaient là avant eux, et les citoyens français ont envie qu'ils continuent à y être..................et on se passerait volontiers des troupeaux de moutons, par contre dans ces paysages publics!

ALORS ENTRE LES OURS ET LES MOUTONS, NOUS, ON CHOISIT LES OURS...................en plus, étant végétalienne parce que l'exploitation fait souffrir les animaux, je suis contre l'élevage!

ils m'ont mise très en colère ces extrémistes dangereux!

et n'oubliez pas de signer la pétition pour l'ours:

http://www.avaaz.org/fr/petition/Petition_Ours_Pyrenees_Peticion_oso_Pirineos/

Voir les commentaires

REQUINS: ILS NE SERONT PAS CHASSES A LA REUNION

8 Juin 2013, 22:47pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUE DES ASSOCIATIONS

 

Chasse aux requins : le Tribunal Administratif de La Réunion
donne raison aux associations Sea Shepherd, ASPAS et longitude 181*

 

Suite au dernier accident à la Réunion – qui a coûté la vie à un touriste de 36 ans – Thierry Robert, maire de Saint-Leu avait émis un arrêté municipal appelant à la pêche des requins dans les eaux de sa commune, pourtant classées Réserve Marine Nationale. L’arrêté en question offrait par ailleurs d’acheter aux pêcheurs volontaires, les 40 premiers requins, au prix de 7 euros le kilo – soit près de 2000 euros pour un requin de 300 kilos, aux frais du contribuable.

Sans grande surprise, le Tribunal a invalidé aujourd’hui cet arrêté soulignant d’une part l’incompétence du député maire de Saint-Leu pour déroger au régime de protection de la Réserve, et d’autre part le caractère inapproprié et disproportionné de la mesure. Il n'est en effet pas établi qu'une population sédentaire de requins bouledogues soit présente sur le territoire de St-Leu ni que des prélèvements réduiraient les risques d'agression. Monsieur T. Robert était parfaitement conscient de l’illégalité de cette décision puisqu’il n’en est pas à son coup d’essai. Ce faisant, il n’a donc pas hésité à inciter les pêcheurs à enfreindre les lois de la République et à s’exposer à des poursuites.

Le député maire de Saint-Leu, s'il a pris l'habitude d'engager des arrêtés municipaux qu'il sait parfaitement illégaux ne semble en revanche pas prendre en considération les mesures qui relèvent elles, pleinement de sa compétence. A savoir, améliorer le traitement des eaux usées de sa commune qui sont l’un des stimuli connus pour attirer les requins bouledogue près des spots de surf. Monsieur T. Robert se rend ainsi en grande partie responsable de la situation aux abords de sa commune et dans le même temps, tente malhonnêtement de récupérer à son compte les retombées de cette crise qui risque bien de faire encore des victimes, côté requins et côté surfeurs.

Au conditionnement par l'irrationnel, il y a lieu de répondre par la mise en oeuvre de la responsabilité de chacun, à commencer par celle de tous ceux, qui, sous couvert de la représentation démocratique, abusent de leurs pouvoirs et les détournent.

Nos associations quant à elles, n’auront de cesse d’appeler à la raison, de démontrer qu’il y a place pour tous les usagers de la mer aux côtés des requins et de faire valoir le droit pour protéger la Réserve Marine Nationale mais aussi de relayer dans l’opinion nationale et internationale, la façon dont la France gère cette “crise requins”. Il en est de la préservation des valeurs les plus fondamentales que sont la biodiversité et partant, l’humanité.

