Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #vegetarisme-vegetalisme-vegan

SUPERBACTERIES DANS L' INTESTIN DES VEGETARIENS

28 Décembre 2011, 13:14pm

Publié par VGBIO

un article de la dépêche:

Le contenu de nos intestins peut-il un jour aider à remplacer le pétrole ? Celui des végétariens fait en tout cas avancer la recherche.

Des scientifiques toulousains ont mis au jour des superbactéries qui, à terme, pourraient bien révolutionner la chimie verte. Présentes dans les organes digestifs et excréments d'un cobaye qui ne mange pas de viande, celles-ci sont capables de dégrader des fibres alimentaires de façon rapide et puissante. « En reproduisant le cocktail d'enzymes, nous pourrions les utiliser pour dégrader des déchets verts qui serviraient de substituts aux produits dérivés du pétrole et en voie d'épuisement », explique Renaud Nalin, directeur général de la société de chimie verte Libragen. En somme, ils contribueraient à fabriquer détergents, cosmétiques, médicaments, additifs alimentaires, matériaux, et même des carburants.

Les chercheurs toulousains de Libragen ont collaboré dans cette étude avec le Laboratoire d'ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISBP), une unité mixte de l'Insa de Toulouse, de l'Inra et du CNRS.

Les chercheurs ont fait la singulière découverte lors d'un programme de recherche, lancé il y a quatre ans, et visant à étudier les capacités digestives des individus selon leur régime alimentaire.

Il ne s'agit pas d'exploiter au long cours, et directement, les excréments de végétariens. Il n'est pas non plus question d'expliquer comment ces bactéries y ont atterri. « Nous avons récupéré dans les excréments de l'individu végétarien des milliards de micro-organismes. Mais, comme il est aujourd'hui impossible de cultiver en laboratoire toutes ces espèces, nous avons utilisé leurs gènes pour transformer la bactérie modèle Escherichia coli », explique Gabrielle Véronèse du LISBP. Impossible pour le moment de donner le nom de l'enzyme magique. « Ce serait comme révéler un secret industriel », avoue Renaud Nalin.

 

Voir les commentaires

LES PRODUITS ANIMAUX EN TETE DES EMISSIONS DE CO2, CONTRIBUENT A DETRUIRE LA PLANETE

27 Décembre 2011, 13:04pm

Publié par VGBIO

un nouveau rapport réaffirme que les produits animaux contribuent, par la quantité de CO2 qu'ils engendrent, à désorganiser le climat et donc, à la destruction de notre planète.

Vous qui me lisez, réfléchissez bien à votre alimentation et tirez en les conclusions qui s'imposent!

 http://www.ewg.org/meateatersguide/at-a-glance-brochure/

 

LE TOP 5:

1- AGNEAU

2- BOEUF

3- FROMAGE

4- PORC

5- POISSON

C'est désormais un fait avéré et reconnu de tous (surtout par la FAO) : la viande est un aliment très émetteur de CO2, qui participe à la déforestation et contribue à la pollution et à l'assèchement des sols, à travers les systèmes d'élevage intensifs.


L'élevage est de toutes les activités humaines celle qui utilise le plus de terres agricoles. Les pâturages occuperaient ainsi 26 % de la surface émergée de la terre tandis que la production fourragère (maïs et soja principalement) requiert environ un tiers des terres arables. 

Consommation mondiale de viande en pleine croissance

De 1971 à 2010, la production mondiale de viande a triplé. À ce rythme, la production devrait encore doubler d'ici 2050 pour atteindre plus de 544 milliards de kilos par an, nécessitant davantage d'eau, de terres, de carburants, de pesticides, d'antibiotiques et causant d'importants dégâts à la planète et la santé mondiale.

Le pays qui détient le record de consommation de viande par habitant est les Etats-Unis, avec 94 kg de viande par personne et par an. C'est presque 60 % de plus que pour un Européen qui consomme 61 kg par habitant et 4 fois plus que dans la plupart des pays en voie de développement. 

Pour accroître la prise de conscience sur les méfaits de ce "virus alimentaire", l'ONG américaine EWG a donc calculé le bilan carbone de la consommation de viande et d'autres aliments de notre quotidien. 

