Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #loups

Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent ! Épisode 4

19 Novembre 2015, 23:41pm

Publié par VGBIO

Ces dernières semaines l’ASPAS a filmé des moutons en zone de tirs de loups.

Le résultat est sans appel : beaucoup trop d’éleveurs ne font pas correctement leur boulot. Des brebis offertes en pâture aux loups, c’est le meilleur moyen de favoriser la prédation… et d’ordonner l’abattage des loups !

Ces dernières images ont été tournées à La Roque- Esclapon (Var), quelques jours après une prédation sur un troupeau de cette commune qui a fait grand bruit dans les médias. Toujours pas de chien de protection, ni de présence humaine, et en prime une clôture, pas même électrifiée, qui s'apparente à du gruyère... Et pourtant, sur ce secteur, 4 loups ont déjà été abattus sous prétexte de protection des troupeaux.

Voir les commentaires

L'HECATOMBE DE LOUPS CONTINUE .................

16 Novembre 2015, 21:35pm

Publié par VGBIO

des infos terrifiantes données par CAP LOUP:

 

Un loup a été braconné dans les Alpes-de-Haute-Provence

L’information provient des services de l’État, sans plus de précision.

Avec les 24 loups abattus légalement, ceci porte donc officiellement à 25 le nombre de loups détruits volontairement depuis juillet (sur un « plafond » autorisé de 36 pour l’année 2015-2016).

En plus, deux loups ont été tués par collision routière : un dans les Alpes-de-Haute-Provence et un dans les Bouches-du-Rhône. Il conviendrait de connaître le résultat des analyses toxicologiques, si toutefois elles ont été effectuées, pour savoir si ces loups ont pu être préalablement empoisonnés. Si tel était le cas, ces deux loups devraient être décomptés du « plafond » de 36.

Enfin, on est sans nouvelle d’éventuelles analyses concernant quatre loups : celui trouvé mort le 15/8 à Hyères, dans le Var (braconnage et/ou collision routière ?) ; le très probable loup tué le 30/10 à Saint-Léon-sur-l’Isle, en Dordogne (confirmation de l’espèce et origine ?) ; la louve trouvée morte le 1/11 à Freney, en Savoie (mort naturelle ou non ?) : la louve trouvée morte le 11/11 à Modane/Saint-André en Savoie (mort naturelle ou non ?).

En conclusion, officiellement depuis juillet : 24 loups tués « légalement » + 1 braconné + 6 tués sans cause volontaire officiellement connue pour le moment. Sans compter bien sûr les cas de braconnage non décelés.

31 loups sont morts en France, alors que c'est une espèce protégée! c'est la mère Royal qui doit jubiler! les tueurs vont atteindre les 36 et plus même donc..................

REVOLTANT!

L'HECATOMBE DE LOUPS CONTINUE .................

Voir les commentaires

LES ITALIENS SAUVENT LES LOUPS, ILS NE LES EXTERMINENT PAS COMME EN FRANCE

16 Novembre 2015, 20:08pm

Publié par VGBIO

voyez ici cette vidéo, qui montre le sauvetage et la réhabilitation d'un loup trouvé en hypothermie dans une rivière en Italie, un beau sauvetage et espérons longue vie à cet animal!

on voit la différence d'intelligence, de rapport à la faune sauvage, et de moyens mis en oeuvre pour les sauver quand besoin s'en fait sentir!

la mère Royal, et ses équipes de tueurs devraient en prendre de la graine!

 

merci et bravo aux italiens!

LES ITALIENS SAUVENT LES LOUPS, ILS NE LES EXTERMINENT PAS COMME EN FRANCE

Voir les commentaires

Les brebis offertes aux prédateurs, les loups offerts aux chasseurs

13 Novembre 2015, 20:37pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse ASPAS, le 13 novembre 2015

 

L’ASPAS le prouve avec une série de vidéos : trop d’éleveurs ne gardent pas leurs troupeaux dans les zones à loups. Résultat : les brebis se font attaquer. En représailles, 24 loups ont été tués depuis juillet 2015, dont 5 ces deux dernières semaines !* Les préfets continuent de multiplier les arrêtés autorisant l’abattage de cette espèce protégée. Autre résultat : les populations de loups sont désormais en régression.

