Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

LES SOUFFRANCES INTOLERABLES CONTINUENT DANS LES ABATTOIRS

29 Mars 2016, 23:30pm

Publié par VGBIO

Après Alès et Le Vigan, ces images tournées à l'abattoir de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques montrent de nouveau l'extrême violence de la mise à mort des animaux. Et cet abattoir est labellisé bio, donc, que ceux qui mangent de la viande bio ne se sentent pas déchargés du poids de leur mort.........c'est la même cruauté dans TOUS les abattoirs! Tournées au mois de mars 2016 juste avant Pâques, ces images révèlent les pratiques de mise à mort des agneaux de lait ainsi que l'abattage de veaux et de bovins, dans l'abattoir de Mauléon-Licharre (64) certifié bio et qui met en avant Label Rouge et l'IGP.

"Dignité, respect, étourdissement, contrôle, bio" : les discours se veulent rassurants. La réalité est toute autre.
Dans cet abattoir, on arrache la vie à des agneaux de lait et des veaux terrorisés. Animaux frappés, mal ou pas étourdis, conscients au moment de la saignée, découpés à vif : une réalité insoutenable. Un agneau écartelé vivant, car sa patte se coince dans une chaîne et aucun opérateur n'est présent....et partout, les coups, la violence, les animaux affolés meurent dans un stress et une souffrance extrêmes

Comme à Alès ou au Vigan, ils l'ont fermé pour quelques semaines, puis les souffrances reprendront!

La viande ne représente aucune nécessité et pourtant des millions d'animaux agonisent derrière les murs des abattoirs. Ne fermons plus les yeux et agissons.

la vidéo est ici:

http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/mauleon/

signez la pétition de L214:

http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/mauleon/#petition-block

voyez ici ce qu'en pense insolente veggie, toujours aussi fine:

http://www.insolente-veggie.com/cruaute-a-labattoir-de-soule-pays-basque/

le journal "le monde" a publié un article dès ce matin:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/29/un-nouveau-cas-de-cruaute-mis-au-jour-dans-un-abattoir-francais_4891669_3244.html

"L’établissement possède également la certification Ecocert pour l’agriculture biologique. Parmi ses 460 clients, on trouve des particuliers en vente directe, des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) et quelques grandes tables parisiennes et chefs étoilés, comme le boucher-star Yves-Marie Le Bourdonnec ou le chef Alain Ducasse."

 

Voir les commentaires

20.000 MANIFESTANTS POUR DEFENDRE LES LOUPS A MADRID

26 Mars 2016, 00:50am

Publié par VGBIO

Le 13 mars 2016, une manifestation en faveur de la protection du loup ibérique était organisée à Madrid par un collectif d’associations espagnoles et l’Alliance Européenne pour la Conservation du Loup dont FERUS fait partie, avec Lobo Marley (Espagne) et Zoo Logical (Portugal).

Environ 20.000 personnes avaient répondu à l'appel, ce qui donne envie, quand on voit à peine 2000 personnes aux manifestations en France pour le loup.

En tout cas, les loups "gênent" les lobbies de l'élevage et les politiques, et ils sont à défendre partout en Europe!

20.000 MANIFESTANTS POUR DEFENDRE LES LOUPS A MADRID

Voir les commentaires

AVEC INTERMARCHE, VOUS ROULEZ AUX DECHETS D'ANIMAUX...........

9 Mars 2016, 16:56pm

Publié par VGBIO

un excellent article dans bastamag: Cosmétiques, engrais, biodiesel : le juteux business des cadavres d’animaux Alors que la crise de l’élevage bat son plein, un secteur économique tire son épingle du jeu : celui des déchets d’abattoirs et des cadavres d’animaux.