Contrairement à la plupart des études qui se concentrent uniquement sur ​​les émissions lors de la production, cette évaluation calcule l'empreinte carbone (émissions de GES) de chaque produit alimentaire pendant la phase d'élevage mais aussi après la mise à mort de l'animal. Par exemple, l'analyse inclut les émissions liées à la viande produite qui n'est finalement pas consommée, soit parce qu'elle est laissée sur le bord de l'assiette, soit parce que la date de péremption a été dépassée ou parce qu'elle a perdu en graisses  pendant la cuisson. "Environ 20 % de la viande produite finit à la poubelle" rappelle l'ONG dans son étude.

brochure6a.png

Voir les commentaires

PAUL MAC CARTNEY DÉFEND LE DROIT À UNE ALIMENTATION SANS VIANDE DANS LES CANTINES FRANÇAISES

27 Novembre 2011, 12:08pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUÉ DE L'AVF

Paul McCartney défend le libre choix du consommateur en France pour une alimentation bonne pour la santé et respectueuse de l'environnement.

À l'occasion de son concert au Palais-Omnisports de Paris-Bercy le 30 novembre 2011, Paul McCartney défendra le droit de chaque citoyen à s'alimenter comme bon lui semble dans les restaurants scolaires. Il rencontrera Isabelle Dudouet-Bercegeay, présidente de l'Association végétarienne de France, et prendra position contre une nouvelle réglementation qui impose aux enfants fréquentant les établissements scolaires de consommer davantage de produits d'origine animale (viande, poisson, œufs et produits laitiers).

Juste retour des choses : c'est bien Paul McCartney que visait nommément le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire en janvier 2010 en déclarant que « l'objectif du gouvernement dans la détermination de sa politique publique nutritionnelle était de défendre le modèle agricole français et spécifiquement contrer les initiatives comme celles de Paul McCartney appelant [en décembre 2009, en marge du sommet de Copenhague] à une réduction de la consommation de viande » pour lutter contre le réchauffement climatique.

À cet effet, le décret et l'arrêté du 30 septembre 2011 relatifs à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire ont été adoptés. Cette nouvelle réglementation, qui n'admet comme sources de protéines et de fer que les produits d'origine animale, oblige les gestionnaires de ces restaurants scolaires à proposer quasi exclusivement des repas organisés autour de la viande, du poisson, des œufs et des produits laitiers. Cela interdit de fait aux gestionnaires des services de restauration scolaire d'inscrire quotidiennement aux menus des cantines des options contenant des protéines végétales.

Paul McCartney entend dénoncer cette politique liberticide qui prétend restreindre le droit d'adopter une alimentation bonne pour la santé et respectueuse de l'environnement.

Sir Paul McCartney est végétarien depuis la fin des années 60. Il a toujours expliqué que l'une de ses principales motivations est la lutte contre la souffrance animale. Il met aussi en avant les nombreux domaines impactés favorablement par l'adoption d'une alimentation végétale : « Si quelqu'un veut sauver la planète, cesser de manger de la viande est la chose la plus importante qu'il puisse faire. C'est stupéfiant quand on y pense. L'alimentation végétarienne a un impact positif sur tant de choses à la fois : l'écologie, la santé, la faim dans le monde en plus d'éviter la souffrance animale ».

Voir les commentaires

BIENTÔT DE LA VIANDE ARTIFICIELLE SANS SOUFFRANCE?

25 Novembre 2011, 12:12pm

Publié par VGBIO

Produire de la viande non plus en élevant des animaux mais en cultivant des cellules musculaires de poulet, de bœuf ou de porc en laboratoire, comme on le fait déjà pour fabriquer de la bière ou des yaourts?  Voilà une dizaine d'années que les scientifiques planchent sur des expériences de viande artificielle.

Le projet fait en effet miroiter la perspective de pouvoir nourrir une population grandissante qui consomme toujours davantage de protéines.

Cette production permettrait de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre qu'implique l'élevage, et de supprimer la souffrance animale insupportable qui y est liée..........  

une solution pour les indécrottables qui n'arrivent pas à devenir végétaliens? qu'en pensez-vous?

