Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #non aux maltraitances des animaux

Nuit debout devant les abattoirs : l’état à la botte des " vilains "

6 Juillet 2016, 15:48pm

Publié par VGBIO

je relaye cet excellent billet de la CVN:

http://www.ecologie-radicale.org/media/communiques/1251-nuit-debout-devant-les-abattoirs-l-etat-a-la-botte-des-vilains

 

Jeudi 30 juin, de nombreuses manifestations statiques étaient organisées devant les abattoirs de plusieurs villes de France, à l’appel du collectif Végan 269Life, regroupant pour l’occasion plusieurs associations de protection animale.
Ces veillées pacifiques, dédiées à la mémoire des victimes animales et de leurs souffrances au nom du seul plaisir gustatif de certains " humains ", avaient étaient déclarées en Préfecture et n’avaient reçu aucune interdiction des services de l’Etat, contrairement à certaines contre-manifestations organisées par les éleveurs et syndicats agricoles, qu’ils déposèrent hors délais.
Malgré cela, dans de nombreuses villes, la police s’est montrée incapable de garantir la sécurité des manifestants, pourtant pacifiques, face aux groupes hystériques et alcoolisés des éleveurs !
Le droit de manifester est pourtant en France un droit fondamental.

Dans certains endroits, des menaces de mort ont été proférées à l’encontre des manifestants, les éleveurs sortant et brandissant même des faucilles à leur encontre, sans aucune réaction des forces de l’ordre qui étaient en sous-effectif ! Car si l’Etat ne rechigne pas aux dépenses lorsqu’il s’agit de déplacer plusieurs compagnies de CRS pour encadrer des manifestants anti-corrida, ou faire suivre des militants animalistes par la DGSE, la sécurité de manifestants pacifiques semble ne pas être sa priorité !
En Vendée, trois blessés finissent aux urgences, et une militante reçoit une ITT de six jours en raison de la gravité de ses blessures !

A Limoges, c’est une citation* du philosophe Allemand Théodor Adorno qui déclenche l’émeute côté éleveurs ! Pourtant quelle comparaison plus juste que celles des abattoirs à des camps de concentrations, après les mauvais traitements gratuits, les égorgements en pleine conscience, et les dépeçages vivant qui furent filmés ? Mais les éleveurs et autres exploitants sont incapables d’empathie !
Quelques jours après les nouvelles images de violence révélées par l’association L214, ces comportements illustrent encore une fois le mépris des éleveurs pour les êtres vivants, fussent-ils de leur propre " espèce ", et la minceur de la frontière qui sépare dans leur tête les gentes humaine et animale. Il révèle également un monde agricole axé sur l’intimidation, la violence, les comportements psychopathiques, …
Nous constatons, trop régulièrement, que dans ce monde rural se développe un fascisme ordinaire que ne contient pas un pouvoir pusillanime.

S’il est légitime que des syndicalistes agricoles défendent leurs pratiques, il est en revanche intolérable que des violences sur des personnes, des menaces de morts, des agressions soient perpétrées dans la lâche complaisance des autorités publiques et celle de médias qui n'osent pas déplaire à une fraction rétrograde de la population.
Lorsque des jeunes, des salariés, des chômeurs, dégradent des vitrines et des banques, la presse dénonce avec fracas les "casseurs".
Mais lorsqu’il s’agit des actes de violence d’un certain monde rural envers le mobilier urbain ou les militants de la cause animale, toujours pacifiques, le silence coupable ajoute au fascisme ordinaire de certains ultras brutaux.

Cela ne fera pas taire les amis du vivant, les défenseurs des animaux et de la nature.

La vie et la liberté : ça se défend !

Jean-Paul PERONNET

Secrétaire Général de la Convention Vie et Nature

* : "Auschwitz commence partout où quelqu’un regarde un abattoir et pense : ce sont seulement des animaux"

 

et un autre article à lire sur le sujet:

http://www.ecologie-radicale.org/media/opinions/1249-quand-l-etat-francais-encourage-l-agri-mafia

des éleveurs aspergeant de lisier les pancartes en hommage aux animaux abattus............lamentable v, comme d'habitude!

des éleveurs aspergeant de lisier les pancartes en hommage aux animaux abattus............lamentable v, comme d'habitude!

