Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Le gouvernement encourage l’élevage intensif

20 Décembre 2016, 16:45pm

Publié par VGBIO

Début décembre, l’ex-premier ministre Manuels Valls et la ministre de l’Environnement Ségolène Royale ont donné leur accord pour doubler les capacités d'accueil des très controversées fermes-usines.

Par la publication d’un décret au Journal Officiel, le gouvernement vient de légitimer totalement les projets d’usine des 1000 Vaches dans la Somme et des 1000 Veaux dans la Creuse en relevant la capacité d'accueil de 400 à 800 bovins. Au-delà de 400 bovins, une étude d’impact sur l’environnement était obligatoire. Désormais, une simple déclaration en préfecture suffit pour ouvrir une ferme-usine. 

une opposante à la ferme des 1000 veaux dans la Creuse explique:

“Les bovins ont à peine 3m2 pour bouger. Ils sont engraissés dans la Creuse et abattus en Ile- et-Vilaine, on les transporte sur plus de 500 km. Destinés au marché du sud de la méditerranée, ils sont égorgés à vif mais une partie de la viande est destinée au marché français. Elle revient dans nos circuit sans mention aucune ni sur le type d’élevage, ni sur l'abattage."

Dans ces élevages, il y a bien sûr un risque accru de maladies et de mutation des virus et donc l’utilisation d'antibiotiques est massive, contribuant au développement de l'antibio résistance chez les humains.

BOYCOTTEZ INTERMARCHE

Dans 8000 m2 sans aucune lumière du jour, et sans aucun accès à l'extérieur, cette ferme de la Creuse va engraisser environ 1.400 veaux par an. Les animaux y resteront environ 200 à 240 jours, pour doubler leurs poids.

Le client et distributeur exclusif de cette viande bas de gamme et pleine de souffrance est INTERMARCHE! vous savez, ceux qui font de la pub pour le fait qu'ils sont distributeurs éleveurs, et que c'est pour ça que leur viande est meilleure! du greenwashing ou je ne m'y connais pas!

Un autre cadeau aux éleveurs:  les exploitants n'ont plus l'obligation  de se soumettre à un contrôle périodique effectué par un organisme agréé par l'état!  

torturez en paix bonnes gens, le gouvernement veille à vous couvrir!

Le gouvernement encourage l’élevage intensif

Voir les commentaires

LES DEPUTES REFUSENT LES CAMERAS VIDEOS ET LES VISITES INOPINEES DANS LES ABATTOIRS

20 Décembre 2016, 16:41pm

Publié par BB

Les députés ont REJETE la semaine dernière, l’une des mesures phares de la proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir, (commission pilotée par Olivier Falorni, et mise en place à la suite des maltraitances révélées par les vidéos de L214 dans des abattoirs français), à savoir l'INSTALLATION DE CAMERAS VIDEOS DANS LES ABATTOIRS. 

C’est à la demande de certains écologistes, des centristes et LR, que l'article visant à rendre obligatoire l'installation de caméras dans toutes les zones des abattoirs où des animaux vivants sont manipulés, a été supprimé, alors que cette mesure est plébiscitée par 85% des Français.  Ces élus se moquent donc clairement de l'avis du peuple français, et n'ont fait qu'obéir au lobby de l'élevage!

Ils ont aussi obtenu la suppression d'un autre article qui proposait d' autoriser les parlementaires à visiter les établissements d'abattage de façon inopinée, éventuellement accompagnés de journalistes.

les tortures vont donc pouvoir continuer tranquillement, hors des yeux de tous les citoyens et élus!

Honte à eux, et souvenez vous en quand vous voterez!

Jugeant le texte "complètement vidé de sa substance, presque massacré", M. Falorni a voté contre la proposition de loi réécrite, et a déploré dans un communiqué la position "extrêmement conservatrice de la commission" et "fermée" du ministère. 

