Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #proteger les especes menacees

MIGRATION DES BATRACIENS: comment aider les crapauds à traverser la route

29 Février 2012, 18:05pm

Publié par VGBIO

La migration des amphibiens, c’est parti !

Comment aider les crapauds 
à traverser la route
 Les amphibiens sortent actuellement d’hibernation pour rejoindre leur lieu de reproduction… et se font écraser sur les routes. Hélas, il n’existe aucune structure en France pour coordonner les bonnes volontés voulant agir localement. L’ASPAS propose donc aux particuliers de les aider à aider les crapauds. L’association diffuse gratuitement un guide de conseils et propose des panneaux signalétiques adaptés, à placer aux abords des routes. 
 
 Les crapauds, les grenouilles ou les tritons sont d’utiles éliminateurs de certaines espèces d’insectes et d’invertébrés (moustiques, limaces…) et sont protégés par la loi. Or, chaque année pendant leur migration, se posent de graves problèmes de souffrance animale et de raréfaction d’espèces sauvages. Et en malus pour les automobilistes, s’ajoute un réel danger de « crapauplanning »…
Vous constatez des écrasements de crapauds, et vous ne savez pas comment agir ? Voici différents degrés d’action :
  • Le plus simple et le plus immédiat : ramassez-les et faites-les traverser. Leur venin n’est absolument pas toxique pour l’homme, il faut juste ne pas se frotter les yeux. Pour ne pas abîmer leur peau fragile, mouillez-vous les mains avant de délicatement les saisir. Votre seul matériel sera une torche, un seau et un gilet fluo. Théoriquement, il est interdit de transporter des espèces protégées sans autorisation. Mais il vaut mieux aider les amphibiens à traverser sur quelques mètres, plutôt que d’assister, impuissant, à leur destruction, tout aussi illégale.
  • un peu plus collectif : rassemblez des volontaires et organisez des roulements. Vous pouvez également coller des affiches chez les commerçants pour sensibiliser les gens. 

Voir les commentaires

ENCORE UN LOUP BRACONNE..........

1 Février 2012, 15:37pm

Publié par VGBIO

RAS LE BOL DES TUEURS CHASSEURS QUI SE CROIENT TOUT PERMIS!!!!!!!!!!!

COMMUNIQUE DE L'ASPAS

Loup tué dans le Ventoux : 
un acte de braconnage de trop
Le cadavre d’un loup mâle a été retrouvé lundi matin 30/01/2012 au pied du Mont Ventoux, en forêt domaniale à Bédoin (84), criblé de deux balles. Une enquête judiciaire est en cours. 
FERUS, la LPO PACA, la SFEPM et l’ASPAS tiennent à rappeler la gravité d’un tel acte de braconnage.

Une plainte contre X pour destruction d’espèce protégée sera déposée.

Cet acte de braconnage intervient après l’année la plus meurtrière pour le loup depuis son retour naturel en France. Pas moins de 12 loups ont en effet été tués en 2011 : au moins 2 loups braconnés, 1 loup retrouvé empoisonné, 3 loups morts par collision, 3 loups morts de cause inconnue, et enfin 3 loups officiellement abattus sur arrêtés préfectoraux (tirs de prélèvement et de défense).

Il est évidemment probable que la réalité de la mortalité, en particulier par braconnage, dépasse ces chiffres qui ne témoignent que des cadavres ayant été retrouvés.

La présence du loup était suspectée depuis 2008 dans le secteur du Mont Ventoux. Le massif est propice à l’installation de l’espèce, par la présence en abondance d’ongulés sauvages dont il se nourrit. Le Mont Ventoux ne parait pas encore accueillir de meute installée, mais constitue une zone de recolonisation naturelle pour cette espèce autrefois largement présente dans le Vaucluse.

FERUS, la LPO PACA, la SFEPM et l’ASPAS déplorent l’acharnement de certains à vouloir empêcher par tous les moyens le retour naturel du loup.

FERUS, la LPO PACA, la SFEPM et l’ASPAS rappellent que le loup fait partie intégrante de la biodiversité, que ce prédateur naturel occupe une place utile dans les écosystèmes, et que sa présence est une chance et une richesse pour notre patrimoine. Sa destruction par le braconnage relève d’un comportement irresponsable digne d’un autre âge.