Voir les commentaires

LES HORRIBLES MALTRAITANCES CONTINUENT DANS LES ABATTOIRS

29 Juin 2016, 15:54pm

Publié par VGBIO

Treuil tirant des chevaux, chocs électriques pour les cochons, corde immobilisant des veaux, égorgement à vif pour des moutons et des bovins. Matériel défectueux, actes de maltraitance, violations de la réglementation. Ces images proviennent des abattoirs de Pézenas (34) et du Mercantour (06). Les deux sont de petits abattoirs, et possèdent la certification Ecocert pour l’agriculture biologique

encore et encore, ces images insupportables d'animaux torturés dans 2 abattoirs, mais on sait maintenant que c'est dans TOUS LES ABATTOIRS qu'il y a la même cruauté.

Quand les gens vont-ils enfin se poser la question de la diminution puis de l'arrêt de leur consommation de viande, pour que ces tortures cessent!

un article a été publié dans le monde sur ce nouveau sacandale:

« Les scandales se suivent et se ressemblent. Il est illusoire de penser que l’on peut tuer trois millions d’animaux par jour en respectant la réglementation, dénonce Sébastien Arsac, porte-parole de L214, qui se bat depuis 2008 pour la fermeture des abattoirs. Nous demandons au pouvoir exercer un droit d’objection à cette tuerie de masse. »
Pourtant, une fois encore, les deux établissements incriminés sont de taille humaine.

L’abattoir municipal de Pézenas, qui emploie une vingtaine de salariés, traite 2 000 à 2 200 tonnes de viande par an.

Celui du Mercantour affiche six salariés, 250 tonnes de carcasse par an (dont 25 à 30 % de halal) et met en avant les circuits courts. Il est géré par un syndicat mixte composé d’élus de la commune, du département (notamment le député LR Charles-Ange Ginésy) et de la chambre d’agriculture.

Et tous deux possèdent la certification Ecocert pour l’agriculture biologique – même si le cahier des charges ne prévoit pas de spécificités pour l’abattage.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/29/nouvelles-images-de-maltraitance-animale-dans-deux-abattoirs-francais_4960209_3244.html#5T7zmv4QEzStWmIw.99

c'est ici:

http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/pezenas-mercantour/?play&utm_source=Association+L214&utm_campaign=8f3e568ead-Nouvelles_enqu_tes_Puget_et_P_zenas6_29_2016&utm_medium=email&utm_term=0_2859894380-8f3e568ead-195639169

(la vidéo est sur le site ci dessus, je ne la mets pas ici, elle est trop dure!)

mais je demande à tous ceux qui mangent encore les animaux de la regarder. Regardez la mort horrible des animaux qu'ils mangent, et essayer de se demander si ça vaut tant de souffrances.

Bien sûr, comme d'habitude, Stéphane Le Foll va jouer les vierges effarouchées et nous dire que ce sont des cas particuliers (ça commence à en faire beaucoup!) et faire fermer peut-être ces 2 abattoirs momentanément. Ils rouvriront de toute façon et tout recommencera!

la pétition est ici:

http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/pezenas-mercantour/?play&utm_source=Association+L214&utm_campaign=8f3e568ead-Nouvelles_enqu_tes_Puget_et_P_zenas6_29_2016&utm_medium=email&utm_term=0_2859894380-8f3e568ead-195639169#petition-block

LES HORRIBLES MALTRAITANCES CONTINUENT DANS LES ABATTOIRS

Voir les commentaires

LA CRUAUTE DE LA LAINE ITALIENNE

12 Juin 2016, 18:57pm

Publié par VGBIO

après les révélations de PETA sur le scandaleux traitement des moutons pour la laine en Australie, on découvre qu'il se passe exactement la même chose au Chili, pays qui exporte une grande partie de sa laine en Italie, qui la "recycle" comme laine italienne pour des grandes marques.


Voyez ci dessous et arrêtez de cautionner ces souffrances!

Une enquête de PETA États-Unis dans deux grands élevages de moutons au Chili – pays qui exporte trente pour cent de la laine qu'il produit vers l'Italie – révèle une cruauté indicible. Des moutons inoffensifs se font mutiler, puis lorsqu'on estime qu'ils ne sont plus rentables ils sont tués et dépecés alors qu'ils sont parfois encore vivants.

