Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

PYRENEES: DES ELEVEURS DE LUZ MENACENT DE TUER DES OURS

28 Juin 2013, 20:47pm

Publié par VGBIO

LISEZ LES MENACES HONTEUSES DE CES ENERVES DE LA GACHETTE QUI SE METTENT EUX MEMES HORS LA LOI:

"l’ours, en l’absence d’humains sur les estives occupés à sauver des biens (suite aux inondations), en profite pour croquer en libre-service les troupeaux qui sont laissés en liberté. Depuis une semaine, pratiquement tous les jours, des prédations se produisent sans que nous ne puissions défendre les troupeaux

Vendredi soir nous avons lancé un ultimatum de 48h au Préfet : vous retirez les ours ou nous les tuons. Il n’y aura pas d’alternative face à la fatigue physique et morale à laquelle nous sommes soumis.

L’ultimatum est venu à échéance samedi soir. Nous passerons discrètement à l’action dès lundi. L’Etat n’a JAMAIS respecté ses engagements et ses obligations légales. Ces ours ne devraient pas être en France. En conséquence nous exercerons notre droit légitime et légal qui consiste à protéger nos troupeaux. Ce samedi soir nous avons adressé une lettre au Préfet des Hautes-Pyrénées qui exclut toute discussion et négociation. Nous exigeons des résultats immédiats."

http://www.lasemainedespyrenees.fr/article/23/06/2013/drame-du-pays-toy--un-ultimatum-lance-au-prefet-par-les-eleveurs/5511

Animal cross réagit par un "coup de gueule"

«Vous retirez les ours où nous les tuons». Voilà l’ultimatum de 48 heures lancé vendredi soir au préfet des Hautes-Pyrénées par les éleveurs de la vallée de Luz. En réponse, Henri D’Abzac, préfet des Hautes-Pyrénées, qui s’est rendu dimanche en pays Toy, a accepté de lancer une procédure d’effarouchement de l’animal qui a débuté hier.

Les éleveurs d'animaux qui utilisent nos montagnes pour leur activité économique se permettent bien des choses à leur encontre. Ces espaces de liberté et de beauté naturelle ne doivent pas être à leur botte, et encore moins les animaux sauvages, pour qui les montagnes demeurent et doivent demeurer leur seul habitat naturel. A force de trop prendre à la nature, celle-ci reprend toujours ses droits un jour ou l'autre.

(...........)

Sans se rendre compte, beaucoup d'entres eux s'enferment dans un comportement sectaire, un comportement assimilable à des "dealers de banlieue" : ils refusent les lois, les règles de vie en communauté, se créent leurs propres lois, en prônant le "oeil pour oeil, dent pour dent"...
Surtout , ils pensent être les seuls à avoir des problèmes économiques, et sont persuadés de n'avoir d'autres choix que de rendre leur propre justice pour vivre...

....Messieurs les éleveurs , vous êtes des citoyens comme tout le monde......

J'ajoute que LA MONTAGNE EST UN DOMAINE PUBLIC, ET NON PRIVE ET RESERVE AUX ELEVEURS, qui l'utilisent gratuitement. Les ours étaient là avant eux, et les citoyens français ont envie qu'ils continuent à y être..................et on se passerait volontiers des troupeaux de moutons, par contre dans ces paysages publics!

ALORS ENTRE LES OURS ET LES MOUTONS, NOUS, ON CHOISIT LES OURS...................en plus, étant végétalienne parce que l'exploitation fait souffrir les animaux, je suis contre l'élevage!

ils m'ont mise très en colère ces extrémistes dangereux!

et n'oubliez pas de signer la pétition pour l'ours:

http://www.avaaz.org/fr/petition/Petition_Ours_Pyrenees_Peticion_oso_Pirineos/

Voir les commentaires

SAUVONS L'OURS MACHA

21 Juin 2013, 17:13pm

Publié par VGBIO

SAUVONS L'OURS MACHA

elle a été dans un cirque pendant 11 ans, on pourrait croire qu'elle allait avoir une retraite bien méritée! non, elle a été envoyée dans un camp d'entraînement pour chiens pour la chasse à l'ours! elle vit encore en cage et est massacrée régulièrement par les chiens!

exigeons sa libération et l'envoi dans un sanctuaire!

signez ici:

http://www.thepetitionsite.com/872/393/896/rescue-masha-the-bear-from-dog-training-camp-in-russia/

Voir les commentaires

soutenez la proposition d'un cadre législatif visant à l’abolition de l’expérimentation animale dans l’Union européenne.