Le loup gris (Canis lupus) reste une espèce fragile, classée « Vulnérable » sur la liste rouge française des espèces menacées. Présent depuis plusieurs centaines de milliers d’années, il a été abondamment détruit dans les derniers siècles jusqu’à disparaître du pays dans les années 1930. Revenu spontanément dans les années 1990 à partir de l’Italie, il est actuellement dans une phase de recolonisation naturelle. Avec une population estimée à moins de 200 individus répartis principalement dans le massif alpin, le loup reste une des espèces animales les plus rares de France. Son maintien dépend de notre volonté de lui laisser une place, en cohabitant avec lui.

 


Voir les commentaires

DES PIEGES A OURS TROUVES DANS LES PYRENEES ARIEGOISES

29 Décembre 2011, 14:43pm

Publié par VGBIO

QUELLE HONTE!!!!!!!!

LES ANTI OURS ONT OSE, ce sont vraiment des pourris! et le mot est faible!

article trouvé dans la dépêche:

"Plusieurs dizaines de « pièges à ours » ont été disposés au fond de la vallée de l'Orle, dans le Biros, en Couserans : du miel, du verre pilé, un produit toxique, et de la térébenthine. La gendarmerie a ouvert une enquête.

C'est un éleveur qui les a découverts, et a prévenu la gendarmerie. A la mi-décembre, plusieurs dizaines de « pièges à ours » ont été découverts, au fond de la vallée de l'Orle, à proximité du parking dit de « La Pucelle ». Des pots, des gobelets, des barquettes : tous ces récipients contenaient du miel mélangé à du verre pilé ou à un produit supposé toxique, aujourd'hui en cours d'analyse. Tout autour avait été répandu de la térébenthine, dont on sait que l'odeur attire les ours. Ni slogan, ni revendication : la mise en place de ce dispositif n'a pas été signée. Cependant, son but n'a rien de mystérieux. Il s'agissait bien de « pièges à ours », qui n'ont pas fonctionné : aucune trace de passage du plantigrade n'a été décelée. Mais les choses auraient pu mal tourner : les ours ont l'hibernation légère, surtout lorsque le temps est doux, ce qui était le cas voici une quinzaine de jours.

En Couserans, quinze des vingt ours pyrénéens recensés se sont regroupés, depuis bientôt deux ans, concentrant du même coup l'essentiel des prédations enregistrées en Ariège. Au cours de l'année, 146 dossiers d'indemnisations ont été déposés, concernant 210 ovins, 12 bovins et 5 équins."

rappelons les chiffres, car cela devient très fatigant, c'est comme pour le loup:

On estime qu’il y a environ 575 000 brebis dans les Pyrénées. Les pertes annuelles y sont estimées entre 10 et 20 000 brebis. Les causes sont nombreuses : accidents (chute, foudre), maladies, manque de soins, prédations (chiens errants, ours)…

Sur ces 15 000 brebis en moyenne qui meurent tous les ans dans les Pyrénées, 200 à 400 sont victimes de l’ours, soit 1 à 3% seulement des pertes annuelles.

Les mesures de protection existent et sont efficaces lorsqu’elles sont correctement employées. Le regroupement nocturne dans des enclos de protection, l’utilisation de chiens patous et une présence humaine autour du troupeau dissuadent les attaques de l’ours.

 

et comme par hasard, les pièges à ours ont été découverts le jour où le tribunal administratif de Toulouse annulait partiellement l'arrêté de chasse en vigueur dans l'Ariège, estimant qu'il ne protégeait pas suffisamment l'ours, provoquant une nouvelle fois la colère des opposants à l'ours!

Voir les commentaires

Ours : Le Tribunal Administratif de Toulouse donne raison aux associations de protection de la nature

27 Décembre 2011, 16:15pm

Publié par VGBIO

article de FERUS

Par un jugement en date du 16 Décembre 2011, le Tribunal Administratif de Toulouse a annulé  partiellement l’arrêté préfectoral d’ouverture et de clôture de la chasse du 23 Mai 2011 du Département de l’Ariège car il ne prescrivait pas de mesures suffisantes de protection de l’ours par rapport à la chasse en battue.

Nous rappelons que ces quinze dernières années, sur une très petite population, trois ours au moins ont été tués ou blessés (dont deux femelles accompagnées d’oursons) lors d’une chasse en battue et ce sur trois départements pyrénéens (Pyrénées-Atlantiques, Haute-Garonne et Ariège).