Officiellement, tuer un loup est une mesure exceptionnelle destinée à protéger des troupeaux « pour lesquels des moyens de protection auraient été inefficaces ». Dans les faits, les mesures de protection minimales ne sont souvent même pas mises en place ! Pourtant, la décision d'abattre un loup est ordonnée. L’ASPAS ne cesse d’en faire le constat et le prouve une nouvelle fois, avec la 3ème opus de la série Quand le berger n’est pas là, les brebis trinquent.

Ces nouvelles images ont été tournées à Puy Saint-Eusèbe dans les Hautes-Alpes, pour toujours le même constat : une clôture ridicule, pas de chien de protection, pas de berger. Rien.

Autorisée à des milliers de chasseurs, cette chasse aux loups se fait avec des armes dignes de la guerre. Elle est néfaste à notre biodiversité, illégale et inefficace. Pour preuve, nombreux sont les préfets qui ordonnent de nouveaux tirs, seulement quelques jours après avoir abattu un loup sur le même secteur. Pour la première fois depuis leur retour en 1992, les loups sont en régression en France. C’est bien leur éradication qui est programmée.

Aujourd’hui, la Ministre de l'Écologie et les préfets mettent en péril une espèce protégée avec cet abattage massif ! L'ASPAS continuera de prouver l’illégalité des tirs de loups, et d’attaquer en justice ces mesures inadmissibles auprès des Tribunaux afin de faire respecter la loi et la nature.

L'ASPAS en appelle à la responsabilité de la Ministre de l'Écologie et du Président de la République qui devraient être les garants des lois, et des engagements pour la protection de la biodiversité à quelques jours de la COP21.

*Une soixantaine de loups a été légalement abattue depuis 2004.

Voir l'épisode 1 dans les Hautes-Alpes
Voir l'épisode 2 dans la Drôme

Voir les commentaires

Au lieu de protéger les troupeaux, les éleveurs cassent de l’écolo !

10 Novembre 2015, 20:34pm

Publié par VGBIO

je relaye cet article de l'ASPAS:

 

Hier, pendant qu’Allain Bougrain Dubourg se faisait tabasser à coups de pelle par un braconnier en slip, d’autres exactions avaient lieu à Balsièges en Lozère. Des défenseurs de la nature étaient agressés par des éleveurs de moutons parce qu’ils osent aimer les loups. Pendant ce temps sur le terrain, des brebis sont offertes à tous les voleurs et à tous les prédateurs : non, les éleveurs sont loin de tous faire correctement leur travail. Des vidéos sur le terrain le prouvent, et font le buzz dans les réseaux sociaux.

Sur le terrain, on constate nettement moins d’énergie à garder les brebis qu’à se défouler sur des militants pacifiques, comme c’est le cas dans la zone bien nommée Glandage, en Drôme. Des bénévoles de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) ont filmé de nombreux pâturages, délimités par des barrières ridicules qu’un teckel peut franchir sans peine. Et là, point de berger, point de chien de protection, rien. Situation exceptionnelle ? Pas du tout ! D’autres vidéos prises dans d’autres zones à loup circulent déjà, et l’ASPAS promet d’en diffuser de nouvelles.

 

Ces brebis non gardées, au milieu des loups, ne peuvent qu’attirer les prédateurs et en être victimes. Les préfets prennent alors des décisions injustes, à la limite de la légalité : ils ordonnent de tuer des loups ! L’ASPAS vient de prouver qu’il s’agit d’une véritable chasse au loup, espèce protégée, et non une protection des troupeaux comme l’exige la loi. L’ASPAS demande des comptes au ministère de l’Environnement.

Après le scandale des prises d’otage de responsables de Parcs et autres manifestations brutales, il est temps que la ministre et ses préfets arrêtent de céder à la violence. L’ASPAS demande que les bergers ne protégeant pas leurs troupeaux ne soient plus subventionnés ni indemnisés en cas d’attaque. Il s’agit de l’argent de nos impôts !