"D’abord transformés en graisses et farines animales, ils trouvent ensuite des débouchés dans la chimie, l’alimentation animale et humaine, les engrais et plus récemment dans… l’essence pour les véhicules. Un petit nombre d’entreprises se partagent ce marché, bénéficiant d’une réglementation assouplie, de défiscalisations et de « contributions volontaires obligatoires » des éleveurs…

Que deviennent les animaux trouvés morts en élevage, après un vêlage difficile par exemple ? Que font les entreprises françaises des « sous-produits animaux » à la sortie des abattoirs [1] ? Ce sont pas moins de 3,2 millions de tonnes de « résidus » animaux qui ont été collectées en 2014 par le Syndicat des industries françaises des coproduits animaux (Sifco). L’équivalent de 84 000 semi-remorques de 38 tonnes ! La réglementation en la matière est stricte et classe ces sous-produits en trois catégories, selon leur niveau de risque [2]. Ceux pouvant présenter un risque pathogène – environ 900 000 tonnes par an en France – terminent pour l’essentiel comme combustibles dans les cimenteries et les usines d’incinération.

Une part de plus en plus importante des graisses animales impropres à la consommation humaine finissent en biodiesel dans les réservoirs. Eh oui, vous roulez aussi grâce à la viande de bœufs, de poulets ou de porcs... Qu’en est-il des autres sous-produits issus d’animaux sains – ruminants, porcins, volailles, poissons – qui ne sont pas consommés dans les familles comme les intestins, les os, les abats, le gras ou le sang ? Savons, peintures, détergents, produits cosmétiques, croquettes pour chiens et chats, engrais : les débouchés sont variés et constituent une manne juteuse pour quelques groupes industriels."

la suite (très intéressante, dont je vous conseille vivement la lecture,) est ici:

http://www.bastamag.net/Cosmetiques-engrais-biodiesel-le-juteux-business-des-cadavres-d-animaux

 

je ne sais pas où l'exploitation des animaux s'arrêtera.............on est très mal partis pour!

 

AVEC INTERMARCHE, VOUS ROULEZ AUX DECHETS D'ANIMAUX...........

Voir les commentaires

Poussins broyés ou étouffés : le couvoir condamné

9 Mars 2016, 16:40pm

Publié par VGBIO

communiqué de L214, association de plus en plus indispensable pour dénoncer les mauvais traitements faits aux animaux par les éleveurs et autres exploitants agricoles, et qu'il faut soutenir:

Ce mardi 8 mars, le couvoir finistérien Saint-François et son dirigeant ont été condamnés à 15 500 et 3 500 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Brest pour mauvais traitements envers des animaux.

Cette condamnation fait suite aux images filmées par un ancien employé et révélées en novembre 2014 par l’association L214. On y voyait des poussins jetés dans une vis sans fin qui les déchiquetait vivants, ou étouffés par centaines dans des sacs poubelle. L214 avait alors porté plainte pour cruauté envers les animaux.

Le procès, dont l’audience s’est tenue le 2 février dernier, a révélé que ces deux méthodes employées pour tuer les poussins sont illégales et entraînent “une souffrance animale certaine”, selon la brigade nationale d’enquête vétérinaire et phytosanitaire.

Pour Brigitte Gothière, porte-parole de L214 : “La reconnaissance d’une maltraitance au sein d’une entreprise industrielle d’élevage est une véritable avancée, tant ces pratiques ayant lieu à huis clos bénéficient habituellement d’une tolérance dès qu’ils s’agit d’animaux dits de rente. Mais tant que nos habitudes alimentaires ne changeront pas, des poussins continueront d’être broyés par milliers : la tuerie qui ne se passe plus dans ce couvoir a lieu dans le couvoir d’à côté.”

Poussins broyés ou étouffés : le couvoir condamné

Voir les commentaires

LES TROUPEAUX DE MOUTONS NON PROTEGES SONT LES PLUS ATTAQUES PAR LES LOUPS ANALYSE LA PREFECTURE DE L'ISERE

9 Mars 2016, 16:11pm

Publié par VGBIO

la préfecture a déclaré: Les attaques les plus meurtrières ont été observées sur des troupeaux qui n’étaient pas, ou peu, protégés, ajoutant que

"les services de l’État accompagnent les éleveurs pour la mise en œuvre de mesure de protection des troupeaux et d’hébergement des bergers qui assurent le gardiennage.
Les éleveurs qui possèdent des troupeaux encore non protégés doivent demander rapidement à la Direction Départementale des Territoires un appui pour mettre en œuvre ces mesures de protection." 