On estime que moins d'un pour cent de la laine produite dans le monde provient réellement de moutons élevés et tondus en Italie. Ainsi, au moins 30 % de la laine produite au Chili est envoyée en Italie. Pourtant, des entreprises du monde entier vendent de la laine de luxe prétendument italienne, dissimulant sa véritable origine et camouflant la cruauté inhérente à sa production.

Voici un aperçu de ce que toute personne est susceptible de cautionner en achetant de la « laine italienne ».

Charcutés, frappés et assommés au râteau

Avant la tonte, les moutons ont été entassés à l'extrême dans des hangars. Comme il est d'usage dans l'industrie lainière, une tonte réalisée à la va-vite et sans management a provoqué de nombreuses blessures et laissé bon nombre de moutons sanguinolents. L'un des employés a versé de l'huile sur la blessure saignante de l'un des moutons, et un autre a pulvérisé de l'insecticide sur la blessure d'un autre mouton. Les employés ont également donné des coups de pieds, bousculé, écrasé et piétiné les moutons. Par ailleurs, ils les ont assommés avec un râteau pour les pousser de nouveau hors du hangar prévu pour la tonte. À aucun moment l'enquêteur n'a vu un animal recevoir des soins vétérinaires, même quand ils avaient des blessures ouvertes.

Désignés pour l'abattoir

Les moutons comme ceux que l'on peut voir ci-dessous qui n'étaient plus considérés rentables pour leur laine étaient marqués à la peinture pour indiquer qu'ils devaient être envoyés à l'abattoir. Les employés ligotaient également les moutons par les pattes et les chargeaient sans ménagement dans un camion en partance vers l'abattoir, et ils s'y cognaient, heurtant leur tête contre le sol en tentant de fuir.

Tués et dépecés vivants

Les employés ont égorgé des moutons pleinement conscients au couteau. Les moutons donnaient des coups de pattes et se débattaient alors qu'ils se vidaient de leur sang. L'un des employés a sorti son téléphone alors qu'un mouton qu'il maintenait sous son genou luttait pour survivre.

Vous pouvez nous aider à arrêter cette cruauté !

La cruauté dévoilée dans ces élevages de moutons au Chili n'est pas un cas isolé, et des maltraitances similaires ont été rapportées aux États-Unis, en Argentine et en Australie (le plus grand exportateur de laine au monde). Pensez aux agneaux qui souffrent dans l'industrie lainière partout dans le monde et choisissez des vêtements sans laine. Vous pouvez simplement vérifier l'étiquette, et si elle indique « laine italienne », ou tout autre type de laine, reposez l'article en rayon.

Engagez-vous à ne pas porter de laine

signez la pétition ici:

http://action.petafrance.com/ea-action/action?ea.client.id=45&ea.campaign.id=48919&ea_thank=true&sessionId=383b5c29-bb83-4ec4-8887-89b85352a47a

Voir les commentaires

L214 DENONCE : CONDITIONS INTOLERABLES DANS UN ELEVAGE INDUSTRIEL DE POULES

26 Mai 2016, 00:09am

Publié par VGBIO

L214 rend publiques les images choquantes d’un élevage industriel de 200 000 poules élevées en cages, produisant des oeufs pour la marque Matines et distribués par Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Super U. prolifération d’asticots, poux grouillant sur les oeufs, cadavres de poules dans les cages: des conditions de vie intolérables pour les animaux et inadmissibles au niveau sanitaire.

L214 avait déjà dénoncé en 2013 l’état dramatique de cet élevage situé dans l’Ain, mais la justice lui avait interdit de diffuser les images de l’exploitation. Trois ans plus tard, malgré plusieurs arrêtés préfectoraux prescrivant des mesures correctives, cette exploitation désastreuse est toujours en activité.

L214 porte plainte contre le Gaec du Perrat et demande aux autorités sa fermeture immédiate. En parallèle, l’association lance une pétition demandant aux supermarchés, qui commercialisent les oeufs de cette exploitation, de prendre leurs responsabilités.

« Si la situation du GAEC du Perrat est très préoccupante, ne nous leurrons pas sur celle des autres élevages de batterie où les poules vivent dans des conditions misérables, enfermées dans des cages et privées du moindre rayon de soleil. Une attitude responsable de la part des enseignes de grande distribution serait de cesser la vente des œufs de batterie, comme l'a fait Monoprix au début du mois d'avril », déclare Brigitte Gothière, porte-parole de l'association.