* En partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot

REQUINS: ILS NE SERONT PAS CHASSES A LA REUNION

Voir les commentaires

MORT DE L’OURSE CANNELLE : LA SOCIÉTÉ DE CHASSE INCRIMINÉE CONDAMNÉE À DES DOMMAGES ET INTÉRÊTS

3 Juin 2013, 18:53pm

Publié par VGBIO

LA SOCIÉTÉ DE CHASSE INCRIMINÉE CONDAMNÉE À DES DOMMAGES ET INTÉRÊTS

Après 9 ans de procédure, le WWF France vient de remporter le procès intenté à la société de chasse qui avait organisé une battue au sanglier ayant conduit à la mort de l’ourse Cannelle. La responsabilité de cette Association Communale de Chasse Agréée est donc pleinement reconnue, puisqu’il est démontré qu’elle avait connaissance de la présence de l’ourse sur son territoire d’intervention. Elle vient d’être condamnée à verser 53 000 euros de dommages et intérêts.

Elle a été abattue par un chasseur d’Urdos, en vallée d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques), le 1er novembre 2004. Accompagnée de son ourson, Cannelle avait fait une charge d’intimidation sur le chasseur. Celui-ci commettait alors l’irréparable.

La mort de l’animal avait provoqué une vague d’indignation en France, incitant le gouvernement à mettre en place un plan de « renforcement de la population d’ours bruns » dans les Pyrénées avec l’introduction de 5 plantigrades slovènes en 2006.

Malheureusement, la situation de la population d’ours n’a pas cessé de se dégrader.

Aujourd’hui les Pyrénées françaises et espagnoles ne comptent plus qu’une vingtaine d’ours. C’est insuffisant pour permettre le maintien durable de l’espèce sur le massif pyrénéen. Aucun des deux noyaux constituant la population actuelle n’est viable. Celui des Pyrénées Centrales reste insuffisant, malgré les lâchers de 2006. Quant à celui des Pyrénées Occidentales, composé seulement de deux mâles, dont Cannelito l’ourson de Cannelle, il est au bord de l’extinction, alors qu’il couvre la moitié de l’aire de répartition pyrénéenne.

La survie de l’ours dans les Pyrénées exige désormais une politique volontariste et ambitieuse.

Le WWF France, au côté du collectif Ours-Pyrénées (dont fait partie FERUS, ndlr), demande aux gouvernements français et espagnol une action forte et durable pour la restauration dans les Pyrénées d’une population viable d’ours. Cette restauration ne pourra se faire que via des plans de conservation et de restauration concertés et harmonisés, incluant :

- Le renforcement immédiat des deux noyaux de population d’ours .

- Une meilleure protection juridique de l’ours brun en France et en Espagne.

- Une meilleure protection de son habitat en France et en Espagne.

- Une politique volontariste de valorisation pour les populations locales de ce patrimoine naturel exceptionnel.

- Des mesures efficaces qui favorisent la cohabitation, la prévention et la compensation des dommages à l’élevage pyrénéen.

A cette fin, signez et faites signer la pétition en ligne :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Petition_Ours_Pyrenees_Peticion_oso_Pirineos/

Voir les commentaires

NON AU MEURTRE DE 24 LOUPS

27 Avril 2013, 18:01pm

Publié par VGBIO

NON AU MEURTRE DE 24 LOUPS

COMMUNIQUE DE L'ASPAS, VITE, AGISSONS!

URGENT : Nouveau protocole de destruction

de loups, exprimez vous !

Bonjour à toutes et tous,
Trois nouveaux projets réglementaires sont actuellement en consultation sur le site du Ministère. Ils organisent les conditions de destruction de loups, fixent les départements d’action dans lesquels les tirs seront facilités, et le nombre maximum de loups « à abattre » pour la saison 2013-2014, à savoir 24 (22+2) !

Avant leur publication officielle, ces arrêtés sont ainsi soumis à l'avis des citoyens jusqu’au 6 mai 2013 à cette adresse :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projets-am-loup

(Attention : si ce lien ne fonctionne pas, ce n’est pas le fait de l’ASPAS mais du Ministère).

REAGISSONS TOUT DE SUITE!

