Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
STOP A L'EXPLOITATION ANIMALE

Articles avec #non aux maltraitances des animaux

Exprimez-vous contre le classement "nuisible" de certaines espèces

4 Juin 2015, 11:08am

Publié par VGBIO

je relaye cet avertissement de l'ASPAS

 

Consultations publiques - Urgent

Exprimez-vous contre le classement
"nuisible" de certaines espèces

La Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie consulte le public sur le projet d’arrêté fixant la liste et les modalités de destruction des espèces non indigènes classées « nuisibles » sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Le projet d’arrêté est consultable ICI.

Vous pouvez participer en envoyant votre avis via le formulaire proposé sur ce site internet à la rubrique « Donnez votre avis » (en bas de la page).

Attention il faut réagir vite ! La consultation n’est ouverte que jusqu’au 12 juin à midi.

De quoi est-il question :

Chaque année, le Ministère de l’Écologie doit redéfinir la liste des espèces classées « nuisibles » sur l’ensemble du territoire métropolitain. Ce projet ne modifie pas la législation existante, il ne fait que confirmer le classement de 6 espèces introduites en France au siècle dernier : Chien viverrin, Raton laveur, Vison d’Amérique, Ragondin, Rat musqué et Oie bernache du Canada. Il autorise notamment le piégeage et la destruction par tir des 5 premières espèces toute l’année, et fixe quelques restrictions à la pose des pièges tuants dans les zones à Loutre d’Europe, Castor d’Eurasie et Vison d’Europe.

Vous trouverez ci-après les demandes et la position de l’ASPAS dont vous pouvez vous inspirer pour votre propre rédaction :

Un classement plus restrictif afin d’éviter les dommages collatéraux

Les 5 mammifères concernés par ce projet d’arrêté ne sont pas présents dans chaque département, et ne fréquentent pas tous les types de milieux. Leur classement partout en France et en tout lieu n’est donc pas justifié et a pour conséquence désastreuse d’autoriser l’utilisation des pièges tuants, non sélectifs, dans tous les départements de France, toute l’année. Il convient de restreindre ce classement aux seules zones où leur présence est avérée.

Une meilleure prise en compte des espèces protégées

Dans ce projet, l’utilisation des pièges tuants de catégories 2 et 5 est interdite aux abords des points d’eau dans les secteurs de présence avérée des loutres d’Europe et castors d’Eurasie, définis par les préfets, et dans les territoires de présence du vison d’Europe listés dans le projet.

Or, le campagnol amphibie, Arvicola sapidus fréquente également les milieux humides, et est susceptible d’être attiré par les appâts végétaux placés dans les pièges destinés à capturer ragondin et rat musqué. Le campagnol amphibie est une espèce protégée au même titre que les visons d’Europe, loutres et castors, une espèce classée « vulnérable » sur la liste rouge mondiale de l’UICN (et dont la France accueille 40 % de la population mondiale). Il convient alors – a minima – d’étendre l’interdiction des pièges tuants aux zones de présence du campagnol amphibie.

L’interdiction des pièges tuants dans les zones à loutres d’Europe et castors d’Eurasie n’est effective que si ces zones sont définies par arrêté préfectoral annuel. Depuis la mise en place de cette obligation en 2013, nombre de préfectures n’ont toujours pas défini ces zones ou ne les redéfinissent pas chaque année. De plus, la multiplication des textes, et donc l’opacité de l’information, sont sources d’erreur et de mauvaises pratiques de la part des piégeurs. Enfin, restreindre cette utilisation aux seules zones de présence avérée de ces espèces en pleine expansion limite leur capacité à coloniser de nouveaux territoires.

Il convient donc, tant pour la loutre, le castor et le vison d’Europe, que pour le campagnol amphibie, d’étendre à l’ensemble du territoire français l’interdiction de l’utilisation des pièges de catégories 2 et 5 sur les abords des cours d’eaux et bras morts, marais, canaux, plans d’eaux et étangs, jusqu’à la distance de 200 mètres de la rive.

Une réglementation cohérente pour prévenir les infractions

Les dispositions relatives au piégeage devraient être intégrées à l’arrêté ministériel du 29 janvier 2007 relatif au piégeage des espèces classées « nuisibles » afin de clarifier les conditions de pose des pièges tuants. Des dispositions éparses sont sources d’erreur et de mauvaises pratiques, et les conséquences irréversibles pour la faune sauvage.