 

Trois ans de témoignages et de mises en garde

En 2013, L214 avait déjà reçu un signalement accompagné de photos et vidéos du GAEC du Perrat. Par décision de justice, il lui a été interdit de diffuser les images. Il était pourtant avéré que cet élevage était en infraction avec la réglementation.

Depuis 2013, des employés et des riverains continuent de dénoncer cet élevage auprès de L214 et de la Direction départementale de la protection des population (DDPP). Selon un employé, les poules sont infestées de poux, le bâtiment où sont conditionnés les oeufs également. Un autre affirme que le nettoyage lors du vide sanitaire n’est pas effectué correctement. Ces témoignages font également état d’une mortalité importante, d’une accumulation de fientes et de défauts récurrents d’alimentation des poules. Les riverains se plaignent régulièrement de proliférations de mouches liées à l’exploitation.

Deux arrêtés préfectoraux finalement pris en mars 2015 et janvier 2016, constatent les problèmes sanitaires persistants et prescrivent à deux reprises des mesures correctives. La situation reste critique d’après la vidéo et les témoignages récents.

Pas de transparence sans lanceurs d'alerte

Malgré une demande marquée et croissante des citoyens Français pour une meilleure information sur les conditions d’élevage et de mise à mort des animaux*, les élevages et les abattoirs exercent leur activité dans la plus grande opacité, à peine inquiétés par des inspections rares, la plupart du temps annoncées, et presque jamais suivies de sanctions.

L'administration ne semble pas désireuse de favoriser la transparence : en 2013, L214 s’est vu refuser par la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA) la communication du rapport d’inspection du GAEC du Perrat réalisé en 2013 suite à son premier signalement. La CADA mentionne dans son courrier que le rapport comporte la mention du constat de
plusieurs non-conformités.

Sans lanceurs d’alerte, l’opinion publique est maintenue dans l’ignorance des pratiques de l’industrie de l’élevage.

*Selon l'Eurobaromètre de la Commission européenne, publié en mars 2016, 72% des Français souhaiteraient plus d'information sur la façon dont les animaux d'élevage sont traités. C’est 9 points de plus qu’en 2006.

Les œufs Matines directement concernés

D’après une enquête effectuée par L214 au début du mois de mai 2016 dans plusieurs supermarchés de la région lyonnaise, le GAEC du Perrat fournit la marque Matines, comme cela était déjà le cas en 2013.

 

Ainsi, malgré les alertes récurrentes, la marque n’a toujours pas cessé de s’approvisionner auprès de cet élevage, tout comme les grandes enseignes de distribution Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Super U. En 2013, le groupe Casino avait suspendu temporairement son approvisionnement. Ces enseignes distribuent en partie les 160 000 œufs (environ) pondus quotidiennement par les poules enfermées au GAEC du Perrat : leur responsabilité est engagée.

 

 

 

 

Voir les commentaires

La libération animale : et après ?

7 Mai 2016, 22:17pm

Publié par VGBIO

En mai 2015, L214 et les Cahiers antispécistes ont organisé une conférence à la Cité des Sciences, réunissant trois ténors de l'éthique animale face à une salle comble: Peter Singer, Matthieu Ricard et Aymeric Caron.

Cette conférence est désormais disponible intégralement en ligne. Profitez-en et faites-en profiter vos amis

Voir les commentaires

LES DESSOUS DU CUIR

7 Mai 2016, 22:13pm

Publié par VGBIO

une vidéo très bien faite!

Voir les commentaires

LES SOUFFRANCES INTOLERABLES CONTINUENT DANS LES ABATTOIRS

29 Mars 2016, 23:30pm

Publié par VGBIO

Après Alès et Le Vigan, ces images tournées à l'abattoir de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques montrent de nouveau l'extrême violence de la mise à mort des animaux. Et cet abattoir est labellisé bio, donc, que ceux qui mangent de la viande bio ne se sentent pas déchargés du poids de leur mort.........c'est la même cruauté dans TOUS les abattoirs! Tournées au mois de mars 2016 juste avant Pâques, ces images révèlent les pratiques de mise à mort des agneaux de lait ainsi que l'abattage de veaux et de bovins, dans l'abattoir de Mauléon-Licharre (64) certifié bio et qui met en avant Label Rouge et l'IGP.