13 Juin 2013, 15:59pm

Publié par VGBIO

soutenez la proposition d'un cadre législatif visant à l’abolition de l’expérimentation animale dans l’Union européenne.

Proposition d'un cadre législatif visant à l’abolition de l’expérimentation animale dans l’Union européenne.

Principaux objectifs:

Compte tenu des raisons éthiques que l'on peut opposer à l'expérimentation animale, d'une part, et des solides éléments scientifiques qui invalident la prédictivité du "modèle animal" pour l'être humain, d'autre part, nous demandons instamment à la Commission européenne d' abroger la directive 2010/63/ UE relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques et de présenter à la place une nouvelle proposition de directive visant à mettre fin à l’expérimentation animale et de rendre obligatoire, pour la recherche biomédicale et toxicologique, l’utilisation de données pertinentes pour l’espèce humaine.

signez ici:

https://ec.europa.eu/citizens-initiative/ECI-2012-000007/public/index.do?initiativeLang=fr

Voir les commentaires

REQUINS: ILS NE SERONT PAS CHASSES A LA REUNION

8 Juin 2013, 22:47pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUE DES ASSOCIATIONS

 

Chasse aux requins : le Tribunal Administratif de La Réunion
donne raison aux associations Sea Shepherd, ASPAS et longitude 181*

 

Suite au dernier accident à la Réunion – qui a coûté la vie à un touriste de 36 ans – Thierry Robert, maire de Saint-Leu avait émis un arrêté municipal appelant à la pêche des requins dans les eaux de sa commune, pourtant classées Réserve Marine Nationale. L’arrêté en question offrait par ailleurs d’acheter aux pêcheurs volontaires, les 40 premiers requins, au prix de 7 euros le kilo – soit près de 2000 euros pour un requin de 300 kilos, aux frais du contribuable.

Sans grande surprise, le Tribunal a invalidé aujourd’hui cet arrêté soulignant d’une part l’incompétence du député maire de Saint-Leu pour déroger au régime de protection de la Réserve, et d’autre part le caractère inapproprié et disproportionné de la mesure. Il n'est en effet pas établi qu'une population sédentaire de requins bouledogues soit présente sur le territoire de St-Leu ni que des prélèvements réduiraient les risques d'agression. Monsieur T. Robert était parfaitement conscient de l’illégalité de cette décision puisqu’il n’en est pas à son coup d’essai. Ce faisant, il n’a donc pas hésité à inciter les pêcheurs à enfreindre les lois de la République et à s’exposer à des poursuites.

Le député maire de Saint-Leu, s'il a pris l'habitude d'engager des arrêtés municipaux qu'il sait parfaitement illégaux ne semble en revanche pas prendre en considération les mesures qui relèvent elles, pleinement de sa compétence. A savoir, améliorer le traitement des eaux usées de sa commune qui sont l’un des stimuli connus pour attirer les requins bouledogue près des spots de surf. Monsieur T. Robert se rend ainsi en grande partie responsable de la situation aux abords de sa commune et dans le même temps, tente malhonnêtement de récupérer à son compte les retombées de cette crise qui risque bien de faire encore des victimes, côté requins et côté surfeurs.

Au conditionnement par l'irrationnel, il y a lieu de répondre par la mise en oeuvre de la responsabilité de chacun, à commencer par celle de tous ceux, qui, sous couvert de la représentation démocratique, abusent de leurs pouvoirs et les détournent.

Nos associations quant à elles, n’auront de cesse d’appeler à la raison, de démontrer qu’il y a place pour tous les usagers de la mer aux côtés des requins et de faire valoir le droit pour protéger la Réserve Marine Nationale mais aussi de relayer dans l’opinion nationale et internationale, la façon dont la France gère cette “crise requins”. Il en est de la préservation des valeurs les plus fondamentales que sont la biodiversité et partant, l’humanité.