L’abandon de notion et pratiques antédiluviennes

En tout état de cause, la notion d’espèce « nuisible » n’a aucune justification biologique et ne sert qu’à autoriser une destruction aussi inutile, cruelle, qu’inepte. Il convient d’abandonner purement et simplement la notion de classement « nuisibles ».

De même, les pièges tuants, qui ne peuvent être totalement sélectifs, occasionnent de grave dégâts sur la faune sauvage. Ils devraient être totalement interdits, tout comme la pratique du déterrage du ragondin et du rat musqué, pratique barbare qui n’a pas sa place dans un pays qui se veut civilisé.

Enfin, le texte de présentation du projet précise, en nota bene, les sanctions encourues en cas de vol ou de dégradation de pièges. S’agissant d’un texte destiné aux adeptes du piégeage, il aurait été plus judicieux de préciser que le non respect de la législation sur le piégeage est passible de 1500€ d’amende (R.428-19 du code de l’environnement), que le piégeage d’une espèce protégée est passible d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende (L.415-3 du code de l’environnement), que la destruction d’une espèce domestique est passible de 1500€ d’amende (R. 655-1 du Code pénal), que les sévices graves ou actes de cruauté commis sur un animal domestique sont passibles de 2 ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende (521-1 du Code pénal) …

Vous pouvez exprimer votre opinion en vous inspirant de ces éléments, mais un point de vue personnalisé aura plus de poids que plusieurs avis reprenant le même modèle, au mot près.

 

Nous comptons sur votre mobilisation,
merci d'avance pour votre participation.


L'équipe de l'ASPAS

Exprimez-vous contre le classement "nuisible" de certaines espèces

Voir les commentaires

LA CHASSE AVEC MOLOSSES ENFIN INTERDITE

4 Juin 2015, 11:03am

Publié par VGBIO



Grande victoire de l'ASPAS :
Les bolosses et les molosses, c'est fini !


Enfin ! La chasse avec des chiens de type molossoïde est officiellement interdite ! L’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) salue cette belle avancée juridique pour laquelle elle se bat depuis des mois.

En novembre dernier, des sangliers coincés dans des enclos étaient jetés en pâture à des dogues argentins, dans le cadre d’un concours organisé par un établissement de chasse commerciale. Sous couvert de « chasse en battue », ce sont bien des combats entre chiens et sangliers qui étaient organisés ! Avertie de l’organisation prochaine d’une telle manifestation, l’ASPAS avait alors alerté les différents services de l’État qui n’avaient pas jugé utile de faire cesser cette barbarie. Rappelons que les risques de souffrance profonde et de longues agonies concernent autant les chiens que les sangliers.

Jouant sur une imprécision de la réglementation (seule l’utilisation des lévriers était clairement interdite), ces pratiquants n’enfreignaient pas moins le code de l’environnement qui n’autorise pas ce mode de chasse sans fusil, où les animaux sont mis à mort par les chiens, ou achevés à l’arme blanche.

L’ASPAS, qui avait donc porté plainte pour chasse illégale et acte de cruauté, avait permis de mettre au grand jour l’existence de telles pratiques. L’indignation qu’a suscitée la révélation de l’existence de ces manifestations barbares a été vive. Nombre de personnes se sont émues pour ces chiens, utilisés et blessés afin de satisfaire les loisirs de quelques irresponsables, et pour ces sangliers condamnés à mourir dans d’atroces souffrances et sans aucun espoir d’en réchapper.

Suite à nos dénonciations et aux multiples pressions de l’opinion publique qui en ont découlé, l’administration, dos au mur, s’est enfin résolue à interdire officiellement « l’emploi des (…) chiens molossoïdes pur sang ou croisés, ainsi que des chiens classés comme dangereux au sens de la réglementation », dans un arrêté ministériel du 21 mai 2015, publié ce jour au journal officiel.

Et une impunité du monde cynégétique en moins ! Nous nous félicitons que ces fêtes sanglantes, régies par des actes tout aussi violents qu’illégaux, soient aujourd’hui clairement prohibées en France.

LA CHASSE AVEC MOLOSSES ENFIN INTERDITE

Voir les commentaires

LES PRODUITS LAITIERS SONT D' UNE CRUAUTE INFINIE

27 Mai 2015, 22:13pm

Publié par VGBIO

le lait des vaches, c'est pour leur veau, pas pour les humains, arrêtez de consommer le lait d'une autre espèce, lait volé au veau!

quelle tristesse!