 

Les images terrifiantes de cette vidéo montrent le respect que ces exploitants agricoles témoignent pour les humains et les non humains, menaçant de mettre une bombe dans la préfecture, éventrant des moutons dans la rue après les avoir jetés devant la porte de la préfecture!..............des terroristes donc!

la préfecture de l'Isère a fait une étude qui montre que les troupeaux protégés ne sont pas attaqués par les loups, mais la plus grande partie de ce exploitants s'en moquent des protections, et leur seule action est de venir g-----r devant la préfecture ou devant les locaux des associations de protection de la nature et des animaux! ou pire, d'agresser des militants comme ils l'ont fait et de mettre à sac des locaux.............

au lieu de prendre modèle sur les éleveurs italiens qui, eux, protègent efficacement leurs troupeaux et ne connaissent que peu de problème de cohabitation.

On a hélas les exploitants agricoles les plus subventionnés et les plus nuls du monde.............pauvres moutons, ils ont encore de tristes jours devant eux! car bien sûr, ces énervés qui viennent déverser des cadavres et les vider en ville, ne les élèvent pas pour le bien-être de ces animaux, mais pour les emmener à l'abattoir! et de plus, ils sont grassement indemnisés pour des attaques de loups, même quand les troupeaux ne sont pas protégés, ce qui est totalement anormal!

Ferus ajoute:

Cette petite phrase, issue d’un communiqué de presse daté du 21 janvier, est passée quasiment inaperçue. Pourtant, une administration française admet là indirectement que les moyens de protection des troupeaux permettent réellement de faire baisser le nombre de brebis tuées lors d’une attaque. Alors que les éleveurs nous martèlent sans cesse qu’ils ont tout essayé, que rien ne marche, que la cohabitation est IM-PO-SSIBLE, la préfecture de l’Isère fait tranquillement le constat que les troupeaux ayant subi le plus de pertes en 2015 étaient ceux dépourvus totalement ou presque de moyens de protection (passons sur le fait qu’il existe encore des troupeaux non protégés en Isère, alors que le loup y est présent depuis plus de 10 ans…).

Pas besoin d’avoir fait Saint-Cyr pour déduire qu’il faut donc absolument protéger les troupeaux avec des dispositifs efficaces. Les moyens de protection ont une utilité, s’ils ne parviennent pas à éradiquer totalement la prédation, ils permettent néanmoins de considérablement la limiter.
La prédation n’est pas une fatalité, la cohabitation est possible, à condition de généraliser et d’imposer les moyens de protection des troupeaux.

 

 

 

LES TROUPEAUX DE MOUTONS NON PROTEGES SONT LES PLUS ATTAQUES PAR LES LOUPS ANALYSE LA PREFECTURE DE L'ISERE

Voir les commentaires

50 ans de prison pour un bourreau d'animaux aux USA

2 Mars 2016, 16:48pm

Publié par VGBIO

oui, vous lisez bien! 50 ans.......évidemment, ça ne se passe pas en France, où la maltraitance est rarement punie...et si légèrement!

Cette peine montre que la cruauté infligée aux animaux n’est plus tolérée aux Etats-Unis et que le pays s’attache à punir ces criminels le plus sévèrement possible.

Cet homme et sa compagne se filmaient en train de torturer à mort des animaux en les piétinant. Ils avaient été arrêtés en 2012.

Sa compagne n’a pris "que" de 10 ans de prison...........

 

bravo à la justice américaine!

50 ans de prison pour un bourreau d'animaux aux USA

Voir les commentaires