LES DEPUTES REFUSENT LES CAMERAS VIDEOS ET LES VISITES INOPINEES DANS LES ABATTOIRS

Voir les commentaires

LA GASTRONOMIE VEGETALE FAIT UN BON EN AVANT

20 Décembre 2016, 16:14pm

Publié par VGBIO

un article du Monde nous annonce une excellente nouvelle!

extrait:

"Petit séisme sur la planète gastronomie. Début décembre, le comité des Bocuse d’or, prestigieuse compétition internationale qui se déroule tous les deux ans à Lyon, a annoncé le thème sur lequel les vingt-quatre finalistes de l’édition 2017 allaient plancher en janvier : une assiette 100 % végétale. Pour la composer, les candidats devront se passer de toute protéine animale (y compris les œufs, le beurre ou la gélatine de porc), mais pourront piocher dans une vaste sélection de fruits, légumes, céréales, légumineuses, graines, d’herbes et épices. Une première. « C’est le trentième anniversaire du Bocuse d’or, explique le chef trois étoiles Régis Marcon, président du comité d’organisation. Il fallait marquer le coup et s’inscrire dans l’air du temps. Cela dit, nous n’avons pas choisi ce thème parce qu’il est tendance mais parce qu’il représente un challenge pour les compétiteurs. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/12/16/le-sacre-des-legumes_5050198_4497186.html#P00kS2p9AYuq6eTG.99

cela aurait été impensable il y a seulement 4 ou 5 ans! et ça ouvre des perspectives, car ces chefs, une fois qu'ils auront bien bossé pour se préparer le gagner le bocuse d'or, mettrons alors leurs nouveaux savoir faire sur leurs cartes!

on avance les amis!

la preuve aussi cette interview de  Thierry Marx dans télérama:

http://www.telerama.fr/sortir/thierry-marx-se-nourrir-en-2050-ce-sera-manger-moins-mais-manger-mieux,150902.php#xtor=EPR-126-newsletter_tra-20161205

 A la question: quels sont les enjeux qui vont peser sur le contenu de nos assiettes ?

il répond:

"Parmi les enjeux les plus importants,... se pose le problème de la pénurie de l'eau. Cela signifie que nous allons être obligés de végétaliser de plus en plus notre alimentation. Pour produire un kilo de bœuf, il faut 14 000 litres d'eau. Dans ces conditions, faut-il continuer à faire des élevages de masse ou arrêter de manger de la viande, du moins diminuer sa consommation ? Dans nos assiettes, il faudra qu'il y ait demain beaucoup moins de protéines animales. On a déjà amorcé ça, et je pense que les dix prochaines années vont aller dans le sens de cette loi des 80/20 – 80 % de végétal, 20% de protéines animales. Aujourd'hui, il y a de belles avancées dans l'utilisation des protéines végétales : on arrive par exemple à faire une mayonnaise avec du jus de cuisson de pois chiches, il suffit de l'émulsionner, il a la même teneur en protéines qu'une albumine d'oeuf."

LA GASTRONOMIE VEGETALE FAIT UN BON EN AVANT

Voir les commentaires

Pour Yannick Jadot « la chasse constitue une jouissance particulière du bien commun qu’est la nature »

19 Décembre 2016, 23:24pm

Publié par VGBIO

SOUVENEZ VOUS DE CELA QUAND VOUS IREZ VOTER!

interview de Y. Jadot dans le magasine "chassons.com"

Magazine Chassons.com : Pensez-vous qu'il soit possible de trouver un juste équilibre entre la chasse et la protection de la faune sauvage ?

Yannick Jadot : Oui, c’est possible. Pour commencer, je voudrais insister sur un point : la préservation de la faune sauvage et de ses habitats est de l’ordre de l’intérêt général, là où la chasse constitue une jouissance particulière du « bien commun » qu’est la nature. Et vous avez tout autant intérêt que nous à ce que la nature se porte bien, la pérennité de votre loisir en dépend. Quand il est question du vivant, il n’y a pas d’équilibre figé, vous le savez tout autant que moi. Le plus important à mon sens, c’est de créer des espaces d’échanges et de débats pour réévaluer régulièrement la situation et ajuster ce qui doit l’être. Pour cela, il faut démocratiser les instances décisionnaires.

Aujourd’hui, nous sommes malheureusement encore dans un corps à corps entre lobbies de la chasse et lobbies environnementaux, où celui qui pèse le plus gagne, et où le risque à chaque instant est que la nature soit perdante, c’est-à-dire vous comme nous. Alors pourquoi tant de difficultés à s’écouter ? Dans le même sens, quand j’entends crier haro sur la législation européenne environnementale, cela me désole.

Ces textes sont nécessaires pour gérer les sujets de dimension internationale, comme le cas des grands migrateurs. Ils sont le fruit d’un laborieux compromis entre pays et lobbies, plus ou moins bien traduits en droit national, et somme toute pas si contraignants que cela. La directive « oiseaux » constitue un cadre de base, notamment au regard des dates de chasse, et il n’est pas question pour moi de la remettre en cause

............................