Voir le communiqué de presse et l’épisode 1 dans les Hautes-Alpes

 

Voir les commentaires

Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent !

6 Novembre 2015, 19:25pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse ASPAS , le 06 novembre 2015

 

 

L'ASPAS a filmé des moutons il y a quelques jours en zone de tirs de loups. Le résultat est sans appel : beaucoup trop d’éleveurs ne font pas leur boulot. Des brebis offertes en pâture aux loups, c’est le meilleur moyen de favoriser la prédation… et d’ordonner l’abattage des loups ! Et là, ce sont les loups qui trinquent aussi…

La vidéo a été prise fin octobre 2015, sur les communes de Veynes, Saint-Julien-en-Beauchêne et Dévoluy (Hautes-Alpes).

Dans ce secteur où des loups s’en prennent parfois au bétail, deux loups ont été légalement abattus en août et septembre, ce qui n’a pas empêché la prédation de continuer et le préfet d’ordonner le tir d’un autre loup.

L’État considère que les éleveurs ont « mis en place des moyens de protection », et que les tirs de loups sont ordonnés « en l’absence d’autre solution satisfaisante ». Vraiment ?

La vidéo montre la facilité avec laquelle n’importe quel prédateur peut atteindre ces brebis placées derrières des clôtures dérisoires. Ces filets électrifiés, utilisés par la plupart des éleveurs, sont hauts de 80 cm à 1 m, quand ça n’est pas beaucoup moins s’ils sont mal installés. Ils sont pratiques pour contenir les ovins, mais n’importe quel canidé peut sauter par dessus ! Nos observateurs ont pu très facilement atteindre le cœur des troupeaux sans être inquiétés par le moindre chien de protection, car il n’y en avait pas.

Ni berger, ni protection efficace : ces moutons sont littéralement livrés à la prédation, dans un secteur où des loups sont présents depuis plus de dix ans !

Les éleveurs aiment-ils leurs brebis et leurs agneaux (par ailleurs destinés à l’abattoir), pour les offrir ainsi aux prédateurs ? Il ne s’agit pas d’accuser tel ou tel éleveur, mais de dénoncer un système insensé qui conduit à des tirs de loups alors que rien n’est fait pour protéger le bétail. Subventions sans contrepartie, indemnisations systématiques en cas de prédation… L’ASPAS demande que les éleveurs qui ne protègent pas leurs troupeaux ne soient plus indemnisés. Les Français, qui subventionnent les éleveurs par leurs impôts, sont très majoritairement favorables à la protection des loups. Il est insupportable que les loups soient sacrifiés pour pallier les carences d’un élevage qui refuse d’évoluer.

 

Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent !

Voir les commentaires

LE MASSACRE DE LOUPS CONTINUE ALORS QUE LES TROUPEAUX NE SONT PLUS EN ESTIVE!

31 Octobre 2015, 18:53pm

Publié par VGBIO

Ils utilisent tous les moyens, même des illégaux, en chassant la nuit avec des phares de voiture..........pour ce loup tué au Monêtier, près du parc national des Écrins, tir autorisé sur un territoire où il n’y a pas eu de problème pendant l’estive et à un moment où les troupeaux ne sont plus dans les alpages.

 

 

Communiqué FERUS, 29 octobre 2015.

Et de 16 ! La France, redoutablement efficace pour éradiquer les loups

A un mois de la COP 21 qui se tiendra à Paris, la France s’illustre de la plus honteuse des manières par son obstination à détruire les loups, une espèce pourtant protégée sur notre territoire.

Depuis le début du mois d’octobre, pas moins de 10 loups ont déjà été tués. Dont un louveteau, 2 animaux blessés et non retrouvés, probablement décédés suite à une longue agonie, et un autre tiré, puis « achevé » le lendemain (sic). Au total, seize loups ont été abattus depuis la publication des arrêtés de juillet 2015. Du jamais vu depuis le retour du loup en France il y a un peu plus de 20 ans et alors que la population estimée est en baisse…

Et tout ça dans quel but? Protéger les troupeaux nous dit-on? Ils ne sont même plus en estives. Et quand bien même, abattre un loup est une opération qui peut apparaître totalement contre-productive, avec pour résultat la fragilisation de la meute et donc l’augmentation des attaques sur les troupeaux domestiques.

