Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #loups

PROCES DU LOUP EN LOZERE : LE RIDICULE NE TUE PAS!

16 Septembre 2015, 20:42pm

Publié par VGBIO

Samedi en Lozère, s'est tenu le "vrai faux" procès du loup. Parmi les parties civiles, José Bové, qui rêve de voir les loups disparaître comme chacun le sait!

C'est l'avocat des paysans du Larzac, qui a eu l'idée d'organiser le « vrai faux procès » du loup.

non, le ridicule ne tue pas, sinon ces chariots auraient déjà disparu!

Lisez le déroulement de cette mascarade ici:

http://www.reporterre.net/Au-proces-du-loup-bergers-et-eleveurs-sont-reconnus-comme-victimes

Par contre, dans les Alpes maritimes, les chasseurs, eux, flinguent les loups! une belle louve tuée dimanche par un viandard!

PROCES DU LOUP EN LOZERE : LE RIDICULE NE TUE PAS!

Voir les commentaires

APRES UNE ACTION VIOLENTE, LA FDSEA OBTIENT L'ERADICATION DU LOUP EN SAVOIE

3 Septembre 2015, 18:13pm

Publié par VGBIO

Le 2 septembre, une cinquantaine d’éleveurs ont séquestré le directeur et un agent du parc national de la Vanoise (Savoie) pendant 24h. Leur revendication ? « Les éleveurs demandent l'autorisation de tuer des loups dans le cœur du parc et la mise en place de moyens réels pour prélever cinq loups en Savoie d'ici à la fin de l'année », a indiqué à l'AFP Jean-Claude Croze, directeur de la FDSEA des Savoie (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles). Les éleveurs obtiennent l’éradication du loup en Savoie avec des méthodes anti-démocratiques

COMMUNIQUE DE FERUS

L’état se couche devant les preneurs d’otages, à croire que l’illégalité et la violence, ça paye !

Suite à la séquestration par des éleveurs savoyards durant toute une nuit et une matinée du Président du Parc national de la Vanoise, de son directeur, et du chef du secteur de Modane, le préfet a fini par concéder non pas 5 mais 6 tirs de prélèvement de loup. Plutôt que de la condamner, le préfet choisit donc de soutenir voire même d’encourager une action totalement illégale et anti-démocratique. Pourtant, le rôle de ce haut fonctionnaire de l’Etat n’est-il pas de faire respecter les lois et les valeurs de la République en toute neutralité ?
Et de se renseigner ? En effet, lorsque Luc Etellin, le président du Syndicat des éleveurs de moutons de Savoie, justifie cette action par « le ras le bol des éleveurs face à l’éternelle augmentation des attaques de loups sur leurs troupeaux ovins« , il ment : au 31 août, les dégâts ont chuté de 30 % en Savoie par rapport à l’année 2014 (chiffres officiels : 452 victimes en 2014 contre 316 en 2015 [Source]).

En accordant le tir de 6 loups, c’est l’éradication pure et simple du loup en Savoie que le préfet programme, et ce pour quelques troupeaux non-protégés. En effet, à l’issue de l’hiver 2014-2015, la population minimale de loups en Savoie détectée par l’ONCFS est de 7 loups, et un loup a déjà été tué en Maurienne le 13 juillet 2015.

Et pour en rajouter encore une couche dans ce délire administratif visant à détruire une espèce protégée, le Ministère de l’Ecologie annonce étudier les possibilité de tuer des loups dans la zone coeur du Parc National de la Vanoise…
Après les tentatives de déclassement du loup auprès de la Commission Européenne, la destruction d’une espèce protégée dans un espace protégé est devenu le nouvel objectif de la Ministre de l’Ecologie !
Lâcheté, injustice, incompétence et irresponsabilité sont donc devenus les maîtres-mots de nos autorités.
Ferus dénonce cette nouvelle dérive de l’Etat et condamne l’impunité qui encourage les actions illégales de certains éleveurs.

pour rappel, l'ASPAS a attaqué la France auprès de l'UE sur ce dossier, lire ici,

http://www.aspas-nature.org/ecologie-punitive-contre-les-loups-soutenue-par-des-dizaines-de-personnalites-laspas-en-appelle-a-leurope/

APRES UNE ACTION VIOLENTE, LA FDSEA OBTIENT L'ERADICATION DU LOUP EN SAVOIE

Voir les commentaires

CES 5 LOUVETEAUX SONT EN DANGER DE MORT!