...Aujourd’hui donc, après cette décision de justice, il conviendrait :

  • D’interdire les battues durant 48h dans les secteurs où un ours vient d’être détecté.
  • D’interdire tout acte de chasse dans les zones d’hivernage connues.
  • De créer des réserves temporaires de chasse sur les secteurs les plus fréquentés par l’ours en période de chasse.

Ces mesures de bon sens qui concourent à laisser à chacun son espace réservé ne peuvent qu’être très positives pour la sécurité des ours mais aussi des chasseurs qui ont prétendu par le passé et à plusieurs reprises d’avoir dû tirer sur l’ours en état de légitime défense.

Voir les commentaires

UN 12ème LOUP EST MORT ...........

27 Décembre 2011, 16:08pm

Publié par VGBIO

article de FERUS, le point sur les morts de loups:

Il y a quelques jours, le cadavre d’un loup, partiellement consommé, a été retrouvé dans la vallée de la Clarée à Val-des-Prés (Hautes-Alpes).

Les causes de la mort sont encore inconnues.

L’autopsie qui doit avoir lieu nous en dira peut être plus.

S’il s’avère que le loup est mort suite à un tir ou un empoisonnement, FERUS portera plainte comme à chaque fois qu’un braconnage est avéré ou fortement soupçonné.

C’est le douzième cas de mortalité de loup connu cette année : 

Jusqu’à 2011, jamais plus de 6 cas de mortalité n’avaient été enregistrés en une année.

Voir les commentaires

IL FAUT ÉVITER UNE AUTRE TRAGÉDIE COMME CELLE DE LA MORT DE CANELLE

21 Novembre 2011, 13:13pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUÉ DE FERUS

L’Ours et les arrêtés chasse en Ariège

Lors de l’audience du Tribunal Administratif de Toulouse du 18/11/2011, le rapporteur public a sollicité l’annulation partielle des trois arrêtés d’ouverture de la chasse en Ariège  (2009, 2010, 2011) en ce que ces derniers contiennent des mesures de protection de l’ours trop limitées. FERUS et le CEA (Comité Ecologique Ariégeois) qui ont attaqué ces trois arrêtés ne peuvent que se réjouir et espérer qu’il sera suivi par le tribunal.

Il s’agit de forcer le préfet à faire tout simplement son travail et à prendre des mesures pour garantir la protection de l’ours, sa non perturbation pendant la phase critique de préparation de l’entrée en tanière, notamment des femelles suitées.

Nous rappelons aussi que depuis des années nous réclamons la reprise du dialogue direct entre ONG de protection, associations de chasseurs concernées, Office national de la Chasse et de la Faune sauvage et services de l’Etat pour tomber d’accord et mettre dans l’arrêté annuel d’ouverture les quelques zones où il faudrait ne pas faire de battues avec chiens pendant quelques semaines. 

Voir les commentaires

LE PARLEMENT EUROPÉEN RAPPELLE LA FRANCE À L'ORDRE POUR LA CONSERVATION DES OURS PYRÉNÉENS

20 Novembre 2011, 15:34pm

Publié par VGBIO

tiré du site pays de l'ours, c'est totalement justifié, merci l'europe de veiller à notre biodiversité, car le gouvernement français, à la solde des éleveurs, n'a plus aucune clairvoyance sur ce sujet!

 

"Le Parlement européen écrit au gouvernement français pour lui rappeler son obligation de conservation de l'ours brun

 

Suite au déplacement des associations Pays de l'Ours-Adet, Ferus et FIEP à Bruxelles le 8 septembre dernier, la Présidente de la Commission des pétitions du Parlement européen a écrit à Nathalie Kosciusko-Morizet pour lui rappeler les obligations de la France en matière de protection de l'ours brun dans les Pyrénées


Si la France ne prend pas rapidement des mesures crédibles, la Commission européenne pourrait bien la traduire devant la Cour de justice Européenne pour infraction à la Directive européenne " Habitats". 

La Commission Européenne a déjà indiqué qu'elle évaluerait les actions de la France dès la sortie de la très attendue " Stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité ", annoncée par Chantal Jouanno en juillet 2010, et toujours en chantier ..."

Voir les commentaires

LA LOUVE RETROUVÉE MORTE À PRADS A ÉTÉ EMPOISONNÉE

1 Novembre 2011, 14:13pm

Publié par VGBIO

lire l'article sur le site de FERUS:

 

http://www.ferus.fr/actualite/louve-de-prads-les-analyses-revelent-la-presence-de-poison#more-13949

EXTRAITS:

"On se souvient que des randonneurs avaient alerté Ferus après avoir découvert le cadavre d’une jeune louve à Prads-Haute Bléone, le 19 septembre dernier.