LES PRODUITS LAITIERS SONT D' UNE CRUAUTE INFINIE

Voir les commentaires

NON AUX MASSACRES DES BLAIREAUX

22 Avril 2015, 20:07pm

Publié par VGBIO

COMMUNIQUE ASPAS:

Massacres des blaireaux :
Halte aux violences des chasseurs !


Depuis quelques mois, on assiste à une déferlante d’arrêtés préfectoraux ordonnant toujours plus de destruction de blaireaux. Déterrage en période de reproduction, piégeage, tir de nuit… Sous couvert de tuberculose bovine ou de protection des cultures, tous les moyens sont bons pour détruire un maximum de blaireaux… et satisfaire les amateurs de loisirs barbares. L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) et MELES demandent l’interdiction du déterrage et l’arrêt de cet acharnement contre une espèce encore victime de préjugés.

Le déterrage est un loisir qui consiste à acculer les blaireaux au fond de leur terrier, à creuser en les terrorisant pendant des heures, et à les extirper avec des pinces métalliques pour les achever ou les jeter en pâture aux chiens. Cette pratique d’un autre âge est autorisée du 15 septembre au 15 janvier en France. En plus, les préfets peuvent autoriser une « période complémentaire » à partir du 15 mai, alors que les jeunes blaireautins sont encore dépendants de leurs parents.

Ces derniers mois, les préfets multiplient les arrêtés autorisant non seulement cette « période complémentaire », mais aussi des destructions par tous les moyens : collets non sélectifs à l’entrée des terriers, tirs de nuits avec fusils à silencieux…

Les motifs invoqués sont, au choix, la protection des cultures (Ardèche, Ariège, Calvados…) ou la surveillance de la tuberculose bovine (Ardennes, Côte d’Or, Gironde…). Qu’en est-il réellement ?

La tuberculose bovine est une maladie due à une bactérie hébergée en particulier par les bovins domestiques. Cette bactérie peut être transmise à la faune sauvage, notamment les cerfs, sangliers et blaireaux qui peuvent alors la véhiculer selon un fonctionnement biologique encore mal connu. Si des analyses doivent être faites sur des cadavres de blaireaux pour étudier ce problème d’origine agricole, il serait plus raisonnable de privilégier par exemple le ramassage des blaireaux morts sur la route : plusieurs milliers sont tués chaque année par les voitures !

Quant aux soi-disant dégâts aux cultures causés par les blaireaux, ils sont généralement insignifiants, souvent confondus avec ceux des sangliers, et peuvent être évités simplement en protégeant les cultures.

Alors pourquoi un tel acharnement contre le blaireau ? Les raisons scientifiques sont clairement dépassées par la volonté de faire payer un animal sauvage qu’il est facile d’accuser de tous les maux, tout en faisant croire au règlement de problèmes agricoles.

L’ASPAS et MELES en appellent à la raison des pouvoirs publics et demandent l’arrêt de ces destructions de blaireaux organisées pour des motifs aberrants. Nos associations demandent que l’étude et le règlement des problèmes sanitaires d’origine agricole soient faits sans sacrifier la faune sauvage. L’ASPAS et MELES demandent enfin l’interdiction de la « période complémentaire » de déterrage du blaireau, et à terme la fin de ce loisir cruel.

La période complémentaire de déterrage est fixée par l’arrêté préfectoral annuel d’ouverture de la chasse ou par un arrêté spécifique. Ces arrêtés sont soumis à la consultation du public en ce moment même. L’ASPAS et MELES invitent chaque citoyen à participer à ces consultations et à se prononcer contre cette chasse. Les consultations ont lieu sur les sites des préfectures listés ICI/

http://www.aspas-nature.org/autres/pages-internet-consultations-publiques-des-prefectures/

 

Voir les commentaires

Poussins mâles broyés, fin de cette horreur en Allemagne?

4 Avril 2015, 18:50pm

Publié par VGBIO

Le gouvernement allemand vient de déclarer qu’il souhaite faire de l’Allemagne le premier pays à mettre fin à l’abattage de masse des poussins mâles.

http://www.l214.com/enquetes/broyage-poussins/

C'est L214 qui a dénoncé l'horreur du broyage des petits mâles, jugés "inutiles" dans les élevages de poules pondeuses! Tous les gouvernements s'en moquent, sauf, c'est à noter, en Allemagne, ce « massacre » de 45 millions de poussins mâles chaque année, où le gouvernement semble prendre le sujet à cœur.