Nous vous invitons fortement à vous exprimer dans le cadre de cette consultation en remplissant le formulaire mis en ligne par le ministère. Pour vous aider dans votre participation, nous vous proposons quelques éléments de réflexion. Vous pouvez reprendre ces éléments, vous en inspirer, donner votre propre point de vue, ou simplement dire que vous êtes contre. L'important est d'être nombreux à s'exprimer ! des idées ici:

http://www.aspas-nature.org/6889/la-guerre-contre-le-loup-est-declaree/

FAITES VITE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Voir les commentaires

Le nouveau "Plan Loup" : un plan de chasse d'une espèce protégée ?

30 Mars 2013, 17:38pm

Publié par VGBIO

2 COMMUNIQUES DE L'ASPAS, suite au scandale de la destruction programmée par le gouvernement de 24 loups! le lobby des éleveurs est beaucoup plus écouté que les associations de protection des animaux sauvages!

quelle honte!

 

Mesures anti-loup :
non, les protecteurs de la nature ne sont pas d'accord !


Malgré les accords de samedi entre le gouvernement, les éleveurs et certaines associations, l’ASPAS s’oppose fermement au massacre stupide et inutile de 24 loups. L’ASPAS, qui a déjà agi au niveau européen pour la protection de l’ortolan, prépare une riposte cinglante, et rappelle que le loup est encore une espèce protégée…

L’abattage de 24 loups, annoncé par ce fameux plan loup, est tout simplement stupide. Absurde au niveau biologique, il n’est qu’une mesure démagogique destinée à calmer les éleveurs les plus hostiles au loup, qui ne se satisferont pas longtemps de cette mesure, car leur but est l’éradication totale de tout prédateur. Ces abattages arbitraires ne peuvent apporter de solution durable à la cohabitation entre troupeaux et grands prédateurs. C’est oublier ce que les scientifiques et les protecteurs rappellent depuis des années :
  • Le loup ne représente qu’une infime proportion de la mortalité des troupeaux.

  • Abattre un loup désorganise les meutes et les pousse à conquérir de nouveaux territoires.

  • Les troupeaux doivent être protégés de façon efficace avant d’envisager toute mesure de tir d’un loup. C’est ce qui se pratique dans tous les pays où les grands prédateurs cohabitent avec le pastoralisme.


Cette mesure ne contribue en rien à résoudre la crise que traverse la filière ovine dans tous les départements français, et non pas les quelques départements où le loup est revenu.

L’Espagne abrite plus de 2 500 loups, L’Italie 1 500. La France est-elle incapable de préserver sa biodiversité ?

Comme pour la « gestion » calamiteuse de l’ortolan, du grand hamster ou du grand tétras, l’ASPAS porte donc le dossier à la Commission Européenne pour obliger la France à enfin protéger sa nature. Oui, nous sommes des extrémistes : nous demandons le respect des lois…

Le nouveau "Plan Loup" :
un plan de chasse d'une espèce protégée ?


Le nouveau "Plan Loup" 2013-2017 a été présenté dans une version presque finalisée le 22 février, lors de la réunion du Groupe National Loup qui réunit les ministères de l’Ecologie, de l’Agriculture et les acteurs concernés par le dossier loup. Ce nouveau plan prévoit le tir de 24 loups pour la période 2012-2013 et enfonce le dossier loup dans une dérive inacceptable.

Une confirmation a minima des obligations de protection du loup
L’Etat réaffirme heureusement certaines évidences fondamentales : 1/ le loup reste une espèce protégée, 2/ il faut permettre la progression de l’espèce, 3/ il faut lutter contre le braconnage, 4/ l’interdiction de tir des loups est maintenue dans le cœur des parcs nationaux et des réserves naturelles. Heureusement ! Car le contraire serait à la fois extrêmement grave pour la protection de la biodiversité, et ne respecterait pas les obligations légales de la France par rapport à ses engagements européens (Directive Habitat Faune Flore, Convention de Berne).
 