Des adhérents de Ferus avaient alors entrepris la longue montée jusqu’à l’emplacement du cadavre dans l’intention de prendre des photos, pour s’apercevoir que le cadavre avait disparu. Ferus a aussitôt alerté l’ONCFS qui après bien des tribulations a retrouvé une jeune louve de moins de quinze kilos, dissimulée sous des branchages et des pierres.  Dès cette époque Ferus avait porté plainte pour destruction d’espèce protégée et était intervenu auprès du ministère de l’Ecologie pour que les tirs de loups « officiels » soient interrompus puisque le quota de six loups pour 2011 risquait d’avoir été atteint avec cette nouvelle mort suspecte. Les tirs ont effectivement cessé, ce qui était l’essentiel dans un premier temps."

"Il n’est pas encore sûr que le poison trouvé dans le corps de la louve lui ait été destiné : d’après nos contacts, il pourrait s’agir de produits susceptibles de tuer des rongeurs, qui sont malheureusement largement répandus dans notre pays et causent indirectement la mort de nombreux prédateurs, mammifères et oiseaux. L’on sait que les renards  par exemple les absorbent en avalant des proies qui en contiennent et que ces renards, quand ils n’en meurent pas, sont affaiblis et finissent très souvent victimes de voitures dont ils ne se sont plus méfiés. La louve était de petite corpulence et elle montrait des traces de blessures dues à une chute, il est donc important que l’enquête nous dise comment elle est vraiment morte.

Il pourrait aussi se faire que ceux qui ont mis le poison aient expressément visé un loup, avec ce qu’ils avaient sous la main. Nous attendons des faits pour commenter plus avant ce cas particulier.

Ferus  prend de manière plus générale la menace du poison très au sérieux.  Rappelons que depuis  le retour du loup nous avons connu des périodes sombres, vomissures ensanglantées de deux loups trouvées en avril et mai 1998 en Tinée, cadavres de chiens et d’aigles retrouvés empoisonnés dans le Mercantour, les Monges – d’où une meute a été mystérieusement « éradiquée » -, en Maurienne…

C’est pour combattre le poison que Ferus a organisé  les premières patrouilles de bénévoles dans le Mercantour, avec déjà les grandes lignes du programme de Vigie que nous avons depuis développé dans les Pyrénées en faveur des ours : des randonneurs volontaires se déplacent dans la montagne y compris de nuit. Ils cherchent à repérer divers éléments (cadavres d’animaux, rapaces, charognards, prédateurs morts, voire appâts suspects) pour les communiquer aux autorités légales. Ils s’efforcent de nouer le dialogue avec d’autres randonneurs comme avec tous ceux qui travaillent sur place, pour sensibiliser l’opinion et éventuellement en apprendre davantage. Les braconniers sont soumis à une double pression, celle des autorités et celle des patrouilleurs bénévoles.

Ferus a déjà montré que le braconnage jouait un rôle très inquiétant dans l’évolution de la population de loups en France, puisqu’il avait divisé son accroissement par deux. Ce n’est en aucun cas une solution, derrière laquelle chacune des parties pourrait se réfugier lâchement. Et de toutes les méthodes de braconnage, la pire est certainement le poison, qui frappe aveuglément tous les animaux et sème le doute et la méfiance dans les communautés humaines. Ferus demande que cette question soit très sérieusement abordée dans un des groupes techniques qui vont préparer le prochain plan loup pluriannuel. La priorité reste plus que jamais de ne pas laisser « respirer » les apprentis empoisonneurs et de les couper du reste de la population en intensifiant les enquêtes à chaque cas avéré."louve-prads-haute-bleone-copie-1.JPG

Voir les commentaires

HOMMAGE À CANNELLE, DERNIÈRE OURSE PYRÉNÉENNE ASSASSINÉE PAR UN CHASSEUR

1 Novembre 2011, 14:00pm

Publié par VGBIO

c'était il y a juste 7 ans.....

repose en paix ma belle, nous pensons encore à toi! ton souvenir ne s'effacera jamis de nos coeurs!

FERUS ÉCRIT:

Le 1er novembre 2004, en fin de matinée, l’ourse Cannelle était abattue par un chasseur, lors d’une battue au sanglier sur les hauteurs d’Urdos, en vallée d’Aspe (Béarn, Pyrénées-Atlantiques). Elle était la dernière femelle de souche pyrénéenne et était accompagnée d’un ourson d’environ 10 mois.