18 Août 2015, 19:12pm

Publié par VGBIO

une vidéo exceptionnelle montrant 5 louveteaux jouant dans une clairière quelque part dans les Alpes, où un arrêté a été pris par le préfet pour détruire 5 loups!

si les chasseurs tombent sur eux, ce sera l'horreur! de même s'ils tuent leurs parents, car alors, ces petits mourront de faim!

la vidéo a été tournée par Olivier Janet de cap loup

commentaire de FERUS:

"Les battues en cours pour détruire cette famille de loups sont ordonnées par le préfet sous prétexte de « protection du bétail ». Pourtant, parmi toutes les crottes de loups examinées sur place, aucune ne contenait un reste de mouton, malgré la présence aux alentours de troupeaux de brebis non protégés. Ces louveteaux sont nourris par leurs parents avec leurs proies naturelles, des ongulés sauvages. La politique des « tirs de prélèvement » est décidément absurde et révoltante.

Continuons à diffuser la pétition CAP Loup ! Plus de 70 000 signatures, c’est déjà beaucoup mais nous pouvons faire encore mieux pour montrer à la ministre que les citoyens ne sont pas d’accord avec sa politique de destruction des loups ! "

CES 5 LOUVETEAUX SONT EN DANGER DE MORT!

Voir les commentaires

Un abattage massif de loups ordonné à des fins politiciennes

17 Août 2015, 13:55pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUE DE CAP LOUP

Des milliers de chasseurs sont actuellement mobilisés pour tuer 31 loups par décision de l’État, un nombre insensé qui n’a plus rien à voir avec la protection du bétail et qui compromet le retour naturel de l’espèce. Cette politique de destruction extrêmement grave ne trompe plus personne : une espèce protégée est sacrifiée sur injonction ministérielle pour des raisons strictement politiciennes.

En quelques jours ont été pris 9 arrêtés préfectoraux ordonnant une destruction massive de loups dans le sud-est de la France, jusqu’à 5 individus par secteur, l’équivalent de meutes entières. Alors que l’espèce est « strictement protégée » sur le papier, le nombre total de loups à tuer représente une proportion supérieure à celle autorisée pour des espèces « gibier », avec en plus des moyens inégalés : tirs de nuit, techniques de repérage habituellement interdites et formation de milliers de chasseurs par les services de l’État !

Nos associations attaquent au tribunal administratif les arrêtés préfectoraux qui ne respectent pas les textes ministériels. Mais ceci devient de plus en plus difficile, car les récents arrêtés ministériels eux-mêmes permettent une véritable chasse aux loups, en infraction avec la convention de Berne et la Directive Habitats-Faune-Flore. C’est pourquoi nos associations portent plainte contre la Franceauprès de la Commission Européenne.

Les éleveurs sont déjà autorisés à tuer des loups près de leurs troupeaux. Préfets et ministres savent bien qu’ordonner des battues en plus de ces tirs ne solutionne rien, car la prédation continue sur les troupeaux insuffisamment protégés. Rien n’est réellement fait pour favoriser la protection du bétail : les moyens de protection sont subventionnés mais leur mise en place n’est pas vérifiée donc peu effective, la prédation est indemnisée même si le bétail n’était pas protégé, et aucune recherche n’est faite pour adapter le pastoralisme.

La cohabitation de l’élevage avec le loup n’est manifestement pas voulue par le gouvernement. Quelques jours après la visite du Premier ministre en Provence-Alpes-Côte d’Azur, le déferlement d’arrêtés préfectoraux de tirs ne peut qu’émaner d’instructions ministérielles destinées à contenter les lobbies agricoles et cynégétiques en période de campagne électorale pour les régionales, dans un pathétique concours politicien avec les camps adverses qui réclament autant de tirs, aux dépens de la survie du loup en France.

