Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #loups

EN ITALIE, UNE BRIGADE CONTRE LE BRACONNAGE DES LOUPS

12 Juin 2016, 19:05pm

Publié par VGBIO

non, vous ne rêvez pas! c'est exactement l'inverse de la France! on a les éleveurs les plus anti loups qui soient, ici, ils ne pensent qu'à tuer et éradiquer les loups de notre pays, et comme le gouvernement est à leur solde, la ministre dite de l'environnement recrute des emplois jeunes pour flinguer les loups!!!

En Italie, les éleveurs, bien plus intelligents, ont appris à vivre avec depuis des années, alors, qu'il y a 5 fois plus de loups là-bas, soit environ 1500. Et dans ce pays, c'est une brigade anti braconnage de loups qui a été mise en place! bravo aux italiens!

Ferus nous explique tout:

"On se souvient qu’en France, une brigade loup de dix emplois jeunes a été recrutée par le ministère de l’Environnement depuis 2015 pour notamment mieux tuer des loups, conformément à une politique d’abattage contreproductive dont les quotas ont été arbitrairement fixés par avance pour principalement satisfaire des intérêts électoraux.

En Italie, où l’acceptation du sauvage est beaucoup plus profondément ancrée dans la culture et dans les cœurs, c’est à un phénomène exactement inverse qu’on assiste : dans le cadre du projet européen « Life Wolfalps » (pour la conservation du loup et la coexistence entre le prédateur et les activités économiques traditionnelles), un escadron de 10 détectives (5 hommes aguerris et 5 chiens spécialement entraînés) a été constitué il y a environ deux ans dans le but de traquer les braconniers du loup. La force de leur équipe est basée sur l’amitié ancestrale entre l’homme et le chien (2 bergers malinois, 2 labradors et un grison). L’équipe intervient dans la partie nord-ouest des Alpes italiennes mais une autre brigade existe déjà en Vénétie pour couvrir les Alpes orientales. En cas de déclenchement d’une suspicion de braconnage, l’équipe est aussitôt prête à partir sur la « scène du crime » dans divers coins du Piémont. La patrouille arpente ainsi le territoire à la recherche d’appâts empoisonnés ou de restes d’animaux morts, elle recueille des indices et prend des photographies. Les forestiers et gardiens de parcs nationaux qui la composent formulent ensuite des hypothèses qui sont transmises à la justice."

http://www.ferus.fr/actualite/italie-une-brigade-contre-le-braconnage-des-loups

rappelons que les jeunes agriculteurs de Haute Savoie ont fait interdire la mascotte du tour d' Italie, le giro, un petit loup, lors des 2 étapes qui ont eu lieu en France.......désolant! ils ont dû bien rire les italiens, de tant de bêtise!

regardez la vidéo hilarante de Guillaume Meurice sur france inter, qui a interviewé des jeunes agriculteurs de Haute Savoie, à ce propos et en a fait une chronique hilarante! et voici la petite mascotte interdite en France, des fois qu'elle aurait plu à leurs gamins...................!

EN ITALIE, UNE BRIGADE CONTRE LE BRACONNAGE DES LOUPS
EN ITALIE, UNE BRIGADE CONTRE LE BRACONNAGE DES LOUPS

Voir les commentaires

EELV PACA VEUT ERADIQUER LES LOUPS??????????????

1 Avril 2016, 14:35pm

Publié par VGBIO

je sais que c'est le 1er avril les amis, mais hélas, cette prise de position lamentable d' EELV n'est pas un poisson d'avril, c'est la triste réalité des dérives de ce parti, ...............à fuir!

 

Motion LOUP et PASTORALISME

EELV PACA :

- Réaffirme son engagement sans faille, en faveur du pastoralisme présent depuis des millénaires dans nos espaces montagnards alpins et méditerranéens.


- Reconnaît que cette activité pastorale joue un rôle essentiel de structuration des milieux naturels, que ce soit en terme économique, social, au titre de la gouvernance alimentaire locale, ou pour les bénéfices environnementaux qu'elle génère (ouverture des milieux, maintien de l'équilibre organique des
sols favorable à la biodiversité globale, prévention des risques). Sans compter la dimension culturelle, ancrée dans notre patrimoine historique et porteuse encore aujourd'hui de sens, à travers des territoires peuplés et vivants, ou la reconnaissance de la transhumance comme patrimoine culturel mondial de
l'humanité, par l'UNESCO.