Voir les commentaires

DÉLICIEUSES RECETTES VÉGÉTALIENNES

8 Novembre 2011, 18:56pm

Publié par VGBIO

je vous conseille vivement ce site, où vous trouverez de succulentes et imaginatives, mais simples recettes végétaliennes:

http://100vegetal.blogspot.com/

bon appétit!

Voir les commentaires

DÉCRETS LIBERTICIDES ANTI VÉGÉTARISME....SUITE

1 Novembre 2011, 13:18pm

Publié par VGBIO

une délégation a été reçue le jour de la manif, voici le compte-rendu:

Une délégation reçue à la DGAL

Jean-Luc Angot, directeur de la DGAL a accepté de recevoir une délégation pendant plus de 3/4 d'heure, accompagné de Paul Mennecier, chef du service de l'alimentation à la DGAL.
La délégation était constituée de :
- Aurélia Greff, responsable Paris de l'Association Végétarienne de France et membre de l'Initiative citoyenne pour les droits des végétariens,
- monsieur X (nom retiré à sa demande), membre du Collectif contre l'islamophobie en France,
- Brigitte Gothière, porte-parole de l'association L214 et membre de l'Initiative citoyenne pour les droits des végétariens.
L'entretien a été cordial, nous avons eu le sentiment d'être écoutés avec intérêt.

La délégation a exposé les motifs de notre rassemblement :
- la demande d'abrogation du décret et de l'arrêté,
- l'atteinte à la liberté de conscience qu'ils constituent,
- le modèle alimentaire d'hyper consommation de produits d'origine animale qu'ils imposent,
- l'intox nutritionnelle véhiculée par ces textes.

Face à l'objection que nous interprétions mal les textes, on a exposé le cas de la ville de Gonesse. L’offre d’un menu alternatif végétarien a toujours existé à Gonesse, sans aucun dysfonctionnement des services publics. Cette alternative a été supprimée dès le 3 octobre 2011 par le maire, en précisant qu’il avait l’obligation de fournir des repas conformes au décret paru le 30 septembre 2011 mis en avant par les élus. Application immédiate à la cantine, sans concertation, où la viande est désormais servie dans toutes les assiettes des enfants.


Depuis début octobre 2011, les parents communiquent avec le maire, pour demander un menu végétarien, alternatif au repas standard, afin de répondre à la demande des usagers qui ne souhaitent pas de viande pour raisons éthiques, de liberté d’éducation alimentaire ou religieuses. La seule réponse donnée : l’application du décret. 
Aurélia Greff a souligné que de nombreux témoignages similaires étaient envoyés à l’Association Végétarienne de France par des parents désemparés.

Jean-Luc Angot a clairement précisé que ces textes ont été établis dans le but d’élargir la diversité de l’alimentation et de permettre un plus grand choix dans les menus des cantines et qu’ils ne constituent pas une obligation des administrations de servir de la viande. Il a  été demandé à ce que cette réponse favorable soit communiquée par circulaire aux élus afin d’éviter toute interprétation contraire.

J.-L Angot a répondu qu’ils n’y ont pas pensé, mais que les enfants ne sont tout de même pas obligés de manger la viande. Nous lui avons répondu que, lorsqu’une alternative végétarienne est proposée, les repas sont préparés avec des plats complémentaires pour réaliser un équilibre et qu'en plus le jour des lasagnes, ce serait épique de trier les pâtes. Par ailleurs, on a souligné qu'en maternelle, il était difficile pour un enfant de 3 ans de faire la part des choses et que le choix des parents devait être respecté. Nous avons réitéré la demande de repas végétariens équilibrés et non d’un menu d’où l'on se contenterait d'ôter la viande.

Sur le modèle alimentaire, la DGAL a fait remarquer que les quantités avaient été revues à la baisse. Nous avons souligné que les doses servies auparavant étaient de toute façon excessives, notamment pour les enfants de maternelle et de primaire. On évite là un gaspillage.