Les associations de CAP Loup

 

 

Un abattage massif de loups ordonné à des fins politiciennes

Voir les commentaires

La tentative absurde et révoltante du gouvernement de déclasser le loup

24 Juillet 2015, 21:26pm

Publié par VGBIO

Communiqué de presse, CAP Loup, 24 juillet 2015

Stéphane Le Foll vient d’annoncer que le gouvernement engage « une démarche de déclassement du loup comme espèce strictement protégée, auprès de la Convention de Berne et de l’Union Européenne ». Aussi vaine soit-elle, cette démarche anti-écologique enfonce un peu plus la France dans l’abandon de toute vision d’avenir pour la cohabitation entre l’élevage et le loup.

Le ministre se moque-t-il des éleveurs avec cette annonce ? Les chances d’aboutir sont tellement faibles que Stéphane Le Foll lui-même déclarait le 8/7/14 qu’il n’était « pas favorable » à cette démarche, selon lui « vouée à l’échec » ! Le déclassement du loup nécessiterait l’acceptation par la majorité aux deux tiers des membres du comité permanent de la Convention de Berne et l’unanimité de ceux du Conseil de l’Europe après examen par la Commission Européenne. Or celle-ci a déjà répondu le 27/5/14 à la France « qu’une révision de la législation n’est pas nécessaire car la directive Habitats offre une flexibilité suffisante pour permettre d’assurer la coexistence du loup avec les activités pastorales ».

Comment justifier une telle demande vis-à-vis de nos voisins qui n’abattent aucun loup, comme l’Allemagne où les loups sont pourtant aussi nombreux qu’en France et l’Italie où ils le sont cinq fois plus ? La politique de notre pays est déjà la pire d’Europe en la matière, avec l’absence de vérification des mesures de protections subventionnées aux éleveurs, les indemnisations pour la prédation même s’ils ne protègent pas leur bétail, les autorisations de tirs même si le bétail n’est pas protégé, même s’il n’a pas été attaqué, même s’il n’est pas dehors, les tirs confiés aux chasseurs non encadrés, les tirs possibles en cœur de parc national, et même désormais une brigade de jeunes payés par l’État pour abattre des loups !

Le ministre annonce sa démarche dans le cadre d’un « plan de soutien à l’élevage français ». Mais chasser le loup n’aide en rien les éleveurs. La prédation continue sur le bétail insuffisamment protégé. Pour les aider vraiment, le ministre ferait mieux d’accompagner les éleveurs dans une évolution vers des pratiques respectueuses de la biodiversité, afin de répondre aux attentes de la société. Car les Français, très majoritairement favorables aux loups, n’accepteront peut-être pas toujours de continuer à payer par leurs impôts les subventions qui maintiennent sous perfusion l’élevage ovin.

Les associations de CAP Loup

www.cap-loup.fr / Les 32 associations de CAP Loup :

Fondatrices : Animal Cross, ASPAS, Ferus, LPO PACA, Mille traces, SFEPM, WWF.

Membres : ALEPE, Altaïr Nature, ANG, Asbl Wolf Eyes, ASPA Vosges, AVES France, CESB, CVN, Dignité Animale, Fondation Brigitte Bardot, GEML, GLS, GMA, Kermit, Loup.org, LPO Auvergne, LPO Champagne-Ardenne, Oiseaux Nature, One Voice, Peuple Loup, RAC, Sauvegarde Faune Sauvage, SPA de Lyon Sud-Est, Sur les traces du loup, Tendua.

La tentative absurde et révoltante du gouvernement de déclasser le loup

Voir les commentaires

UNE BRIGADE DE 10 "EMPLOIS JEUNES" VA AIDER A TUER LES LOUPS

16 Juillet 2015, 00:32am

Publié par VGBIO

on croit rêver, hélas, non! ROYAL DEMISSION!

 

communiqué de l'ASPAS

Royal recrute des tueurs de loups, recrutons une ministre de l’Écologie !

Le ministère de l’Écologie va recruter une brigade de tueurs de loups en « emploi jeune ». L’ASPAS demande l’abandon de ce projet ahurissant, le départ de Ségolène Royal et l’embauche d’une vraie ministre de l’Écologie.

« Cherche jeunes chasseurs pour intégrer une brigade de dix agents missionnés pour l’abattage des loups ». C’est en substance l’offre d’emploi que la ministre a demandé à ses services de diffuser pour constituer une équipe spécialisée de l’ONCFS. Mission : détruire une espèce strictement protégée. Compétences requises : motivation pour détruire notre patrimoine naturel. Condition : permis de chasser.