* En partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot

REQUINS: ILS NE SERONT PAS CHASSES A LA REUNION

Voir les commentaires

UN PETIT VEGETALIEN POUR LES ANIMAUX

8 Juin 2013, 14:19pm

Publié par VGBIO

UN PETIT VEGETALIEN POUR LES ANIMAUX

il en a dans la tête ce petit gamin, plus que la plupart des adultes! regardez vite cette vidéo diffusée par L214!

un enfant devient végétalien sous nos yeux parce qu'il aime les animaux et ne veut pas qu'ils souffrent!

émouvant!

Voir les commentaires

NON A LA TORTURE DES PORCS DANS LES ELEVAGES

5 Juin 2013, 14:50pm

Publié par VGBIO

NON A LA TORTURE DES PORCS DANS LES ELEVAGES

.................des porcs entre autres, mais je pense que ce sont peut-être les plus maltraités.

Signez la pétition:

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/aux-souffrances-millions-porcs-europe/9820

VIVE LES COCHONS LIBRES qu'on ne mange pas!

Voir les commentaires

MARCHE POUR LA FERMETURE DES ABATTOIRS LE 15 JUIN

3 Juin 2013, 19:11pm

Publié par VGBIO

MARCHE POUR LA FERMETURE DES ABATTOIRS LE 15 JUIN

réservez votre temps pour y aller

Voir les commentaires

MORT DE L’OURSE CANNELLE : LA SOCIÉTÉ DE CHASSE INCRIMINÉE CONDAMNÉE À DES DOMMAGES ET INTÉRÊTS

3 Juin 2013, 18:53pm

Publié par VGBIO

LA SOCIÉTÉ DE CHASSE INCRIMINÉE CONDAMNÉE À DES DOMMAGES ET INTÉRÊTS

Après 9 ans de procédure, le WWF France vient de remporter le procès intenté à la société de chasse qui avait organisé une battue au sanglier ayant conduit à la mort de l’ourse Cannelle. La responsabilité de cette Association Communale de Chasse Agréée est donc pleinement reconnue, puisqu’il est démontré qu’elle avait connaissance de la présence de l’ourse sur son territoire d’intervention. Elle vient d’être condamnée à verser 53 000 euros de dommages et intérêts.

Elle a été abattue par un chasseur d’Urdos, en vallée d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques), le 1er novembre 2004. Accompagnée de son ourson, Cannelle avait fait une charge d’intimidation sur le chasseur. Celui-ci commettait alors l’irréparable.

La mort de l’animal avait provoqué une vague d’indignation en France, incitant le gouvernement à mettre en place un plan de « renforcement de la population d’ours bruns » dans les Pyrénées avec l’introduction de 5 plantigrades slovènes en 2006.

Malheureusement, la situation de la population d’ours n’a pas cessé de se dégrader.

Aujourd’hui les Pyrénées françaises et espagnoles ne comptent plus qu’une vingtaine d’ours. C’est insuffisant pour permettre le maintien durable de l’espèce sur le massif pyrénéen. Aucun des deux noyaux constituant la population actuelle n’est viable. Celui des Pyrénées Centrales reste insuffisant, malgré les lâchers de 2006. Quant à celui des Pyrénées Occidentales, composé seulement de deux mâles, dont Cannelito l’ourson de Cannelle, il est au bord de l’extinction, alors qu’il couvre la moitié de l’aire de répartition pyrénéenne.

La survie de l’ours dans les Pyrénées exige désormais une politique volontariste et ambitieuse.

Le WWF France, au côté du collectif Ours-Pyrénées (dont fait partie FERUS, ndlr), demande aux gouvernements français et espagnol une action forte et durable pour la restauration dans les Pyrénées d’une population viable d’ours. Cette restauration ne pourra se faire que via des plans de conservation et de restauration concertés et harmonisés, incluant :

- Le renforcement immédiat des deux noyaux de population d’ours .

- Une meilleure protection juridique de l’ours brun en France et en Espagne.

- Une meilleure protection de son habitat en France et en Espagne.

- Une politique volontariste de valorisation pour les populations locales de ce patrimoine naturel exceptionnel.

- Des mesures efficaces qui favorisent la cohabitation, la prévention et la compensation des dommages à l’élevage pyrénéen.

A cette fin, signez et faites signer la pétition en ligne :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Petition_Ours_Pyrenees_Peticion_oso_Pirineos/

Voir les commentaires