La DGAL a aussi annoncé une étude sur l'impact de l'élevage reprenant les 3 piliers "développement durable, économique et social", et souligné qu'on ne pouvait pas en prendre un en considération sans prendre les autres en compte, que c'était complexe. Nous avons fait remarquer que, pour le moment, on voyait surtout une prise en compte du pôle économique au détriment des deux autres. Nous avons cité Marion Guillou, directrice de l'INRA, qui indique qu'il faudrait réduire la part de produits d'origine animale à 500kCal dans les années à venir.

Nos interlocuteurs ont contesté que les lobbies de l'agro-alimentaires aient influencé ces textes.
Nous avons souligné l'obligation de 4 repas obligatoires avec les viandes qui correspondent de façon troublante au coeur de l'objet du CIV (ce serait parce qu'elles ont des teneurs parmi les plus importantes en certains nutriments). Nous avons aussi cité Bruno Le Maire dans la presse en janvier 2010 où il annonçait le Programme national pour l'alimentation (PNA) en lui fixant notamment l'objectif de freiner l'impact des discours soulignant la nécessité de réduire la consommation de viande. Mais pas du tout d'après la DGAL, le PNA aurait pour seul but d’offrir une diversité de choix, et des conseils nutritionnels pour tous. Nous avons alors souligné qu'au contraire, le décret et l'arrêté constituaient un couloir bien étroit, supprimant de nombreuses options.

Nous avons enchaîné sur le problème de l'intox nutritionnelle avec l'obligation du produit laitier dans chaque menu, ainsi que les protéines, le fer et les oligoéléments présentés comme fournis uniquement par les produits animaux. La DGAL a souligné qu'ils s'étaient appuyés sur la recommandation du GEMRCN et sur le PNNS. Il lui semble indispensable que nous nous rapprochions du ministère de la Santé sur cette question. Aurélia Greff (AVF) a mentionné la rencontre de représentants de l’APSARES (Association des professionnels de santé pour une alimentation responsables) et de la Société végane avec l'ANSES de début septembre ; lors de cette rencontre, l’ANSES a reconnu que les éléments sur le végétarisme étaient faux dans le PNNS. Elle a souligné également que lorsqu'on demandait au PNNS ses sources à ce sujet, aucune réponse n'était apportée.

Nous avons remis à J.-L. Angot la brochure présentant la position de l'Association américaine de diététique, qui contient pour sa part une bibliographie bien fournie.
Nous lui avons également remis le livret Pourquoi et comment végétaliser l'alimentation, Le guide du lundi végé et Le guide des chefs.
J.-L. Angot nous a remis une brochure de janvier 2011 sur le Programme national pour l'alimentation. (La version de février 2011 est téléchargeable)

Conclusion

J.-L. Angot a pris note. La DGAL ne lit pas le décret et l'arrêté comme nous mais ne dit pas non plus l'inverse. Elle devrait éditer une note de service à destination des organismes de contrôle qui prendra garde à ne pas exclure les menus alternatifs.

Le service s’engage à clarifier sa communication afin qu’elle soit comprise par tous et qu’elle ne soit pas interprétée comme niant l’existence de modes d’alimentation végétariens.

Nous serons mis en relation avec la personne qui est en charge de la rédaction de ce texte. Bien sûr nous maintenons notre demande de retrait du décret et de l'arrêté du 30 septembre et continuerons à communiquer avec la DGAL jusqu'à ce que les engagements pris par J.-L. Angot se soient concrétisés.

Nous avons précisé que nous souhaiterions avoir des échanges par écrit sur l'ensemble de ces sujets.

Nous avons ensuite rejoint les manifestants. La mobilisation est maintenue tant que les textes n'auront pas été abrogés.

Aurélia Greff, Monsieur X (nom retiré à sa demande) et Brigitte Gothière, 27 octobre 2011.

 

Voir les commentaires

VEGETARISME BANNI, MAIS VIANDE HACHEE NON CONFORME AUX NORMES DANS LES CANTINES

27 Octobre 2011, 12:13pm

Publié par VGBIO

c'est une honte, lisez ici, ILS INTERDISENT LES REPAS VEGETARIENS ET ILS NE SONT MEME PAS CAPABLE DE FOURNIR DE LA VIANDE DE QUALITE DANS LES CANTINES!!!!!!!!!