Embaucher des jeunes comme chasseurs de loups, mettre des moyens dans le tir des prédateurs naturels et non dans la protection du bétail, créer des postes pour anéantir une espèce protégée alors que l’ONCFS, en pleines restrictions budgétaires, n’est plus en capacité d’assurer ses missions de lutte contre le braconnage : Ségolène Royal confirme qu’elle usurpe son poste de ministre de l’Écologie pour mettre en œuvre une politique de destruction de la nature.

Chantre cynique de la « démocratie participative », elle avait pris le 2 juillet des arrêtés anti-loups rejetés par 95% des citoyens lors de la consultation publique. Le loup y est traité de façon pire qu’une espèce « nuisible », avec l’abattage organisé de 36 individus pour la saison 2015-2016, jusqu’en cœur de parc national, et sans encourager les éleveurs à protéger leur bétail.

Madame Royal promeut sans rire la « démocratisation du dialogue environnemental » mais refuse de recevoir les associations de CAP Loup qui l’interpellent depuis un an, tandis qu’elle accueille, dans le même temps et à bras ouverts, les extrémistes anti-loups dès qu’ils le demandent et s’empresse de satisfaire leurs doléances.

« Cherche ministre de l’Écologie », de toute urgence. Mission : protéger notre patrimoine naturel. Compétences requises : courage et non-soumission aux lobbies agricoles et cynégétiques, motivation pour l’écologie et l’intérêt général. Condition : dégager Ségolène Royal.

 

Communiqué de FERUS, 15 juillet 2015

Alors que de nouvelles coupes budgétaires affectent le ministère de l’Écologie (2 départs à la retraite sur 3 ne seront pas remplacés dans les parcs nationaux notamment), l ’État trouve tout de même le budget pour l’embauche de 10 « emplois jeunes » afin d’aider à mieux tuer des loups.

Jusqu’où ira la ministre de l’Écologie dans l’ignominie ?

Pendant que l’association FERUS met en place des bénévoles pour assister les éleveurs et favoriser la cohabitation, Ségolène Royal embauche des jeunes pour tuer des loups. Cherchez l’erreur et qui est sur la bonne voie !

La préfète des Alpes-de-Haute-Provence l’avait annoncé lors du dernier congrès de la Fédération Départementale des Chasseurs du 04 à Digne-les-Bains en avril dernier. Ce n’était hélas pas un gag et elle était bien renseignée Madame la Préfète…

L’ONCFS est donc chargée de recruter 10 « jeunes » pour la création d’une « Brigade Loup » dont le rôle essentiel sera de participer aux opérations de défense des troupeaux et aux opérations de prélèvements ordonnées par l’État.

Belles missions pour ces jeunes tueurs d’une espèce protégée dans notre pays !

FERUS, une fois de plus, dénonce l’attitude irresponsable de nos plus hautes autorités qui, au lieu de développer et mettre en place les mesures de protection des troupeaux, choisissent le fusil pour « régler le problème ». Le jour viendra où il faudra bien rendre des comptes et les citoyens sauront se souvenir de l’incohérence de ces décisions.

Projet emploi jeune / brigade loup (compétences nécessaires et profil recherché : « Aptitude au maniement des armes de catégories C et D (armes de chasse lisses et rayées) »; « Permis de chasser, la possession du Brevet Grand Gibier serait un plus » ; « Expérience souhaitée dans la pratique de tous les modes de chasse » !!!) :

 

 

 

UNE BRIGADE DE 10 "EMPLOIS JEUNES" VA AIDER A TUER LES LOUPS

Voir les commentaires

LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE DECIDE QUE 36 LOUPS SERONT ABATTUS EN 2015-2016

4 Juillet 2015, 22:50pm

Publié par VGBIO

voilà, c'est fait! les arrêtés sont tombés! Royal, qui hait la faune sauvage, a décidé de l'abattage de 36 loups cette année! ( c'était 24 l'an dernier! donc, une énorme augmentation!!!!!!!!)