- Rappelle que les grandes espèces emblématiques (loup, ours, lynx, etc) ne sont qu'un indicateur parmi d'autres de la biodiversité, et que l'action nécessaire en faveur du maintien en bon état de conservation de la biodiversité globale, ne peut se réduire à la seule défense de ces grandes espèces emblématiques.
À titre d'exemple, 80% de la biomasse globale est présente dans le sol, dans la couche d'humus, sous forme microbiologique.


- Constate l'échec de la politique actuelle de cohabitation forcée avec le loup imposée aux éleveurs, qui a été menée en France depuis 20 ans par les différents gouvernements. Pour mesurer l'échec de cette politique, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Plus de 80% des attaques ont eu lieu sur des troupeaux qui ont mis en oeuvre la totalité des mesures de protection préconisées dans le plan loup, à savoir le regroupement nocturne, les parcs électrifiés, et la présence des chiens patous. Malgré ces mesures de protection présentées comme la seule alternative possible à la prédation, en 20 ans les pertes annuelles d'animaux sont passées de 200 à plus de 9000.

Pour les seules Alpes Maritimes 2539 bêtes tuées par le loup en 2013, 2835 en 2014, 3413 en 2015.


- Constate que cet échec est directement lié au choix initial fait par la France en 1992 de placer le loup sous statut d'espèce strictement protégée, alors que l'espèce, dont la population est très dynamique, n'est nullement menacée de disparition, et qu'elle recolonise même de nouveaux territoires. Le loup, animal très opportuniste et adaptable, a parfaitement su tirer profit de ce statut pour spécialiser son comportement de prédation sur les troupeaux. Si la menace principale pèse aujourd'hui sur le pastoralisme, demain il en ira sans doute de la sécurité des personnes, mais aussi de la perte du génome loup liée aux cas inévitables d'hybridation avec les chiens, déjà attestée dans une proportion de 10 à 40% des individus étudiés en Italie.


- Affirme qu'il est temps de changer radicalement de paradigme. Il ne peut y avoir de principe de symétrie entre la proie et le prédateur. Lorsque le prédateur est protégé, la proie ne s'adapte pas, elle disparaît. Ce n'est donc pas aux éleveurs de s'adapter à la prédation, mais au loup de s'adapter à la présence
du pastoralisme. La condition de conservation dans nos territoires d'une population de loups passe donc par le fait de rendre la prédation sur troupeaux, la plus meurtrière possible pour la meute par tous moyens létaux, et cela en situation d'approche. La politique suivie actuellement revient à sélectionner un loup délinquant, car l'obtention finale de la proie (la brebis) vient systématiquement récompenser l'effort de contournement des mesures de protection.
Il s'agit donc d'inverser la menace, et que la frayeur change de camp, en rendant toute approche de l'environnement humain par la meute, impossible, ou d'une extrême dangerosité.


- En conséquence de quoi, EELV PACA demande à ce que la France se mobilise pour que l'espèce canis lupus soit sortie du statut d'espèce strictement protégée, que ce soit dans la directive habitat ou dans la convention de Berne, de façon à ce que les individus ou les meutes les plus meurtriers, soient éliminées dès qu'ils sont en situation d'approche, et non plus seulement dans un cadre dérogatoire, comme c'est le cas aujourd'hui. Pour rappel, la convention de Berne comporte 4 annexes listant le degré de protection des espèces (faune ou flore). Il s'agit donc de se mobiliser pour que le loup soit inscrit à l'annexe III (espèces de faune protégées), et non plus à l'annexe II (espèces de faune strictement protégées)


- Cette mission de régulation de la population des loups ne peut être confiée qu'à un corps de louveterie (ONCFS) spécialement formé à cet effet, ayant acquis des compétences qui font aujourd'hui cruellement défaut en France en matière de comportement du loup. Ce corps devra être entrainé aux différentes
techniques de repérage et de piégeage qui existent aujourd'hui au niveau international, dans tous les grands pays qui ont choisi de conserver une population de loups, tout en se donnant les moyens de réguler leur population en fonction des dégâts commis.

Signataires :
Denis Carel (GL Brignoles), Lionel Martin (GL Comtat Venaissin 84), Pascal Noël (GL Brignoles), Denise Reverdito (GL La Seyne), Elisabeth Roux (GL La Ciotat), Michel Passebois (GL Brignoles), Philippe Bregliano (GL Brignoles), Jean Noël Montagné (NICE), Jacques Perez (GL NICE), Elise BELTRAME (GL LA SEYNE
SUR MER), Bernard Leterrier (Maire de GUILLESTRE), Pierre GAUGAIN (Coopérateur GL BRIGNOLES).