Le refus d’une vraie cohabitation entre le loup et le pastoralisme ?
Ce nouveau plan va dans le sens d’une déresponsabilisation des éleveurs et ne propose rien de satisfaisant pour améliorer réellement la cohabitation entre le loup et le pastoralisme. Des troupeaux domestiques pourront être déclarés « non protégeables » par leurs éleveurs ! Pourtant ces troupeaux non gardés par des chiens, des clôtures ou des bergers sont très attractifs pour des prédateurs. La prédation par des loups ou par des chiens continuera donc, et la situation ne fera qu’empirer. Quant aux « tirs de prélèvements », ils devraient tout simplement être abolis car ils n’ont rien à voir avec la protection des troupeaux : ces tirs consistent à tuer un loup possiblement très loin du bétail, sans rapport avec la prédation.

Un véritable plan de chasse du loup
Le nombre maximum de loups pouvant être tué chaque année a doublé, et pourra encore être augmenté régulièrement suivant l’augmentation de la population de loups. Tous les moyens sont mis pour atteindre ce plafond annuel : des « tirs de défense renforcés » avec plusieurs tireurs, possiblement plus loin des troupeaux qu’auparavant, et la mobilisation maximale des chasseurs. Cette politique s’apparente à un véritable plan de chasse, comme pour une espèce gibier !

La dérive inquiétante des missions confiées à l’ONCFS
L’Etat demande à l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) de former des chasseurs à la destruction du loup, une espèce protégée ! Cette mesure est scandaleuse. Rappelons que la mission officielle de l’ONCFS est de protéger la biodiversité.

Le loup est encore le bouc-émissaire facile d’une filière ovine confrontée à des difficultés économiques infiniment plus vastes. Ce nouveau « Plan loup » apparait comme une occasion manquée d’œuvrer à une réelle cohabitation entre le loup et le pastoralisme. C’est un gâchis aberrant, indigne d’une vraie politique de protection de la biodiversité.

Voir les commentaires

LE WWF N'EST PAS CONTRE LA CHASSE ET LE COMMERCE INTERNATIONAL DES OURS POLAIRES

21 Février 2013, 19:11pm

Publié par VGBIO

LE WWF SE DEMARQUE ENCORE PAR UNE POSITION INACCEPTABLE! ILS SE FOUTENT AUTANT DU SORT DES OURS POLAIRES QUE DES PHOQUES!

On les savait favorables à l'expérimentation animale, pensant plus à rentrer des fonds qu'à défendre les animaux, donc, cette position n'étonne pas! rappelons à ceux qui l'ignorent que le WWF a été fondé par des chasseurs américains, qu'ils sont pour la chasse au phoque, etc, etc.......

Personnellement, j'ai pu voir leur ouverture d'esprit en me faisant censurer sur leur site, puis carrément éradiquer, sans autre forme de procès!

chasse ours polaire

Rappel:

Selon la liste rouge de l' UICN, l'ours blanc est classé comme espèce vulnérable, en raison d'une « diminution suspectée d'au moins 30% de sa population en seulement 45 ans » !

 

Les Etats-Unis - soutenus par la Russie - ont proposé depuis longtemps de passer l'ours polaire en espèce très menacée avec protection élargie, interdisant le commerce international des peaux et parties de l'animal (annexe 1 de la CITES). 

En mars 2010 ; les 27 pays de l'Union Européenne avaient voté contre cette proposition !

Aujourd'hui, seulement 11 pays de l'Union Européenne soutiennent la proposition des Etats-Unis (pas la France, bien sûr, dont les gouvernements détestent les grands prédateurs) 

On aurait pu croire que le WWF, si on ne le connaissait pas bien, serait un farouche défenseur de l'ours polaire....il n'en est rien!

A part faire des bénéfices sur son dos (2 millions de dollars pour la pub avec coca cola)....

Un bel exemple de greenwashing pour le WWF.