Magazine Chassons.com : Y a-t-il des modes de chasse que vous autoriseriez et d'autres que vous souhaiteriez supprimer et pourquoi ?

Yannick Jadot : Pour répondre à cette question qui soulève les passions, le mieux est de partir des conditions constituant des préalables à la chasse. Seules les pratiques sélectives, concernant des espèces en bon état de conservation – donc qui ne mettent pas en danger les populations animales, gibier ou non -, non cruelles, compatibles avec les autres usages des milieux naturels et respectueuses des lois et règlements, européens et nationaux, ont leur place dans la France du XXIème siècle.

Que du bon sens, de l’éthique, du civisme, en réalité. J’entends les arguments qui veulent justifier certaines pratiques, comme la chasse à la glu, à la matole, la chasse à courre ou encore le déterrage, au nom d’usages ancestraux. Mais le respect d’une tradition passe après les conditions que je viens d’énoncer. Se pose aussi la question de la chasse commerciale, souvent adossée à l’installation d’enclos de chasse, qui morcellent les milieux naturels et font obstacle à la circulation des espèces. Je souhaite qu’elle soit mieux encadrée, et que le préfet puisse la réguler dans chaque département. Et la consultation encours sur le retour de la chevrotine est anachronique : cette arme a pour objectif de blesser plus que tuer, elle génère de la souffrance animale inutile, sans parler du risque aggravé pour les chasseurs compte tenu de l’effet rebond. Et, bien entendu, les espèces protégées ou d’autres en difficulté, qui ne devraient pas être chassées le temps de reconstruire les effectifs.

 

Pour Yannick Jadot « la chasse constitue une jouissance particulière du bien commun qu’est la nature »

Voir les commentaires

MARINE LE PEN AIME LA CHASSE ET LES CHASSEURS

19 Décembre 2016, 23:08pm

Publié par VGBIO

SOUVENEZ VOUS DE CELA QUAND VOUS IREZ VOTER!

interview dans le magasine de chasse 

Magazine Chassons.com : Qu’est ce que la chasse représente pour vous ? 

Marine Le Pen : 

C’est un marqueur de l’Homme ! La chasse a joué un rôle clef dans notre destin et elle dépasse la fonction purement alimentaire. Elle est même un vrai morceau de patrimoine : un art de vivre, un concentré de traditions, indispensables à la préservation de la ruralité et à la régulation de la faune, tout en respectant la flore. C’est aussi une tradition populaire fortement ancrée dans notre pays.
Je pense enfin que la chasse est un point d’équilibre entre l’Homme et son environnement. L’écologie, le respect de la biodiversité auront une place centrale dans le monde de demain, pour rénover les pratiques, pour mieux produire, mieux consommer et pour relancer notre activité économique. Or, il ne faut pas hésiter à dire que les chasseurs sont les premiers écologistes et reconnaître leur rôle éminemment positif, tant les actions qu’ils mènent sur ce terrain sont nombreuses : régulation des nuisibles, gestion des espaces et des espèces, plantation de haies, entretien des milieu humides, suivi de la faune…

Magazine Chassons.com : Les chasseurs ont la sensation d'être chassés avant les élections et généralement peu aidés après, en quoi nos lecteurs peuvent-ils avoir confiance en vous en ce qui concerne la défense de la chasse et de ses traditions ?

Marine Le Pen : 

.....................

c’est bien le retour de notre indépendance que je porte qui permettra d’améliorer la situation des chasseurs. Pour sortir de ce cycle, il convient également de revoir la place que nous accordons aux chasseurs dans l’élaboration des politiques, en les plaçant au centre des politiques environnementales, en sollicitant les chasseurs pour toutes les actions de conservation des espèces mais aussi des espaces. Nos députés au parlement européen travaillent beaucoup sur ces sujets, en multipliant les déplacements, les contacts avec le terrain, loin de tout lobbying.

Vous l’avez compris, ma conception de la chasse et de son rôle participe aussi de la volonté de repenser l’aménagement du territoire et de défendre la ruralité. Et il y a urgence : la France des oubliés s’inscrit au cœur de mes préoccupations !

 

............................

Et enfin les chasseurs ont fait les frais de l’idéologie de la commission européenne et de la soumission des autorités françaises aux diktats de Bruxelles. Ils savent très bien ce que veut dire le retour à la souveraineté nationale que je suis la seule à porter et qui est la condition du redressement. Ils savent que ce n’est pas à des comités d’experts bruxellois, éloignés des réalités du terrain, que doit revenir la décision d’ouvrir la chasse ou de dresser la liste des animaux protégés.