EELV PACA VEUT ERADIQUER LES LOUPS??????????????

Voir les commentaires

20.000 MANIFESTANTS POUR DEFENDRE LES LOUPS A MADRID

26 Mars 2016, 00:50am

Publié par VGBIO

Le 13 mars 2016, une manifestation en faveur de la protection du loup ibérique était organisée à Madrid par un collectif d’associations espagnoles et l’Alliance Européenne pour la Conservation du Loup dont FERUS fait partie, avec Lobo Marley (Espagne) et Zoo Logical (Portugal).

Environ 20.000 personnes avaient répondu à l'appel, ce qui donne envie, quand on voit à peine 2000 personnes aux manifestations en France pour le loup.

En tout cas, les loups "gênent" les lobbies de l'élevage et les politiques, et ils sont à défendre partout en Europe!

20.000 MANIFESTANTS POUR DEFENDRE LES LOUPS A MADRID

Voir les commentaires

LA COORDINATION RURALE SOUTIENT LES ELEVEURS VOYOUS

3 Février 2016, 01:23am

Publié par VGBIO

La Coordination Rurale 48, sous la signature de son président Hervé SAPET, appelle à soutenir les éleveurs responsables du saccage les locaux de l’association ALEPE le lundi 9 novembre 2015 !

Alors que l’ALEPE, victime d’actes de violence et de vandalisme graves (saccage de ses locaux et injures morales), demande simplement en justice réparation de ces agissements, la Coordination Rurale 48 appelle à une mobilisation de soutien des éleveurs poursuivis pour « destruction et violences aggravées » devant le palais de justice de Mende le 4 février (voir le communiqué de la CR 48 –>ICI).

Rien ne peut justifier cette prise de position inadmissible et la Coordination Rurale serait mieux inspirée de demander à ses adhérents de protéger leurs troupeaux plutôt que d’encourager ainsi des actes de délinquance.

Le président et le conseil d’administration de l’ALEPE demandent à tous leurs adhérents, sympathisants et amis naturalistes de ne pas chercher à contre-balancer la mobilisation que semble vouloir organiser le syndicat agricole en soutien aux éleveurs-voyous devant le palais de Justice de Mende. Ne cédez pas à la provocation et laissez la justice faire sereinement son travail.

LA COORDINATION RURALE SOUTIENT LES ELEVEURS VOYOUS

Voir les commentaires

36 LOUPS ONT ETE TUES, L'HECATOMBE DOIT CESSER!

7 Décembre 2015, 18:35pm

Publié par VGBIO

communiqué de l'ASPAS le 7/12 :

 

36 loups morts, ça suffit !


Le maximum de 36 loups susceptibles d’être abattus cette saison est déjà atteint, et leurs populations sont désormais en baisse.

L’ASPAS demande l’arrêt immédiat des opérations de tirs, qui sont toujours en cours.

L’ASPAS rappelle également, vidéos à l’appui, que beaucoup de troupeaux ne sont pas gardés, et que trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu.

Nous ne laisserons pas éradiquer une espèce protégée dans notre pays.

Les loups de France disparaissent peu à peu, mais les tirs se multiplient. Ils sont désormais autorisés à plusieurs milliers de chasseurs encouragés à tuer sans véritable formation, sans contrôle ni justification. En additionnant les morts non élucidées, le braconnage et les 28 tirs officiels, 36 loups sont déjà morts à notre connaissance. Les 35 associations réunies dans le collectif CAP Loup, dont l’ASPAS est cofondatrice, ont adressé ce jour un courrier à la ministre de l’Écologie demandant l’arrêt des tirs…

 

Or, nous rappelons que le chiffre de 36, déjà largement abusif, et décidé sans concertation avec le monde scientifique, est un plafond maximum et non un quota à atteindre absolument. C’est désormais chose faite. Et ce plafond maximum risque d’être encore revu à la hausse, avec l’ajout de 15 loups supplémentaires en projet.

Pour protéger les troupeaux, il ne faut pas tuer les loups à l’aveugle, il faut… protéger les troupeaux. La défense des brebis avec des clôtures et des chiens de protection est une condition légale obligatoire avant de s’en prendre à des loups qui persisteraient dans des attaques. Sur le terrain, malgré les millions d’euros de subventions accordées à leur métier, trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu, et l’État ferme les yeux.