Le 19 janvier 2011, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au Commerce, annonçait un renforcement du contrôle des normes à respecter au sein des marchés publics de produits alimentaires. Dans ce cadre, la DGCCRF (1) a réalisé une campagne de contrôles de la qualité nutritionnelle des viandes hachées, servies dans les cantines scolaires, les restaurants universitaires et les hôpitaux. Réalisée sur l’ensemble du territoire, celle-ci ne portait que sur la qualité nutritionnelle, et non sur l’aspect de sécurité sanitaire. 

En la matière, les collectivités disposent de cahiers des charges, imposant des taux de matière grasse et de collagène stricts. Or, les contrôles effectués ont révélé un taux élevé de non-conformité et une qualité nutritionnelle insuffisante des viandes servies dans les cantines, restaurants scolaires et hôpitaux. Portant sur un échantillon représentatif de divers fournisseurs, régions et collectivités, 35 prélèvements ont été réalisés dans 33 établissements. Sur ce nombre, on a relevé 12 non-conformités sur le taux de matière grasse et 23 non-conformités collagène / protéines (2). Dans les cas des dépassements les plus flagrants, des procédures contentieuses ont été lancées à l’encontre de quatre opérateurs. L’enquête de la DGCCRF est toujours en cours. 

Cécile Cassier

1- Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. 
2- De consistance fibreuse, le collagène est une protéine qui compose la majeure partie des tissus conjonctifs, tels que les tendons et les ligaments.
TIRÉ D'UNIVERS NATURE

Voir les commentaires

Pétition pour le droit de ne pas manger d'animaux dans les écoles françaises

24 Octobre 2011, 15:39pm

Publié par VGBIO

SIGNEZ ICI:

http://petition.icdv.info/

Pétition

→ Voir les signatures
Végé ? t'as rien !

Tous ceux qui croient à la liberté de pensée, à la liberté d'expression et au respect de toutes les convictions personnelles devraient signer cette pétition, quelle que soit leur opinion concernant le végétarisme et les droits des animaux.

Un décret gouvernemental publié le 2 octobre 2011 a rendu illégal le végétarisme dans toutes les écoles françaises, qu'elles soient publiques ou privées (1). Tous les menus servis dans les cantines scolaires doivent maintenant contenir des produits animaux en général, en particulier de la viande et du poisson de façon fréquente.

Pour beaucoup d'enfants, manger chez eux n'est pas possible et apporter leur propre nourriture à l'école est interdit.
Cela signifie que six millions d'élèves sont maintenant forcés de manger de la viande, qu'ils aiment cela ou non.

Faisant suite à une loi votée l'an dernier au Parlement(2), des décrets similaires seront publiés prochainement concernant toutes les formes de restauration : des jardins d'enfants aux hôpitaux, des prisons aux maisons de retraite.
Le végétarisme sera désormais impossible pour une large part de la population.

Ces mesures ont pour but affiché d'améliorer la qualité des repas servis dans les écoles. Les autorités sanitaires françaises affirment, contrairement à de nombreuses autorités médicales dans le monde, qu'un régime alimentaire équilibré n'est pas possible sans produits animaux.

Il n'y a pas de considérations pratiques qui justifient de prohiber ainsi le végétarisme, surtout dans ces cantines où la direction souhaiterait offrir une alternative végétarienne ou végétalienne. Ces décrets sont donc une violation des droits des citoyens végétariens en France.

Le débat public sur les droits des animaux et sur leur statut moral est actif en France, comme dans bien d'autres pays. Les gens sont libres d'avoir une opinion sur ces questions, et ceux qui croient qu'ils ne peuvent pas, en toute conscience, continuer à manger les animaux ne doivent pas être discriminés. Le ministre de l'agriculture, Bruno Lemaire, a déclaré en janvier 2010 que le but du gouvernement était de déterminer une norme nutritionnelle publique pour défendre le modèle de l'agriculture française et spécifiquement pour contrer les initiatives comme celles de Paul McCartney appelant à une réduction de la consommation de viande(3) .
Pour autant, un gouvernement ne peut trancher un débat philosophique, éthique et politique en restreignant les droits de ceux qui sont en désaccord avec ses positions.