Voir les commentaires

EELV écarte la vidéosurveillance comme moyen de lutte contre la violence dans les abattoirs

19 Décembre 2016, 23:00pm

Publié par VGBIO


rappelez vous bien de cela quand vous irez voter!

La députée écologiste Brigitte Allain a contribué à supprimer l'obligation de contrôle vidéo des abattoirs de la proposition de loi sur les conditions d'abattage.

Communiqué de la COMAGRI d'EELV, du 15 décembre 2016

 

Scandales dans les abattoirs

Apporter de vraies alternatives pour une « mort digne des animaux »

L’association L214 a révélé un scandale devant lequel on a fermé les yeux depuis des dizaines d’années malheureusement. Aujourd’hui, face à ce scandale, certaines solutions telle la vidéo surveillance généralisée est envisagée dans les abattoirs et suscitent des débats passionnés et des incompréhensions.

Pour la commission agricole d’Europe Écologie les Verts, la véritable réponse se trouve dans la recherche d’alternatives à tous les stades pour une bientraitance de la naissance à la mort de l’animal et dans un nécessaire dialogue constructif loin des oppositions stériles.

L’élevage industriel a massifié la production alimentaire et l’animal est devenu une chose dans des ateliers hors sols de plus en plus importants. Les techniques ont fait le reste en appauvrissant les savoir-faire de tous les professionnels soumis aux logiques déshumanisantes du marché. «On ne pense plus, on compte ».

* C’est en améliorant les pratiques à tous les stades avec l’ensemble des acteurs concernés

* C’est en réorientant les financements vers des nouveaux modèles d’abattoirs tels que les abattoirs mobiles

* C’est en formant le personnel et en revalorisant l’ensemble des métiers

Que nous renouerons avec des systèmes d’élevage qui respectent les animaux de leur naissance à leur mort.

Voir les commentaires

Le collectif AnimalPolitique propose un manifeste aux candidats aux élections

19 Décembre 2016, 13:29pm

Publié par VGBIO

 30 propositions pour mettre la condition animale au coeur des enjeux politiques

Publié il y a quelques semaines, par 26 associations réunies autour de ce texte, il réclame des droits pour les animaux en détaillant 30 propositions concrètes à mettre en oeuvre.

Il a déjà été signé par Y. Jadot. Jean Luc Mélenchon a reçu Bernard Marie de la fondation BB, pour une réunion de travail autour de ces propositions et donnera sa position bientôt.

Certains députés l'ont déjà signé aussi.

le site est ici:

http://www.animalpolitique.com

 

 

Voir les commentaires

2017 : OBJECTIF LUTTE CONTRE L’ERRANCE FÉLINE

19 Décembre 2016, 13:21pm

Publié par VGBIO

UNE CAMPAGNE DE ONE VOICE, à soutenir, bien sûr:

10,7 millions de chats sans abri, des centaines de milliers tués chaque année… Cela ne peut plus durer. Pour les félins sans famille, One Voice demande aux candidats à la présidentielle un plan d'action qui mette enfin un terme à l'errance et aux souffrances qui y sont associées.

Ils s'appellent Sheila, Mahalo, Félix, Monsieur Chat… Ils ont eu un foyer mais un jour ont été jugés indésirables. Pour eux, le temps de l'errance a alors commencé. Trouver un abri contre le froid ou la pluie, trouver à manger et à boire, se protéger des agressions, celles des autres chats, des chiens et des humains aussi. Car dans la rue, les chats sont victimes de mille sévices : jets de pierre, brûlures, coups… Autant d'épreuves auxquelles il leur faut survivre au quotidien.

Quelques-uns, néanmoins, ont un jour la chance de croiser un humain bienveillant. Quelqu'un qui les aidera un peu, ou les adoptera pour leur offrir une nouvelle famille et qui, cette fois, ne les trahira pas. Mais malgré ces femmes et ces hommes qui, pour certains, consacrent leur vie à les aider, le problème ne faiblit pas. Il ne cesse même de s'aggraver. Car à l'origine de l'errance, à la base de la surpopulation féline, il y a le taux de reproduction: en sept ans, on estime qu'une chatte et sa progéniture peuvent donner naissance à plus de quatre-cent-mille petits… Alors bien sûr, il y a ceux qui sont jetés à la rue, mais aussi ceux qui y naissent.