"Dignité, respect, étourdissement, contrôle, bio" : les discours se veulent rassurants. La réalité est toute autre.
Dans cet abattoir, on arrache la vie à des agneaux de lait et des veaux terrorisés. Animaux frappés, mal ou pas étourdis, conscients au moment de la saignée, découpés à vif : une réalité insoutenable. Un agneau écartelé vivant, car sa patte se coince dans une chaîne et aucun opérateur n'est présent....et partout, les coups, la violence, les animaux affolés meurent dans un stress et une souffrance extrêmes

Comme à Alès ou au Vigan, ils l'ont fermé pour quelques semaines, puis les souffrances reprendront!

La viande ne représente aucune nécessité et pourtant des millions d'animaux agonisent derrière les murs des abattoirs. Ne fermons plus les yeux et agissons.

la vidéo est ici:

http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/mauleon/

signez la pétition de L214:

http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/mauleon/#petition-block

voyez ici ce qu'en pense insolente veggie, toujours aussi fine:

http://www.insolente-veggie.com/cruaute-a-labattoir-de-soule-pays-basque/

le journal "le monde" a publié un article dès ce matin:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/29/un-nouveau-cas-de-cruaute-mis-au-jour-dans-un-abattoir-francais_4891669_3244.html

"L’établissement possède également la certification Ecocert pour l’agriculture biologique. Parmi ses 460 clients, on trouve des particuliers en vente directe, des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) et quelques grandes tables parisiennes et chefs étoilés, comme le boucher-star Yves-Marie Le Bourdonnec ou le chef Alain Ducasse."

 

Voir les commentaires

AVEC INTERMARCHE, VOUS ROULEZ AUX DECHETS D'ANIMAUX...........

9 Mars 2016, 16:56pm

Publié par VGBIO

un excellent article dans bastamag: Cosmétiques, engrais, biodiesel : le juteux business des cadavres d’animaux Alors que la crise de l’élevage bat son plein, un secteur économique tire son épingle du jeu : celui des déchets d’abattoirs et des cadavres d’animaux.

"D’abord transformés en graisses et farines animales, ils trouvent ensuite des débouchés dans la chimie, l’alimentation animale et humaine, les engrais et plus récemment dans… l’essence pour les véhicules. Un petit nombre d’entreprises se partagent ce marché, bénéficiant d’une réglementation assouplie, de défiscalisations et de « contributions volontaires obligatoires » des éleveurs…

Que deviennent les animaux trouvés morts en élevage, après un vêlage difficile par exemple ? Que font les entreprises françaises des « sous-produits animaux » à la sortie des abattoirs [1] ? Ce sont pas moins de 3,2 millions de tonnes de « résidus » animaux qui ont été collectées en 2014 par le Syndicat des industries françaises des coproduits animaux (Sifco). L’équivalent de 84 000 semi-remorques de 38 tonnes ! La réglementation en la matière est stricte et classe ces sous-produits en trois catégories, selon leur niveau de risque [2]. Ceux pouvant présenter un risque pathogène – environ 900 000 tonnes par an en France – terminent pour l’essentiel comme combustibles dans les cimenteries et les usines d’incinération.

Une part de plus en plus importante des graisses animales impropres à la consommation humaine finissent en biodiesel dans les réservoirs. Eh oui, vous roulez aussi grâce à la viande de bœufs, de poulets ou de porcs... Qu’en est-il des autres sous-produits issus d’animaux sains – ruminants, porcins, volailles, poissons – qui ne sont pas consommés dans les familles comme les intestins, les os, les abats, le gras ou le sang ? Savons, peintures, détergents, produits cosmétiques, croquettes pour chiens et chats, engrais : les débouchés sont variés et constituent une manne juteuse pour quelques groupes industriels."

la suite (très intéressante, dont je vous conseille vivement la lecture,) est ici:

http://www.bastamag.net/Cosmetiques-engrais-biodiesel-le-juteux-business-des-cadavres-d-animaux

 

je ne sais pas où l'exploitation des animaux s'arrêtera.............on est très mal partis pour!

 

AVEC INTERMARCHE, VOUS ROULEZ AUX DECHETS D'ANIMAUX...........