Pour ces raisons, j'exige du gouvernement français le retrait de ces dispositions inacceptables.

(1) Décret n° 2011-1227 du 30 septembre 2011 ; arrêté du 30 septembre 2011, publié au Journal Officiel le 2 octobre 2011 (http://tinyurl.com/DecretCantines).

(2) "Loi de la modernisation de l'agriculture et de la pêche", publié le 27 juillet 2010.

(3) http://tinyurl.com/FlashLeFigaro

 

Voir les commentaires

PLUS DE PRODUITS BIOLOGIQUES ET UNE ALTERNATIVE VEGETARIENNE A PARIS

17 Octobre 2011, 15:52pm

Publié par VGBIO

UNE EXCELLENTE INITIATIVE SUR LAQUELLE ON PEUT S'APPUYER AILLEURS.......

Vœu relatif aux restaurants du personnel de la ville de Paris

 

Les restaurants du personnel de la Ville de Paris, gérés par l’ASPP, servent environ 9 000 repas par jour. Beaucoup de retard a été pris dans l’introduction du bio par rapport aux cantines scolaires ou aux cantines des crèches (2,5% de bio maximum dans ces restaurants du personnels). Par ce voeu, les éluEs EELVA demandent que la part du bio soit augmentée et que l’offre soit revue afin d’inclure des alternatives végétariennes équilibrées.

Le voeu a été adopté.

Vu le Plan Climat de Paris et le Plan de développement de l’alimentation biologique dans les restaurants collectifs municipaux et départementaux, qui prévoient d’atteindre 30% de produits bio et responsables (labels de qualité ou équitables) dans la restauration collective pour la fin de la mandature en 2014 ;

Vu la convention pluriannuelle liant l’ASPP et la Ville et le Département de Paris, qui stipule que :

• « l’Association cherchera à identifier les évolutions des besoins des usagers, afin d’adapter l’offre à la demande pour augmenter, d’une part la satisfaction, d’autre part, le nombre de bénéficiaires et de repas servis. »

• « l’Association privilégiera la prise en compte de critères environnementaux et sociaux notamment dans le cadre de ses achats. En particulier, les repas proposés par l’Association devront intégrer les recommandations du Plan climat de la Ville de Paris qui visent à favoriser les produits biologiques et de proximité, moins émetteurs de gaz à effet de serre. » ;

Considérant la modification de l’alimentation des Français depuis plusieurs années, à savoir une augmentation de la part des aliments issus de l’agriculture biologique, ainsi qu’une diminution de la consommation de viande et de poisson ;

Considérant que le pourcentage d’aliments issus de l’agriculture biologique dans les restaurants du personnel est d’environ 2,5% ;

Considérant qu’aucune alternative végétarienne équilibrée n’est proposée quotidiennement à ce jour dans les restaurants du personnel ;

Considérant que l’agriculture biologique est une agriculture durable qui préserve la santé des agriculteurs et des consommateurs, crée des emplois et ne détériore pas l’environnement ;

Considérant qu’une alimentation végétarienne nécessite moins de surface agricole, participe à la diversification des cultures, est plus économique, émet moins de gaz à effet de serre et est plus bénéfique pour la santé des consommateurs qu’une alimentation carnée ;

Aussi, sur proposition de Danielle FOURNIER, Jacques BOUTAULT et des éluEs du groupe Europe Ecologie - Les Verts et Apparentés, le Conseil de Paris demande aux gestionnaires des restaurants destinés aux personnels de l’administration parisienne de :

• Augmenter la part d’aliments issus de l’agriculture biologique, produits localement, de saison et/ou issus du commerce équitable

• Proposer quotidiennement une alternative végétarienne équilibrée


Voir les commentaires

VIANDE OBLIGATOIRE: LIBERTÉ ET SANTÉ MISES EN DANGER DANS LES CANTINES !