Nous demandons au monde politique l’arrêt du laxisme d’un côté, et l’arrêt de la violence anti-nature de l’autre. Nous demandons à l’État d’arrêter d’encourager la chasse aux loups plutôt que la cohabitation.

Voir les nouveaux épisodes "Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent"

Voir tous les épisodes

36 LOUPS ONT ETE TUES, L'HECATOMBE DOIT CESSER!

Voir les commentaires

Quand le berger n'est pas là, les brebis trinquent ! Épisode 4

19 Novembre 2015, 23:41pm

Publié par VGBIO

Ces dernières semaines l’ASPAS a filmé des moutons en zone de tirs de loups.

Le résultat est sans appel : beaucoup trop d’éleveurs ne font pas correctement leur boulot. Des brebis offertes en pâture aux loups, c’est le meilleur moyen de favoriser la prédation… et d’ordonner l’abattage des loups !

Ces dernières images ont été tournées à La Roque- Esclapon (Var), quelques jours après une prédation sur un troupeau de cette commune qui a fait grand bruit dans les médias. Toujours pas de chien de protection, ni de présence humaine, et en prime une clôture, pas même électrifiée, qui s'apparente à du gruyère... Et pourtant, sur ce secteur, 4 loups ont déjà été abattus sous prétexte de protection des troupeaux.

Voir les commentaires

L'HECATOMBE DE LOUPS CONTINUE .................

16 Novembre 2015, 21:35pm

Publié par VGBIO

des infos terrifiantes données par CAP LOUP:

 

Un loup a été braconné dans les Alpes-de-Haute-Provence

L’information provient des services de l’État, sans plus de précision.

Avec les 24 loups abattus légalement, ceci porte donc officiellement à 25 le nombre de loups détruits volontairement depuis juillet (sur un « plafond » autorisé de 36 pour l’année 2015-2016).

En plus, deux loups ont été tués par collision routière : un dans les Alpes-de-Haute-Provence et un dans les Bouches-du-Rhône. Il conviendrait de connaître le résultat des analyses toxicologiques, si toutefois elles ont été effectuées, pour savoir si ces loups ont pu être préalablement empoisonnés. Si tel était le cas, ces deux loups devraient être décomptés du « plafond » de 36.

Enfin, on est sans nouvelle d’éventuelles analyses concernant quatre loups : celui trouvé mort le 15/8 à Hyères, dans le Var (braconnage et/ou collision routière ?) ; le très probable loup tué le 30/10 à Saint-Léon-sur-l’Isle, en Dordogne (confirmation de l’espèce et origine ?) ; la louve trouvée morte le 1/11 à Freney, en Savoie (mort naturelle ou non ?) : la louve trouvée morte le 11/11 à Modane/Saint-André en Savoie (mort naturelle ou non ?).

En conclusion, officiellement depuis juillet : 24 loups tués « légalement » + 1 braconné + 6 tués sans cause volontaire officiellement connue pour le moment. Sans compter bien sûr les cas de braconnage non décelés.

31 loups sont morts en France, alors que c'est une espèce protégée! c'est la mère Royal qui doit jubiler! les tueurs vont atteindre les 36 et plus même donc..................

REVOLTANT!

L'HECATOMBE DE LOUPS CONTINUE .................

Voir les commentaires

LES ITALIENS SAUVENT LES LOUPS, ILS NE LES EXTERMINENT PAS COMME EN FRANCE

16 Novembre 2015, 20:08pm

Publié par VGBIO

voyez ici cette vidéo, qui montre le sauvetage et la réhabilitation d'un loup trouvé en hypothermie dans une rivière en Italie, un beau sauvetage et espérons longue vie à cet animal!

on voit la différence d'intelligence, de rapport à la faune sauvage, et de moyens mis en oeuvre pour les sauver quand besoin s'en fait sentir!

la mère Royal, et ses équipes de tueurs devraient en prendre de la graine!

 

merci et bravo aux italiens!