Voir les commentaires

Poussins broyés ou étouffés : le couvoir condamné

9 Mars 2016, 16:40pm

Publié par VGBIO

communiqué de L214, association de plus en plus indispensable pour dénoncer les mauvais traitements faits aux animaux par les éleveurs et autres exploitants agricoles, et qu'il faut soutenir:

Ce mardi 8 mars, le couvoir finistérien Saint-François et son dirigeant ont été condamnés à 15 500 et 3 500 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Brest pour mauvais traitements envers des animaux.

Cette condamnation fait suite aux images filmées par un ancien employé et révélées en novembre 2014 par l’association L214. On y voyait des poussins jetés dans une vis sans fin qui les déchiquetait vivants, ou étouffés par centaines dans des sacs poubelle. L214 avait alors porté plainte pour cruauté envers les animaux.

Le procès, dont l’audience s’est tenue le 2 février dernier, a révélé que ces deux méthodes employées pour tuer les poussins sont illégales et entraînent “une souffrance animale certaine”, selon la brigade nationale d’enquête vétérinaire et phytosanitaire.

Pour Brigitte Gothière, porte-parole de L214 : “La reconnaissance d’une maltraitance au sein d’une entreprise industrielle d’élevage est une véritable avancée, tant ces pratiques ayant lieu à huis clos bénéficient habituellement d’une tolérance dès qu’ils s’agit d’animaux dits de rente. Mais tant que nos habitudes alimentaires ne changeront pas, des poussins continueront d’être broyés par milliers : la tuerie qui ne se passe plus dans ce couvoir a lieu dans le couvoir d’à côté.”

Poussins broyés ou étouffés : le couvoir condamné

Voir les commentaires

Derrière les murs d'un abattoir certifié bio: cruauté, maltraitance et souffrances infinies

23 Février 2016, 23:35pm

Publié par VGBIO

Derrière les murs d’un abattoir certifié bio: Nouvelle enquête de L214 Moutons violemment jetés, employé s’amusant à leur infliger des décharges électriques, cochons et porcelets mal étourdis et conscients sur la chaîne d’abattage, étourdissement laborieux des vaches et des bœufs, reprise de conscience d’animaux suspendus, matériel défaillant, personnel incompétent, vétérinaires absents (?)

Les animaux meurent-ils différemment dans les abattoirs bio ?

À travers ces images tournées à l'abattoir du Vigan dans le Gard, L214 montre ce qu'endurent les animaux dans cet abattoir certifié bio. Comme en abattage standard, les animaux y sont tués dans une extrême violence.

cette nouvelle investigation de L214 dévoile une fois de plus ce que subissent les animaux dans les abattoirs.

Nili Hadida, chanteuse du groupe Lilly Wood and the Prick, présente la vidéo et commente : « Même dans les abattoirs tournés vers le bio et le local, les animaux perdent la vie dans d’atroces souffrances. La viande heureuse, ça n’existe pas. »

Hier Alès, aujourd’hui Le Vigan. Quelle que soit la taille des abattoirs, quel que soit le mode d’abattage, les images dévoilent une cruauté insoutenable. Ces enquêtes témoignent de l’horreur vécue par ces animaux conduits à la mort sans nécessité.

L214 porte plainte pour sévices graves contre cet abattoir, plainte appuyée par des rapports d’experts accablants. Celle déposée contre l’abattoir d’Alès a conduit à l’ouverture d’une enquête judiciaire toujours en cours d’instruction à l’heure actuelle.

Par ailleurs, L214 nous propose d’agir en sollicitant nos députés pour demander une commission d’enquête sur tous les abattoirs pour faire la lumière sur des pratiques trop longtemps dissimulées au public. La souffrance des animaux et le droit à l’information doivent enfin être pris au sérieux.

SIGNEZ pour demander une commission d'enquête:

http://www.l214.com/pages/2016/abattoir-made-in-france/le-vigan/?utm_source=Association+L214&utm_campaign=67ffc4cd59-Lettre_abattoir_du_Vigan2_23_2016&utm_medium=email&utm_term=0_2859894380-67ffc4cd59-195639169#petition-block

Tournez enfin le dos à la viande, même bio!

http://www.l214.com/vegetarisme

Derrière les murs d'un abattoir certifié bio: cruauté, maltraitance et souffrances infinies

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>