17 Octobre 2011, 14:46pm

Publié par VGBIO

 

COMMUNIQUE DE ONE VOICE SUITE A LA LOI LIBERTICIDE OBLIGEANT LES CANTINES A SERVIR DE LA VIANDE A TOUS LES REPAS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que vous aimiez la viande ou pas, la loi s’en moque. Aujourd’hui elle vous oblige à en manger. Sous couvert d’une mesure de santé publique, la loi française vient en effet, par décret et arrêté publiés au Journal officiel le 2 octobre, d’imposer à toutes les cantines de France de proposer obligatoirement des protéines animales au menu de tous les repas servis dans les établissements scolaires. Rien dans la loi n’a été prévu pour les personnes qui par conviction, ou même par goût, refusent de manger des animaux ou leurs produits dérivés. Un enfant n’aura pas d’autre choix que de manger de la viande dans son assiette ou… pâtir des carences liés à l’absence de protéines.

Atteinte aux libertés individuelles
Ce décret, qui devrait être bientôt suivi d’une série d’autres visant à faire la loi dans les assiettes des autres établissements pratiquant la restauration collective (hôpitaux, maisons de retraite, etc.), porte atteinte aux libertés individuelles fondamentales telles que définies par les Nations Unies. La liberté « de pensée, de conscience et de religion » ainsi que son exercice « tant en public qu’en privé » est un droit reconnu à chaque être humain. En France, cette loi empêche de fait tous les végétariens, végétaliens et vegans d’agir selon leur conscience et leur conviction.

Coup dur pour la santé publique…
Loin d’œuvrer pour la santé publique, cette loi la met en danger. Cet été encore,  une nouvelle étude publiée par la prestigieuse Faculté de santé publique de Harvard mettait en lumière les dangers chez les diabétiques d’une consommation quotidienne de viande. Elle est déjà fortement en cause dans certains cancers et les maladies cardiovasculaires. Or, de plus en plus de voix, y compris dans le corps scientifique et médical, s’accordent à dire que les alternatives végétales et minérales pour l’apport en protéines et en calcium sont, comme le souligne l’Association Américaine de Diététique au sujet des régimes végétariens, « bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. »

… et l’environnement
L’état de la planète est lui aussi directement concerné par la production de viande. Le réchauffement climatique conduit à des sécheresses qui ne permettent plus aux plus pauvres de cultiver les céréales à la base de leur alimentation. Or, l’élevage intensif et la production de viande et de produits laitiers sont l’une des principales causes de ce réchauffement climatique. Un seul kilo de viande équivaut à 34,2 kg d’équivalent Co2. De nombreuses pollutions sont également à mettre au passif de l’élevage industriel, rendant les terres impropres à la culture. Parmi les terres cultivées, 70 % d’entre elles sont consacrées à l’alimentation des animaux producteurs de viande.

Mobilisons-nous
One Voice invite chacun à limiter, voire supprimer, sa consommation de viande par respect pour la vie d’êtres vivants et de la planète et pour son propre bien-être. Si consommer des animaux demeure un sujet philosophique autant qu’éthique, relevant d’un choix personnel, il n’en demeure pas moins que la promulgation d’une loi portant atteinte à la liberté de conviction demande un acte politique en réponse. One Voice a donc rejoint un collectif* d’associations demandant la suppression du décret du 2 octobre. Si tel n’était pas le cas, le collectif déposera plainte devant les Nations Unis. Pour appuyer cette demande, One Voice appelle chacun à signer la pétition en ligne.

 

* ACTA (Bordeaux), Aquitaine Décroissance, ALARM (Marseille), Animal Amnistie (Toulouse), Animal Libre (Albi), Animalsace, Animavie, Les Animaux de Maurice, APSARES, Association pour un homme plus humain, Association végétarienne de France, Avis (Toulouse), CABle (Besançon), CLEDA (Paris), CLAM (Montpellier), Collectif Diois pour l’égalité (Die), Convention Vie et Nature, Dignité animale (Lyon), Droits des Animaux, Fondation Brigitte Bardot, ICDV, L214, One Voice, Nea (Rennes), Rêv’Animal, Revégez-vous (Rennes), Société végane, Végétariens Magazine, Veggie Pride, VegFest, VG56 (Morbihan), Vivants (Sedan)


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>