éleveurs vous en aviez rêvé? Royal l'a fait! même la droite n'avait jamais osé aller jusque là, préconisant une dizaine d'abattage par an! Les loups peuvent désormais être abattus même si le bétail n’a pas été attaqué, même s’il n’est pas protégé, et jusqu’à six mois après qu’il est rentré. Les tirs sont possibles jusque dans le cœur des parcs nationaux. Les éleveurs continuent à être subventionnés et indemnisés sans contrepartie ni incitation à protéger leur troupeau.

Comme la démocratie, en Europe, à part le gouvernement grec, les oligarques ne connaissent pas, surtout les nôtres, elle s'est totalement foutu de la consultation publique concernant les conditions et le nombre de loups à tuer pour 2015-2016, qui a recueilli plus de 6000 commentaires, dont 95% étaient défavorables à ces arrêtés!

C'est si grave que plusieurs associations ont déposé une plainte contre la France auprès de l'UE, car, rappelons le à cette "socialiste" écervelée et copine des lobbies agricoles, LE LOUP EST UNE ESPECE PROTEGEE!

Remarquez, elle s'en fout, car elle a déjà instauré l'an dernier la chasse au loups pour les chasseurs qui sont en battue! c'est à dire que si des chasseurs qui chassent le sanglier tombent sur des loups, ils sont autorisés à les tuer, alors qu'ils sont protégés par la convention de Berne!

C'est grave car ça met en péril la pérennité de la population française de loups!

En effet, selon les comptages de l'ONCFS, il y avait 301 loups estimés en 2014, mais seulement 282 loups en 2015.

Les éleveurs et chasseurs ne se gênent pas pour les braconner, les empoisonner!.en plus des tirs "légaux"!

Communiqué de CAP-Loup 2 juillet 2015

La ministre de l’écologie vient de publier deux arrêtés fixant les conditions de tirs et le nombre de loups pouvant être tués pour la période 2015-2016. Ces mesures entérinent une politique de destruction dictée par les lobbies agricoles et cynégétiques, au mépris de la demande des citoyens et des obligations de notre pays. Les associations de CAP Loup demandent le retrait de ces arrêtés et portent plainte contre la France.

la suite ici:

http://www.one-voice.fr/presse/36-loups-a-tuer-la-france-en-infraction-et-contre-lavis-des-francais/

 

LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE DECIDE QUE 36 LOUPS SERONT ABATTUS EN 2015-2016

Voir les commentaires

Tirs en hausse, loups en baisse : les Français pas d’accord

25 Juin 2015, 19:29pm

Publié par VGBIO

Communiqué des associations de CAP-Loup, 23 juin 2015

 

Plus de 5 700 personnes ont répondu à la consultation publique sur le projet d’arrêtés ministériels autorisant l’abattage de 36 loups. Cette mobilisation est exceptionnelle pour une consultation, et très majoritairement opposée au projet. Alors que la population de loups est en baisse dans notre pays, le gouvernement doit tenir compte de la volonté des Français et arrêter de céder à la pression des lobbies agricoles et cynégétiques.

Le projet rejeté par les citoyens à l’issue de la consultation publique concerne deux arrêtés : l’un fixant le nombre de loups pouvant être tués pour la période 2015-2016, l’autre encadrant les conditions de tirs. Si l’État adoptait ces textes, il montrerait que cette consultation est une mascarade, tout comme le « Groupe national loup » auquel les associations de protection de la nature refusent de participer car il ne fait qu’enregistrer des décisions validées en amont pour contenter le monde de la chasse et les syndicats agricoles.

Pour la première fois depuis le retour naturel de l’espèce en France, la population de loups est en baisse d’après le suivi officiel (ONCFS) : 282 loups estimés en 2015, contre 301 en 2014. La même étude précise que l’abattage de 36 loups voulu par l’État en 2015-2016 entraînerait 38 % de probabilité d’une nouvelle baisse de la population. Alors que l’espèce est classée « vulnérable » sur la Liste rouge des espèces menacées en France (MNHN, UICN), l’État prend le risque de mettre en péril une espèce strictement protégée en Europe.

En plus d’être un immense gâchis, la politique des tirs engagée par l’État est un échec en termes de cohabitation avec l’élevage. En 2014, l’abattage légal de 18 loups et la perte officielle de 8 autres tués accidentellement, braconnés ou retirés à la nature ont pu faire baisser la population de loups mais pas la prédation sur le bétail : elle continuera tant que les troupeaux ne seront pas mieux protégés. Et elle continuera tant que les éleveurs ne seront pas mieux aidés techniquement pour évoluer vers des pratiques adaptées, et tant qu’ils ne seront pas incités à le faire en contrepartie des subventions qu’ils perçoivent.

