Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

DANS LES HAUTES ALPES, ILS EMPOISONNENT LES LOUPS

15 Mai 2014, 12:46pm

Publié par VGBIO

LIRE CE COMMUNIQUE DE FERUS:

 

Le 2 décembre 2013, un jeune loup était découvert mort suite à une collision sur la commune d’Arvieux, dans le Queyras (Hautes-Alpes). La DREAL Rhône-Alpes a communiqué hier une note selon laquelle ce loup avait préalablement été empoisonné au Chloralose :

« Les analyse toxicologiques qui viennent de nous être communiquées mettent en évidence un empoisonnement au chloralose dont le seuil de concentration, et en l’absence de proie retrouvée dans l’estomac, est incompatible avec une contamination relais. La teneur retrouvée est de nature à expliquer une baisse de vigilance de l’individu. »

Conformément au Plan National Loup, ce loup est décompté du plafond de loups pouvant être abattus pour la période 2013-2014. A ce jour, dix loups ont été décomptés : 3 braconnés et 7 « prélevés » par l’Etat.

L’empoisonnement de loups semble être devenu une vilaine habitude dans les Hautes-Alpes, on parle d’ailleurs de secret de polichinelle et même le président de la fédération départementale de la chasse s’en indigne (voir cet article)…

Ferus va envoyer un courrier au préfet pour l’alerter de la situation dans les Hautes-Alpes concernant les suspicions de braconnage.

Les services de l’État viennent d’annoncer que le loup trouvé mort par collision routière le 2 décembre dernier à Arvieux (Hautes-Alpes) avait été préalablement empoisonné. Depuis 2013, il s’agit du 3ème cas avéré d’empoisonnement de loup en France. Dans la même période, un cas de braconnage par tir a été constaté, et trois autres cadavres de loup ont été trouvés, dont deux sur la route. L’absorption de poison, lorsqu’elle ne tue pas immédiatement l’animal, peut entraîner une perte de vigilance, ce qui explique ces accidents.

Les associations de CAP Loup portent plainte contre X

Le loup est une espèce protégée, sa destruction illégale est passible de 15000 € d’amende et d’un an d’emprisonnement. Les associations de CAP Loup porteront systématiquement plainte pour toute destruction illégale. Le braconnage par empoisonnement est un acte de délinquance très grave qui porte atteinte à une espèce protégée mais aussi à l’ensemble de la faune sauvage et domestique.

 L’État doit lutter contre le braconnage

Les cas avérés de braconnage ne représentent évidemment que la partie visible de cette délinquance, car la probabilité de retrouver un cadavre de loup est très faible. La lutte contre le braconnage nécessite une réelle volonté et des moyens. Plutôt que de continuer dans sa politique de tirs officiels, l’État devrait mettre en place une vraie politique de lutte contre le braconnage. Il est temps que les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage soient missionnés pour ça, plutôt que pour tuer eux-mêmes des loups dans le cadre des tirs officiels !

 L’État, premier délinquant contre le loup ?

Par sa politique des tirs, l’État donne le mauvais exemple et laisse croire que la destruction de loups serait une solution pour régler les difficultés de cohabitation pouvant exister entre le loup et les activités pastorales. Les arrêtés préfectoraux autorisant des tirs sont régulièrement jugés illégaux suite à l’action des associations. Et quand bien même ils ne le sont pas car ils s’appuient sur des textes de loi de plus en plus défavorables à la protection du loup, ils relèvent d’une politique irresponsable.

Nous demandons à l’État français de donner l’exemple en matière de protection du loup, en mettant fin à sa politique de tirs, en engageant une vraie politique de lutte contre le braconnage, et en mettant tout en œuvre pour favoriser une cohabitation pérenne et apaisée entre les activités pastorales et le loup.

 
DANS LES HAUTES ALPES, ILS EMPOISONNENT LES LOUPS

Commenter cet article

gualyvo 15/05/2014 23:47

de la cruauté à la connerie = destruction de note univers

lls n'ont toujours pas compris que les loups sont nos indispensable protecteur de notre source de vie
notre environnement

Diane 15/05/2014 17:43

Honteux !...j'ai aussi appris qu'il était mis en place des formations pour aider les bergers (aide-berger) et de l'aide d'un chien (le patou), afin aussi de prévenir d'éventuelles attaques de loup. Je ne sais trop ce qu'il en est ?...En dehors de ça, Il est évident que si rien n'est officiellement mis en place comme il est expliqué dans cet instructif article, certains se permettront n'importe quoi supposant que la loi pourra toujours les protéger !...c'est toujours la même chose pour les animaux et on constate un fil conducteur au niveau de la justice...c'est-à-dire, plutôt du laxisme quand ce n'est pas de l'indifférence en matière de protection animale...et, cerise sur le gâteau, nous sommes, en France, et ce n'est pas glorieux, un pays d'élevage et de chasseurs...donc...

Chantal (Belgique) 15/05/2014 17:42

Espérons que l'Etat écoutera.