A ce sujet, Michel Tarier écrit: 

"De connivence avec le WWF, éminent spécialiste de la peluche et de la manipulation écologique, organisme de plus en plus corrompu et qui décidément n'en rate pas une, la compagnie transnationale de boissons toxiques fait croire à des centaines de millions d'imbéciles qu'en buvant un Coca ils vont sauver la banquise. Pour un blanchiment de canette, c'est un joli blanchiment vert ! Évidemment, compte tenu de la perte de conscience humaine et de l'énorme bêtise ambiante, l'imposture risque de connaître un vif succès et par ce nouveau partenariat incestueux avec un agresseur de la biosphère, le WWF empoche 2 millions de dollars."

Concernant l'ours polaire, Le WWF, affirme que « la perte d'habitat due au réchauffement climatique, et non au commerce international, est le premier facteur du déclin anticipé » des ours.

TUEZ TRANQUILLES, RICHES CHASSEURS! avec la bénédiction du WWF

chasse ours polaire

De véritables safaris de luxe (plus de 18000 dollars!) sont dénoncés dans un communiqué par une coalition de 13 courageuses associations, la Coalition Ours Polaires

voici leur communiqué:

"La chasse à l’ours blanc bat son plein. Les agences de tourisme cynégétique du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest et du Manitoba au Canada sont surbookées jusqu’en 2014. Pour répondre à la demande, le Territoire du Nunavut augmente les quotas de chasse dans la Baie d’Hudson sans tenir compte de l’avis défavorable du Groupe des Spécialistes de l’Ours Polaire de l’UICN.  L’ours blanc est la « cible absolue ». Ça change de l’éléphant. Ça fait changer d’air. C’est le challenge du siècle au sommet du monde. « Pour nos clients européens, nous recommandons au moins du calibre 8 x 57 mm mais le meilleur c’est du 9.3 x 74 mm ». Si vous êtes à la hauteur, vous reviendrez au pays avec le plus prestigieux des trophées. Les meilleurs taxidermistes du Canada pourront vous y aider. 
Pour les paresseux, la vente aux enchères permet sans se déplacer d’acquérir la dépouille d’un animal prestigieux, adapté à la banquise depuis plusieurs millions d’années et voué à l’extinction d’ici quelques décennies, si aucune mesure n’est prise. Le nombre de peaux mises aux enchères et les prix augmentent.

En même temps, les publications scientifiques se succèdent en rafale pour prédire un avenir noir aux ours blancs. Le dernier article paru début février 2013 dans Conservation Letters est signé par un spécialiste canadien en collaboration avec 11 scientifiques internationaux. Il presse la communauté internationale d’agir maintenant pour sauver l’espèce. La régression de la banquise arctique plonge l’ours polaire dans le cycle irréversible de la pénurie alimentaire. Les difficultés d’accès aux ressources vitales diminuent sa robustesse et ses capacités de reproduction. 

Pourtant, seuls 11 pays de l’Union Européenne soutiennent -la France n’en fait pas partie- la proposition des Etats-Unis d’inscrire l’ours polaire en Annexe I de la CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, dont la session plénière se tiendra en mars 2013 à Bangkok en Thaïlande. En conséquence, l’Union fait circuler une contre-proposition dite de compromis. Il s’agirait dans les 3 ans qui viennent d’approfondir les connaissances sur les populations d’ours polaires, d’examiner tous les risques actuels et à venir qui pèsent sur l’espèce et d’évaluer dans ce contexte l’impact du commerce international. A l’issue de ce processus, l’Union Européenne pourrait soutenir une proposition d’inscription en Annexe I lors de la session plénière de la CITES en 2016. 3 ans de plus de perdus pour l’ours polaire ; la proposition d’inscription en Annexe I des Etats-Unis a déjà échoué en 2010 au Qatar à cause de l’opposition des 27 pays de l’Union Européenne (48 votes pour, 62 contre et 11 abstention – 2/3 des voix exprimées sont nécessaires à l’adoption).