Ne serait-ce pas plutôt une manœuvre politicienne consistant à aller draguer l’électeur jusque dans les rangs des chasseurs et des syndicats d’éleveurs en vue des prochaines élections? Quelle manque de clairvoyance et surtout quelle incompétence : même les agents de l’ONCFS sont écœurés de devoir appliquer ces décisions qui ne résolvent rien, bien au contraire, et qui font fi des données techniques élémentaires. Ces mêmes agents reconnaissent également combien certaines battues peuvent s’avérer hors de contrôle du fait du trop grand nombre de chasseurs présents et de la difficulté à communiquer de par l’étendue du territoire ciblé (source). Avec les dérives que l’on a déjà constatées…

On est au 21ème siècle, tous les pays reconnaissent l’urgence d’endiguer l’extinction massive de la biodiversité, et la seule solution que l’Etat français a trouvé pour faire coexister troupeaux domestiques et prédateurs, c’est de tuer ces derniers alors que bien d’autres solutions existent. Quelle honte !

LE MASSACRE DE LOUPS CONTINUE ALORS QUE LES TROUPEAUX NE SONT PLUS EN ESTIVE!

Voir les commentaires

ESTROSI CONDAMNE POUR SES MENSONGES SUR LE RETOUR DU LOUP

30 Septembre 2015, 20:13pm

Publié par VGBIO

Christian Estrosi vient d’être condamné à 10.000€ d’amende + frais de justice + €uro symbolique au Syndicat National de l’Environnement + parution dans deux journaux pour sa diffamation envers les personnels du Parc national du Mercantour. En cause? Ses propos mensongers concernant le retour du loup en France pour lesquels le SNE avait porté plainte en août 2014.

Pour rappel, il avait notamment parlé en 2014 de scandale d’état et d’escroquerie. En effet, sa théorie (et celle du milieu agricole), repose sur l’affirmation que le loup n’est pas revenu naturellement par les Alpes italiennes en 1992 mais résulte d’une réintroduction volontaire orchestrée par des écologistes fanatiques (= les agents du Parc national du Mercantour).

Il a fait appel de cette condamnation.

ESTROSI CONDAMNE POUR SES MENSONGES SUR LE RETOUR DU LOUP

Voir les commentaires

PROTEGEONS LES LOUPS

18 Septembre 2015, 18:54pm

Publié par VGBIO

un appel urgent de FERUS:

 

Malgré la baisse de la population de loups, le gouvernement français autorise le tir de 36 loups pour la saison 2015-2016, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2014-2015 (24 loups pouvaient être tués). Les loups peuvent être abattus par des milliers de chasseurs lors de leurs parties de chasse, sans aucun encadrement de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) alors même que des bavures ont été constatées. Malgré ces largesses attribuées aux lobbies de la chasse et de l’agriculture, l’Etat français ne cesse de plier toujours plus devant les menaces des éleveurs (séquestration de personnel, menace de blocage de Gap pour les derniers en date).

Le gouvernement français est rentré dans une phase de régulation voire d’éradication locale de la population de loups.

Le loup est pourtant une espèce protégée par les lois françaises et européennes*. Sa population en France est toujours vulnérable, déjà soumise à un braconnage important, et les tirs de loups ne sont pas la solution ; ils sont même contre-productifs car la déstabilisation des meutes augmente les attaques sur les troupeaux domestiques.

Plus que jamais, nous réitérons notre appel à tous les adhérents de FERUS, sympathisants et naturalistes soucieux de la conservation du loup : ne transmettez plus aucune de vos données à l’ONCFS et donc au gouvernement. Détruisez tous les indices de présence du loup (recouvrement des pistes de loup dans la neige, enlèvement des crottes trouvées sur les chemins etc.). Cet appel n’est pas dirigé contre le Réseau loup de l’ONCFS dont nous apprécions le travail rigoureux mais contre le gouvernement qui utilise ces données pour tuer davantage de loups.