Son ourson a survécu, malgré son jeune âge. Aujourd’hui, la population d’ours dans le bastion historique des Pyrénées occidentales est réduite à 2 ours mâles : le fils de Cannelle et Néré, d’origine slovène. Malgré la promesse de relâcher une ourse dans ce secteur cette année, l’Etat français est revenu sur sa décision, condamnant ainsi les ours du Béarn à mourir et à disparaître. Mais FERUS et les associations partenaires n’ont pas jeté l’éponge et continue à œuvrer pour restaurer la population d’ours dans les Pyrénées-Atlantiques ainsi que sur tout le massif.

vidéo de FERUS, Cannelle et son petit


Voir les commentaires

LES REQUINS DE LA REUNION SONT TRES MENACES

20 Octobre 2011, 15:38pm

Publié par VGBIO

suite à des attaques en plus grand nombre, dont la dernière mortelle il y a quelques semaines, je vous avis dit qu'une chasse au requin avait été autorisée, avec le permis d'en tuer 10!!!!!!!!!!!

heureusement, ils n'en on t tué qu'un, le pauvre!

les hommes sont en train d'éradiquer une espèce protégée, tout ça pour leurs loisirs! car ce sont des surfeurs et baigneurs bien sûr, qui ont été tués!

en plus, l'explication est donnée dans l'article ci-dessous:

-les humains ont le droit de se baigner dans une partie de la réserve naturelle, ce qui est totalement anormal! si c'est une réserve naturelle, il faut la laisser aux animaux et en exclure les humains! et plusieurs attaques ont eu lieu dans cette réserve

-une ferme aquacole a été implantée en 2007, pour élever des poissons pour les pêcheurs, des thons sont engraissés et bien sûr, elle attire les requins près des côtes! ces pauvres bêtes vont payer, une fois de plus pour la cupidité des hommes! peu à peu, nous grignotons les territoires des prédateurs, et à chaque attaque, les humains se plaignent, oubliant que c'est de leur faute, ils n'avaient qu'à pas envahir le territoire du requin, ou du loup, de l'ours, ou du tigre, etc...

extrait d'un article de: http://www.laliberte.ch/info/les-requins-font-plonger-le-tourisme

 

"pour calmer la rue, la préfecture a aussi donné l’autorisation à une battue sur trois jours.

Résultat de la pêche: seul un requin bouledogue de 156 kilos et 2,4 mètres a été pêché. Et son estomac n’a rien révélé.

Insuffisant aux yeux des acteurs du tourisme. Critiquée de toute parts, la mairie a annoncé une opération de marquage des squales qui a commencé hier. Ainsi que l’installation d’un filet aux Roches Noires dès novembre qui permettra de faire trempette en sécurité. Du côté de Boucan Canot, la sécurisation d’une piscine d’eau de mer est prévue. Pas vraiment une bonne nouvelle: la baignade en pleine mer restera interdite durant six mois sur la plus belle plage de l’île. Et dire que la saison estivale va bientôt commencer... I

 

Les attaques mortelles n’ont jamais été aussi nombreuses dans le monde depuis onze ans à lire les statistiques de l’International Shark Attack Survivors: 16 pour cette année contre 11 en 2000. Pareil pour le nombre d’attaques: 97 en 2011, du jamais-vu depuis 2000. «L’homme envahit tellement le littoral que les rencontres sont plus fréquentes», constate Bernard Seret, spécialiste des requins à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), à Paris. «Ce ne sont pas les squales qui ont changé de comportement, mais l’homme.» S’il y a plus d’attaques recensées, c’est aussi parce que les statistiques sont toujours plus précises et exhaustives.

Les squales près de leur garde-manger

Mais comment expliquer les événements à La Réunion, qui comptait jusque-là 32 attaques entre 1980 et 2010 dont la moitié fatales? «Ce qui arrive est exceptionnel», affirme le biologiste.

«Il y a eu une sédentarisation de squales à proximité de leur garde-manger.» Les Réunionnais pointent du doigt la Réserve naturelle marine, créée en 2007, qui intègre des zones de baignades. Bernard Seret ajoute une autre piste: la ferme aquacole, sorte de nurserie off-shore de poissons composée de sept cages en activité depuis 2007-2008, située à 7 kilomètres de la zone des attaques. «Les requins ont été attirés par la nourriture et les déchets.»

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>