L’Annexe I de la CITES interdit le commerce international. Les autorités scientifiques des pays d’importation des trophées de chasse non destinés au commerce peuvent refuser de délivrer un permis si elles estiment que la chasse nuit à la survie de l’espèce.
L’inscription à l’Annexe I n’aura pas d’effet sur la chasse de subsistance des populations autochtones : la CITES ne s’intéresse pas à la chasse et à la consommation locales. Le « Polar Bear Watching » génère plus de recettes que la chasse. L’artisanat Inuit propose des créations remarquables à l’effigie de l’ours polaire, sans utiliser des parties d’ours polaire. Les Inuits, grâce à l’autonomie récente du Groenland et à la fondation du Territoire du Nunavut au Canada, ont d’autres perspectives pour assurer leur développement que le commerce international d’ours polaires ou de parties d’ours polaires. Ils sont désormais impliqués dans la gestion des ressources halieutiques, géologiques et touristiques de leurs territoires et des mers adjacentes. 

La Coalition pour les Ours Polaires souhaite que la France rejoigne sans tarder les Etats-Unis, la Russie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, la Pologne, la Lituanie, la Roumanie, l’Autriche et les autres pays favorables à l’interdiction du commerce international des ours polaires. Cette mesure ne freinera pas la fonte de la banquise arctique mais elle contribuera à la protection de l’espèce.


Associations membres de la Coalition Ours Polaires :
 IFAW France, Robin des Bois, Fondation Brigitte Bardot, One Voice, Sea Sheperd France, 30 Millions d’Amis, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), l’ASPAS, AVES France, L214, le CRAC, Ecologie sans Frontière, les Amis de la Terre."

ALORS QUAND VOUS DONNEZ DES FONDS AUX ASSOCIATIONS, NE VOUS TROMPEZ PAS! 

Voir les commentaires

FRANCE 2 : LA CHAINE ANTI LOUPS

5 Février 2013, 19:28pm

Publié par VGBIO

UNE HONTE!!!!!!!!!!! un reportage mensonger et indigne, plein de fausses informations dans le JT de 20h de Pujadas hier soir, pour essayer de faire peur aux gens, et de les amener à approuver les tirs de loups !!!!!!!!!!!

DIRE QUE C'EST A DE LA DESINFORMATION QUE SERT NOTRE REDEVANCE!!!!!!!!!!

voyez ici sur you tube:

 

 

TERREUR, CARNAGE.........des termes choisis!

je rappelle que les morts d'ovins du fait du loup ne représentent que 0,06% du total des ovins! bien moins que les chiens errants!

ras le bol de voir le service public se ranger au côté du lobby des éleveurs!

http://www.ferus.fr/actualite/loup-le-couac-de-france-2

PROTESTEZ ICI:

http://info.france2.fr/mediateur/index-fr.php

il y a aussi le forum du dit Pujadas, alors lâchez vous les amis et dites lui ce que vous pensez de ce reportage lamentable!

Voir les commentaires

LES LOUPS SONT RESPONSABLES DE LA MORT DE 0,06% DES OVINS EN FRANCE

5 Février 2013, 14:04pm

Publié par VGBIO

des infos intéressantes que je vous rappelle, trouvée sur le site de la buvette...

moi, je ressens une certaine lassitude face au fait de devoir répéter encore et encore ces chiffres pour que les gens voient combien le lobby de l'élevage les mène en bateau!

http://www.buvettedesalpages.be/2013/02/les-loups-mangent-zero-virgule-zero-six-pourcent-des-ovins.html

il y avait 7 millions et demi d'ovins en France fin 2012.

LES LOUPS SONT RESPONSABLES DE LA MORT DE 5000 OVINS, SOIT 0,06% DU TOTAL!!!!!!!!