PROTEGEONS LES LOUPS

Voir les commentaires

La Nausée : l’Etat offre un déluge de mesures anti-loups à des éleveurs qui menaçaient de bloquer Gap !

17 Septembre 2015, 23:08pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse, Ferus, 17 septembre 2015.

La Nausée : l’Etat offre un déluge de mesures anti-loups à des éleveurs qui menaçaient de bloquer Gap !

Des éleveurs savoyards avaient montré la voie en séquestrant le directeur du parc national de la Vanoise il y a 2 semaines (voir –> ICI). Malgré l’illégalité d’un tel acte, ils avaient reçu les félicitations du préfet qui leur avait alors offert la tête de 6 loups !

Mêmes méthodes illégales, mêmes résultats positifs

Depuis 3 jours, des éleveurs haut-alpins essayaient d’attirer l’attention au cours d’un feuilleton rocambolesque : murage de l’entrée de la préfecture (illégal), puis destruction du mur par les CRS, puis reconstruction pendant la nuit ; brebis parquées à côté de l’entrée, puis carrément devant (illégal aussi)…

Voyant que le temps passait et que les choses n’avançaient pas, furieux de voir que des éleveurs savoyards avaient obtenu ce qu’ils voulaient en l’espace d’une seule nuit, ils ont donc sorti l’artillerie lourde : la menace du blocage de Gap par 120 tracteurs!

Ça coûte pas cher et ça marche à tous les coups : ni une ni deux, une réunion est organisée mercredi, réunissant le préfet et la ministre Ségolène Royal en visio-conférence. D’après un représentant des Jeunes Agriculteurs « On a expliqué à la ministre la situation. Elle n’a pas été trop difficile à convaincre. » Ben voyons ! Prendre des décisions sous le coup de la menace, voilà une façon bien étrange de gouverner…

 

Logo du département des Hautes-Alpes détourné

Ils obtiennent en vrac : un arrêté ministériel qui autorise des tirs de défense et des tirs de prélèvement sur tout le département, la mise à disposition de 6000 chasseurs pour participer aux prélèvements de loups et 20 000 euros pour financer du matériel digne de l’armée de terre (lampes LED adaptées pour les armes de chasse, radios pour communiquer entre chasseurs, pièges-photos nocturnes pour repérer les loups et lunettes à visée nocturne). C’est Noël avant l’heure !

Incompétence à tous les niveaux

Pourtant rien de concret ne justifie cette décision : les dégâts ont baissé de 23 % entre 2014 et 2015, passant de 429 brebis tuées en 2014 à 329 cette année au 31 août (source). Rappelons également que 20 % des troupeaux des Hautes-Alpes ne bénéficiaient toujours d’aucun moyen de protection en 2014 (source) et que leurs pertes représentaient 38 % des pertes totales du département (pertes indemnisées malgré tout avec l’argent de nos impôts). Un comportement pourtant totalement irresponsable de la part de ces éleveurs quand on sait que les massifs du département sont classés en Zones de Présence Permanente du loup depuis de nombreuses années. L’état ferait mieux d’obliger les éleveurs à protéger efficacement leurs troupeaux en conditionnant l’attribution d’indemnisations à la mise en place de moyens de protection (qui ne coûtent rien à l’éleveur, car financés par l’état!). En effet, si un troupeau n’est pas protégé, à quoi cela sert-il d’éliminer un loup ? Cela n’empêchera aucunement d’autres loups de venir l’attaquer à nouveau !

Une nouvelle fois, Ferus dénonce la gabegie et l’incompétence qui règnent au plus haut niveau de l’Etat en matière de gestion du loup, espèce protégée, dans notre pays.

 

 

La Nausée : l’Etat offre un déluge de mesures anti-loups à des éleveurs qui menaçaient de bloquer Gap !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>