Concrètement, il a été demandé à des chercheurs de créer un procédé capable de déterminer le futur sexe dans l’œuf même, avant que l’animal ne puisse se développer. La technique serait pratiquement au point. Ainsi, « l’œuf mâle » serait utilisé avant l'éclosion pour fabriquer divers produits (gâteaux, etc...)

Il semble que le procédé de prédétermination du sexe des œufs sera utilisé en 2016.

Si cette nouvelle ne peut que nous réjouir, nous n'oublions pas le sort horrible réservé aux poules, qui elles, passent pour la plupart leur courte vie en cage....................

go vegan!

Poussins mâles broyés, fin de cette horreur en Allemagne?

Voir les commentaires

ABATTOIRS: ANIMAUX DECOUPES ENCORE VIVANTS

13 Mars 2015, 15:30pm

Publié par VGBIO

LISEZ CET ARTICLE DU JOURNAL LIBERATION sur les abattoirs:

http://www.liberation.fr/terre/2015/03/06/les-betes-sont-encore-vivantes-au-moment-ou-on-les-tronconne_1215730

extrait:

"Je ne me rendais pas compte à quel point l’industrialisation de la viande était en marche. A tous les niveaux. Les élevages de 40 000 volailles, de milliers de cochons, de centaines de bovins… On est loin des images de vaches dans les prés qu’on vend au consommateur. Mais le plus impressionnant, c’est l’industrialisation de l’abattage. Faire passer un animal de vie à trépas, c’est forcément un peu gore. Mais l’industrialisation de cette étape-là est extrêmement violente : les bêtes sont abattues à une telle cadence qu’elles sont encore vivantes au moment où on les tronçonne."

ABATTOIRS: ANIMAUX DECOUPES ENCORE VIVANTS

Voir les commentaires

FIN DU SALON DE L'AGRICULTURE: LA MALTRAITANCE ANIMALE EXPOSEE

13 Mars 2015, 14:03pm

Publié par VGBIO

une vidéo de PLANETE ANIMAUX, trouvée ici:

http://www.planeteanimaux.com/sujet/2015/03/12/video-maltraitances-animales-au-salon-de-lagriculture-2015/

traiter des êtres vivants sensibles de cette manière en face des caméras! les EXPLOITANTS agricoles montrent bien qu'ils s'en foutent totalement des animaux et les traitent comme des objets!

quelle cinéma ce salon, qui finit en drame pour les animaux exposés..............et tous les autres!

devenez vegan pour éviter ces maltraitances!

Voir les commentaires

PLUS QUE QUELQUES MINUTES A VIVRE POUR CES 2 VACHES

2 Mars 2015, 23:42pm

Publié par VGBIO

terrible photo prise dans un abattoir, juste avant le coup fatal et la mort. Elles le savent, elles ont peur, elles pleurent, comme nous le ferions............alors pour adoucir cette épreuve et se réconforter, elles se blottissent l'une contre l'autre et s'apportent un peu de la chaleur et de la tendresse qu'elles n'ont jamais connues..................

REVOLTANT!

PLUS QUE QUELQUES MINUTES A VIVRE POUR CES 2 VACHES

Voir les commentaires

BELLE ACTION ANTI ELEVAGE AU SALON DE L'AGRICULTURE

22 Février 2015, 17:36pm

Publié par VGBIO

action inter-associations et même un article dans Paris Match, super!

http://www.parismatch.com/Actu/Societe/La-parole-aux-animaux-713992

BELLE ACTION ANTI ELEVAGE AU SALON DE L'AGRICULTURE

Voir les commentaires

LAMENTABLE PUB POUR LE JAMBON AOSTE...........DETOURNEE

17 Janvier 2015, 13:57pm

Publié par VGBIO

ils n'ont plus d'idées alors ça vole très très bas!

regardez cette pub pour le jambon aoste qui donne une image totalement fausse et dépassée des végétariens, détournée pour montrer la réalité des élevages de porcs, qui se font en intérieur, dans des conditions lamentables, et n'offrent donc que des produits bas de gamme plein de souffrance et de saletés diverses (médicaments, etc....)

MERCI à la personne qui a compilé ces images pour montrer la vérité des élevages de porcs!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>