LES OURS EN TUENT ENVIRON 350 PAR AN, SOIT 0,005%

alors messieurs les éleveurs, arrêtez de nous bassiner avec le fait que les loups et les ours mettent en péril vos élevages!

Les éleveurs « oublient » de dire qu’il y avait des dégâts avant l'arrivée du loup, et ils font peser sur lui tous leurs maux actuels. 

 

À titre de comparaison, les attaques de chiens peuvent atteindre 50 000 animaux par an minimum, soit dix fois plus.

Il faut savoir qu’il y a en France 11 millions de chiens potentiellement divaguants, c’est-à-dire de chiens qui échappent à la surveillance de leur maître plus ou moins longtemps. Dans le Vercors, par exemple, ou les activités de mushing (activités sportives avec des chiens de traîneaux) sont très répandues, il y a 2000 chiens de traîneau pour 20 loups. Ces chiens (Husky et autres) sont en général plus gros que les loups. Ils mordent les moutons, les attaquent, les font fuir et parfois se précipiter dans des précipices. Si un troupeau panique, il peut se jeter dans un précipice et 50 % des animaux peuvent mourir d’un coup. 

Voir les commentaires

Le Sénat vote une loi créant des zones d'exclusion du loup

31 Janvier 2013, 17:37pm

Publié par VGBIO

HONTE A CES ELUS, QUI NE NOUS REPRESENTENT PLUS DU TOUT!!!!!!!!!!!!!

extrait d'un article du monde:

"La ministre de l'écologie, Delphine Batho, a bien affirmé que le loup "fait partie de notre patrimoine naturel", et que "sa cohabitation avec l'homme est un défi qu'il nous faut relever". Les socialistes et le gouvernement ont estimé le calendrier parlementaire peu opportun, alors que le nouveau plan national Loup 2013-2017 – dont la première mouture devrait être présentée le 5 février – insistera lui-même sur la nécessité d'une gestion différenciée pour limiter les dégâts du grand prédateur. Mais rien n'y a fait : mercredi 30 janvier, le Sénat a adopté en première lecture, par 208 voix contre 131, un texte de loi "visant à créer des zones de protection renforcée contre le loup".

 

En clair : des zones où l'abattage de loups serait autorisé annuellement par arrêté préfectoral,"indépendamment du prélèvement défini au niveau national". Un plafond de destruction spécifique serait déterminé pour chaque zone.


Déposée en octobre 2012, la proposition de loi portée par Alain Bertrand, sénateur de Lozère (PS, groupe RDSE) prévoit que ces zones regrouperont "les communes dans lesquelles des dommages importants sont constatés, causant une perturbation de grande ampleur aux activités pastorales en dépit des mesures de protection".

L'unique article de ce texte de loi précise que ces zones de protection renforcée contre le loup "ne peuvent nuire au maintien, dans un état de conservation favorable, de cette espèce sur le territoire national". Une assertion que conteste France Nature Environnement (FNE), "pour des raisons biologiques".

"Le loup est une espèce très mobile, et la création de "zones de protection renforcée" ne ferait que renforcer la pression de l'espèce sur les territoires voisins non "zonés"", affirmait ce groupement d'associations environnementales dans une lettre ouverte aux sénateurs diffusée le 28 janvier."A moins que l'objectif – et la logique sous-jacente à cette proposition – soit qu'un maximum de ces territoires soient définis comme "zones de protection renforcée", auquel cas (...) ce type de disposition serait contradictoire avec le cadre réglementaire".

L'aire de répartition du loup augmente de 25% par an et la population croît de façon régulière. Elle compte environ 250 spécimens sur notre territoire. Ce qui, selon les experts de la Convention de Berne, n'apporte pas la garantie de la non-disparition de l'espèce.

 

Ce soir, j'ai honte d'être française!

Je vous conseille la lecture de ce petit billet au titre évocateur:

http://loup.org/spip/L-homme-ce-male-dominant,1126.html

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>