LES ITALIENS SAUVENT LES LOUPS, ILS NE LES EXTERMINENT PAS COMME EN FRANCE

Voir les commentaires

Les brebis offertes aux prédateurs, les loups offerts aux chasseurs

13 Novembre 2015, 20:37pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse ASPAS, le 13 novembre 2015

 

L’ASPAS le prouve avec une série de vidéos : trop d’éleveurs ne gardent pas leurs troupeaux dans les zones à loups. Résultat : les brebis se font attaquer. En représailles, 24 loups ont été tués depuis juillet 2015, dont 5 ces deux dernières semaines !* Les préfets continuent de multiplier les arrêtés autorisant l’abattage de cette espèce protégée. Autre résultat : les populations de loups sont désormais en régression.

Officiellement, tuer un loup est une mesure exceptionnelle destinée à protéger des troupeaux « pour lesquels des moyens de protection auraient été inefficaces ». Dans les faits, les mesures de protection minimales ne sont souvent même pas mises en place ! Pourtant, la décision d'abattre un loup est ordonnée. L’ASPAS ne cesse d’en faire le constat et le prouve une nouvelle fois, avec la 3ème opus de la série Quand le berger n’est pas là, les brebis trinquent.

Ces nouvelles images ont été tournées à Puy Saint-Eusèbe dans les Hautes-Alpes, pour toujours le même constat : une clôture ridicule, pas de chien de protection, pas de berger. Rien.

Autorisée à des milliers de chasseurs, cette chasse aux loups se fait avec des armes dignes de la guerre. Elle est néfaste à notre biodiversité, illégale et inefficace. Pour preuve, nombreux sont les préfets qui ordonnent de nouveaux tirs, seulement quelques jours après avoir abattu un loup sur le même secteur. Pour la première fois depuis leur retour en 1992, les loups sont en régression en France. C’est bien leur éradication qui est programmée.

Aujourd’hui, la Ministre de l'Écologie et les préfets mettent en péril une espèce protégée avec cet abattage massif ! L'ASPAS continuera de prouver l’illégalité des tirs de loups, et d’attaquer en justice ces mesures inadmissibles auprès des Tribunaux afin de faire respecter la loi et la nature.

L'ASPAS en appelle à la responsabilité de la Ministre de l'Écologie et du Président de la République qui devraient être les garants des lois, et des engagements pour la protection de la biodiversité à quelques jours de la COP21.

*Une soixantaine de loups a été légalement abattue depuis 2004.

Voir l'épisode 1 dans les Hautes-Alpes
Voir l'épisode 2 dans la Drôme

Voir les commentaires

Au lieu de protéger les troupeaux, les éleveurs cassent de l’écolo !

10 Novembre 2015, 20:34pm

Publié par VGBIO

je relaye cet article de l'ASPAS:

 

Hier, pendant qu’Allain Bougrain Dubourg se faisait tabasser à coups de pelle par un braconnier en slip, d’autres exactions avaient lieu à Balsièges en Lozère. Des défenseurs de la nature étaient agressés par des éleveurs de moutons parce qu’ils osent aimer les loups. Pendant ce temps sur le terrain, des brebis sont offertes à tous les voleurs et à tous les prédateurs : non, les éleveurs sont loin de tous faire correctement leur travail. Des vidéos sur le terrain le prouvent, et font le buzz dans les réseaux sociaux.

Sur le terrain, on constate nettement moins d’énergie à garder les brebis qu’à se défouler sur des militants pacifiques, comme c’est le cas dans la zone bien nommée Glandage, en Drôme. Des bénévoles de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) ont filmé de nombreux pâturages, délimités par des barrières ridicules qu’un teckel peut franchir sans peine. Et là, point de berger, point de chien de protection, rien. Situation exceptionnelle ? Pas du tout ! D’autres vidéos prises dans d’autres zones à loup circulent déjà, et l’ASPAS promet d’en diffuser de nouvelles.

 

Ces brebis non gardées, au milieu des loups, ne peuvent qu’attirer les prédateurs et en être victimes. Les préfets prennent alors des décisions injustes, à la limite de la légalité : ils ordonnent de tuer des loups ! L’ASPAS vient de prouver qu’il s’agit d’une véritable chasse au loup, espèce protégée, et non une protection des troupeaux comme l’exige la loi. L’ASPAS demande des comptes au ministère de l’Environnement.

Après le scandale des prises d’otage de responsables de Parcs et autres manifestations brutales, il est temps que la ministre et ses préfets arrêtent de céder à la violence. L’ASPAS demande que les bergers ne protégeant pas leurs troupeaux ne soient plus subventionnés ni indemnisés en cas d’attaque. Il s’agit de l’argent de nos impôts !

Voir le communiqué de presse et l’épisode 1 dans les Hautes-Alpes

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>