One Voice demande aux autorités de réagir. Il est temps que cela cesse. Elle réclame un plan national de lutte contre l'errance féline en France, avec notamment la stérilisation obligatoire et l'interdiction de la vente d'animaux par petites annonces (papier et Internet). À l'approche des élections présidentielles de 2017, c'est une des questions auxquelles l'association va demander aux candidats de répondre. Car l'errance est un problème d'ordre public, qui est non seulement cause de maltraitance, mais aussi de nuisances environnementales.

Pour eux, et à l’approche des présidentielles, One Voice se mobilise pour rendre la stérilisation obligatoire et interdire la vente d’animaux par petites annonces sur Internet. Un plan national de lutte contre l’errance féline en France est réclamé par l’association qui va interpeller les candidats à ce sujet grâce à une question spécialement préparée par notre équipe juridique.
 

Le sujet de l’errance concerne tout le monde. C’est non seulement l’une des premières causes de maltraitance, mais c’est aussi une source de nuisances environnementales. Les défenseurs des chats n’en peuvent plus de faire face à tant de cruauté. Rappelons également que les refuges débordent et que les fourrières pratiquent des euthanasies à la chaîne, financées en grande partie par les contribuables, sans que cela ne résolve en rien le problème… sinon ajouter encore de la souffrance.
 
Cela doit cesser. Le gouvernement doit régler le problème en amont en stoppant le flux incontrôlé et constant de naissances des chatons et leur commercialisation irresponsable, de même que les euthanasies de masse. Pour les chats sans famille, le temps du respect est venu !

 

Vous pouvez aidez les chats sans famille en soutenant notre campagne.

 
2017 : OBJECTIF LUTTE CONTRE L’ERRANCE FÉLINE

Voir les commentaires

LES EURODEPUTES BOVE (EELV) et ANDRIEU (PS) DEMANDENT L'AUGMENTATION DES QUOTAS DE LOUPS A ABATTRE

11 Décembre 2016, 23:48pm

Publié par VGBIO

VOILA LA LETTRE HONTEUSE qu'ils ont osé adresser, main dans la main, à S. Royal et Le Foll. Cette lettre est bourrée de contre-vérités. Le seuil de 36 loups est déjà honteusement haut et ne permet plus de renouveler la population, qui n'est plus en expansion. De plus, on rappelle que le loup est une espèce protégée.

Les éleveurs sont grassement indemnisés quand ils ont des pertes, même s'il n'est pas prouvé que ce sont des loups qui ont tué les moutons.........la crise de la filière ovine n'est pas du tout dûe au retour du loup en France, c'est juste un bouc émissaire!

ces gens sont vraiment des nuisibles, pas les loups! rappelez vous de ne jamais voter EELV ou P"S"!

 

Eric Andrieu
José Bové
Membres du Parlement Européen

Madame la Ministre de l’Environnement, Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

Le 1er décembre 2016

Plusieurs troupeaux de brebis du Sud-Aveyron ont subis ces derniers jours des attaques, vraisemblablement causées par le loup. Des dizaines de brebis ont été tuées, de nombreuses autres sont blessées. Et des impacts collatéraux sur les élevages sont encore à prévoir que l’indemnisation de l’Etat ne couvrira pas : stress des paysans, stress du troupeaux et possibles avortements, nécessaire renouvellement du troupeau suite aux pertes, etc.

Nombres des fermes victimes n’en sont pas à leur première attaque, mais ne peuvent se résoudre à s’installer dans la peur du prédateur. Les réitérations semblent pourtant sans limite.

Les éleveurs dénoncent, à juste titre, des procédures de constat opaques : ils n’ont pas accès au double du constat établi par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage suite aux attaques, aux résultats d’analyse ADN, aux vidéo-surveillance installées et peinent à obtenir des réponses. Et à la difficulté de soigner un troupeau blessé, s’ajoute l’incompréhension et la colère face à la rétention d’information de l’administration.

Le plafond de prélèvement autorisés, 36 loups jusqu’au 30 juin 2017, a déjà été atteint. Il n’est donc absolument pas suffisant, d’autant qu’il ne représente que 10% des loups présents sur le territoire, alors que leur accroissement naturel est de 20% par an. Il doit donc être renforcé d’urgence, et nous vous demandons de prendre de nouvelles dérogations.

Le loup, toujours protégé en France, gagne du terrain, s’installe dans de nombreux territoires. Il s’attaque à des troupeaux de plein air, à des élevages installés dans des milieux difficiles. Le pâturage dans ces zones contribue pourtant au maintien de paysages ouverts et à la biodiversité cultivée.