Les Français sont opposés à la destruction des loups (sondage IFOP 2013). L’État doit revoir sa copie et ne pas adopter un projet qui confirmerait de façon éclatante sa soumission aux lobbies, son mépris de la biodiversité et de la volonté des citoyens.

Les associations de CAP Loup

CAP-Loup www.cap-loup.fr

Tirs en hausse, loups en baisse : les Français pas d’accord

Voir les commentaires

L’État détruira-t-il 36 loups au mépris de la volonté des Français ?

22 Juin 2015, 16:49pm

Publié par VGBIO

 

Communiqué de presse de CAP-Loup (Collectif des associations pour la protection du loup en France, dont FERUS est l’une des associations fondatrices), 18 juin 2015

Deux projets d’arrêtés sont soumis à consultation publique jusqu’au 21 juin. Le premier concerne les conditions dans lesquelles les tirs de loups peuvent être autorisés par les préfets, le second concerne le nombre maximum de loups (36 !) pouvant être tués pour la période 2015-2016. Consultez les projets ici et envoyez votre réponse ici !

Au lieu d’inciter les éleveurs à s’adapter au retour du loup, l’État encourage de plus en plus largement sa destruction. Entre autres mesures envisagées, les « tirs de défense » (tuer un loup près d’un troupeau) seraient autorisés non seulement pour un troupeau non protégé, mais aussi pour les autres troupeaux de la commune, même s’ils n’ont pas été attaqués. La prédation sur le bétail pourrait être imputée au loup sans constat de terrain par un agent de l’État. Les « tirs de prélèvement » (tuer un loup loin des troupeaux) seraient encore confiés aux chasseurs, pour une durée augmentée à six mois et même si le bétail n’est pas dehors. Les tirs officiels ne seraient plus interrompus en cas de braconnage de loup dans la zone. Enfin, aussi incroyable que cela puisse paraître, les destructions de loups seraient autorisées dans les réserves naturelles et dans le cœur des parcs nationaux.

Malgré le rejet massif de ce projet par les citoyens, malgré les 67 000 signatures de notre pétition en faveur de la cohabitation loup/pastoralisme, malgré l’opposition des associations de CAP Loup qui regroupent 120 000 adhérents, malgré la plainte contre la France que nous déposerons auprès de la Commission européenne, malgré l’opposition des Français à la destruction des loups (sondage IFOP 2013), l’État adoptera-t-il ces nouvelles mesures destinées à satisfaire les lobbies agricoles et cynégétiques ?

Les associations de CAP Loup

=>> Voir aussi la réaction de FERUS « Dites non au tir de 36 loups et à la chasse en battue »

* Plus de 3500 en date du 20 juin 2015.

L’État détruira-t-il 36 loups au mépris de la volonté des Français ?

Voir les commentaires

NON A L'ABATTAGE DE 36 LOUPS

2 Juin 2015, 23:34pm

Publié par VGBIO

ça continue dans l'escalade sinistre de Ségolène Royal, qui veut éradiquer les loups de France, étant aux ordres du lobby des éleveurs!

pour l'année à venir, ce sont............36 loups, oui, vous avez bien lu, 36 loups qu'elle veut éradiquer! un scandale pour cette espèce protégée, mais elle s'en fout!

de plus, les chasseurs auront toujours le "droit" de tuer des loups quand ils sont en battue et en rencontre un! donc, la chasse au loup est autorisée en France, alors que c'est un animal protégé!

Comme la loi l'oblige, une consultation est ouverte sur le sujet. Mais bien sûr, c'est une consultation bidon, car S. Royal se fout de notre avis, elle fera tuer le plus de loups possibles pour contenter les éleveurs hystériques qui braillent contre ce magnifique animal!

la france n'est plus une démocratie depuis un certain temps!........mais exprimez quand même votre désaccord.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1022

lire aussi ici:

http://www.ferus.fr/actualite/dites-non-au-tir-de-36-loups-et-a-la-chasse-en-battue

 

NON A L'ABATTAGE DE 36 LOUPS

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>