L’agriculture industrielle n’a rien à craindre du loup, c’est bien l’agriculture de qualité et paysanne qui est encore mise à mal. Ce sont ces outils de travail que nous vous demandons

aujourd’hui de défendre. L’Etat doit permettre aux éleveurs et bergers de pratiquer leur métier dignement.

Nous vous prions de croire, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, à l’assurance de notre haute considération.

Eric ANDRIEU José BOVÉ 

LES EURODEPUTES BOVE (EELV) et ANDRIEU (PS) DEMANDENT L'AUGMENTATION DES QUOTAS DE LOUPS A ABATTRE

Voir les commentaires

ABATTAGE DE 18000 CANARDS DANS LE TARN

2 Décembre 2016, 22:55pm

Publié par VGBIO

Après que le conseil régional a utilisé une partie de nos impôts pour financer la cruelle filière du foie gras à hauteur de 5,5 millions d'euros dans la région Occitane, 18000 canards viennent d'être abattus (dans quelles conditions????) dans le Tarn, car des foyers de grippe aviaire y ont été détectés.

Bien sûr, Le Foll a tout de suite accusé les oiseaux migrateurs, une fois de plus! Or, on sait bien que c'est dans les élevages industriels comme ceux du sud ouest que se développent ces virus pathogènes...........

Voici ne qu'en dit la LPO:

"Les oiseaux sauvages ainsi affectés succombent très vite à ce virus, le taux de mortalité constaté est estimé à 100%. Ils apparaissent alors comme des vecteurs inefficaces dans le mécanisme de propagation de cet Influenza aviaire.

Pour rappel, ce virus a été détecté pour la première fois sous sa forme peu contagieuse aux États-Unis en 2008 puis en Californie en 2014. Il a en revanche fait son apparition sous sa forme contagieuse en Asie : en janvier et en septembre 2014 en République de Corée, en avril 2014 au Japon et en octobre 2014 en Chine.

L’expérience observée lors des dernières épizooties des différents sous types d’Influenza aviaire dont celui du H5N1 nous apprend que si les oiseaux sauvages sont les hôtes naturels des virus grippaux, ils jouent un rôle mineur dans les mécanismes de propagation des virus du fait de leur caractère pathogène et de l’extrême sensibilité des oiseaux infectés qui ne sont alors plus en mesure de se déplacer.

En revanche, les élevages de volailles domestiques, le plus souvent industriel, offre des conditions idéales notamment de résistance, de promiscuité, de densité et de confinement pour que ces virus aviaires acquièrent leur caractère pathogène. En effet, les souches de grippe aviaire rencontrées chez les oiseaux sauvages sont le plus souvent relativement bénignes tandis que celles rencontrées chez les oiseaux domestiques élevés en batterie dans des conditions stressantes, acquièrent un caractère hautement pathogène. Du fait d’une densité de population élevée, le virus de la grippe est hautement mutagène. Ainsi, dans les unités d’élevage industriel, le virus a la capacité de muter rapidement vers des formes hautement pathogènes.

Dans un contexte de mondialisation des marchés, la faculté des Influenza aviaires à se propager rapidement d’un pays à l’autre, d’un continent à un autre est résolument l’affaire des échanges et des transports commerciaux. Ils sont indéniablement comme des vecteurs bien plus efficaces que les oiseaux sauvages pour permettre la propagation des Influenza comme pour la plupart des autres virus."

 

Donc, la France ne recouvrera pas son statut de pays indemne d'influenza aviaire, indispensable pour pouvoir exporter volailles et foie gras hors d'Europe.

Le Foll s'est même vanté du fait que ces foies cruels seraient bien présents sur les tables en France, ajoutant que c'est le statut indemne qui permet ensuite de pouvoir exporter sans aucun problème. Donc, français, réjouissez vous, vous allez écouler la production que les pays hors d'Europe refuse de consommer pour des raisons sanitaires! bon appétit!

Il est plus que temps d'arrêter les cruelles pratiques de gavage et de cesser d'entasser de pauvres bêtes dans des cages (illégales au niveau européen, mais toujours en service en France, avec la bénédiction de Le Foll, bien sûr)

Combien le conseil régional va leur donner cette fois ci, pour qu'ils abattent leurs canards peu de temps après! CES SUBVENTIONS DOIVENT CESSER!

Pour ces fêtes de fin d'année, tournez vous donc vers le faux gras, délicieux, sain et sans cruauté.

 

ABATTAGE DE 18000 CANARDS DANS LE TARN

Voir les commentaires

1 2 > >>